Grammaire française Participe passé

Rappel en latin kt devient yod+t.
Mais certains cas me posent problème
Auctoricare ou auctoridiare>otreier en AF octroyer français moderne .
Kt>t
Dans luctare>luiter>lutter c'est au contact du u que la yod part
Comme dans officina>uoisine>uisine>usine
Mais en gallo-roman oil et oc compris k+t > yod+t > ch en occitan
En occitan on a
Luctare> Occitan Luchar AF Luiter
Strictum>Occitan Estrech AF Estreit
Noctem>Occitan Nuèch AF Nuit
Mais Dactylum >Occitan dàtil AF Date
Ceci me fait conclure que datte viendrait d'un dattilo* en gallo-roman
Je cherche ici à savoir si mon hypothèse est vraie ou fausse ou plausible .

Il faut avouer que cela est troublant que ce mot dàtil n'ait pas subi l'évolution kt>ch .

Réponses

  • JehanJehan Modérateur
    Il serait intéressant de comparer avec l'évolution d'autres séquences akt...
    Donnent-elles également en occitan des mots avec ch, comme c'est le cas après les voyelles i o u ?
  • Je ne suis pas compétent en occitan, mais dans l'Appendix Probi (un des fameux recueils de "ne dites pas..., mais dites..."), cité par V. Väänänen (op. cit. p. 256), et datant du VIème siècle, je relève :

    - amygdala, non amiddula

    Si le groupe -gd-, dans ce type de mots tirés du grec et peut-être peu familiers aux locuteurs, était prononcé -dd- ; on peut logiquement s'attendre à ce que le groupe -ct-, son correspondant sourd, fût prononcé -tt-.

    Je ne trouve pas d'autre exemple.
  • Comme l'occitan et le français ont beaucoup en commun c'est pour ça que j'ai trouvé suspect que dactylum ne devienne pas dachil en occitan comme en français on a pas daile* l'occitan et le français font partis du groupe gallo-roman donc ont subi des évolutions phonétiques en commun
    Octo>Vuech
    On a factum>Fach
    Lactem>Lach
    Le problème est que des mots comme actif, restrictif , victime sont des emprunts . Actiu ,Restrictiu,Victima en occitan .
    Frictare>Frotter en Français Fretar en Occitan eux aussi ont kt>tt

    On a aussi otrejar en occitan et otreier en AF venant de auctoridiare* ou auctorigare* selon les sources.
    L'environnement le fait qu'il soit à côté d'un e est peut-être coupable de la non yodélisation du k l'origine grecque est une autre possibilité car rien ne dit que auctoridiare devienne auctridiare avec chute du o avant le 3 ème siècle où kt devient yod+t et après kt>tt .
    Je sais que dans lectionem c'est le cas Ktj>ttj au 3 ème siècle AF leçon

    Concernant amendula je pense qu'on peut le traiter comme amendla>almende ou bien comme amendula>amende(le)>amende écrit amande .
    Mais concernant dactylum cela a dû être dattilum puis la suite on la connaît chute de syllabe finale datte(le) etc....
  • Il n'y a pas tant de mots qui ont vu leur syllabe finale tomber à la suite du maintien de la pénultième atone. J'en ferai la liste dans quelque temps.
  • https://www.etudes-litteraires.com/forum/post514509.html#p514509
    Ici j'ai essayé d'en faire la liste.

    Ou bien d'un très ancien provençal datille je daterais cet emprunt au 6 ème siècle pour des raisons phonétique pour permettre a la syllabe finale de chuter et à la fois que le t intervocalique ne devienne pas en d .
    Même dilemme pour Antipole>Antibes surement d'un très ancien provençal antibole* car en occitan on dit Antíbol un b intervocalique doit devenir v .
  • Oui, mais il en existe d'autres qui n'ont pas survécu en français moderne parce qu'ils ont été remplacés par un dérivé savant. Leur traitement particulier m' "interroge", comme on dit.
  • Lesquels?
  • Eh bien par exemple : are < aridu ; ave < avidu ; ane < anate (FM bédane)...
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.