Bonjour à tous !

Cette année je vais commencer l'étude du grec moderne et l'année prochaine le grec ancien.

Je voulais savoir si l'un m'aidera pour l'autre dans l'apprentissage ou alors c'est complètement différent et je risque de m’emmêler les pinceaux ? :)

Merci !

Réponses

  • Pour avoir étudié les deux en commençant par le grec ancien, le grec moderne m'a toujours semblé plus simple ( déclinaisons, syntaxe) que le grec ancien. La prononciation du grec moderne est toutefois différente de celle du grec ancien mais on s'y habitue très vite. Certains automatismes acquis par l'étude du grec ancien peuvent être gênants mais cela se corrige aisément. Pour l'anecdote, lorsque devant des étudiants grecs, j'enseignais et je lisais Sophocle "à l'ancienne" , je suscitais de leur part des réactions "bienveillantes"... :)
  • Merci beaucoup ! =)
  • Je considère que le grec moderne est une langue plutôt facile à "baragouiner". Évidemment, comme avec toute langue, dépasser un certain niveau pose difficulté. Ainsi, la langue poétique peut s'avérer très difficile d'accès.
    Je me suis mis un peu à la "katharevoussa", la langue savante, qui n'est à présent pratiquement plus utilisée ; elle est plus proche du grec ancien sans en avoir néanmoins toute la complexité morphologique, notamment dans les conjugaisons.
  • Bonjour,

    J'aimerais me mettre au grec moderne, ayant déjà étudié le grec ancien. Me conseillez vous une méthode capable de tirer profit de mes connaissances existantes et d'aller plus vite dans l'apprentissage ? Les méthodes que j'ai envisagées (notamment Assimil) me font toutes repartir de zéro, ce que je conçois fort bien pour tous les aspects liés à l'oralité mais je trouve vexant qu'elles ignorent mon effort jusque là en grec ancien. Existerait-il une méthode qui fonctionne comme une passerelle ?
  • Non. Repars à zéro. Tu reconnaîtras du vocabulaire au fur et à mesure de ton apprentissage.
  • Est-ce que grammaticalement le grec n'est pas proche (ou du moins avoir des points communs) avec le russe ?
  • Non. Pas trop, me semble-t-il. Grammaticalement le russe me semble plus difficile, mais comme je ne maîtrise vraiment ni l'un, ni l'autre, même en les ayant étudiés il y a longtemps, on va attendre Jacques qui connaît bien les deux.
  • N'exagérons pas pour le grec. Je n'en ai fait que deux ans en fac. Je me débrouille dans le pays et je peux lire et écrire des textes simples, c'est tout. Il me manque beaucoup de vocabulaire.

    Non, le russe et le grec n'ont presque rien de commun :
    - le système verbal des langues slaves est original au sein des langues indo-européennes, celui du grec ressemble au nôtre (je parle du système, non de la morphologie) ;
    - les langues slaves, à l'exception du bulgare, connaissent une déclinaison à six ou sept cas bien vivants, le grec n'a que trois cas, et encore le génitif n'est-il usité qu'au singulier en démotique. Morphologiquement, ces trois cas ne ressemblent presque en rien aux cas russes correspondants. Seule leur syntaxe est à peu près comparable ;
    - il n'y a pas non plus de ressemblances lexicales sauf au niveau indo-européen, mais ces ressemblances sont masquées par des traitements phonétiques très différents. Comme toutes les autres langues, le russe a emprunté des mots au grec, bien sûr, mais il s'agit du grec ancien. En fait, il a plutôt calqué des formations déjà existantes en les adaptant.

    Le grec s'apprend beaucoup plus facilement que le russe...
  • Bon. En gros je n’ai pas dit trop de bêtises. :)
  • Précision importante : le génitif pluriel est inusité dans certains noms appartenant à des déclinaisons moins courantes.
    En fait, la tendance du grec démotique est de ramener son système à deux cas et d'utiliser des prépositions suivies de l'accusatif pour suppléer aux cas obliques.
    Ainsi, la préposition ἀπό ("de"), toujours suivi du génitif en grec ancien, est en grec moderne suivie de l'accusatif ; c'est d'ailleurs la raison pour laquelle la connaissance du grec ancien peut faire tromper !
  • Et est-ce que l'oral, la prononciation, est aussi importante dans le grec que dans le russe ? Ou du moins, est-ce qu'elle joue un rôle dans la compréhension comme en russe ou en chinois ?

    Je pensais le grec et le russe assez proche en fait.
  • Non, il est beaucoup plus facile de prononcer le grec que le russe, bien que le grec ait conservé une graphie conservatrice et qu'il ne soit donc pas noté phonétiquement. Il n'y a malgré tout aucune lettre "muette". La langue ne comporte pas de consonnes molles et les voyelles ont un timbre stable ; de plus, l'accent tonique est moins marqué qu'en italien, où il gêne parfois la compréhension des syllabes atones. On peut donc tout à fait prononcer correctement un mot inconnu dont on a la forme graphique, et inversement, d'autant qu'en grec, l'accent tonique, souvent imprévisible, est marqué à l'écrit. Ce n'est pas le cas en russe, sauf dans les textes destinés aux apprenants ou dans les dictionnaires.
    Par contre, les Grecs parlent très vite...

    L'alphabet cyrillique dérive de l'alphabet grec : certaines lettres ont donc une graphie identique ou presque : voilà bien le seul point commun.
  • Un tout grand merci ! :)
  • l'accent tonique est moins marqué qu'en italien, où il gêne parfois la compréhension des syllabes atones.
    On est d'accord que vous vouliez dire "en russe" ?
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.