Fiches méthode Bac de français 2020

Bonjour, je travaille sur ceci: "La première étude de l’homme qui veut être poète est sa propre connaissance, entière", affirme Rimbaud. Vous discuterez cette conception de la poésie en vous appuyant sur le corpus et sur vos connaissances.

Rimbaud a écrit :
La première étude de l'homme qui veut être poète est sa propre connaissance, entière; il cherche son âme, il l'inspecte, Il la tente, I'apprend. Dès qu'il la sait, il doit la cultiver; cela semble simple: en tout cerveau s'accomplit un développement naturel; tant d'égoistes se proclament auteurs; il en est bien d'autres qui s'attribuent leur progrès intellectuel ! - Mais il s'agit de faire l'âme monstrueuse: à l'instar des comprachicos, quoi ! Imaginez un homme s'implantant et se cultivant des verrues sur le visage.
Je dis qu'il faut être voyant, se faire voyant.
Le Poète se fait voyant par un long, immense et raisonné dérèglement de tous les sens. Toutes les formes d'amour, de souffrance, de folie; il cherche lui-même, il épuise en lui tous les poisons, pour n'en garder que les quintessences.
Ineffable torture où il a besoin de toute la foi, de toute la force surhumaine, où il devient entre tous le grand malade, le grand criminel, le grand maudit, - et le suprême Savant ! - Car il arrive à l'inconnu ! Puisqu'il a cultivé son âme, déjà riche, plus qu'aucun ! Il arrive à l'inconnu, et quand, affolé, il finirait par perdre l'intelligence de ses visions, il les a vues ! Qu'il crève dans son bondissement par les choses inouïes et innommables: viendront d'autres horribles travailleurs; ils commenceront par les horizons où l'autre s'est affaissé !



Poème de Clément Marot :
A un poète ignorant

Qu'on mène aux champs ce coquardeau,
Lequel gâte (quand il compose)
Raison, mesure, texte et glose,
Soit en ballade ou en rondeau.

Il n'a cervelle ne cerveau.
C'est pourquoi si haut crier j'ose :
" Qu'on mène aux champs ce coquardeau. "

S'il veut rien faire de nouveau,
Qu'il oeuvre hardiment en prose
(J'entends s'il en sait quelque chose) :
Car en rime ce n'est qu'un veau,
Qu'on mène aux champs.

Sur cette dissertation j'ai choisie le plan analytique qui sera en deux parties et deux sous-parties mais le problème c'est que je n'ai aucune idée sur ce dont je pourrai dire..pouvez-vous me donner des indices?
«1

Réponses

  • JehanJehan Modérateur
    Bonjour.

    Seulement ces deux textes, dans ton corpus ?
  • Ce n'est pas un corpus mais il y en a un autre mais ce n'est pas grave..
  • JehanJehan Modérateur
    Ce n'est pas un corpus ?
    Pourtant, tu as donné cette consigne :
    Vous discuterez cette conception de la poésie en vous appuyant sur le corpus et sur vos connaissances.
    Tu précises :
    mais il y en a un autre mais ce n'est pas grave
    Même si ce n'est pas grave... Quel est cet autre texte ?
  • Si, c'est un corpus..
    C'est le poème :
    Fonction du poète

    Dieu le veut, dans les temps contraires,
    Chacun travaille et chacun sert.
    Malheur à qui dit à ses frères :
    Je retourne dans le désert !
    Malheur à qui prend ses sandales
    Quand les haines et les scandales
    Tourmentent le peuple agité !
    Honte au penseur qui se mutile
    Et s'en va, chanteur inutile,
    Le poète en des jours impies
    Vient préparer des jours meilleurs.
    ll est l'homme des utopies,
    Les pieds ici, les yeux ailleurs.
    C'est lui qui sur toutes les têtes,
    En tout temps, pareil aux prophètes,
    Dans sa main, où tout peut tenir,
    Doit, qu'on l'insulte ou qu'on le loue,
    Comme une torche qu'il secoue,
    Faire flamboyer l'avenir !

    Il voit, quand les peuples végètent !
    Ses rêves, toujours pleins d'amour,
    Sont faits des ombres que lui jettent
    Les choses qui seront un jour.
    On le raille. Qu'importe ! il pense.
    Plus d'une âme inscrit en silence
    Ce que la foule n'entend pas.
    Il plaint ses contempteurs frivoles ;
    Et maint faux sage à ses paroles
    Rit tout haut et songe tout bas !

    Victor HUGO
  • I.Pour certains comme Marot, le vrai poète maîtrise les règles et en respecte les codes, les contraintes l'obligent à l'originalité. Hugo le poète se fait prophète et guide, pour d'autres comme Rimbaud, il est voyant, découvre l'au-delà du visible pour explorer l'âme humaine, il est peut-être encore porte-voix des émotions universelles, alerteur de conscience ou bien porteur d'un regard neuf sur les êtres et les choses qu'il révèle.

    II. Le poète transgresse aussi et ose la modernité dans la forme mais aussi dans les thèmes.

    III. Il est toujours un maître du langage.
  • Oh merci! :D Mais moi j'avais pensées plutôt à I. Connaissance du poète
    a) nécessité d’être voyant
    b) connaitre et enrichir son âme
    II. Poèsie nouvelle
    a) langage moderne
    b) créations d'autres univers.. :/
    Mais bon la votre et beaucoup mieux :)

    Il ne me reste qu'à chercher les arguments, vous me sauvez la vie la :P

    Ah oui et est-ce que ma problématique est correcte?
  • JehanJehan Modérateur
    Mais dans quelle mesure la première étude du poète doit-elle être, comme le dit Rimbaud, sa propre connaissance, la connaissance de soi ?
    C'est la question de corpus posée, la question à discuter.
  • Ah bah oui c'est vrai :|
    J'avais oubliée ;)

    floreale c'est une autre problématique ça?
  • La connaissance de soi pour explorer l'âme humaine : condition nécessaire ? Suffisante pour le poète ?
  • C'est nécessaire pour le poète d'apprendre de soi.. :|
  • JehanJehan Modérateur
    Et quels sont les arguments que tu as trouvés pour le démontrer, notamment dans les textes du corpus ?
  • Vous me parlez en même temps je comprends rien :|
    Jehan tu me parle du plan que j'avais mis en place ou celui de florale? :/
  • JehanJehan Modérateur
    Je répondais juste à ton message juste au-dessus du mien...
  • Bah j'aurai trouvée comme argument: Le Poète se fait voyant par un long, immense et raisonné dérèglement de tous sens. En disant que c'est un visionnaire et qu'il attire le regard :|
  • JehanJehan Modérateur
    Comment ça, "il attire le regard" ? Je ne comprends pas ce qui te fait dire ça, et n'est pas du tout le sujet.
    D'autre part, pour discuter la question de corpus qui est posée, tu ne dois pas utiliser seulement le texte de Rimbaud pour trouver des arguments...

    Je te conseille plutôt de réfléchir à la problématique donnée par Floreale :
    La connaissance de soi pour explorer l'âme humaine : condition nécessaire ? Suffisante pour le poète ?
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.