Grammaire française Participe passé

Bonjour,

Mes profs, puis beaucoup de mes collègues, ont toujours critiqué la tournure "être intéressé à" comme étant un calque de l'anglais "to be interested in", qui serait fautif en français.
Or je viens de tomber sur cette tournure dans un document officiel : les Statuts du Codex Alimentarius :
Article 2
La Commission est ouverte à tous les États Membres et Membres associés de la FAO et de l'OMS intéressés aux normes alimentaires internationales.

Surpris, je consulte quand même le dico de l'Académie où je trouve :
Expr. Être intéressé à, avoir intérêt à, y être obligé, engagé par le motif de son intérêt. Vous êtes intéressé à empêcher cet abus d'autorité. Tous les citoyens sont intéressés à la prospérité, à la paix de l'État.
De ma vie je n'étais jamais tombé sur cette construction, hormis dans des traductions à partir de l'anglais. Vous paraît-elle courante ? habituelle ? vieillie ?

Merci d'avance.

Réponses

  • Voilà ce que dit l'Académie dans dire, ne pas dire
  • JehanJehan Modérateur
    Donc l'Académie contredit ici son propre dictionnaire. C'est amusant.
    https://www.cnrtl.fr/definition/academie9/int%C3%A9resser
  • Merci pour ces liens. Après réflexion, est-ce qu'il ne faut pas distinguer les deux sens d'intéresser ?
    1/ = Éveiller et fixer l'attention, la curiosité, captiver l'esprit par quelque attrait
    Auquel cas "intéressé à" serait fautif (selon le lien donné par Paulang, "il est intéressé à l'italien"

    2/ = Faire entrer quelqu'un dans une affaire, l'associer aux profits qu'elle peut engendrer.
    Auquel cas la construction serait acceptée... J'émets cette hypothèse car les exemples donnés semblent (?) ne concerner que cette deuxième acception ("Vous êtes intéressé à empêcher cet abus d'autorité." "Tous les citoyens sont intéressés à la prospérité, à la paix de l'État" : clairement il n'est pas ici question de "captiver l'esprit par quelque attrait").

    Qu'en pensez-vous ?

    Merci.
  • JehanJehan Modérateur
    Oui, bien sûr, l'interdiction de "intéressé à" ne concerne que l'acception 1, pas l'acception 2.
    Dommage que dans la rubrique "Dire, ne pas dire" le distinguo ne soit pas signalé.
  • TheRedRoomTheRedRoom Modérateur
    oui, bien sûr, les deux emplois du verbe sont très distincts. Ainsi dans ton exemple initial,
    Article 2
    La Commission est ouverte à tous les États Membres et Membres associés de la FAO et de l'OMS intéressés aux normes alimentaires internationales.
    , cela ne veut pas dire que la commission est ouverte à tous les membres qui s'intéressent aux normes alimentaires, mais à tous les membres qui sont concernés par les normes alimentaires.
  • Merci. Et cet usage vous paraît-il courant ? Je ne l'avais jamais rencontré auparavant dans un écrit franco-français...
  • lamaneurlamaneur Modérateur
    Le calque linguistique que critique l'Académie est "être intéressé à + infinitif".
    Je ne vois aucune contradiction. "Être intéressé à + substantif" est admis bien sûr.
  • JehanJehan Modérateur
    Cependant, dans le n°2 de leur dictionnaire, il y aussi un exemple avec l'infinitif.
  • lamaneur a écrit:
    Le calque linguistique que critique l'Académie est "être intéressé à + infinitif".
    Je ne vois aucune contradiction. "Être intéressé à + substantif" est admis bien sûr.
    Ça serait étrange quand même... car je ne vois pas le mal à substituer un complément nominal par un complément verbal, il me semble que c'est tout le temps possible en français, non ?
  • lamaneurlamaneur Modérateur
    Plus ou moins. Je crois au travail permet-il je crois à travailler ? Peut-être, mais c'est assez inhabituel. Et inversement "j'aime à me promener" ne rend pas très acceptable "j'aime à la promenade".
    Mais dans le cas particulier de "intéressé à + infinitif", il faut reconnaître que la situation est confuse entre le tour ancien, permis pour l'acception classique, et le tour nouveau dans l'acception nouvelle, considérée comme un anglicisme. Au point que, comme l'a bien remarqué Jehan, l'Académie s'est un peu contredite, mais après tout, elle a quarante voix plus quelques porte-paroles non académiciens, et il serait bien étonnant que tous parlassent toujours à l'unisson.
    Bon article sur la question en provenance du Québec :
    https://www.btb.termiumplus.gc.ca/tpv2guides/guides/chroniq/index-fra.html?lang=fra&lettr=indx_autr8BKE-TUZytps&page=9UfNGb57bdfc.html
  • Ce que je préfère dans l'article que tu cites, Lamaneur :) :
    Au terme de ce bref tour d’horizon, je dois dire que cette tournure ne me revient toujours pas. Cela tient sans doute au fait que j’ai été conditionné, mais c’est aussi parce qu’il est tellement facile de l’éviter.
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.