Grammaire française Participe passé

1235»

Réponses

  • J'ai pu observer des formes conservatrice en français .
    Aequale>égal le son k se sonorise en g le g reste intact et groupe -al lui aussi intact peut-être à cause d'un emploi proclitique.
    Aquila>Aigle groupe gl non palatalisé vigilare>veiller
    Pour aigle ou aigre qui est dans le même cas peut-être qu'une yod s'insère.
    Pour égal j'imagine une forme méridionale
  • Ce sont en effet des formes demi-savantes. En AF, on trouve couramment ivé, ivel, eval, etc... (cf aqua > (i)eve). Pour aigle, on trouve aussi aille et esgle.
    De même règle, aveugle, seigle...
  • Idem pour siècle
    On a seule dans la cantilène de saint Eulalie k intervocalique qui s'amuit.
    Le ae de saeculum diphtongue bien mais le groupe kl ne se palatalise pas.
    Mais pour aigle et aigre j'en ai eu la confirmation ici qu'un yod intervient.
    https://www.cnrtl.fr/etymologie/aigre

    Ou sinon pour focus feu je justifie le passage de uo à ue au VIIème à cause du u à côté du groupe uo.Donc on a fuou puis fueu et feu au VIIème. Sinon le passage de uo à ue se fait au XIème
    comme dans ovum uof puis uef au XI ème
  • On a encore fou(s) et même fuus dans la C. de R.
  • Même si j'ai bien peur que ces formes soient toutes des influences du latin avec "fou,lou,jou".La diphtongue est censée déjà être ue.
    Et dans la séquence de Saint Eulalie on a même des "zéro diphtongues" le stade ici est censé être uo comme dans Buona ou ruovet latin rogat le v étant une épenthèse évitant le hiatus au (VI ème-VIIème) je la daterais mais on a également des o devant normalement être des uo.
    Comme dans Volt lo seule lazsier on a (Vuolt lo seule laissier) serait beaucoup mieux.

    Sequana>Seine
    Sekwana I
    Segwana IV
    Sewana V
    Sewna VI
    Sena VI
    Senja VI Peut-être une mouillure du n a cause du e
    Senje VII
    Sene Disparition de la mouillure

    Je ne sais pas si ici il s'agit du kw qui se simplifie en w comme aqua AF ewe.


    Je pense que oculos>yeux et locum>lieu sont des traitements differents comme aurum>or et agnellum>agneau>agno toujours écrit comme agneau les deux ont connu au>o mais à des époques differentes.

    On a oculos>oclos>uolhs>uous>ueus>ieus pour yeux le passage de uou>ieu donc après la vocalisation l en u faite au VII ème avecc un ɯ̯ certaines sources disent qu'elle a été faite au X ème.
    Un PDF parlant de l implosif ou l mouillé implosif>ɯ̯
    http://ycmorin.net/wp-content/uploads/2012/11/2006-Histoire_phonologie_graphie_du_fran%C3%A7ais.pdf
    En acceptant que l implosif devienne ɯ̯ au VII ème alors l'évolution focus>feu que j'ai mise avant est juste.

    Polypum>pieuvre.
    Un mot combinant les deux problématiques évoquées auparavant avec o>ieu, cas analogue à oclos>ieus>yeux.
    Et un r épenthétique comme:
    *canapu>chanve>chanvre.
    spelta>espeute>espeautre>épeautre.
    Pour que l'épenthèse se déclenche j'ai l'impression qu'il faut qu'il y aie la séquence "consonne+consonne+voyelle finale", l'epenthèse dans ces cas se sont produites avant la vocalisation du l pour respecter la séquence "consonne+consonne+voyelle finale" .
  • On ne peut être aussi affirmatif. Le -r épenthétique apparaît ou non suivant les époques et les dialectes, après ou avant la vocalisation du -l. Ainsi, la forme espeaute est attestée.
    Pour FM chanvre, on a aux XIII -XIVème :
    - des formes sans épenthèse : caneve (P), canvene (P), queneve (P ou AN), chevane, chevene ;
    - des formes avec épenthèses -r ou -l : canbre (P), chainvle ;
    - une forme ou le -r est la seule consonne : kenre (AN).
  • Selon les dialectes le r épenthétique s'est produit ou non.
    Caneve, espeaute sont peut-être d'autres dialectes de langues d'oïl.
    Rien ne peut affirmer si cette épenthèse s'est produite à une époque donnée, car les attestations sont caduques, Chrétien de Troyes semble utiliser chanve, et chanvre.

    http://atilf.atilf.fr/scripts/dect.exe?BASE_LEXIQUE;SANS_MENU;AFFICHAGE=2;VED=chanvre
  • Ne jamais dire tel auteur, mais tel scribe, telle province. On a une famille de manuscrit ou Chrétien parle en franco champenois, d'autres où il prend un accent ch'ti :lol:
    Ha ! Dex, don ne trovera l'an
    l'omecide, le traïtor
    qui m'a ocis mon boen seignor ?
    Boen ? Voire le meillor des buens !
    Voirs Dex, li torz an seroit tuens
    se tu l'en leisses eschaper.


    Dix ! Sera il trouvés chaiens,
    l'omechide, le traïtour,
    qui m'a ochis mon boin seignour ?
    Boin ? Voire, le meillor des boins !
    Voir Dix, le tors en sera tiens
    Se tu le laisses escaper.


    Chrétien de Troyes, le Chevalier au lion, v. 1206 sqq.
  • Existe-il des mots ayant un r épenthétique avec la séquence "voyelle+consonne+voyelle" à la syllabe finale.
    A la syllabe initiale on a tesor>trésor , et veille>vrille se sont produits à des époques bien différentes.
  • On a pupitre < pulpitem ; rustre < rusticum (cf. rustaud) ; Chartres < Carnutes ; encre < enque < incaustum, dont on a déjà parlé ; tertre < termitem...
  • Pulpitum>pupitre.
    Pulpitu a un u qui ne semble pas chuter à cause du groupe tr qui s'est produit *pulpitru, ici l'insertion du r semble être antérieure au VII ème siècle date des chutes des voyelles finales.
    Patre>pedre>père, frater>fredre>frère, matrem>medre>mère le e reste.
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.