Grammaire française Participe passé

Bonjour à tous,

Dans la conjugaison du verbe ouïr, (https://leconjugueur.lefigaro.fr/conjugaison/verbe/ouir.html) je ne comprends pas ce que cette phrase veut dire :
« Ouïr qui signifie entendre mais est complètement obsolète à présent. Il ne s'utilise plus qu'à l'infinitif et dans l'expression ouï-dire. La forme oyez est archaïque. On notera qu'il admet trois formes de conjugaison au futur simple et au conditionnel présent. »

C'est la phrase que je souligne qui me pose problème. Que signifie-t-elle ?

Merci à l'avance.

Réponses

  • Au futur simple :

    J'ouïrai/ J'orrai / J'oirai

    Conditionnel présent :
    J'ouïrais/J'orrais/J'oirais
  • Bonjour,
    On notera qu'il admet trois formes de conjugaison au futur simple et au conditionnel présent.
    En plus de la forme citée par le figaro, au futur, on peut trouver aussi : j'oirai ou j'orrai, nous oirons ou orrons ; j'oirais ou j'orrais.
    Le conjugueur aurait dû citer ces trois formes puisqu'il les mentionne.
  • Le conjugueur cite bien les trois formes: il faut simplement consulter deux onglets.
  • OK, merci à tous !
  • Je suis surpris que Jehan ne soit pas intervenu pour nous rappeler ce sublime texte de Raymond Devos ;) :
    Raymond Devos a écrit:
    Le verbe ouïr, un verbe très difficile à conjuguer
    Au présent, ça fait :
    J'ois..
    Si au lieu de dire " j'entends ", je dis " j'ois ",
    Les gens vont penser que ce que je dis est joyeux,
    Alors que ce que j'entends peut être particulièrement triste.
    Il faudrait préciser :
    " Dieu ! Que ce que j'ois est triste !"
    J'ois..
    Tu ois..
    Tu ois mon chien qui aboie le soir au fond des bois ?
    Il oit..
    Oyons-nous ?
    Vous oyez !
    Ils oient.
    C'est bête !
    L'oie oit. Elle oit, l'oie !
    Ce que nous oyons, l'oie l'oit-elle ?
    Si au lieu de dire " l'oreille ", on dit " l'ouïe ", alors :
    L'ouïe de l'oie a ouï.
    Pour peu que l'oie appartienne à Louis :
    " L"ouïe de l'oie de Louis a ouï "
    " A oui ? "
    " Et qu'a ouï l'ouïe de l'oie de Louis ? "
    " Elle a ouï ce que toute oie oit.. "
    " Et qu'oit toute oie ? "
    " Toute oie oit, quand mon chien aboie le soir au fond des bois, toute oie oit : OUAH ! OUAH ! "
    " Qu'elle oit, l'oie ! "
  • Que ça fait du bien de relire ce sketch.
    J'ai connu Devos à ses débuts sur scène. Il contait tout en intercalant ses textes d'airs de clarinette. Je crois me souvenir qu'il n'était pas seul, mais en duo avec ??? C'était dans les années 50 au "Central" à Puteaux.
  • Robert Verbeke ?
  • Je vous parle d'un temps
    Que les moins de vingt ans (de soixante-dix...)
    Ne peuvent pas connaître
    Montmartre en ce temps-là
    Accrochait ses lilas
    Jusque sous nos fenêtres
    Et si l'humble garni
    Qui nous servait de nid
    Ne payait pas de mine
    C’est là qu'on s'est connu
    Moi qui criais famine
    Et toi qui posais nue

    Ricardo et Anne345, merci pour ces informations. Et en mémoire de ce grand artiste =>
    g35l.png
    Raymond Devos en 1946
  • Cette photo est tout à fait, au moins pour la coupe de cheveux, le genre de l'époque. Je me reconnais vaguement, mais huit ou dix ans plus tard et avec des moustaches fines, car en 46, je n'avais, que, 10 ans.

    @ Anne : en effet, ce nom me parle, et avec cette consonance flamande, c'est très possible.
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.