En quoi le dialogue fait-il vivre l'espace scénique, mais aussi l'espace extérieur ?

Bonjour,
Voilà je suis une élève du CNED en première S et j'ai un devoir en français ou plutôt une question qui me pose problème sur le thème "Le texte théâtral et sa représentation, du XVIIe siècle à nos jours", avec un corpus de texte composée des textes suivants:
Maurice Maeterlinck, Pelléas et Mélisande, acte I, scène 4, 1893
Jean Giraudoux, Amphytrion 38, 1929,acte III,scène 6 (dénouement)
Ionesco,Le roi se meurt,1962,scène d'exposition
ANNEXE:Antonin Artaud,Le théâtre et son double, 1935
Et ma question de corpus est la suivante: En quoi le dialogue fait-il vivre, dans ces différents extraits, l'espace scénique, mais aussi l'espace extérieur?
Je vous avoue que cette question n'est pas très clair pour moi, et que je n'arrive pas à trouver des éléments de réponse, j'espère que vous pourrez m'aiguiller.
Merci

Réponses

  • SCÈNE IV

    Devant le château



    Entrent Geneviève et Mélisande.

    MÉLISANDE

    II fait sombre dans les jardins. Et quelles forets, quelles forêts tout autour des palais!...

    GENEVIÈVE

    Oui ; cela m'étonnait aussi quand je suis arrivée, et cela étonne tout le monde. Il y a des endroits où l'on ne voit jamais le soleil. Mais l'on s'y fait si vite... Il y a longtemps... Il y a près de quarante ans que je vis ici... Regardez de l'autre côté, vous aurez la clarté de la mer...

    MÉLISANDE

    J'entends du bruit au-dessous de nous...

    GENEVIÈVE

    Oui; c'est quelqu'un qui monte vers nous... Ah! c'est Pelléas... Il semble encore fatigué de vous avoir attendue si longtemps.

    MÉLISANDE

    II ne nous a pas vues.

    GENEVIÈVE

    Je crois qu'il nous a vues, mais il ne sait ce qu'il doit faire... Pelléas, Pelléas, est-ce toi?

    [383]

    PELLÉAS

    Oui!... Je venais du côté de la mer...

    GENEVIÈVE

    Nous aussi ; nous cherchions la clarté. Ici, il fait un peu plus clair qu'ailleurs; et cependant la mer est sombre.

    PELLÉAS

    Nous aurons une tempête cette nuit. Nous en avons souvent... et cependant la mer est si calme ce soir... On s'embarquerait sans le savoir et l'on ne reviendrait plus.

    MÉLISANDE

    Quelque chose sort du port...

    PELLÉAS

    II faut que ce soit un grand navire... Les lumières sont très hautes, nous le verrons tout à l'heure quand il entrera dans la bande de clarté...

    GENEVIÈVE

    Je ne sais si nous pourrons le voir... il y a une brume sur la mer...

    PELLÉAS

    On dirait que la brume s'élève lentement...

    MÉLISANDE

    Oui; j'aperçois, là-bas, une petite lumière que je n'avais pas vue...

    PELLÉAS

    C'est un phare ; il y en a d'autres que nous ne voyons pas encore.

    MÉLISANDE

    Le navire est dans la lumière... Il est déjà bien loin...

    PELLÉAS

    C'est un navire étranger. Il me semble plus grand que les nôtres...

    [384]

    MÉLISANDE

    C'est le navire qui m'a menée ici!...

    PELLÉAS

    II s'éloigne à toutes voiles...

    MÉLISANDE

    C'est le navire qui m'a menée ici. Il a de grandes voiles... Je le reconnais à ses voiles...

    PELLÉAS

    II aura mauvaise mer cette nuit...

    MÉLISANDE

    Pourquoi s'en va-t-il?... On ne le voit presque plus... Il fera peut-être naufrage...

    PELLÉAS

    La nuit tombe très vite...



    Un silence.

    GENEVIÈVE

    Personne ne parle plus?... Vous n'avez plus rien à vous dire?.., Il est temps de rentrer. Pelléas, montre la route à Mélisande. Il faut que j'aille voir, un instant, le petit Yniold.



    Elle sort.

    PELLÉAS

    On ne voit plus rien sur la mer...

    MÉLISANDE

    Je vois d'autres lumières.

    PELLÉAS

    Ce sont les autres phares... Entendez-vous la mer?... C'est le ven qui s'élève... Descendons par ici. Voulez-vous me donner la maini

    [385]

    MÉLISANDE

    Voyez, voyez, j'ai les mains pleines de fleurs et de feuillages.

    PELLÉAS

    Je vous soutiendrai par le bras, le chemin est escarpé et il y fait très sombre... Je pars peut-être demain...

    MÉLISANDE

    Oh!... pourquoi partez-vous?



    Ils sortent.

    [386]

    Si on regarde le premier texte, c'est la didascalie qui nous donne le décor de la scène qui se joue devant les spectateurs : devant le château. Les personnages évoquent le décor : obscurité, forêts ...
    Mais leurs échanges parlent aussi de ce qui est hors champ : la mer. On parle des bruits, d'un navire, du temps à venir ...
  • Bonjour,
    Merci de votre réponse,mais je ne comprends pas bien la question de corpus en fait, pour moi cette question est plutôt difficile, si vous auriez des pistes ce serait super.
    Merci
  • La scène se situe dans un espace défini par les didascalies et les personnages, par leur dialogue, leurs répliques, évoquent un espace plus large, intégrant le décor visible par les spectateurs dans un espace suggéré, plus large, à imaginer.
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.