Fiches méthode Bac de français 2020

CONSIGNE ; Sujet d'invention a partir de la rencontre de la princesse de Clève , vous réécrirez le premier paragraphe en changent de point de vue , vous utiliserez le point de vue de Mr de Nemour .

MON INVENTION : Suite à ses rencontre avec le duc de Bourgogne m,il alla à l'église et discuta avec le Pape.Le prince vu qu'il était tard et se précipita pour se parer et alla au bal et au festin royal. Au Louvre les invités arrivaient l'un après l'autre et parmi un groupe d'invité se trouvait Mr de Nemour de part sa grande et parfaite allure l'on en avait conclue qu'il avait mis toute la journée a se parer .Quand il entra dans la salle tous le monde admirait sa grande beauté , il en pris l'usage pour dansé avec presque toute les filles présente a cet occasion sauf une qu'il avait aperçut assise prés de Mr de Guise connu sous le nom de Mme de Clève qui est réputer dans le royaume pour sa grande et parfaite beauté, de plus se soir là elle avait elle aussi pris le soins de se parer ce qui amplifier son charme. Mr de Nemour secouer par la beauté s'assis peu de temps quand le roi constatant que personne ne danser a cet cérémonie ordonna a tous les invité de prendre pour cavalier de danse la personne qui se trouver prés de lui. Mr de Nemour et Mme de Cleve levèrent tous deux le tête ,l'on aperçut dans leur regard quelque chose de singulier, seul eux deux était libre , alors ils se mirent a danser ensemble par le grand étonnement de l'assembler .
Mots clés :

Réponses

  • JehanJehan Modérateur
    Bonjour.

    Mais si c'est le point de vue de M. de Nemours, il ne peut pas dire "M. de Nemours" en parlant de lui-même... Il doit dire "Je".

    Il serait bon aussi que tu donnes aussi le texte original du paragraphe, pour que l'on puisse comparer avec ce que tu as écrit.
  • Le point de vue de Mme de Clève est externe donc celui de M. De Nemours aussi
    Voici le texte principal:

    La Princesse de Clèves, Madame de La Fayette (1678)

    " Elle passa tout le jour des fiançailles chez elle à se parer, pour se trouver le soir au bal et au festin royal qui se faisait au Louvre. Lorsqu'elle arriva, l'on admira sa beauté et sa parure; le bal commença et, comme elle dansait avec M. de Guise, il se fit un assez grand bruit vers la porte de la salle, comme de quelqu'un qui entrait et à qui on faisait place. Mme de Clèves acheva de danser et, pendant qu'elle cherchait des yeux quelqu'un qu'elle avait dessein de prendre, le roi lui cria de prendre celui qui arrivait. Elle se tourna et vit un homme qu'elle crut d'abord ne pouvoir être que M. de Nemours, qui passait par-dessus quelques sièges pour arriver où l'on dansait. Ce prince était fait d'une sorte qu'il était difficile de n'être pas surprise de le voir quand on ne l'avait jamais vu, surtout ce soir-là, où le soin qu'il avait pris de se parer augmentait encore l'air brillant qui était dans sa personne; mais il était difficile aussi de voir Mme de Clèves pour la première fois sans avoir un grand étonnement.

    M. de Nemours fut tellement surpris de sa beauté que, lorsqu'il fut proche d'elle, et qu'elle lui fit la révérence, il ne put s'empêcher de donner des marques de son admiration. Quand ils commencèrent à danser, il s'éleva dans la salle un murmure de louanges. Le roi et les reines se souvinrent qu'ils ne s'étaient jamais vus, et trouvèrent quelque chose de singulier de les voir danser ensemble sans se connaître. Ils les appelèrent quand ils eurent fini sans leur donner le loisir de parler à personne et leur demandèrent s'ils n'avaient pas bien envie de savoir qui ils étaient, et s'ils ne s'en doutaient point.

    - Pour moi, madame, dit M. de Nemours, je n'ai pas d'incertitude; mais comme Mme de Clèves n'a pas les mêmes raisons pour deviner qui je suis que celles que j'ai pour la reconnaître, je voudrais bien que Votre Majesté eût la bonté de lui apprendre mon nom.

    - Je crois, dit Mme la dauphine, qu'elle le sait aussi bien que vous savez le sien.

    - Je vous assure, madame, reprit Mme de Clèves, qui paraissait un peu embarrassée, que je ne devine pas si bien que vous pensez.

    - Vous devinez fort bien, répondit Mme la dauphine; et il y a même quelque chose d'obligeant pour M. de Nemours à ne vouloir pas avouer que vous le connaissez sans l'avoir jamais vu.
  • JehanJehan Modérateur
    Le texte original, c'est le point de vue externe de l'auteur, ce n'est pas le point de vue de Mme de Nemours.
    Et tu trouves vraiment que dans ton texte à toi c'est le point de vue de M. de Nemours ?
  • C'est un point de vue externe et il fait écrire au passé simple. J'ai suivie le texte
  • JehanJehan Modérateur
    Moi, je ne trouve pas que tu aies bien respecté la consigne...

    Par exemple, au lieu de : alors ils se mirent a danser ensemble par le grand étonnement de l'assembler, j'aurais écrit : Alors, nous nous mîmes à danser ensemble, au grand étonnement de l'assemblée.

    Mais bon, attends d'autres avis.
  • J'ai trouvé que c un point de vue omniscient car le personnage principal est mis en avant
  • JehanJehan Modérateur
    "Personnage mis en avant", ce n'est pas du tout la définition de "point de vue omniscient"...
    Et tout à l'heure tu affirmais qu'il s'agissait d'un point de vue externe...
  • Désolé je me suis trompé. Nous avons vu en cour que le narrateur dit les pensé de M.de Nemours et de Mme de Cleve durant le passage ou ils dansèrent ensemble
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.