13468916

Réponses

  • Je ne peux hélas pas vous éclairer, vu que je lis les auteurs russes dans le texte original, et que je n'achète guère de traductions. Je sais que Sylvie Luneau m'a égaré une fois sur le sens d'un proverbe que je croyais détourné, ce qui a provoqué une controverse (amicale) avec un membre du site. Mais on ne peut juger sur un aussi petit fait. Boris de Schlœzer est évidemment un grand nom, mais je le connais plus comme musicologue que comme traducteur ! Aucouturier a aussi traduit certains récits de Soljénitsyne.
    Désolé de ne pouvoir vous en dire plus.
  • Merci, Yvain ; j'aurais aimé pouvoir lire ces textes dans leur langue d'origine, comme vous le faites.
    Je continuerai donc à lire et relire les traductions proposées dans La Pléiade.
    Et pour Oblomov de Gontcharov, je pense que je vais acquérir l'édition dans la collection Bouquins chez Robert Laffont, dans sa version de 2016 qui contient également La Frégate Pallas.

    J'en profite pour signaler que j'ai terminé mon volume consacré aux Stoïciens, avec les Entretiens et le Manuel d'Épictète - ouvrages un peu arides mais instructifs, puis avec les Pensées de Marc-Aurèle que je ne peux que conseiller à tous. Je ne sais pas si l'on peut parler de modernité à propos de Marc-Aurèle, mais, malgré mes faibles connaissances de la philosophie, avec des écrits tels que ces Pensées, il me semble que les anciens avaient déjà réfléchi sur tous les grands sujets...
  • Bonjour,

    Moi j'ai commencé Avalanche Hotel, de Nicolas Tackian.

    Vraiment très chouette. Déjà, l'histoire se passe en Suisse dans le canton de Vaud, et la manière dont le récit est raconté est originale. Le héros, un policier, se réveille à l'hôpital après un coma de deux jours. Il a rêvé pendant ces deux jours qu'il en 1980 et qu'il était un détective privé qui devait retrouver une jeune cliente disparue. Une fois réveillé et de retour au commissariat il découvre que l'on a retrouvé une jeune femme inconsciente dans les montagnes et qu'elle avait sur elle une photo de la disparue…

    Je lis aussi Les hommes libres, de Frederic Lynn. L'histoire d'un jeune Français d'origine américaine qui est parti se battre aux côtés des séparatistes du Donbass.

    @ Freddy lombard

    Est-ce que vous avez pu commencer Oblomov ? Et si oui, qu'en avez-vous pensé ?


    Moi j'ai commencé Sympaty for the Devil.

    Pour l'instant, c'est peu emballant.


    Moi j'ai acheté pas mal de livres : dès que j'en vois un qui me plaît, je l'achète et tant pis si j'ai des lectures en retard. J'en ai que j'ai achetés en août 2018 et que je n'ai pas encore commencé.

    J'ai lu il y a quelques semaines Parfaite, avant qu'on ne parle d'en faire une série télévisée. C'est assez sympa de voir cette "romance" à travers les yeux d'un "malade". Le plus croyables est que ce personnage apparaît comme sympathique malgré ses actes. J'ai aussi lu La fille d'avant, qui raconte les "aventures" d'une jeune femme qui s'installe dans un appartement assez mystérieux.

    Là je suis occupé avec Devouchki, de Viktor Remizov, qui raconte l'arrivée à Moscou de deux jeunes "campagnardes" qui vont vite déchanter face à la réalité de la capitale.

    J'ai aussi terminé Maura Murray a disparu. C'est une enquête romancée qui raconte les recherches d'un journaliste qui s'est passionné pour l'affaire de la disparition de Maura Murray, qui n'a plus donné signe de vie depuis le 9 février 2004. De l'aveu même du journaliste, cette enquête est devenue une obsession et il a sorti un autre livre que je vais aussi commander.
    https://histoirescriminelles.fandom.com/fr/wiki/L%27affaire_Maura_Murray

    Je lis aussi de la bande dessinée et j'ai acheté The Division - Rémission, une BD adaptée du célèbre jeu vidéo. C'est très moyen et surtout mal dessiné, malheureusement.
  • Je viens de terminer
    L'ARBRE MONDE de Richard Powers.... EN fait je l'ai terminé hier matin... je n'arrive pas à me l'enlever de la tête... Beaucoup de poésie et un schéma narratif original. Il nous emmène bien au-dessus des cimes. Difficile de redescendre de l'arbre ensuite.
  • je lis Uglies :D un très bon roman sur la société de plus tard et du regard qu'on porte sur soit-meme :cool: déjà tome 3 et vous science fiction ou pas
  • Non, la science fiction en bande-dessinée uniquement. En roman je n'ai jamais accroché.
  • 23 mars.

    J'ai vu en DVD le Médée d'Euripide que j'avais lu il y a quelques mois, dans une traduction - nouvelle ? - de Myrto Gondicas et Pierre Judet.
    Il s'agit de la version qui a été créée et enregistrée dans la cour du Palais des Papes d'Avignon lors du festival, puis reprise au théâtre de l'Odéon, avec une excellente Isabelle Huppert dans le rôle titre et une excellentissime Emmanuelle Riva dans le rôle du chœur. En revanche, l'interprétation de Jason par Jean-Quentin Chapelain est pour le moins étrange.
    Je me permets de signaler ça ici car il me semble que, si les reprises des tragédies classiques deviennent rares, celles des tragédies et comédies antiques le sont encore plus. Le DVD est disponible sur la boutique d'Arte.
    Cela m'a évidemment donné envie de relire la traduction de Médée dans La Pléiade, pour « comparer » les textes - à mon niveau d'amateur lecteur et spectateur s'entend -, ainsi que de trouver une version du Médée de Corneille, que j'ai lue très récemment.

    28 mars.

    Je termine à l'instant Nicolas Nickleby de Charles Dickens.
    Totalement indispensable... comme tous les autres Dickens que j'ai lus pour l'instant !
    Il faut simplement respirer un grand coup avant d'aborder ces aventures littéraires au long cours (à l'exception d'Oliver Twist).
    Avec huit œuvres lues, je suis au milieu de mon parcours littéraire parmi les quinze grands romans de Dickens. :)
  • J'ai commandé Cartel de Camille Bouchard. C'est un auteur canadien édité par une maison canadienne, donc ma libraire n'est pas sûre de pouvoir obtenir le livre.
  • Mes épopées littéraires vont dans tous les sens ces temps-ci.
    Je lis beaucoup de livres en simultané, de genres différents, en langues différentes, de pays différents,... Pour le coup, on ne peut pas nier la variété !!
    -Mrs Dalloway de V.Woolf (c'est la deuxième fois que je le lis, la première fois était en français, j'avais moyennement aimé, mais là, en V.O j'ai totalement redécouvert le livre et j'aime beaucoup. Bien que le "stream of consciousness" de Woolf soit réputé ardu, j'apprécie la proximité avec les personnages. C'est très psychologique, ça me fascine.)
    -Humain, trop humain de Nietzsche, le format par petites pensées les unes après les autres me convient assez bien. Je me perds moins que dans un baratin incompréhensible qui dure 10 pages d'affilée. Bon, Nietzsche, c'est quand même parfois assez obscur, assez énigmatique, mais je m'accroche !!
    -Satiricon de Pétrone. Je le lis surtout pour le petit latin, mais sinon je trouve assez amusant de pouvoir apercevoir de plus près les trivialités du monde romain, chose dont nous sommes souvent privés avec les grands auteurs ;)

    Je lirai ensuite (ou pendant d'ailleurs, autant finir en vrac après avoir si bien commencé...) The Remains of the Day d'Ishiguro. J'en ai eu un extrait au Concours Général d'Anglais, ce qui m'a poussé à creuser un peu le sujet à la fin de l'épreuve, et mes recherches m'ont convaincue d'essayer.

    (Je lis aussi Le degré zéro de l'écriture de Roland Barthes, un essai littéraire, mais je ne vais pas m'éterniser puisque l'auteur est français...)
  • Virginia Woolf, Nietzsche, Pétrone, Ishiguro et Roland Barthes, quasiment en parallèle, respect. :)
  • Je viens de terminer Cartel, de Camille Bouchard, un Canadien.

    On y suit le destin, rédigé sous forme de nouvelles, de diverses personnes liées au cartel d'El Turco : un tueur, deux filles chargées de compter l'argent, un chauffeur spécialisé dans la contrebande…

    L'originalité est que chaque histoire est racontée avec un style narratif différent (en "je", en "tu", en "nous"), le reste étant un ouvrage agréable à lire, mais qui ne révolutionne pas vraiment le genre.

    J'ai fini Summer, de Monica Sabolo, un auteur suisse.

    Cela raconte l'histoire d'un homme dont la sœur aînée a disparu il y a plus de 20 ans lors d'un pique-nique au bord du Lac Léman.

    J'en attendais beaucoup mais j'ai été déçu.

    Il n'y a pas véritablement d'enquête, mais le récit de la vie de ce jeune homme depuis ce jour fatidique jusqu'à aujourd'hui. Ca aurait pu être intéressant, mais c'est assez lourd à lire. C'est intéressant de nous faire partager les pensées du personnage, mais c'est rempli de figures de style et l'ensemble est assez redondant.

    Et l'intrigue centrale, finalement, se résout un peu trop vite et trop facilement.


    Bonjour,

    Je termine Hook, de Michelle Miller.

    On y suit l'introduction en Bourse d'une application de rencontres par smartphone.

    Le livre a été écrite par une ancienne banquière qui se consacre maintenant à l'écriture.

    Le livre est génial, car en fait l'auteur se livre à une description et une critique en règle de ce monde "de l'argent organisé" où gravitent banquiers d'affaire cupides, investisseurs intéressés, PDG formés dans les grandes écoles et sans principes ni idées, analystes qui s'autoexploitent dans l'attente de promotions qui n'arrivent jamais…

    Le point commun de tous ces individus : ils sont pathétiques.

    On apprend également beaucoup de choses sur le fonctionnement de la haute-finance : stock-options, lever d'options, cash-out, beauty conquest, rédaction du S-1…

    Vraiment à lire.
  • Merci pour toutes des découvertes, Simon. De plus, tes choix sont très éclectiques. :)
  • Bonjour,

    J'ai trouvé d'occasion La chute de Berlin d'Antony Beevor, qui raconte les derniers mois de la guerre à l'Ouest.

    Je connaissais déjà assez bien les opérations militaires proprement dites, mais le livre apporte un éclairage qui je ne connaissais pas sur les crimes sexuels commis par l'Armée rouge.

    Apparemment, l'idée selon laquelle ces viols de masse auraient été commis par pure vengeance envers les Allemands est en bonne partie fausse. Il y a de nombreux témoignages et preuves qui montrent que de tels actes ont aussi été commis sur les femmes slaves des pays libérés par l'Armée rouge : Polonaises, Ukrainiennes, Hongroises...

    Même les femmes de l'Armée rouge ont été victimes d'agressions sexuelles de leurs "frères d'armes", et de façon parfois très brutales. D'après l'auteur, la situation se dégrade fortement à partir de 1944, quand les Russes pénètrent en territoire du Reich.

    L'auteur, très bien renseigné, attribue une partie de cette "sexualité primitive" à la nature même du régime stalinien. En fait, l'URSS de Staline avait créé une société presque asexuée où toute représentation érotique était bannie et parfois réprimée (homosexualité, adultère...), l'éducation sexuelle supprimée... Cet interdit sur la sexualité aurait finalement produit l'effet inverse.

    ---

    Sinon j'ai découvert Swissair : Histoire secrète de la débâcle. Je vais essayer de voir ce que ça vaut.

    Bonjour,

    J'ai acheté dans une solderie Route pour l'enfer, de Craig Holden.

    Je l'ai acheté sans grande conviction, mais finalement c'est une excellente surprise.

    On suit les aventures de Joe, un ancien vétéran de la Guerre du Golfe de 1991 (le livre date de 1996) et qui, par hasard, se retrouve mêlé aux affaires d'une secte. Ce sera le point de départ d'une chasse à l'homme sur fond de trafic d'armes, le tout dans l'ambiance de l'Amérique post-Waco.

    Les personnages sont vraiment intéressants et bien construits.

    Très bonne histoire.
  • 9 juin.

    J'ai terminé avant-hier la lecture de Waverley de Walter Scott.
    L'écriture n'est pas si facile, avec beaucoup de citations latines et beaucoup de références à l'histoire de l'Angleterre et de l'Écosse vers le milieu du XVIIIe siècle.
    Une larme d'émotion tout de même à la découverte du premier roman de l'inventeur du roman historique.

    12 juin.

    J'ai lu un agréable petit roman - très facile à lire, celui-ci - qui appartient également au cycle écossais de Walter Scott : Le Nain noir.
    Il peut-être conseillé à de jeunes lecteurs, avec ses ingrédients qui rendent le roman attrayant : une bonne histoire, de l'aventure, de l'amour, de l'action, un peu d'humour, un soupçon de peinture sociale et un contexte historique original... :)
  • Je lis Une colonne de feu de Ken Follet, troisième roman de la série Les Piliers de la terre.

    J'aime le cadre historique de ces romans et les personnages qui les font vivre. Ici, nous sommes au XVI ème siècle, donc sortis du Moyen Age. L'action pour le moment se passe en Angleterre, France et Espagne, avec l'ombre menaçante de l'inquisition omniprésente et la naissance du protestantisme.

    Ça s'annonce aussi passionnant que les précédents tomes...
  • Merci perluète de rappeler que l'Inquisition déborde largement sur la Renaissance et même au-delà, et ne se cantonne pas au Moyen-âge dont elle est devenue une sorte de symbole. Régine Pernoud s'est beaucoup battue pour ça.
  • Je suis en train de lire (et de découvrir!) Mishima avec son recueil de nouvelles La mort en été. Et pour l'instant, je le trouve tout simplement magnifique. J'avoue que passant en khâgne et le programme de littérature pour le concours de l'ENS pour 2020 étant entre autres Le récit bref, cette lecture est en partie une lecture à but scolaire même si elle n'en demeure pas moins agréable et marquante...

    Mais du coup, j'ai une dizaine d'oeuvres à entamer avant la fin du mois en vue de la rentrée, dont La révolution chinoise de Fairbanks que je commence à peine... bon, je ne sais pas si les ouvrages historiques ont leur place ici, mais je le cite quand même! Et d'ailleurs, même remarque pour les ouvrages philosophiques néanmoins, désolée si ce n'est pas leur place), je vais entamer le Traité de la réforme de l'entendement de Spinoza.

    De plus, j'ai commencé à découvrir l'oeuvre de la poétesse russe Marina Tsvetaeva.
  • Tous les ouvrages (« étrangers ») ont leur place ici.
  • Je relis El Narco, la montée sanglante des cartels mexicains, de Ioan Grillo.

    Ce livre est vraiment indispensable pour comprendre la situation actuelle au Mexique.

    Les racines de cette "guerre contre la drogue" sont bien expliquées : on y comprend d'une part le rôle joué par la transition politque en 1995, le rôle sans cesse croissant des Etats-Unis, mais aussi de la mondialisation et de la libéralisation économique qui a accéléré le processus de désintégration du système mexicain.

    On découvre notamment comment les Etats-Unis ont pu financer des organisations paramilitaires (Contras) grâce à l'argent de la drogue et comment le journaliste qui avait révélé l'affaire a été détruit par la "grande presse", comment l'éradication des Cartels colombiens a laissé le champ libre aux Mexicains, que la notion même de "cartel" est une construction discutable...

    Vraiment, à lire.


    Bonjour,

    J'ai fini mes provisions pour l'été :
    https://www.casimages.com/i/190704103806685841.jpg.html

    Je vais aller voir aujourd'hui pour Mont-Cinère et La fin d'un manoir. Ma librairie habituelle était fermée jusqu'à aujourd'hui normalement.

    Bonjour,

    D'après ma libraire, Mont-Cinère et La fin d'un manoir ne sont plus trouvables, du moins en Belgique.

    Mont-Cinère n'est plus édité, et La fin d'un manoir pas distribué en Belgique…

    :/
  • Je suis personnellement en pleine période de relaxation et de détente. En ce qui concerne ma lecture, elle est donc adaptée à cette période. Je lis donc Lord of the flies, roman de William Golding très connu mais vraiment appréciable. De plus, je lis The book thief en anglais ou encore Marina de Carlos Ruiz Zafon. Concernant la lecture françise, je me fais plaisir en relisant la trilogie (X3) de Maxime Chattam, AUTRE MONDE, qui est clairement ma lecture préférée de tout temps. Voilà ! ;)
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.