Apposition / épithète

Bonjour,

le président Chirac
(le nom n'a aucune importance)

dans ce cas comment on fait la différence entre apposition et épithète ?

je n'ai pas trouvé la réponse ni dans ce qu'a écrit Edy, ni le bescherelle, ni wikipédia...

Claire1
«1

Réponses

  • Bâ Membre
    Bonjour…

    Je ne puis être sûr d'avoir la bonne réponse, mais il semble que si "président" est un nom, alors il y a une apposition. C'est-à-dire que vous juxtaposez deux éléments entre lesquels vous pouvez placer un signe "=".

    Si, en revanche, il s'agit d'un adjectif, alors ce ne peut plus être une apposition. En effet, un adjectif ne peut pas être "égal" à un nom.

    Je pense que le plus probable ici est qu'il s'agisse d'une apposition. D'ailleurs, n'y a-t-il pas généralement une majuscule à "Président" dans cette formule?
  • Le TLF dit
    Rem. La déf. de l'apposition, particulièrement délicate en raison de la variété de constructions qu'elle recouvre, est loin d'être la même chez tous les grammairiens ou linguistes.
    Procédé de construction syntaxique par lequel un terme est transposé de la fonction d'attribut en fonction de déterminant immédiat (ou quasi immédiat) d'un autre mot avec lequel il a en commun de désigner le même référent : Paris, capitale de la France (transposant Paris est la capitale : cas de déterminant immédiat), la ville de Paris (avec interposition de la prép. de : cas de déterminant quasi immédiat).
  • Bâ Membre
    Non. L'apposition est le fait de mettre à côté deux éléments qui sont équivalents.

    Par exemple: "Jacques Chirac, notre ancien président de la république (…)": vous avez deux groupes nominaux (un nom propre et un nom commun, peu importe…) qui désignent la même personne. Un seul suffirait.
  • chirac est bien apposé à president. nous avons aussi l'exemple de la tour eiffel: eiffel est apposé à tour, de même pour l'ingénieur eiffel.
  • Tu contestes le TLF, Bâ ?
  • le président Chirac

    dans le corrigé, ils disent que Chirac est épithète de président
    alors que pour moi c'était une apposition
    d'où ma question...

    Claire1
  • Ce serait davantage président épithète de Chirac, car ce n'est pas "président" qui est qualifié de "Chirac", mais le contraire !
  • Bâ Membre
    Tu contestes le TLF, Bâ ?
    Chère Léah, sauf à ce que j'ai rêvé, à l'heure où j'ai rédigé mon message, vous n'aviez pas inscrit encore la définition du TLF… Cette définition, je ne la conteste nullement.
  • Oh mes excuses j'ai du me mélanger les yeux !
  • Bâ Membre
    Pourtant, en effet, votre message apparaît bien au-dessus du mien et il n'est pas fait mention de ce que vous l'auriez édité.

    Mais ce n'est pas (ou je dois m'inquiéter) celui que j'ai lu avant d'y répondre! Je ne comprends pas!
  • Léah,

    la question est
    le président Chirac

    la question porte sur Chirac

    leur réponse est
    Chirac est épithète
  • Claire, j'ai bien compris, mais je suis pas d'acc avec cette correction :)
    Bâ, les mystères de l'informatique sans doute
  • Jean-LucJean-Luc Modérateur
    Bonsoir,

    Je crois que c'est une question de terminologie.
    Le lien ci-après donne des éléments de réponse.
    Ici.
    Ce qui est amusant dans cette affaire, c'est que tout le monde a raison.
  • Bâ Membre
    Re-bonsoir…


    Merci, Jean-Luc, pour ce lien intéressant…


    Claire, tout comme Léah, je n'acceptais pas vraiment cette réponse que vous donnez. Mais j'ai finalement revu ma copie…


    Si j'écris "Le roi de France de 1661 à 1715, Louis XIV (…)", alors il y a une stricte égalité dans le signifié des deux groupes qui se trouvent de part et d'autre de la virgule. On peut écrire "=" et choisir d'utiliser ou seulement le nom ou seulement la périphrase.


    Si nous sommes en 2005 et que j'écris "le président chirac", le plus logique est de parler d'apposition. En effet, "président" employé seul est une ellipse pour "président de la république (française)" et, à un moment donné, il n'y a qu'un seul président de la république, en l'occurrence, à cette date, Jacques Chirac. Son nom est donc déjà contenu dans "le président", et de le rajouter semble pléonastique.


    Mais, si vous parlez du "président Chirac" en ce 30.VIII.07, c'est différent. En effet, "président" n'a plus alors son sens évident du "président actuel de notre pays"; il a juste le sens, par ellipse, de "président de la république (française)". Aussi, il pourrait désigner n'importe-qui des six présidents de la cinquième république, ou même des autres, d'ailleurs. Le nom de Chirac n'est pas forcément contenu dans ce substantif. Alors, lorsqu'on écrit à côté "Chirac", cela n'a rien de redondant, ce n'est pas pléonastique; cela permet de savoir de quel président l'on parle.


    En ce sens, je pense qu'il est logique de parler de substantif épithète.
  • merci beaucoup
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.