Grammaire française Participe passé

Lors de l'écriture d'une lettre administrative, je me suis posée plusieurs questions devant l'emploi de l'expression "je vous serai(s) très reconnaissante, de bien vouloir..." etc.

Dans le cas d'une hypothèse, exprimée en "si" après "reconnaissante", je suis sûre que le verbe être se conjuge au conditionnel.
Mais dans ce cas-là, le futur n'est-il pas aussi possible ?
Certes, la condition, ici, est sous-entendue, et je pencherai plus pour l'emploi d'un conditionnel.. mais le doute m'assaille.

Si vous avez une quelconque réponse à ma question... merci ;)
«1

Réponses

  • Salut ,

    Je pense que l'on peut formuler cette phrase de deux manières la meilleure étant quand même avec l'emploi du futur . J'ai très rarement vu dans une lettre l'emploi d'un conditionnel pour une formule de politesse , mais on peut l'employer aussi .
  • Bonsoir Pléonasme et P'tite Mimi,

    Je crois tout de même que le conditionnel s'impose, pour raison de bienséance et de politesse...

    L'emploi du futur conditionne les remerciements à une réponse effective, sinon : point de remerciements ! (c'est un peu sous entendu).

    Le conditionnel remercie dans tous les cas de figure : c'est beaucoup plus diplomatique !

    Je te recommande vivement le conditionnel !

    Muriel
  • Comme Muriel
    Le futur fait un peu "prétentieux" ,je pense que le conditionnel est plus respectueux.
  • A l'instar de Muriel, l'emploi du conditionnel s'impose dans une lettre administrative pour des raisons de bienséance.
  • bonjour,

    Voici l'article que j'ai trouvé à propos de " je vous serais reconnaissant ou reconnaissante"... :
    savoir gré

    Le 21 juin 1985, on a pu lire dans les journaux un article contenant la phrase suivante : « …Je vous serais gré de transmettre pour moi au Conseil national ce simple message : merci du fond du cœur… ».

    L’auteur de ces lignes a écrit serais gré au lieu de saurais gré, que l’on aurait normalement attendu à cet endroit. L’erreur semble minime, toutefois elle surprend le lecteur averti car elle apparaît dans un type de message où précisément on n’admet pas ce genre de confusion.

    « Savoir gré de quelque chose » signifie « avoir de la reconnaissance pour quelque chose ». On retrouve le mot « gré » dans des expressions comme au gré de, bon gré mal gré, veuillez agréer, de gré ou de force ».

    « Je vous saurais gré de... » signifie donc « J'aurais de la reconnaissance pour... ]je vous serais reconnaissant de...».

    On trouve « je vous saurais gré de… » dans des textes officiels ou administratifs d’un niveau relevé, où celui qui fait usage de cette expression est censé dominer parfaitement sa langue écrite.

    Or, il arrive que l’on confonde « je vous saurais gré » et « je vous serais reconnaissant » car les deux expressions signifient la même chose mais n’utilisent pas le même verbe.

    À l’avenir, je vous « saurais gré » de ne plus commettre cette confusion. Source : Le français en tête. LEBLANC, Benoît ; BOUGAÏEFF, André ; GODIN, Guy ; TOUSIGNANT, Claude, Service de l'information de l'Université du Québec à Trois-Rivières en collaboration avec le Département de français.
  • Bonjour,
    une petite astuce pour savoir si on doit accorder le verbe au futur ou au conditionnel : Remplacer le je, ou tu ou...par la première personne du pluriel, c'est à dire "nous" - En la circonstance par exemple si on doute sur la terminaison de "je vous serai(s)," on lit la phrase en remplaçant "je" par "nous" et ça donne ..."nous vous serions" donc dans ce cas on est au conditionnel. et ça marche -
  • Je suis en train de faire le conditionnel et je pense que ça en ai .
    mais il ne faut pas oublier que le conditionnel est un mode qui permet
    d'exprimer le doute , l'hypothèse , ....
    mais on ne peut pas non plus nier le fait que cela pourrait être du
    futur . :/
  • JehanJehan Modérateur
    Bonsoir.

    Bien sûr que c'en est. Il est en tout cas préférable ici au futur.

    Si on employait le futur, cela voudrait dire que l'on considère comme sûr le fait d'avoir à exprimer sa reconnaissance, et donc que l'on considère comme sûr que la personne fera ce que vous désirez.

    Comme le conditionnel exprime une simple hypothèse,
    on s'en sert aussi pour exprimer une demande polie, atténuée.
    Même si on le souhaite, on n'affirme pas que la personne va faire ce qui est demandé.

    Donc :

    "Je vous serais reconnaissant..."
  • Dans quels cas pouvons-nous utiliser :
    "Nous vous serions reconnaissant (sans s) ?
  • Bonsoir Untel,

    Dans le cas où le nous serait le nous de majesté. Voyez ce document.

    Muriel
  • JehanJehan Modérateur
    Bonsoir.

    Nous "de majesté", utilisé dans les écrits et déclaration d'un personnage officiel investi d'une autorité. :
    "Nous, préfet, serions reconnaissant..."

    Nous "de modestie", utilisé par un auteur :
    "Nous serions reconnaissant au lecteur..."

    Nous employé pour il (ou elle) lorsque le locuteur (mandataire officiel, avocat, notaire) parle en tant que représentant des intérêts de son client, dans le style officiel :
    "Nous serions reconnaissant à la Cour de reconsidérer ..."
  • Cette question est très intéressante, et j'ai toujours - peut-être à tort - écrit au conditionnel : "Je vous serais reconnaissant de...".

    Elle est d'autant plus intéressante que l'on peut lire plus loin :
    "Certes, la condition, ici, est sous-entendue, et je pencherai plus pour l'emploi d'un conditionnel.. mais le doute m'assaille.".

    Voila que la question - ou une autre - se pose encore : "je pencherai" ou "je pencherais" ?

    Merci de m'éclaircir, car j'aurais écrit : "je pencherais" ... et le doute m'assaille aussi !

    Zacques
  • Suite à des recherches approfondies dans les grammaires, j'en viens à la conclusion que l'on utilise savoir gré et de préférence au conditionnel pour marquer la politesse.

    Toutes ces informations me viennent du "Nouveau dictionnaire des difficultés du français moderne" de Hanse et de Blampain édition de 2008 comme ça vous êtes certains que ce ne sont pas des informations trop anciennes...
  • Merci Thib's ! =)

    Évidemment, il faut utiliser le conditionnel : "Je vous serais reconnaissant de...", il n'y a pas de doute, mais je vois mal un avocat dire à la Cour "Je saurais gré à la Cour de reconsidérer ..." ou encore un préfet écrire "Nous, préfet, saurions gré ...".

    La question se pose toujours : "je pencherai" ou "je pencherais" ? Personnellement, je pencherais plutôt pour "pencherais" ...

    Zacques
  • Bonjour,

    Comment conjugue-t-on "être reconnaissant" au présent ?

    je t'en suis reconnaissant / tu m'en es reconnaissant / il m'en est...
    je lui en suis reconnaissant / tu lui en es reconnaissant / il lui en est... ?
    je vous en suis reconnaissant / tu nous en es reconnaissant / il nous en est...
    je leur en suis reconnaissant / tu leur en es reconnaissant / il leur en est... ?

    Merci à vous
    Hela
  • JehanJehan Modérateur
    Le verbe être au présent varie en fonction des pronoms sujets et se conjugue tout à fait normalement : pourquoi en serait-il autrement ?

    Quant au premier pronom COI, ce n'est évidement pas de la conjugaison.
    On évite simplement ici deux pronoms de la 2e personne ou de la 1ère.
    Pas de "tu vous" ou de "vous te", pas de "je nous" ou de "nous me"...

    je vous en suis reconnaissant / tu nous en es reconnaissant / il nous vous en est...
    nous vous en sommes..., ils vous en sont...
  • Pour ma part, l'hésitation que j'aie en ce moment est relative à la forme "la plus correcte" parmi ces trois versions :

    je vous serais reconnaissant si vous pouviez me faire parvenir au plus vite ....
    je vous serais reconnaissant si vous pourriez me faire parvenir au plus vite ....
    je vous serais reconnaissant de me faire parvenir au plus vite ...


    Je vous saurais gré "si/de .... " venir à ma rencontre n m'éclaircissant là-dessus :P
  • La formule la plus courante est Je vous serais reconnaissant(e) de (faire telle chose).

    Je vous serais reconnaissant si vous pouviez (faire telle chose) est grammaticalement correct mais nettement moins utilisé :

    https://books.google.com/ngrams/graph?content=serais+reconnaissant+si%2C+serais+reconnaissant+de&year_start=1800&year_end=2000&corpus=19&smoothing=3&share=&direct_url=t1%3B%2Cserais%20reconnaissant%20si%3B%2Cc0%3B.t1%3B%2Cserais%20reconnaissant%20de%3B%2Cc0

    Je vous serais reconnaissant si vous pourriez (faire telle chose) est agrammatical.


    Bonus (!)

    - Plus poli : je vous serais reconnaissant(e) de bien vouloir (faire qqch.).

    - Contraignant mais poli (il s'agit de donner poliment une instruction, un ordre) : Je vous serais reconnaissant(e) de vouloir bien (faire telle chose).

    - Cette distinction (bien vouloir/vouloir bien) est encore en vigueur, par ex. dans l'administration centrale.

    - Je vous saurais gré de... appelle les mêmes observations.

    - Je vous serai [futur] reconnaissant(e) est correct. Ce futur dit « de politesse » sert à exprimer un ordre poliment. Il marque une obligation et (au moins théoriquement) une promesse de reconnaissance.
  • Merci beaucoup, c'est gentil !

    Mea culpa pour la forme fautive ... "si (conditionnel) + conditionnel". J'avais omis le conditionnel en pensant à la forme indirecte, qui, quant à elle, permet également au doute de m'assaillir ... En voici un exemple:

    Je me demande si vous pouviez/pourriez ...

    Quelle forme préférez-vous ?
  • Je me demande si vous pouviez/pourriez ...
    Quelle forme préférez-vous ?
    Je me demande si vous pouviez... étant incorrect, on n'a pas le choix.
    Il faut préférer : Je me demande si vous pourriez...
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.