Fiches méthode Bac de français 2020

Coucou!

j`ai besoin d`un coup de main avec le commentaire compose sur "le fou et la venus" de baudelaire.

Le texte:
LE FOU ET LA VÉNUS

Quelle admirable journée ! Le vaste parc se pâme sous l’œil brûlant du soleil, comme la jeunesse sous la domination de l’Amour.
L’extase universelle des choses ne s’exprime par aucun bruit ; les eaux elles-mêmes sont comme endormies. Bien différente des fêtes humaines, c’est ici une orgie silencieuse.
On dirait qu’une lumière toujours croissante fait de plus en plus étinceler les objets ; que les fleurs excitées brûlent du désir de rivaliser avec l’azur du ciel par l’énergie de leurs couleurs, et que la chaleur, rendant visibles les parfums, les fait monter vers l’astre comme des fumées.
Cependant, dans cette jouissance universelle, j’ai aperçu un être affligé.
Aux pieds d’une colossale Vénus, un de ces fous artificiels, un de ces bouffons volontaires chargés de faire rire les rois quand le Remords ou l’Ennui les obsède, affublé d’un costume éclatant et ridicule, coiffé de cornes et de sonnettes, tout ramassé contre le piédestal, lève des yeux pleins de larmes vers l’immortelle Déesse.
Et ses yeux disent : — « Je suis le dernier et le plus solitaire des humains, privé d’amour et d’amitié, et bien inférieur en cela au plus imparfait des animaux. Cependant je suis fait, moi aussi, pour comprendre et sentir l’immortelle Beauté ! Ah ! Déesse ! ayez pitié de ma tristesse et de mon délire ! »
Mais l’implacable Vénus regarde au loin je ne sais quoi avec ses yeux de marbre.

Je voulais faire mon commentaire selon les points suivants:
I. Deux mondes differents: nature vs hommes
a) Nature personifiee, les choses vivent leur vie comme les hommes
b) joie de la nature vs tristesse du fou
c) la beaute vs le ridicule

II. la cruaute dans le monde du beau
a) inferiorite du Fou envers la venus
b) la nature rivalise aussi entre elle,
c) Il n`y a pas de communication entre le Fou et la venus, pas de place pour celui qui est laid parmi les choses belles

Est- ce que ca irait comme un plan? merci pour vos opinions

joanna

Réponses

  • Jean-LucJean-Luc Modérateur
    Bonjour Joanna,

    Ton plan pourrait convenir. Mais il me semble que tu devrais d’abord définir ton parcours de lecture. Quelle est l’intention de Baudelaire ? Que signifie ce petit tableau ? Ton plan répondra alors à la signification d’ensemble que tu entends donner à ta lecture.
    LE FOU ET LA VÉNUS

    Quelle admirable journée! Le vaste parc se pâme sous l'œil brûlant du soleil, comme la jeunesse sous la domination de l'Amour.

    L'extase universelle des choses ne s'exprime par aucun bruit ; les eaux elles-mêmes sont comme endormies. Bien différente des fêtes humaines, c'est ici une orgie silencieuse.

    On dirait qu'une lumière toujours croissante fait de plus en plus étinceler les objets; que les fleurs excitées brûlent du désir de rivaliser avec l'azur du ciel par l'énergie de leurs couleurs, et que la chaleur, rendant visibles les parfums, les fait monter vers l'astre comme des fumées.

    Cependant, dans cette jouissance universelle, j'ai aperçu un être affligé.

    Aux pieds d'une colossale Vénus, un de ces fous artificiels, un de ces bouffons volontaires chargés de faire rire les rois quand le Remords ou l'Ennui les obsède, affublé d'un costume éclatant et ridicule, coiffé de cornes et de sonnettes, tout ramassé contre le piédestal, lève des yeux pleins de larmes vers l'immortelle Déesse.

    Et ses yeux disent : - "Je suis le dernier et le plus solitaire des humains, privé d'amour et d'amitié, et bien inférieur en cela au plus imparfait des animaux. Cependant je suis fait, moi aussi, pour comprendre et sentir l'immortelle Beauté ! Ah ! Déesse! ayez pitié de ma tristesse et de mon délire !"

    Mais l'implacable Vénus regarde au loin je ne sais quoi avec ses yeux de marbre.
    Ce texte est extrait des "Petits poèmes en prose" de Baudelaire. C'est une tentative originale de poésie. En effet ici, point de vers, mais seulement une prose souple et poétique. Le sujet en est comme une composition picturale ou du moins son équivalent littéraire, c'est un tableau en forme de triptyque :
    • d'une nature idyllique, sensuelle, toute épanouie par l'amour universel,
    • d'une statue de Vénus, déesse de l'amour et de la beauté,
    • d'un personnage étrange, un bouffon.
    C'est donc un tableau à la fois précis et onirique.

    C'est aussi un apologue, cette description met en scène une histoire qui a une signification secrète ou du moins ambiguë.
    La nature estivale et épanouie en est le décor. La statue et le bouffon, les protagonistes.

    Ce poème "Le Fou et la Vénus" comporte sept paragraphes articulés autour d'un lien logique central : " Cependant ", qui souligne l'opposition entre la magnificence de la nature et le désespoir et la solitude du bouffon ; mais aussi entre la vision d'ensemble et la vision détaillée centrée sur deux personnages : le bouffon et la Vénus. La description de la nature montre qu'il s'agit d'un monde idéal. Mais l'apparition du fou est une allégorie de la situation du poète face au monde, et fait apparaître que l'idéal est inaccessible. L'opposition entre le bouffon et la Vénus peut aussi être interprétée comme une complainte du mal-aimé.

    Le dernier paragraphe insiste sur l'insensibilité et l'inaccessibilité de la Vénus colossale. La statue reste de marbre et ne condescend pas à abaisser son regard jusqu'au fou suppliant.
  • Merci Jean-Luc pour le travail que vous avez fait pour moi.
    Cependant je ne comprends pas comment on fait ranger toutes ces informations tirees du poeme dans un commentaire compose? est-ce qu`on peut melanger dans un tel travail les observations sur le langage du poeme, son style, et sa signification? comment ranger toutes les remarques autour des axes?
  • Et le plan suivant:

    I. Monde ideal:
    - nature personifiee
    - le decor ( un parc) signifie le lieu de la creation, un jardin, lieu mythique
    - ce monde est sensuel,

    II. L`inaccessibilite de l`Ideal
    - rivalisation au sein de la nature ( les choses rivalisent entre elles d`etre le plus belles etc)
    -le fou est ridiculise, bien triste, inferieur a la "colossale" venus
    - Venus reste de marbre, elle n`a pas de pitie

    conclusion : La situation du poete face a l`ideal, face au beau, qui lui est inaccessible mais que poete tente de comprendre

    pourrait convenir? merci
  • Jean-LucJean-Luc Modérateur
    Bonjour Joanna,

    C'est plus clair.

    Tu pourrais essayer un plan en trois parties plus équilibré :

    • Un tableau en forme de triptyque
    • La plainte du bouffon
    • La parabole du poète mal-aimé ou la beauté inaccessible

    Dans chaque partie, tu regroupes tes observations : champs sémantiques, procédés de style pour illustrer ton argumentation.

    On ne dit pas rivalisation mais rivalité.

    Courage !
  • Merci Jean- Luc et merci Leah ! Vous m`avez suggere plein de nouvelles idees.

    En relisant ce poeme je ne comprends pas une chose- qu`est -ce qu`il veut obtenir, le bouffon, s`il leve ses yeux vers la Venus? s`il dit qu`il est capable de sentir la beaute, que veut-il de plus? est-ce qu`il ne veut plus etre solitaire? est-ce qu`il ne veut plus etre laid et ridicule?
    je sais que dans le sens plus large c`est le poete qui se plaigne mais le bouffon ne possede pas cette forse creatrice, il n`a pas besoin de sentir le beau dans son travail..
  • Je le sais, mai mon probleme ne reste pas sur le plan symbolique (bouffon- poete, venus- aspiration poetique) mais sur le plan bouffon comme le personnage. S`il dit qu`il est capable de ressentir le beau, qu`est qu`il veut que la statue fasse pour lui? il dit qu`il est seul.... c`est en cela que venus devrait montrer sa pitie? comment (en quoi) il veut que sa capacite de saisir le beau se montre....
  • Bonjour Joanna,

    Tu devrais, je pense, analyser les champs sémantiques, comme te l'a conseillé Jean-luc.
    Tu devrais tenter de comparer ceux de l'avant "cependant" à ceux de l'après "cependant", et tenter d'établir des correspondances.

    Il est tentant d'en faire une ici :
    « ... la chaleur [de l'astre], rendant visibles les parfums, les fait monter vers l'astre comme des fumées. »
    avec :
    « Mais l'implacable Vénus regarde au loin je ne sais quoi avec ses yeux de marbre. »

    Et d'autres encore : les couleurs, les parfums (mots ?), orgie silencieuse/yeux qui parlent, l'énergie de leurs couleurs/costume éclatant et ridicule, etc.

    Travaille encore ton texte, le sens va venir, tu es sur la bonne voie...

    Muriel
  • Jean-LucJean-Luc Modérateur
    Bonsoir Joanna,

    Comme souvent, la meilleure manière de comprendre un poème est de le rapprocher d'un autre du même auteur sur le même thème. Je te propose d'examiner cette pièce extraite des Fleurs du mal :
    La beauté de Baudelaire

    Je suis belle, ô mortels ! comme un rêve de pierre,
    Et mon sein, où chacun s'est meurtri tout à tour,
    Est fait pour inspirer au poète un amour
    Éternel et muet ainsi que la matière.

    je trône dans l'azur comme un sphinx incompris ;
    J'unis un coeur de neige à la blancheur des cygnes ;
    Je hais le mouvement qui déplace les lignes,
    Et jamais je ne pleure et jamais je ne ris.

    Les poètes, devant mes grandes attitudes,
    Que j'ai l'air d'emprunter aux plus fiers monuments,
    Consumeront leurs jours en d'austères études ;

    Car j'ai, pour fasciner ces dociles amants,
    De purs miroirs qui font toutes choses plus belles :
    Mes yeux, mes larges yeux aux clartés éternelles !
    I. Les caractéristiques de la beauté. (du côté de la statuaire)
    a) L'immortalité : - " O mortels " : divinité donc infériorité des hommes.- omniprésence du "je" : ton catégorique, assurance , affirmation- "amour éternel", "clarté éternelle" " la pierre" : immortalité.
    b) la froideur et l'insensibilité : présence de comparaison.- "comme un rêve de pierre" : abstrait/concret, éphémère/matière-"pierre" : matériau immortalisant.- "coeur de neige" : siège de la sensibilité et de la chaleur (coeur) opposé à la froideur, la beauté et la pureté (neige)- "et jamais je ne pleure et jamais je ne ris" : manifestation d'insensibilité de la statue avec "jamais" X2 : intransigeance, froideur extrême
    c) caractère inaccessible : immortalité = divinité-" je trône" : image de beauté, femme déesse et reine-"dans l'azur " : les cieux = lieux de création- " sphinx incompris " : symbole de l'insondable et du mystère avec redondance de communication impossible
    d) pouvoir de séduction : insensibilité, froideur, caractère inaccessible = curiosité, aspiration- "inspirer", "fasciner" : attirer- "yeux...miroirs" : incommunicabilité, le miroir rejette le reflet du poète- " je hais le mouvement qui déplace les lignes" : beauté figée, éternelle, parfaite
    II. Les relations qui existent entre la beauté et le poète, entre la femme et l'homme.
    a) La soumission et la relation douloureuse :- "austère études" : douleur et difficulté- " dociles amants " : la servitude, la passivité, la dévalorisation
    b) relation de conflit :- cf : comparaison- champ lexical du faux : " l'air d'emprunter", " mes grandes attitudes"
    c) incommunicabilité :- "pierre", "matière" : mur où on se heurte- "muet" : absence de communication "mes yeux ... miroir" : renvoie au poète son propre reflet.

    Tout ce poème met en lumière la douleur de l'impuissance dans la création poétique chez Baudelaire (une des formes du spleen, la plus pernicieuse parce que directement liée à l'idéal ou la recherche de la Beauté).

    Les relations entre Vénus et le bouffon renvoient
    - aux relations difficiles entre Baudelaire et les femmes,
    - aux difficultés éprouvées par le poète ou l'artiste dans sa quête du beau,
    - à l'impuissance créatrice qui a marqué Baudelaire.

    Il convient de noter aussi une constante chez Baudelaire, cette faculté d'autodérision à son encontre peut-être pour calmer la douleur de l'échec.

    J'espère avoir ainsi répondu à tes questions.

    Comme le dit Muriel, tu es sur la bonne voie.
  • MatooMatoo Membre
    Hello, j'aimerais savoir quels sont les éléments qui permettent de dire que le poéme Le fou et la Vénus est un poème, étant donné que c'est un poème en prose.
    Merci d'avance de me répondre !!! =)
  • Bonjour !

    Je suis en classe de 1èreS et je passe bientôt un oral blanc de français. Je galère un peu à faire mes fiches car mon prof survole un peu l'analyse des textes parce que pour lui c'est très facile et il suffit de broder après. Je suis en train de faire ma fiche pour le texte "Le Fou et la Vénus" et voici le plan que le prof nous avait donné (problématique : En quoi "Le Fou et la Vénus" est- il un texte polyphonique ?) :

    I - Polyphonie tonale "registres"
    A) Eloge de la nature dans la première partie
    B) Registre pathétique voire satyrique dans la seconde partie

    II - Polyphonie énonciative
    A) Un locuteur à la première personne qui prend en charge la description du parc, du fou et de l'interprétation du regard
    B) Un autre locuteur, doublement fictif, le fou. Ce sont deux masques de Baudelaire qui est déguisé dans ce poème
    C) Silence de la Vénus, elle est un locuteur

    III - Polyphonie sémantique, texte allégorique, forme d'apologue
    A) Interprétation érotique : fou = poète , Vénus = femme aimée
    B) Interprétation artistique : fou = poète , Vénus = idéal de beauté artistique
    C) Interprétation psychanalytique : fou = Baudelaire , Vénus = mère de Baudelaire

    Je ne sais pas ce que vous pensez de ce plan mais ce qui est sûr c'est qu'il me pose quelques problème d'autant plus qu'il n'est présent nulle part sur internet pour m'aider.

    Pour la première partie, ça va, j'ai de quoi remplir.

    En revanche, j'ai beaucoup plus de mal avec la seconde partie. En effet, je ne sais pas du tout quoi mettre dans les sous-parties alors que j'ai bien pris en note tout ce que le prof nous a dit. Il y a juste dans la sous-partie B où je crois pouvoir parler du fou qui est en fait une allégorie du Poète (le fou est un artiste méprisé --> Baudelaire évoque la condition du poète. Le courtisan doit se faire bien voir alors que le fou peut tout dire --> le poète est donc celui tient un discours e vérité face à la société).

    Pour la troisième partie je voudrais être sûr d'une chose. Polyphonie sémantique et polysémie c'est bien la même chose ? Sinon je sais quoi mettre dans les sous-parties.

    J'espère vraiment que vous pourrez m'aider parce que j'ai vraiment du mal. Je suis un peu dans la même situation pour tous mes textes. A chaque fois il me manque des éléments et je termine avec quelque chose de beaucoup trop court.
  • JehanJehan Modérateur
    Bonjour.

    Affichons au moins le texte...
    Le Fou et la Vénus

    Quelle admirable journée ! Le vaste parc se pâme sous l'œil brûlant du soleil, comme la jeunesse sous la domination de l'Amour.
    L'extase universelle des choses ne s'exprime par aucun bruit ; les eaux elles-mêmes sont comme endormies. Bien différente des fêtes humaines, c'est ici une orgie silencieuse.
    On dirait qu'une lumière toujours croissante fait de plus en plus étinceler les objets ; que les fleurs excitées brûlent du désir de rivaliser avec l'azur du ciel par l'énergie de leurs couleurs, et que la chaleur, rendant visibles les parfums, les fait monter vers l'astre comme des fumées.
    Cependant, dans cette jouissance universelle, j'ai aperçu un être affligé.
    Aux pieds d'une colossale Vénus, un de ces fous artificiels, un de ces bouffons volontaires chargés de faire rire les rois quand le Remords ou l'Ennui les obsède, affublé d'un costume éclatant et ridicule, coiffé de cornes et de sonnettes, tout ramassé contre le piédestal, lève des yeux pleins de larmes vers l'immortelle Déesse.
    Et ses yeux disent : - "Je suis le dernier et le plus solitaire des humains, privé d'amour et d'amitié, et bien inférieur en cela au plus imparfait des animaux.
    Cependant je suis fait, moi aussi, pour comprendre et sentir l'immortelle Beauté ! Ah ! Déesse ! ayez pitié de ma tristesse et de mon délire !"
    Mais l'implacable Vénus regarde au loin je ne sais quoi avec ses yeux de marbre.
  • http://www.bacdefrancais.net/fou-et-la-venus-baudelaire.php

    Ce plan pourrait sans doute éclairer celui donné par ton professeur.
    De toute façon, essaie de reformuler et de comprendre les différents axes pour réorganiser ta réponse le jour de l'oral.
  • Oui au temps pour moi, c'est effectivement mieux avec le texte :/

    J'ai déjà un peu regarder ce site. Je vais sûrement en tirer quelques éléments, notamment de la première partie et aussi des premières sous parties des deux autres parties.

    Mais je vais peut-être supprimer la sous-partie sur la Vénus qui est un locuteur, je ne vois pas quoi mettre dedans, ni dans la partie sur le locuteur à la première personne non plus d'ailleurs.
  • Jean-LucJean-Luc Modérateur
    Bonjour,

    As-tu pensé à regarder les messages précédents qui pourraient t'aider ?
  • Oui j'ai regardé et j'ai vu des choses intéressantes mais surtout sur ma première partie et sur la partie par rapport à la condition du poète qui dans mon plan correspond à la sous-partie sur le locuteur qu'est le fou.

    Là où j'ai plus de mal c'est pour les sous-parties A et C de mon II. J'ai des choses à dire mais vraiment pas beaucoup. Je pense que je vais un peu survoler car le reste de mon analyse tient 10 minutes je pense.

    EDIT : Ah si c'est bon j'ai assez pour la partie A : je vais dire que c'est le poète qui intervient à la première personne pour lire dans le regard du fou, qui est en réalité silencieux. En effet, "ses yeux disent" mais lui reste silencieux. Thème du poète voyant.

    Par contre, je ne sais toujours pas quoi dire pour la partie sur Vénus, j'hésite à la mettre quand même.
  • Jean-LucJean-Luc Modérateur
    Thème du poète voyant ou plutôt dualité du poète comme dans '' l'Albatros''?
  • Dans ma sous-partie A qui se concentre sur le locuteur à la première personne (qui intervient au vers 10 et au dernier vers du poème), je pensais parler du poète voyant. En effet, si j'ai bien compris, ce locuteur n'est autre que le poète lui-même. Il lit dans le regard du fou et en extrait ses pensées, ce qui correspond au thème du poète voyant.

    Dans ma sous-partie B qui se concentre sur le fou et ses paroles élégiaques, je pensais dire que le fou était en fait une allégorie du poète. Mais le fou étant un artiste méprisé et rejeté, je parle alors du fait que Baudelaire évoque la condition du poète, comme dans l'Albatros ou l'oiseau devient un être ridicule et méprisé (c'est aussi un de mes textes pour l'oral). J'ignorais que cela s'appelait la dualité du poète, merci.
  • Jean-LucJean-Luc Modérateur
    Dualité signifie ici double nature.
    Pour la Vénus, rapproche-toi du poème '' la Beauté '' en montrant que la déesse est aussi duale
    - la déesse de l'amour, d'où la complainte du mal-aimé,
    - la déesse de la beauté, idéal inaccessible du poète.
  • Oui c'est ce que j'ai fait dans ma troisième partie, enfin je crois. J'évoque une possible interprétation érotique, où le fou est le poète et où la Vénus est la femme aimée par le poète.
    Ensuite j'explique une autre interprétation possible cette fois-ci artistique, où le fou est encore le poète mais où la Vénus est l'Idéal de beauté artistique, inaccessible du fait de son refus d'écouter le fou.

    Je pense que c'est assez complet. Merci beaucoup de votre aide. Ah et juste pour revenir sur ma question du départ, notre prof a employé le terme "polyphonie sémantique". Cela est juste un terme compliqué pour dire "polysémie" non ?
  • Jean-LucJean-Luc Modérateur
    C'est un équivalent, non pour compliquer, mais pour créer un parallèle entre les diverses multiplicités et les mettre en valeur par la répétition anaphorique.
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.