Lecture et culture littéraire en filière scientifique - Méthodologie

Bonjour à tous,

Je vais rentrer en première scientifique, et je me destine à une prépa MPSI.

Comme on pourrait s'y attendre, je dois travailler davantage la littérature, ayant plus de facilités dans les matières scientifiques.
J'ai donc décidé de m'imposer la lecture quotidienne de livres qui proviennent de cette liste (je me l'impose, mais j'en tire de plus en plus de plaisir).

J'ai besoin de conseils concernant la manière de m'y prendre pour cette lecture en gardant à l'esprit que moins d'un an me sépare de l'épreuve anticipée.
Me serait-il profitable de lire de la manière la plus analytique possible, en faisant attention aux moindres détails, en me posant le plus de questions possible, ce qui est très consommateur de temps ?
Devrais-je lire à une vitesse plus raisonnable, en ignorant certains détails qui me semblent moins importants, mais ainsi lire un plus grand nombre d'ouvrages ?

La question ne se pose, selon moi, que s'agissant de récits ou de théâtre : je crois indispensable de faire ce travail d'analyse plus poussée lorsqu'il s'agit de poésie ou de littérature d'idée.

Il me semble que lire en quantité me permettrait de me forger une culture littéraire plus variée.
De plus, je compte de toute manière m'aider de manuels contenant cours et exercices, me permettant d'apprendre, peut-être plus efficacement, à analyser des textes. Cela pourrait compenser l'analyse moins recherchée lors de mes lectures ?

Lorsque je parle d'analyse, je pense à la recherche de figures de style et leur interprétation, à la recherche de liens éventuels avec le cours, à m'attarder sur chaque mot afin de saisir le sens complet de chaque phrase, plutôt que seulement survoler les mots des yeux, seulement pour la compréhension de l'enchaînement des événements.
J'écris quand même une fiche de lecture, mais je m'attarde plus sur le sens général, mon avis sur l'ouvrage en général.

Un peu plus d'informations me concernant :

[list=*]
[*]La passion insatiable que j'avais très tôt pour les livres de fantaisie (je lisais tout le temps, partout) s'est estompée il y a quelques années. J'ai développé une grande aversion pour les livres en général, et je n'en avais plus ouvert, si ce n'est dans le cadre de l'étude d'œuvres en classe. C'est pour cela que je crois manquer cruellement de culture littéraire, et que j'ai décidé de m'imposer cette lecture quotidienne.[/*]
[*]Par ailleurs, cette idée n'est pas récente et remonte à quelques mois (durant lesquels j'ai lu très lentement, en quelques mois donc, L'Étranger, La Peste et Bel-Ami). Cependant je ne l'applique vraiment que depuis environ une semaine, durant laquelle j'ai lu les 100 premières pages de Germinal à raison d'une heure par jour, parfois réduite par mon manque de concentration temporaire (il m'est encore difficile, pour l'instant, de me concentrer longtemps sur un livre). Cela vous donne une idée de la vitesse à laquelle je lis, sachant que je prends des notes sur certaines choses qui me frappent, mais que je ne cherche pas vraiment à analyser en profondeur (j'essaie de faire des parallèles avec le cours, dans le cas de Germinal, sur le naturalisme par exemple).
[/*]
[/list]


Merci pour votre temps et vos précieux conseils.

Réponses

  • bonsoir

    Je trouve cela très bien que tu lises des livres pour mieux connaître la littérature par contre (comme l'indique très bien ta liste ,cela doit rester un plaisir)
    Tu lis Germinal : tu peux en effet faire une fiche sur l'auteur, la place de Germinal dans son œuvre .Le mot "naturaliste " je ne m'en soucierai pas pour l'instant.
    Ne passe pas trop de temps avec tes fiches , pense vraiment à la lecture "plaisir"

    voici un des nombreux liens du site qui te pourront t'aider

    https://www.etudes-litteraires.com/histoire-litteraire.php

    Il y a beaucoup plus (notamment sur les figures de style, les auteurs eux -mêmes..) (tu vas dans RETOUR AU SITE et tu trouveras beaucoup de choses qui t'intéresseront , j'en suis sûre !
    :)
  • Ne confonds pas la lecture cursive et la lecture analytique. Tu ne peux pas analyser un livre entier comme un extrait de quelques pages !
    Fais des fiches de lecture simples, ne serait-ce que pour te rappeler tes lectures, mais pas pour y retrouver un jour une analyse toute faite.
  • Je me permets d'ajouter qu'il peut être du meilleur effet d'écrire une citation de l’œuvre dont tu parles. Essaie d'en apprendre deux ou trois par livre lu.
    Une autre idée ne me paraît pas d'avantage superfétatoire : apprendre tous les résumés de romans du Lagarde & Michard, si ce livre-là est toujours en service. D'ailleurs, même s'il a pris sa retraite, la possibilité d'apprendre ses résumés demeure.
    Évidemment, c'est du bachotage, ce n'est pas du travail noble, mais si, lors de tes épreuves de français, tu sors à point nommé une allusion à l'histoire de tel roman et que ça t'apporte un point de plus à ta note, ce point changera peut-être le lieu où tu atterriras après ta prépa. Et cela aux prix d'un court labeur car ça prend peu de temps d'apprendre tous ces résumés (tu verras comme tu prendras l'habitude de bosser vite, une fois en prépa).
    Évidemment, cela ne doit pas se faire au détriment du travail dont tu parlais avec Anne. Quand on étudie sérieusement des livres, on voit bien que ça apporte plus à la matière grise que des résumés.
    Mais ton séjour en prépa a deux buts : développer ton savoir et te faire entrer dans une école qui te plaise. il ne faut pas que l'un des buts fasse oublier l'autre.
    Si tu bosses le français en prépa scientifique, tu verras que tu suivras des cours de français intéressants et qui te changeront les idées. Tu verras aussi qu'augmenter ta moyenne en maths te demandera beaucoup d'efforts alors que t'améliorer en français t'en demandera bien moins. Et beaucoup de taupins ne le comprennent pas. Ils se disent "bof, moi je ne suis pas terrible en français, c'est comme ça, et bosser tel livre n'y changera rien". Grosse bêtise car le français est une matière qu'on peut bosser avec profit.

    Ce sera pour toi l'occasion de mettre en pratique ce qu'on appelle le principe de Pareto que tu étudieras un jour ou l'autre :
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Principe_de_Pareto

    Petits efforts, petites connaissances, petits riens, ça peut faire au total beaucoup. Le logarithme tend vers l'infini alors qu'il n'est que la somme des 1/x, qui sont souvent de petits nombres. En français, ça se dit comme ceci : les petites rivières font les grands fleuves.
  • Merci pour vos deux réponses, j'en conclus qu'il vaut mieux que je lise sans analyser excessivement, et que je vois ça presque comme un simple divertissement.

    En ce qui concerne ce que me propose fidji45, je me base sur cette méthodologie pour mes fiches de lecture ; l'auteur et la place de l'ouvrage dans son œuvre y sont en effet évoquée.

    Je parle du naturalisme car les mouvements sont au programme de seconde, et semblent y occuper une place très importante. J'essaie donc simplement de mettre à profit les connaissance que j'acquiers.

    --- Edit (je n'avais pas vu la réponse d'Hippocampe) : ---

    D'abord merci d'avoir pris le temps d'écrire cette réponse pleine de conseils que j'apprécie.

    Concernant les livres de Lagarde & Michard, ce sont les six livres évoqués ici ? Ils ont l'air un peu chers, mais paraissent être des références, je vais certainement chercher à les acquérir.
    Hippocampe a écrit:
    Évidemment, c'est du bachotage, ce n'est pas du travail noble [...]
    Oh ! vous savez, on s'y habitue.
    Hippocampe a écrit:
    Tu verras aussi qu'augmenter ta moyenne en maths te demandera beaucoup d'efforts alors que t'améliorer en français t'en demandera bien moins.
    Je n'y avais pas pensé de cette manière là, mais je suis parfaitement d'accord avec vous.

    PS : J'aime beaucoup votre analogie avec les logarithmes, même si ne je ne les ai pas encore étudiés.

    D'autres réponses à cette question sont disponibles ici.
  • Bonjour Squirrel, je te conseillerais plutôt de lire des romans et des pièces, ceux qui t'inspirent parmi les "classiques" au programme des EAF, sans trop t'embêter à faire des fiches et tout ça. L'an prochain quand tu voudras citer l'une de ces œuvres ou lorsque tu en croiseras un extrait dans ton travail, pourquoi pas dans ta liste pour l'oral, il sera toujours temps d'y revenir de manière plus "scolaire" mais au moins tu auras fait ta lecture personnelle, ce qui est toujours plus intéressant et enrichissant. Avant l'entrée en première je trouve dommage de travailler l'été comme si tu entrais en prépa : lis de façon plus détendue, certaines oeuvres te plairont, d'autres non, mais fais-toi tranquillement ta propre idée et tu verras plus tard comment l'exploiter.
  • Merci d'avoir répondu.

    En réalité, ça ne m'embête pas de faire des fiches de lecture. Ça ne me prend pas beaucoup de temps : je note simplement certaines pensées qui me viennent durant la lecture, puis après avoir terminé le livre, je fais un petit résumé, je note les idées qui m'ont marqué, éventuellement deux ou trois citations comme l'a suggéré Hippocampe, mon avis.

    Je ne fais pas de liste exhaustive des personnages que l'on suit, des résumés par chapitre ou quoi que ce soit de ce genre.

    Sans faire cela, j'aurais beaucoup trop l'impression de ne lire pour rien, et que je ne retirerai rien de la lecture (ce qui n'est pas forcément justifié, je m'en rends bien compte).
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.