Fermeture du forum cet été

Du 1er juillet au 1er septembre 2022, le forum littéraire est en lecture seule : les discussions restent accessibles, mais il n’est pas possible d’envoyer une contribution.

Bon été à toutes et à tous ! 🌞

Pourquoi des écrivains ont-ils recours à la fiction pour transmettre des vérités ou des leçons ? — Forum littéraire

Méthode commentaire Méthode dissertation

Pourquoi des écrivains ont-ils recours à la fiction pour transmettre des vérités ou des leçons ?

Sujet bac français 2006 - Séries S et ES Dissertation :
Vous vous demanderez pourquoi certains écrivains ont recours à la fiction pour transmettre des vérités ou des leçons.
Que pensez-vous de ce sujet ?


Moi j'ai fait un plan analytique
1) déjouer la censure
2) toucher de nouveaux lecteurs qui ne veulent pas être ennuyés par de longs récits théoriques (instruire et plaire, procédés privilégiés, ironie chez Voltaire, le rire chez Molière)
3) Idée ou morale en action, c'est-à-dire une vision charnelle de l'argumentation (convaincre et persuader)
Persuader → poésie, il n'a suffi que de quelques mots à Hugo pour dénoncer le travail des enfants dans Melancholia : "où vont tous ces enfants dont pas un seul ne rit ?"

et dans la conclusion mon ouverture est : Est-ce que le recours à la fiction ne risque pas d’être un manque de crédibilité et évoquer le refus de la part des gens sérieux, comme le fait Rousseau, en accusant La Fontaine d'être immoral ?
«13456789

Réponses

  • SnoopySnoopy Membre
    Est-ce que quelqu'un sait à quoi est limité le sujet ? Ce que signifie le mot fiction ? Par exemple des histoires inventées dans un cadre réaliste (Germinal ...) c'est considéré comme des fictions ?
  • Oui tout à fait, on peut aussi citer l'Assommoir de Zola, ou l'on voit l'auteur qui invente l'histoire d'une jeune dame, Gervaise qui va sombrer dans l'alcoolisme, ainsi sa satire va prendre plus d'ampleur.
  • (petite parenthèse sur ce topic)

    Salut,

    en fait je m'attendais à un corpus de 4 ou 5 textes, et ce matin, surprise ! il n'y avait qu'un seul texte, mais il était long (2
    pages) : Alphonse Daudet : la légende de l'homme à la cervelle d'or

    Le texte se trouve dans cette page : Alphonse Daudet, Lettres de mon moulin, « La Légende de l’homme à la cervelle d’or »

    Le sujet était:

    I) Après avoir lu attentivement le texte, vous en dégagerez brièvement la morale, puis vous direz à quel(s) genre(s) on peut le rattacher. (C'était relativement simple)

    II)

    1) Commentaire
    Vous commenterez le passage suivant : "A quelque temps de là...souffrir". (l. 50 à 86)

    2) Dissertation
    "Malgré ses airs de conte fantastique, cette légende est vraie d'un bout à l'autre..." écrit Alphonse Daudet dans La légende de l'homme à la cervelle d'or.
    La question a été dite précédemment

    3) Ecriture d'invention
    A la reception de ce texte, "la dame qui demande des histoires gaies" décide de répondre à Alphonse Daudet. Dans sa lettre, elle évoque les émotions et développe les réflexions que cette histoire lui a inspirées.

    Killahm
  • Pour la question sur le texte ... pour vous c'est quel genre ? Moi j'ai mis conte fantastique et conte philosphique.
    Et pour la morale j'ai mis qu'il veut dire que l'argent ne fait pas le bonheur et une autre morale explicite sur la fin du conte montrant la misère de l'homme qui possède des ressources intellectuelles et qui doit donc travailler dur pour vivre.
  • MbuMbu Membre
    Je ne pense pas que les livres de Zola soient de la fiction car le sous-titre de la série des Rougon Macquart est "Histoire naturelle et sociale d'une famille sous le Second Empire"...

    Après moi j'ai plutôt dit que la morale était qu'il ne fallait pas être trop généreux avec les autres sinon on risquerait de se faire avoir d'être mené en bateau !
  • SnoopySnoopy Membre
    Pour la morale j'ai mis quelque chose comme ça aussi.
    Sinon pour le genre j'ai mis apologue, et le sous genre conte philosophique (je pense comme ça traite des rapports humains)
    Pour Zola, je pense que c'est de la fiction puisque fiction se définit comme faits non réels. Et les histoires racontées par Zola sont fictives, bien qu'elles soient mises en scène dans un cadre réaliste. Enfin je pense ...
    Sinon, le théâtre genre Molière et tout ça, ça rentre dans le cadre de la fiction aussi ?
  • MbuMbu Membre
    Bah oui, car par exemple dans l'Assommoir, Zola a fait des cahiers de notes en se promenant dans Paris pour avoir le plus de détails sur les bâtiments... et puis les rues citées dans le livre existaient et existent toujours...
  • sattesatte Membre
    Je trouve ton plan assez juste. Cependant, pour l'ouverture je n'aurais pas mis la même chose que toi.
    J'aurais parlé de l'autobiographie de Georges Perec : W ou le souvenir d'enfance

    En effet, dans ce livre (qui est très particulier car Perec fait alterner deux histoires, une écrite en italiques qui est la fiction, et l'autre en caractères latins qui est son autobiographie), c’est grâce à la fiction que l'on accède à la vérité.

    J'espère bien que tu l'auras ton bac :)
  • sattesatte Membre
    Pour ce qui concerne la question moi j'ai mis que c'était un apologue (en le justifiant par la définition court récit argumentatif où l'on peut en dégager une morale)

    Mais j'ai également dit que la première partie était une lettre (par la typographie et surtout l'apostrophe avant le corps de la lettre)
  • PascalPascal Membre
    Bonjour,

    Pour le genre j'ai également dit que c'était un apologue en définissant l'apologue et en ajoutant des arguments (avec la moment narratif et la morale finale argumentative)
    Pour la morale je ne suis pas d'accord pour dire que l'argent ne fait pas le bonheur je pensais à un truc du genre : trop de générosité c'est mal car on est victime des intéressés enfin reformulé mieux bien sûr .

    J'ai ensuite choisi le commentaire avec pour plan :
    I/ Un récit de fiction
    1) Des personnages fantastiques
    2) Une situation et des décors merveilleux

    II/ Un recit engagé et critique
    1) Une dénonciation de l'effet pervers de la femme sur l'homme
    2) Une morale finale : l'apologue

    Voilà... Bon j'ai jamais été bon en français je vise pas une super note mais je reste confiant...
    Qu'en pensez-vous ?
  • jeremjerem Membre
    Je crois avoir également mentionné le conte philosophique / fantastique présent dans le genre de l'apologue avec utilisation de différents champs lexicaux... et pour la morale sous forme de question posée sur la nécessité des choses... à méditer quant à "l'argent ne fait pas le bonheur" je ne suis pas trop d'accord...... et pour la dissert j'ai suivi un plan composé de deux axes à savoir le premier, la fiction un outil utile pour argumenter (adhésion du lecteur : utopie (eldorado...) ; lectorat "illimité" (fables de La Fontaine, contes philosophiques et enfin les atouts (vivacité du récit.....)) puis en deuxième partie les difficultés et enjeux mais moi-même je n'en suis pas très convaincu, qu'en pensez-vous ?
  • SnoopySnoopy Membre
    Vous avez reformulé comment le sujet de dissertation ? Parce que le sujet, c'était pas comment accéder à la vérité par la fiction, ce que je lis ici (enfin je crois)
    Transmettre des vérités = transmettre des idées que l'on estime vraies, rien à voir pour moi avec LA vérité.
    Pour moi, la problématique, c'est donc pas comment accéder à la vérité par la fiction mais comment la morale et des idées estimées vraies, passent mieux lorsqu'elles ont comme support une fiction.
  • Bonjour,
    Pour ce qui est de la première question, n'avez-vous pas eu l' impression qu' une multitude de morales pouvaient être formulées, et pour le genre, que la question était ambiguë : j'ai mis que c'était que cela appartenait au registre épistolaire, alors qu' effectivement, l'apologue est un genre, est-ce complètement stupide ou suis-je quand même susceptible de récupérer un minimum de points ?
    Merci.
    Un ex candidat stressé (de par son statut d'ex candidat qui (sûrement) raté).
  • jeremjerem Membre
    non je pense que tu auras les points qu'il convient de mettre à la question car tu as raison parmi le genre de l'apologue nous avons l'apologue lui-même donc ta réponse est bonne.
  • Oups, mon message était erroné, je voulais dire que j' ai mis que c' était un genre épistolaire sans même parler de l' apologue... Crois-tu qu' il en sera de même dans ce sens. D' un sens j' ai objectivement raison, d' un autre ma réponse n' a aucun intérêt dans le cadre de l' étude.
  • JFDZJFDZ Membre
    pareil moi j'ai mis que c'était du genre biographique épistolaire...... mais je pense que ce n'est pas trop ça.

    en revanche pour la morale, j'ai mis que les gens qui vivent de leur intellect peuvent souffrir de se creuser l'esprit pour satisfaire leur public et pour vivre.

    pour la deuxième partie du devoir j'ai choisi le sujet d'invention, mais je trouve qu'il ne portait pas vraiment sur l'objet d'étude.
  • PesCaPesCa Membre
    Moi j'ai choisi le commentaire.

    J'ai pris ce plan :

    I). Le bonheur de l'homme
    1). la femme
    2). les changements en lui
    3). l'autre côté de la femme (négatifs)

    II). Le malheur de l'homme
    1). la mort de sa femme
    2). les changements

    III). L'apologue unique
    1). sous forme de lettre
    2). l'anti-héroïsme
    3). la morale explicite et implicite

    Voilà, j'espère avoir aidé, renseigné, ou informé certains !

    ;)
  • fabienfabien Membre
    Bonjour,

    J'aimerais avoir votre avis sur le plan que j'ai effectué du commentaire sur Daudet :

    1.) La volonté de plaire chez Daudet au travers de la rigueur

    A) Une typographie d'apologue
    B) un esprit méthodique :
    - paragraphes distincts
    - narration riche : alternance des discours, etc.
    C) L'importance de l’exemple avec le récit :
    - discours narratif
    - discours descriptif
    - effet de réel

    2.) Une volonté didactique (d'instruire)

    A) Critique de l'hypocrisie amoureuse :
    - portrait péjoratif de la femme
    - aspect tout puissant : les ravages de l'amour
    B) Les victimes de l'envoûtement créé par la femme :
    - un homme dévoué et rempli de bonté
    - un homme qui gaspille son argent : critique de Daudet
    C) la morale : la généralisation de l'exemple : méthode expérimentale.

    Merci pour vos commentaires sur ce commentaire justement (!)
    Car j'ai peur d'avoir raté !!!
  • ln2006ln2006 Membre
    Hello !

    J'avais lu sur un site :
    La dissertation obéit à des types de plans qu'on peut ramener à quatre :

    le plan dialectique vous demande d'examiner un jugement, d'en montrer les limites voire de le réfuter (voir ce mot). C'est le fameux plan "thèse/antithèse/synthèse".
    On reconnaît aussi ce type de plan au libellé du sujet : les questions "Pensez-vous que...", "Dans quelle mesure peut-on dire que...", "Partagez-vous ce point de vue" etc. sont sans ambiguïté. Il vous faudra confronter les thèses avant d'exprimer nettement un avis personnel.
    le plan thématique s'apparente au contraire à l'exposé. Il ne vous demande pas de discuter une thèse mais plutôt de l'étayer (voir ce mot), c'est-à-dire de fournir un certain nombre d'arguments organisés capables de valider le jugement ou de répondre à la question qu'on vous a proposés.
    On reconnaît ce type de plan au libellé du sujet : ce peut être une question ("Qu'est-ce qu'un grand roman ?"; "Qu'est-ce qu'une œuvre engagée ?") ou une invitation à vérifier une affirmation ("En quoi a-t-on raison d'affirmer que...", "Montrez, commentez ou justifiez ceci...").
    le plan analytique, voisin du précédent, se propose d'examiner une notion en en envisageant les causes, les manifestations qui en découlent avant de proposer d'éventuelles solutions. Pour ces raisons, il est moins familier de la dissertation littéraire, dans laquelle néanmoins on peut rencontrer des libellés qui y invitent.
    le plan comparatif vous amène à établir un parallèle constant entre deux notions. Ce plan pourra les examiner successivement dans les deux premières parties avant d'élaborer une synthèse personnelle qui essaiera d'établir leurs points majeurs de ressemblance ou de discordance et de proposer un dépassement.
    Du coup, j'ai plutôt suivi un plan thématique, en enchaînant les arguments, et c'est ce qui m'inquiète un peu !
    Voilà ce que j'ai mis :

    - la fiction permet d'allier le rire et la réflexion : École des femmes, Molière : critique implicite de la domination homme/femme par le mythe de Pygmalion. Mise en scène du ridicule d'Arnolphe et de la naïveté d'Agnès fait que le récepteur est enclin au rire, et le mesage de l'auteur passe d'autant mieux.

    - le fiction rend l'histoire plus divertissante : les Fables de la Fontaine

    - la fiction fait passer le message plus facilement, le message est plus abordable : Candide/Zadig, conte philosophique de Voltaire.

    - la fiction permet d'éviter la censure : Montesquieu, les Lettres persanes, fait dire ce qu'il pense aux personnages.

    - mettre en mots des événements peut être difficile, et le recours à la fiction peut aider : Jorge Semprun, ayant vécu l'expérience des camps de concentration et voulant raconter son histoire "avec un peu d'artifice", comme un "espace de création ou de recréation"

    En fait ce qui m'inquiète, c'est sûr je n'ai pas réellement suivi de plan, ce sont des arguments qui s'enchaînent...
  • PesCaPesCa Membre
    Du coup, j'ai plutot suivi un plan thématique,en enchainant les arguments, et c'est ce qui m'inquiète un peu !
    Comme tu l'as souligné, un plan thématique est autant mieux que tout autre plan :)

    Je remarque en plus que tes différents arguments allient exemple littéraires et une bonne connaissance de ceux-ci ;)

    Une bonne copie comme celle-ci mérite une bonne note ^_^

    Bye :)
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.