La représentation de l'Afrique dans la littérature médiévale

Voilà un sujet que j'aurais aimé étudier pour mon mémoire de licence. Mais là, je cède petit à petit au découragement car il se trouve que les mentions de l'Afrique noire sont très éparses et très vagues dans les oeuvres médiévales (chansons de geste surtout) que j'ai consultées jusqu'ici. En outre, il me faut lire une pléthore d'ouvrages pour découvrir que le rôle des personnages africains n'est pas vraiment déterminant (Africains assimilés à des Sarrasins, Afrique synonyme de contrée lointaine...). Il me faut me rendre à l'évidence; j'ai bien peur qu'au final, il me soit difficile de construire quelque chose de consistant.
Je suis carrément en manque d'idées pour me réorienter vers un sujet circonscrit dans une oeuvre et pas très éloigné du thème principal, à savoir : l'Autre dans l'imaginaire médiéval.

Merci d'avance pour vos conseils.

Réponses

  • Bonsoir Ebène. Je comprends ton désarroi face à un sujet qui n'est pas évident. Mais peut-être est-ce là ce qui fait sa force. Tu peux au moins te targuer d'avoir un sujet original, qui n'a pas déjà été traité des millions de fois. En as-tu parlé avec ton directeur de recherche? Avant d'abandonner quelque chose qui te tient à coeur, et sur lequel tu as déjà commencé à plancher, vois avec lui ce qu'il en pense.

    Je crois savoir que les Africains sont effectivement assimilés très souvent aux Sarrasins dans les textes médiévaux. Et ceux-ci sont très souvent cités, même en dehors des chansons de geste (dans le Roman de Renart par exemple, à l'occasion d'une critique politique du fameux goupil à l'encontre du succès mitigé d'une croisade). Peut-être devrais-tu songer à étendre ton champ géographique. Choisir uniquement l'Afrique Noire est en effet très restrictif. Tu pourrais, par exemple, étudier la figure de l'étranger, qu'il soit africain, arabe, ou bien même européen. Cela t'oblige à ne plus te focaliser uniquement sur l'Afrique noire, tout en ne laissant pas tomber complètement ton sujet...

    Tu peux étudier cela dans les chansons de geste, bien sûr, mais pas seulement. Par exemple, dans le Roman de Renart (oui je sais, c'est toujours la même référence, mais il s'agit de l'oeuvre sur laquelle je m'appuie actuellement pour mon propre mémoire donc mes souvenirs sont très très frais) la figure de l'étranger est très souvent malmenée, et cela s'en ressent à travers l'utilisation de la langue notamment. Lorsque Renart se fait passer pour Galopin, il utilise un langage mêlé d'anglais, d'allemand, de français... Tout cela prête à rire et sert donc à rendre la situation comique. Il en va de même à travers la figure du chameau qui parle un italien déformé (représentation d'un certain homme d'Eglise italien je crois ayant vraiment existé). Lorsque les auteurs médiévaux parlent de l'étranger, il en ressort souvent de la crainte, ou de la moquerie (cette dernière étant évidemment l'une des conséquences de la première). C'est peut-être une piste, je ne sais pas...

    Le thème de l'Autre dans l'imaginaire médiéval est très intéréssant, mais cela prend en compte bien trop d'éléments éloignés de ton sujet initial, à mon sens. Le thème de l'étranger restreint déjà un peu plus. Mais ça reste un conseil et tu en fais ce que tu veux. ;) Sur ce, bonne continuation!
  • l'Autre, dans les textes médiévaux, c'est souvent le diable (Rabelais le dénomme ainsi, il n'était pas le seul)
  • Merci à tous les deux pour vos réponses.
    @ Aura. Oui, j'ai discuté avec mon directeur. Il m'a montré l'intérêt du sujet, de même que les difficultés qu'il présentait. Il n'a en aucun cas voulu me décourager, cependant je me rends compte qu'il s'agit là un bien gros morceau et le temps que je me suis imparti (un semestre) ne sera pas suffisant.
    Il serait peut-être plus raisonnable que j'élargisse mon sujet à la figure de l'étranger dans le cadre d'une oeuvre. Je pense opter pour cette piste, ainsi mes premières lectures ne seront pas totalement "perdues".
    Je lirai le Roman de Renart, mais si d'aventure quelqu'un a connaissance d'un texte médiéval où la figure de l'étranger est prépondérante, qu'il n'hésite pas à me le faire savoir.
    Merci.
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.