Grammaire française Participe passé

13567

Réponses

  • JehanJehan Modérateur
    Mais fronde peut aussi être issu de la forme attestée fonde, avec un R parasite comme dans trésor.
  • Ici l'étymon serait funda
  • JehanJehan Modérateur
    Oui, l'étymon de la forme fonde est bien funda.
    Et fronde vient peut-être de l'ajout d'un R parasite.
  • En fait, Bloch-Wartburg cite *fundula, diminutif de funda dont serait issu l'AF fonde.
    *fundula aurait donné l'italien fionde < *flonde < *fondle et le français "moderne" fronde < *flonde < *fondle.

    C'est finalement vieilfrançeis qui avait raison. Mais ce n'est pas pour autant une épenthèse.

    Une autre fois, je regarderai mes sources avant de poster.
  • http://www.treccani.it/vocabolario/ricerca/fionda/
    Fionda a comme étymon flunda* donc un amendla >almanda* certainement avant que le a devienne e ,et almendra en espagnol

    Passage de amandla>almanda vers le IV ou V ème siècle ? A voir
  • Difficile à dire, vu la concurrence des formes : outre les formes citées dans la discussion sur le mot, on trouve aussi alemandre et même alemandle (Godefroy) qui ne supposent pas un déplacement du l, surtout dans alemandle, formation vraiment très curieuse (erreur de lecture du ms ? Dans la cursive, il arrive qu'une lettre à hampe montante en reçoivent une seconde, en boucle, pour se lier à une voyelle, un e en l'occurrence. Et on peut prendre le dessin de la boucle descendante pour un l. Je ne dis évidemment pas que ce soit le cas).
  • Évolution phonétique de grammatica à grammaire
    1èr grammatika
    4 ème grammadiga
    6 ème grammaδiγa
    grammaδia
    grammaδja
    grammajδa
    7 ème grammajra δ>r
    gramajra
    gramajrə
    13 eme gramerə
    17 eme grameR r plus roulé et le ə part
  • Le "j", c'est en fait le yod ?

    Le passage de δ a r semble curieux, mais il n'est pas propre à ce mot ; c'est ainsi qu'on explique AF mire < medicum
  • oui "j" est le yod et non le son j de jeter
  • Et aussi daumaire < dalmaticam, artimaire < arte-mat[thema]ticam !
  • Quelle artimaire avait notre langue française pour changer d'état :lol:

    Concernant le e>a+consonne liquide ou e>consonne liquide+a il semble se produire vers le X-XI ème .
    Bilancia>belance>balance
    Zelosus>Gelos>Jalos FR mod Jaloux
    Trepalium>Trevail>Travail
    Delphinus>Delfin>dalfin pour dauphin.
    Derbita>Derte>Darte pour dartre.
    Mercatum>Merched>Marched pour marché
  • On n'est plus dans le problème de l'épenthèse.

    Ce traitement concerne le latin tardif, puisqu'on trouve marcatus, dalphinus, arundo dans des textes latins mérovingiens, ce qui peut laisser supposer *balancia, *trapaliu...

    Il peut s'expliquer par une assimilation avec le -a de la syllabe accentuée. Par contre, jaloux est plus tardif, vu qu'on a gelos dans l'Énéas. Je regarderai chez Fouché.
  • Merci.
    Concernant la dissimilation du n en r je me suis rendu compte que pour cophinus>coffre cette dissimilation doit dater du bas latin car on a vu avec estievne>estienne étape faite au VII ème siècle donc si on suit ce raisonnement on peut dire que le r a protégé le f d'une assimilation avec le n. cofne>cofre pour coffre. Le f reste donc le n>r s'est fait au bas latin.
    cofinus* >cofnu chute du pénultième au III ème car le f ne s'est pas sonorisé en v .


    Ce qui me chagrine c'est que on a cophinus>cofne dès le III ème car le ph ne s'est pas sonorisé en v comme stephanu>estevanu jusque là tout va bien mais le f ne s'assimile pas avec le n phénomène similaire estievne>estienne mais le n devient r .
    Donc j'en conclus qu'une consonne accompagnée de la nasale n se dissimilera en r au V ème quand la pénultième chute.
    Si on suit cette règle dès le V ème on a cofre.
    D'autant plus qu'on a le nom de famille estièvre qui vient stephanus passant par la forme estievne puis estievre cette évolution a dû se faire avant estievne>estienne car il faut un f , un d ou un v à gauche du n pour qu'il devienne r . Le r fait office de protection contre l'assimilation du f ou du v en n dans cofne>cofre ou estievne>estievre
  • D'après Fouché, coffre serait demi-savant. Le f aurait donc résisté à l'assimilation de sonorité et le -n serait passé à -r.

    En fait, la syncope n'aurait pas déterminé un groupe consonantique disjoint, comme dans la plupart des cas, avec une consonne implosive et une consonne explosive, avec ce schéma-là : *cof/ne, mais un groupe conjoint, avec un -f explosif, comme avant la syncope, donc plus résistant : *co/fne.
  • Tout comme la forme en AF juevre avec juvenem>jo/vne .
    On pourrait aussi faire pareil avec ordinem>or/dne et non ord/ne le d médian ne chutant pas donc le schéma ord/ne est le plus viable.
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.