Grammaire française Participe passé

Bonjour à tous,

Pourriez-vous m’expliquer les différences de sens entre ces trois phrases ?

Tu connais un film qui soit bien ?
Tu connais un film qui serait bien ?
Tu connais un film qui est bien ?

Dans le livre que j’utilise, il est dit que, quand la relative contient une nuance de souhait ou de doute, on emploie le subjonctif et que, quand on veut insister sur la réalité de l’affirmation, on emploie l’indicatif ou le conditionnel.

Si cela me parait évident avec l’indicatif, j’ai en revanche plus de difficulté avec le conditionnel qui exprime pour moi l’éventualité et donc par conséquent, une nuance de doute.

Je vous remercie d’avance pour votre aide.

Réponses

  • Oui, le conditionnel exprime une éventualité.
  • Merci Laoshi.

    Dans ce cas êtes-vous d'accord avec moi pour dire que quand on veut insister sur la réalité de l’affirmation [dans une relative], on emploie l’indicatif mais pas le conditionnel, contrairement à ce qu'affirme mon livre.

    Voyez-vous par ailleurs une différence de sens entre ces deux phrases :

    Tu connais un film qui soit bien ?
    Tu connais un film qui serait bien ?

    Pour moi, elles expriment toutes deux une nuance de doute, d'incertitude par rapport à l'indicatif.
  • lamaneurlamaneur Modérateur
    Dans la mesure où il s'agit d'une question (tu connais ?), je me demande bien où vous faites porter le doute.
    Sur le fait que l'interlocuteur connaisse ou sur le fait que le film est bien ?
    En vérité, en y réfléchissant, je ne vois aucune vraie nuance entre
    Tu connais un film qui soit bien ?
    Tu connais un film qui serait bien ?
    Tu connais un film qui est bien ?

    Simplement, je n'aime pas trop la dernière tournure ; l'indicatif ne me paraît pas naturel avec la question.
  • Il me semble que :
    Avec le subjonctif la réponse exprime le sentiment de celui qui répond (il a vu le film).
    Avec le conditionnel la réponse exprime ce qu'il a entendu, lu sur le film (il n'a PAS nécessairement vu le film). La réponse est neutre.
  • JehanJehan Modérateur
    Bonne piste, effectivement, ce conditionnel dit "d'information incertaine".

    ...un film qui soit bien... (Il se peut qu'il y en ait un... C'est mon souhait, en tout cas.)

    ...un film qui serait bien... (Il se peut qu'il y en ait un... L'as-tu entendu dire ? ).

    un film qui est bien ( Il existe sûrement un tel film, un film indiscutablement bon. )
    Mais je suis d'accord avec Lamaneur, cet indicatif, peu naturel, est la moins pertinente des trois formulations.
  • lamaneurlamaneur Modérateur
    paulang a écrit:
    Il me semble que :
    Avec le subjonctif la réponse exprime le sentiment de celui qui répond (il a vu le film).
    Avec le conditionnel la réponse exprime ce qu'il a entendu, lu sur le film (il n'a PAS nécessairement vu le film). La réponse est neutre.
    Mais il s'agit de trois questions, pas de réponses !
  • Je ne l'ignore pas, mais c'est à travers la réponse qu'elles appellent que je fais, à tort ou à raison, la nuance entre les modes.
    Au demeurant, ce qui est écrit ici sur le conditionnel me conforte dans cette position. une hypothèse est peut-être vraie, peut-être fausse ; au questionneur de trancher.
    Vous ne ressentez pas dans serait un hypothétique absent dans le soit ?
  • JehanJehan Modérateur
    Dans mon message, j'ai donné trois interprétations sous-entendues des trois formulations de la question.

    Dans votre lien, il manque l'emploi du conditionnel dit d' "information incertaine", qui me semble être en jeu ici. Ce conditionnel, utilisé pour relater sous toutes réserves une information non avérée, est fréquent dans les articles de presse.
    Avec ce conditionnel, le questionneur demande à l'autre s'il a eu vent d'une information selon laquelle tel ou tel film serait bon.
    Et comme vous l'aviez pressenti, cela n'implique pas que le questionné ait lui-même vu le film...
  • On voit ici que ce conditionnel relève plus ou moins de l'hypothétique mentionné dans Français facile.
    Je n'ai pour l'heure lu que les trois premières pages
  • Jehan a écrit:
    Bonne piste, effectivement, ce conditionnel dit "d'information incertaine".

    ...un film qui soit bien... (Il se peut qu'il y en ait un... C'est mon souhait, en tout cas.)

    ...un film qui serait bien... (Il se peut qu'il y en ait un... L'as-tu entendu dire ? ).

    un film qui est bien ( Il existe sûrement un tel film, un film indiscutablement bon. )
    Mais je suis d'accord avec Lamaneur, cet indicatif, peu naturel, est la moins pertinente des trois formulations.

    Merci à tous pour votre aide !

    Concernant la troisième question avec la relative à l'indicatif, je suggérerais qu'elle n'est pas naturelle du fait que la plupart du temps le verbe est sous-entendu dans l'usage : "Connais-tu un bon film ?"
  • JehanJehan Modérateur
    Je ne pense pas que ce soit la bonne raison. L'expression sans verbe est simplement moins nuancée, elle peut remplacer n'importe laquelle de ces trois relatives.

    Si l'indicatif est peu adéquat, c'est qu'en général, quand on fait une telle demande, on n'a pas vraiment de certitude sur l'existence effective d'un tel film.
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.