Pensez-vous que le personnage de roman transpose dans un monde fictif ce qui est en chacun de nous ?

bonjour à tous !
J'ai une dissertation à faire mais je suis bloquée. Le sujet est : L'écrivain Milan Kundera écrit : "Les personnages de mes romans sont mes propres possibilités qui ne sont pas réalisées." Il entend par là que les personnages de ses romans représentent un aspect de lui-même, peut être effrayant ou excessif, ou qu'il n'a jamais osé développer.
Pensez-vous comme lui, que le personnage de roman transpose dans un monde fictif, ce qui est en chacun de nous ?
Mon problème est que je n'arrive pas à trouver des romans sur les quels je peux m'appuyer, j'avais pensé à Delphine de Vigan mais c'est peut-être trop contemporain.
HELPPPP !!!!

Réponses

  • Des axes à explorer peut-être :

    Le personnage de roman est un être de papier, sorti de l'observation, de la vie peut-être, de l'imagination du romancier.

    Le personnage : la part du moi de l'écrivain
    - des observations, des parts d'autobiographie déguisées
    - des créations de vies possibles, rêvées, fantasmées
    - des côtés inavoués, la part obscure

    Le personnage : la part du lecteur
    - le lecteur re-crée les personnages, les imagine
    - les héros positifs qui font rêver
    - les héros négatifs qui correspondent à la part de soi que l'on rejette

    Le personnage est miroir
    - il questionne
    - il est pourtant mirage
    - il est remis en question dans le nouveau roman
  • Merci beaucoup !
    Il y quelques idées que j'étais en train d'essayer développer mais j'ai du mal à trouver des romans ou des auteurs qui agissent de la sorte dans leurs livres donc si vous avez des idées je suis preneuse :D
  • Gustave Flaubert : "Madame Bovary, c'est moi".

    Amélie Nothomb : “Dans le roman, ô merveille, tout est permis. On peut tuer”.

    Albert Camus : “Les héros ont notre langage, nos faiblesses, nos forces. leur univers n’est ni plus beau ni plus édifiant que le nôtre. mais eux, du moins, courent jusqu’au bout de leur destin.”

    François MAURIAC : « Les personnages que les romanciers inventent ne sont nullement créés, si la création consiste à faire quelque chose de rien. Nos prétendues créatures sont formées d’éléments pris au réel; nous combinons, avec plus ou moins d’adresse, ce que nous fournissent l’observation des autres hommes et la connaissance que nous avons de nous- mêmes. Les héros de romans naissent du mariage que le romancier contracte avec la réalité. »
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.