Grammaire française Participe passé

Bonjour à tous,

Dans un texte, je tombe sur une citation de Georges Clemenceau :
« Mon discours de réception aurait été d’une extrême violence et l’Académie aurait certainement usé de son droit en coupant tout ce qui ne lui aurait pas plu. Cela me déplaisait et pouvait tout déformer. Pourquoi me fatiguer à faire ce discours pour le voir tronquer ou même supprimer? J’ai préféré garder le silence. Du reste, on vit très bien sans être de l’Académie. »

Je me demande s'il n'y a pas une erreur dans la partie en gras : pour le voir tronqué ou même supprimé ?

Merci par avance pour vos avis éclairés.

Réponses

  • Pourquoi me fatiguer à faire ce discours pour le voir tronquer ou même supprimer par un censeur
  • "tronqué" et "supprimé" ne peuvent pas se concevoir aussi avec une nuance de sens ?
  • Effectivement. Il suffit de remplacer les verbes par un verbe qui ne soit pas du premier groupe :
    Pourquoi  me  fatiguer à  faire  ce  discours  pour  le  voir  interdit ?
    Pourquoi  me  fatiguer à  faire  ce  discours  pour  le  voir  interdire ?
  • C'était ma lecture ... :)
  • ComedoComedo Membre
    Du coup, il vaut mieux laisser l'infinitif... Et puis si c'est une citation.
  • Il n'y a pas de faute d'orthographe. En employant l'infinitif, l'auteur met l'accent sur la réalisation des actions de tronquer et de supprimer.

    = pour le voir en train d'être tronqué ou même supprimé.

    S'il avait rédigé le discours, il aurait pu employer des participes passé (tronqué et supprimé) pour mettre l'accent sur le le résultat des deux actions (tronquer et supprimer).


    = pour le voir une fois tronqué ou même supprimé.
  • Bonjour, je ne trouve pas sur le site (ni ailleurs) de réponse claire à mon hésitation.

    Dans la phrase
    « Elle passe sa vie à dire non aux questions
    qu’elle aimerait se voir poser dix ans plus tard. »,
    il y a ambiguïté pour moi entre deux significations :
    … aux questions qu'elle aimerait poser
    ou
    … aux questions qu'elle aimerait qu'on lui pose.

    Comment lever cette ambiguïté en conservant "de voir" ?

    Merci.
  • lamaneurlamaneur Modérateur
    Cette tournure est devenue foncièrement ambiguë et souvent mal comprise ; elle doit donc être évitée quand le contexte ne permet pas clairement de déterminer le sens voulu.
    Le sens le plus classique de la formule, et naguère quasiment le seul sens en pratique, est le deuxième sens. Pour le premier sens, il vaut quand même mieux supprimer le "se voir" qui n'apporte rien en dehors d'un soupçon d'introspection.
  • ok, merci lamaneur.

    Bonsoir,

    dans la phrase
    « Les interrogatoires avec le personnel n’avaient rien donné, sinon engendrer
    une hostilité mutuelle. », ne pensez-vous pas qu'il faudrait écrire plutôt : engendré ?

    Merci de vos avis.
  • JehanJehan Modérateur
    olivedenice a écrit:
    Dans la phrase
    « Les interrogatoires avec le personnel n’avaient rien donné, sinon engendrer
    une hostilité mutuelle. », ne pensez-vous pas qu'il faudrait écrire plutôt : engendré ?

    Il ne s'agit pas d'un participe passé mis en parallèle avec "donné".
    Il s'agit bien d'un infinitif (neutre) mis en parallèle avec le pronom neutre "rien".

    Les interrogatoires n'avaient rien donné ? Si, les interrogatoires avaient tout de même donné (produit) quelque chose : engendrer une hostilité.

    Tu aurais sans doute moins hésité si la phrase avait été tournée ainsi :
    À part engendrer une hostilité mutuelle, les interrogatoires n'avaient rien donné.
  • Explication limpide !
    Merci Jehan.
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.