Fiches méthode Bac de français 2021

Bonjour à tous,

Je suis étudiante Erasmus qui a eu la malchance de s'inscrire à un cours de la poésie humoristique du XXe siècle. Mon université domicile m'oblige à effectuer un cours (n'importe quel) en littérature française et j'ai choisi celui pour lequel je n'ai pas de base ni académique ni culturelle: il s'est avéré que l'on va assez loin dans les analyses des poèmes. Donc, je m'adresse à vous.

Il faut que je rédige un commentaire sur Précisions de Tardieu. Si quelqu'un peut m'aider, je serai très reconnaissante. Je suis en train de parcourir la biographie de Tardieu en détail, mais je suis quand même bloquée sur certains points : est-ce qu'il s'agit du vers libre ? de l'homophonie et non pas de la rime ? Est-ce que Sermon au début renvoie au théâtre ? Est-ce que c'est le poète lui-même qui parle ? etc.

Mesdames, messieurs, je suis complètement perdue.
Je serai reconnaissante pour toute contribution, si petite soit-elle.
«1

Réponses

  • Jean Tardieu
    Monsieur Monsieur

    "Précisions (Sermon)"

    A d'autres les oiseaux qui oui oui qui chantaient…
    Pour moi c'étaient les trains en gare qui sifflaient
    les wagons qui cognaient la vapeur qui soufflait.

    A demain, à demain les saisons différentes…
    Aujourd'hui le bureau et qu'il pleuve ou qu'il vente
    sous un ciel sans saison la ville indifférente

    Mais les fleuves grondants mais les bois gémissants ?...
    Non non c'est le moteur des autos que j'entends
    le ruisseau du pavé la girouette au vent

    On voit dans les chromos de joyeuses fermières !...
    Sous l'averse je vois de pauvres ménagères
    Ou bien c'est la putain plus loin c'est la rentière.

    Dans les livres on dit que la pierre autrefois
    Parlait…elle est encore bourdonnante de voix
    La radio ronronne et traverse les toits.

    Où sont les longs loisirs et les longues pensées ?
    C'est de mois et de jours que je fais mes années
    Et les mois et les jours sont des choses comptées,

    Des piétinements sourds dans le fracas des rues
    Des rêves étouffés des marches descendues
    Et cette voix toujours en moi-même entendue !

    Mais je veux avouer je veux être présent
    Je nomme les objets dont je suis l'habitant
    Ne me refusez pas ma place dans le temps.

    Car si je me connais je sais ce qui me passe. Si je vois ma prison je possède ma vie. Si j'entends ma douleur je tiens ma vérité.

    Il s'agit de tercets rimés. Et rythmés.
    Le mètre utilisé est l'alexandrin.
    La présence croissante du "je" est sensible et donne à ce poème une tonalité lyrique, mais oui !
  • Je vous remercie énormément !

    J'avais l'impression qu'il s'agissait d'une hendécasyllabe. Peut-être j'ai raté une syllabe.
    J'ai du mal à comprendre ce que les deux derniers tercets veulent dire : qu'est-ce qu'il veut avouer exactement ? En plus, je ne vois aucun sens dans les deux derniers vers "si je vois ma prison je possède ma vie // si j'entends ma douleur je tiens ma vérité".
  • Jean-LucJean-Luc Modérateur
    Bonsoir,

    Il semble bien que ce poème soit une sorte de déconstruction poétique.

    Un peu dans la continuité de Baudelaire qui avait écrit : "Des poètes illustres s’étaient partagé depuis longtemps les provinces les plus fleuries du domaine poétique. Il m’a paru plaisant, et d’autant plus agréable que la tâche était plus difficile, d’extraire la beauté du Mal", Tardieu recherche dans la modernité urbaine et la banalité quotidienne sa source d'inspiration.
    C'est une forme de dérision accentuée semble-t-il par le bégaiement : Monsieur, Monsieur, oui, oui, non, non...
    Pourtant Tardieu revendique une place grâce à cette poétique triviale (mais néanmoins travaillée par la versification, les allitérations, les reprises, les aphorismes finals...)

    Comment comprendre les derniers tercets ?
    - une revendication de poète malgré la banalité des propos (mais qui se rachète par sa sincérité),
    - des aveux romantiques (à la Baudelaire) qui détonent à la fin de ce poème trivial, d'ailleurs l'effet est renforcé par la cessation subite de la rime dans le dernier tercet.

    Finalement ce poème est peut-être un art poétique qui veut s'inscrire dans l'insignifiance moderniste.
  • En plus, je ne vois aucun sens dans les deux derniers vers "si je vois ma prison je possède ma vie // si j'entends ma douleur je tiens ma vérité".
    Moi j’y vois l’expression d’une grande souffrance.
  • La parole à Jean Tardieu :

    https://www.paperblog.fr/6654360/mes-rencontres-avec-jean-tardieu/
    "Le commentaire fait partie de la vie permanente d'une oeuvre : les poètes ne seraient rien si l'on ne parlait pas d'eux avec intelligence et avec amour."


    "Si le poète cherchait directement à faire facile, ce serait désastreux car le poème perdrait toute vérité, il deviendrait artificiel."
  • Merci beaucoup à tout le monde pour avoir indiqué la bonne direction d'avancement ! J'espère que mon commentaire ne consistera pas en des bêtises uniquement. :lol:
  • Regarde aussi la struture

    Les 5 premiers tercets montrent comme une immersion du Moi dans le bruit, dans la ville, dans la pluie.
    Puis les cinq autres intériorisent le Je, avec les livres, avec le temps qui passe.

    Des spectacles ont mis en scène des poèmes de Tardieu sur fond musical ou de percussions.
  • Tardieu à quoi se réfère-t-il en disant "Dans les livres on dit que la pierre autrefois Parlait…" ? Je suis certaine que quelque chose d'essentiel se cache derrière ce vers, mais je n'arrive toujours pas à l'identifier.
  • Jean-LucJean-Luc Modérateur
    Bonsoir,

    Il s'agit peut-être d'une allusion à l'Évangile de Luc 19, 40 : "Quelques Pharisiens de la foule lui dirent : «Maître, réprimande tes disciples.» Mais il répondit : «Je vous le dis, si eux se taisent, les pierres crieront.»"

    L'ésotérisme utilise des pierres de voyance ou pierres parlantes.

    Enfin certains dispositifs architecturaux (comme dans le château de Cadillac) conduisent la voix des personnes placées dans les angles par l'arête des voûtes, alors que les personnes placées au centre de la pièce n'entendent rien.

    Ce peut être aussi une référence à la pensée animiste telle qu'on la trouve dans "Ce que dit la bouche d'ombre" des Contemplations de Hugo :
    Dieu n’a pas fait un bruit sans y mêler le verbe.
    Tout, comme toi, gémit ou chante comme moi ;
    Tout parle. Et maintenant, homme, sais-tu pourquoi
    Tout parle ? Écoute bien. C’est que vents, ondes, flammes
    Arbres, roseaux, rochers, tout vit !

    Tout est plein d’âmes.
  • Dans la Bible, les Tables de la Loi sont des tables en pierre sur lesquelles Dieu a gravé le Décalogue remis à Moïse (?)
  • Oui, à Moïse. Pourquoi ce "?" ?
  • Parce que je me demande si Tardieu fait allusion à ces pierres-là...
  • Oh-là-là je l'aurais jamais deviné. Il faut donc aussi étudier tous ces trucs bibliques :(
  • Il faut donc aussi étudier tous ces trucs bibliques

    Il faudra que tu t'appliques le titre : "Précisions" et non pas "trucs".
  • Il faut donc aussi étudier tous ces trucs bibliques
    Il faut => non, c'est toi qui vois. Personne ne t'oblige.
    C'est toi qui demandes, pas nous.
    Dans un texte énigmatique, tu cherches des interprétations, et tu nous demandes de l'aide.
    Tu dis que tu ne comprends pas. On essaie de comprendre pour toi(est-ce justifié, obligatoire, on n'en sait rien) juste pour te rendre service.
    Les "trucs" bibliques comme tu dis appartiennent à ce qu'on appelle les textes fondateurs et sont associés à l'origine de notre civilisation, de notre culture, tout comme la Bhagavad Gîtâ l'est pour la religion et la philosophie indienne.
    Evidemment, en littérature française, on va trouver beaucoup d'allusion à ces "trucs".
  • En effet, j'ai précisé que j'étais tout à fait préparée à étudier tout cela de manière plus détaillée juste parce que je vous crois, bien évidemment, car vous maîtrisez ces sujets. Donc, vous semblez tout simplement être offusqué par l'emploi du mot "trucs", mais je ne vais pas m'excuser pour cela car personne n'est censé être intéressé par tout ou être cultivé dans tous les domaines. Bien sûr, ces textes sont à la base de l'histoire humaine, mais il y a beaucoup d'autres domaines dont vous ne possédez pas forcément les connaissances. En plus, je viens des pays où l'éducation ne se concentre pas sur les textes bibliques ; le monde n'est pas la seule France. Le ton hostile et condescendant n'est donc pas nécessaire.
  • Si tu n'avais pas utilisé le mot "truc", je n'aurais pas bougé. Reconnais que j'ai apporté une contribution plus haut.

    Ton hostile ou condescendant, non, sûrement pas notre intention mais les exemples sont nombreux en littérature, notamment chez les romantiques, Hugo entre autres, où les allusions bibliques sont fréquentes. Cela dit, il y a d'autres références à décrypter si on le peut, les références mythologiques aussi et tant d'autres. La culture est donc un vaste champ d'investigation que personne ne maîtrise en son entier. :) Alors nous sommes tous modestes.
  • En plus, je viens des pays où l'éducation ne se concentre pas sur les textes bibliques ; le monde n'est pas la seule France.
    Franchement, on se moque bien de savoir d’où tu viens. Et si tu crois qu’on ramène tout à la France, qu’on n’a pas fait le tour du monde en vrai ou en lecture, tu nous prends vraiment pour des esprits étroits.
    Il se trouve apparemment que tu dois étudier un texte français.
    Et qu’il est peu probable que les pierres fassent allusion aux Moaïs de l’île de Pâques...encore qu’on n’en sache rien finalement...
    On formule des hypothèses...pour t’aider, je le répète encore.
    Alors qui est le plus condescendant de qui parle de trucs bibliques ou de ceux qui s’offusquent du langage relâché d’un étudiant ?
  • floreale a écrit:
    Si tu n'avais pas utilisé le mot "truc", je n'aurais pas bougé. Reconnais que j'ai apporté une contribution plus haut.

    Ton hostile ou condescendant, non, sûrement pas notre intention mais les exemples sont nombreux en littérature, notamment chez les romantiques, Hugo entre autres, où les allusions bibliques sont fréquentes. Cela dit, il y a d'autres références à décrypter si on le peut, les références mythologiques aussi et tant d'autres. La culture est donc un vaste champ d'investigation que personne ne maîtrise en son entier. :) Alors nous sommes tous modestes.

    Je n'ai pas écrit sur des forums depuis des années donc j'oublie parfois de m'adresser à une personne particulière. Je vous remercie pour votre contribution. En parlant du ton hostile, je parlais d'un autre personnage qui a une tendance à y avoir recours à cause d'un seul mot familier. :lol: Peut-être nous avons un exemple d'une différence culturelle ici, c'est tout.
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.