Prépa littéraire Licence lettres modernes
Capes lettres modernes

Bonjour,
Je suis actuellement khâgneuse en plein mois de décembre pré-concours blanc en train de m'interroger sur mon avenir : je cherche plusieurs pistes pour me motiver. Comme je suis en khâgne lyon spécialité histoire-géographie, je me suis inscrite en histoire et en géographie dans la fac de ma ville. En septembre, je vais donc devoir choisir entre
- L3 classique histoire
- L3 contemporaine histoire
- L3 géo métiers enseignement
- L3 géo aménagement environnement
Sachant que je ne sais pas vraiment vers quels métiers me diriger, si ce n'est l'humanitaire, l'environnement(parce que je veux vraiment me sentir utile), voire la recherche en archéologie ou en sociologie (mais chercheuse me semble être un métier moins indispensable), quel parcours de licence serait le plus approprié ? Connaissez-vous des masters liés à l'humanitaire ? Est-il plus judicieux de terminer son cycle de licence en fac plutôt que de khûber afin d'obtenir une double licence ?
J'avoue que je suis assez perdue et que ma demande est plutôt confuse.

Réponses

  • Bonsoir,

    Bon courage pour les concours blancs !
    Quelqu'un d'autre te renseignera sans doute mieux que moi sur les licences d'histoire, mais je voudrais apporter deux précisions :
    - le seul intérêt de khûber, c'est de repasser les concours. Si tu veux ensuite aller à la fac, je pense que ça n'est pas du tout nécessaire.
    - as-tu regardé ce que proposaient les écoles de la BEL ?
  • Mon conseil serait de rechercher un stage, même non-rémunéré, pour découvrir ce domaine de l'humanitaire qui semble tant t'attirer.
    L'humanitaire peut vite devenir une carrière (dans le mauvais sens du terme), et j'ai rencontré des gens qui espéraient presque qu'une crise éclate dans tel ou tel pays pour y être envoyés en mission. Il y a aussi des guéguerres entres organisations, parce qu'elles sont toutes concurrentes les unes des autres, sur le marché de la misère. Sois sûre de ne pas idéaliser le métier avant de tirer un trait sur d'autres orientations qui au final pourraient mieux te correspondre.
    Pour remettre les choses en perspective, on peut vraiment se demander si un travailleur humanitaire au Soudan du sud est plus utile qu'un prêtre qui par ses sermons redonne espoir à une population brisée, ou qu'un conteur ou un chanteur qui la fait rêver. Certains travailleurs humanitaires répondraient non à cette question.
  • Bonjour,

    Même remarque que dans les autres posts : attention à ne pas idéaliser le milieu associatif et humanitaire, c'est parfois de beaux paniers de crabes... Sans compter qu'il n'est pas besoin de courir au bout du monde, il y a bien assez de misère autours de nous. Expérimenter et se confronter aux réalités du terrain est un bon moyen de faire des choix.
    Pour le fac tu peux faire une double licence et choisir un des deux parcours à terme. Tu dois aussi pouvoir, en fonction des facs, des résultats et du parcours, faire un master dans une discipline différente de celle de ta licence. Surtout pour les masters pro. Tu ne seras pas prioritaire mais avec un bon dossier et un passage en prépa ça doit être possible, en tout cas je l'ai vu faire.
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.