Grammaire française Participe passé

a) Il se sert de pinceaux pour peindre.// de = de des : on ne connais ni le nombre ni le type de pinceaux.

b) Il se sert des pinceaux de son ami.// des = de les : on sait quels sont ces pinceaux.(on connait le nombre et le type).

Dans la phrase b) on parle d'un déterminant contracté mais dans la phrase a) le mot "de" qu'est-ce que c'est vraiment ? il y a des
grammairiens qui disent que ce "de" est simplement une préposition d'autres disent que on pourrait dire que ce "de" cache d'une façon sous-jacente un déterminant indéfini contracté, mais hélas aucun livre de grammaire parle de cette possibilité. Que peut-on dire sur ce sujet ?

Réponses

  • C'est un des cas de déterminant zéro, oui des grammaires en parlent. Cherche loi de cacophonie.
  • Alors, le "de" de la phase a) il s'agit d'une simple préposition ?
  • JehanJehan Modérateur
    Oui. Voir la grammaire Riegel.
    L'article indéfini pluriel s'efface après la préposition de.
  • J'ai ce livre qui s'intitule la grammaire méthodique du français, c'est un ouvrage très technique.
  • JehanJehan Modérateur
    Certes, mais l'ouvrage dont tu m'as donné les références hier soir me semble encore plus technique, tu ne trouves pas ?
  • Je crois humblement que le livre de Riegel est pédant et utilise un langage que parfois on doit le décrypter et
    l'autre livre de Pierre Léon on peut le comprendre un peu plus.
  • JehanJehan Modérateur
    Je ne dirais pas "pédant"... Il est précis et méthodique. Il fait d'ailleurs autorité.
    Je trouve pour ma part que les termes techniques y sont plutôt bien expliqués.
    Et qu'y a-t-il de pédant dans la citation que je viens d'en faire ? ;)

    Quant à l'autre livre... C'est tout de même parce que tu trouvais le texte "trop technique" que tu as posé hier ta première question sur ce forum.
    Et ce livre me semble assez coûteux.
  • Que penses-tu de sujet suivant par rapport aux mots "de" et "du".
    Dans les phrases :
    a) Je ne bois pas de café.(sens universel)
    b) Je ne bois pas du café colombien.(sens spécifique)

    La phrase b) est-elle correcte ?
  • La phrase b est incorrecte.
  • lamaneurlamaneur Modérateur
    Elle a des chances de l'être mais tout dépend bien sûr du contexte.
    Je ne bois pas du café colombien, mais du café de Côte d'Ivoire, je t'assure, c'est marqué sur le paquet.
    De même qu'on pourrait avoir :
    Je ne bois pas du café ; c'est juste du thé un peu fort.
  • Par contre si la phrase citée par Federise est complète, c'est bien incorrect.
  • Federise a écrit:
    J'ai ce livre qui s'intitule la grammaire méthodique du français, c'est un ouvrage très technique.



    A mon avis, cet ouvrage est une des deux meilleures grammaires actuelles.
  • JehanJehan Modérateur
    C'est bien mon avis aussi...
  • lamaneur a écrit:
    Elle a des chances de l'être mais tout dépend bien sûr du contexte.
    Je ne bois pas du café colombien, mais du café de Côte d'Ivoire, je t'assure, c'est marqué sur le paquet.
    De même qu'on pourrait avoir :
    Je ne bois pas du café ; c'est juste du thé un peu fort.

    Tout à fait d'accord (cas de la négation partielle).

    Federise,

    Je ne bois pas du café colombien n'est même pas nécessairement incorrect.

    Sur cela et sur le problème général, voir notamment les liens cités ici :

    https://www.etudes-litteraires.com/forum/topic57120-emploi-de-de-ou-des-p3.html
  • Merci pour tes commentaires Roméo 31,

    Permettez-moi d'ajouter d'autres données que j'ai apprises d'un livre de grammaire écrit par Cécile Guerin, elle va plus loin encore dans les phrases :

    a) Ils ne prennent pas de croissants (sens négatif total)
    b) Ils ne prennent pas DES croissants italiens (sens négatif partiel)

    On peut conclure que la phrase b) est tout à fait possible.
  • Federise,

    Oui, elle est possible en application de la règle selon laquelle quand la négation porte non sur le nom mais sur l'adjectif postposé qui le qualifie, on emploie du, de la, de l', des (et non pas de).

    Madame, je n'ai point des sentiments si bas (Racine).
    C'est même une des raisons qui font que la dictature n'a pas des causes uniformes (J. Bainville).
    Il ne boit pas de l'eau pure, mais une potion odieusement contaminée (ex. forgé par les auteurs de l'ouvrage cité ci-dessous).

    Cette règle est rappelée par M. Grevisse et Michèle Lenoble-Pinson, Le français correct, Guide des difficultés, 6e éd., 2014, De Boeck supérieur, p. 196. Les trois ex. sont tirés du même ouvrage.
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.