Contre Ératosthène - μοι δοκοῦμεν

Bonsoir,

Désolé pour le troisième sujet que j'ouvre sur le grec ancien mais comme les réponses qui m'ont été apportées dans les précédents sujets ont été d'une aide précieuse, je réitère.

Le paragraphe 2 du Contre Eratosthène s'ouvre sur cette phrase : Τοὐναντίον δέ μοι δοκοῦμεν πείσεσθαι ἢ ἐν τῷ πρὸ τοῦ χρόνῳ...

Je connais l'expression dokei moi (il me semble) et j'aurais compris dokei ημιν mais je ne vois pas la construction de dokoumen moi. Nous semblons selon moi sur le point de souffrir une situation ... ? Le moi serait un datif éthique pour exprimer une implication affective de Lysias ? Au niveau du sens je suppose que ça veut dire que Lysias inclut dans son propos son auditoire.

Cette difficulté n'est pas un obstacle à la compréhension - la langue de Lysias est éminemment classique et le vocabulaire plutôt élémentaire - mais cette construction m'étonne.

Tant qu'à faire, vous pouvez me confirmer que πείσεσθαι est bien l'infinitif futur de πάσχω ? Ou alors ça vient de πείθω ?

Cordialement,

Maxime

Réponses

  • 1° μοι δοκοῦμεν = mot à mot "nous me semblons...", d'où "il me semble que nous..."

    2° Oui, πείσεσθαι est bien l'infinitif futur de πάσχω, avec le sens de "subir", "éprouver", mais ici, c'est quasiment le sens d' "arriver"

    "Il me semble qu'il va nous arriver le contraire de ce qui se passait à l'époque précédente"
  • Merci beaucoup de m'avoir fait bénéficier de votre expertise ! j'y vois beaucoup plus clair maintenant :)
  • Si vous êtes latiniste, pensez, comme équivalent, à la tournure videor mihi.
  • Sauf qu’ici, on a une première personne du pluriel.
  • Oui, mais la tournure latine peut aussi prendre les différentes personnes : videtur sibi, videmur nobis...
  • Mihi videmur ?
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.