Crainte pour l'enseignement du latin et du grec...

Bonjour à tous!

Je pense qu"'il faut se mobiliser pour montrer que les étudiants des lettres classiques existent. En effet, je crainds pour nos trés chères matières que sont le latin et le grec. Je pense que c'est important de parler un peu de l'actualité...(http://fr.news.yahoo.com/fc/fonctionnaires.html)
Il y a une semaine, le gouvernement a confirmé que 11000 départs à la retraite ne seront pas remplacés dans la fonction publique. Bien entendu, il y n'y a pas seulement less enseignants mais nous savons tous que la situatio est plus que précaire. Et que ferait le gouvernements pour des "petites options" comme le latin et le grec? Je vous laisse deviner. Sans doute que dans quelques années, le latin et le grec n'existeront plus.Ainsi, je pense à une forme demobilisation de notre part. Depuis l'antiquité, les étudiants ont toujours étudiés ces langues, et il faudrait que la mondialisation arrive pour négliger ces matières.

Sans doute que je me fais du souci pour nos langues mais je souhaite recevoir vos avis à tous et à toutes!
«13

Réponses

  • Ceci rejoint le débat sur le peu d'intérêt qu'ont les élèves pour les langues anciennes...
    Cependant, que le problème vienne des élèves, des profs, ou des décisions du gouvernement, il demeure le même: l'étude des langues anciennes va decrescendo et très peu nombreux sont ceux qui s'en soucient...
  • j'avais évoqué dans un autre message le danger pour les langues anciennes suite à un rapide "réquisitoire" conter l'inutilité apparente des langues anciennes de notre nouveau président de la rp
    évidemmnet qu'il y a danger et qu'il y a prise de conscience nécessaire
    je suis !!!
  • Le problème est toujours le même : pas assez d'élèves → des profs à payer pour "rien" → on supprime pour faire des économies !
    Et cela risque de ne pas aller en s'arrangeant... Notre lycée a failli perdre 5 postes d'enseignants l'année dernière, les profs ont pratiqué la rétention des notes (ce qui n'était peut-être pas le mieux pour nous mais ça c'est un autre problème).
    La fin de l'enseignement des langues anciennes serait une grande perte, le français étant directement issu du latin, et la culture gréco-romaine a beaucoup influencé la nôtre...
    Alors que faire, à part convaincre les futurs élèves du secondaire à choisir cette option ?
  • Tout-à-fait d'accord...
    Malheureusement, le Latin ne fait pas le poids contre d'autres langues, bien vivantes, qui sont d'aujourd'hui plus "utiles" dans le monde du travail... Parfaitement matériel comme raisonnement, mais beaucoup de monde pense ainsi...
    C'est un cercle vicieux... Comme l'a bien fait remarquer Analine, s'il n'y a plus d'intérêt de la part des élèves, il y a moins de postes, et s'il y a moins de postes, il y a moins de personnes qui se dirigent dans cette voie compte tenu du peu de chances qu'elles auront pour trouver un emploi...
  • Pour moi, tout est résumé ici... [Lien invalide.]
  • Dans mon lycée nous ne sommes que 3 à étudier le latin et le grec en Première...

    Je pense que les programmes ne sont malheureusement pas fait pour intéresser les élèves.

    C'est dommage car je suis persuader que le latin et le grec peuvent être des matières intéressantes.
    Peut être demander faudrais t-il demander plus d'exigences en ce qui concerne l'histoire ou l'étymologie que sur la langue. A mon avis la connaissance des civilisations et l'étymologie sont beaucoup plus utiles que des déclinaisons ou des verbes...
  • Bonjour

    J'ai fait du lain de la cinquième à la 2ème année de lettres modernes.
    J'ai arrêté cette année, j'en ai presque un peu honte, mais souhaitant devenir prof des écoles, il ne m'était pas indispensable de continuer, mais la raison n'est pas là.

    Mon professeur était très compétant, très gentil, mais beaucoup trop exigeant.
    Je ne veux pas que l'on pense que je suis fainéante ou quelque chose du genre, car ce n'est pas le cas.
    Seulement, le latin était pour moi une otio qui ne comptait pas dans la moyenne semestrielle, et elle me prenait un temps phénoménal de travail à la maison, ce qui me faisait négliger d'autres matières à gros coeff. Et pourtant, je n'étais pas mauvaise en latin, c'est vous dire si les plus faibles ont abandonné rapidement. Entre les devoirs maison chaque semaine, les versions de 20 lignes d'un cours à l'autre, et les leçons de grammaire, on passe un temps fou à faire du latin pour n'avoir aucune note dans la moyenne quand on a pris le latin en supplément.

    J'ai commencé par aller aux cours en ayant pas préparé mes traductions, ni appris la grammaire, car je n'avais pas le temps entre les dissertations,les lectures, les cours d'histoire littéraire et les notions de linguistiques. Puis, n'ayant pas préparé les traducs, j'étais de plus en plus larguée en cours et j'ai fini par décroché, ce qui m'a permis de me consacrer plus profondément aux matières à gros coeffs, mais c'est avec un pincement au coeur, croyez moi.

    Chaque prof semble croire que nous n'avons que son cours dans notre emploi du temps, or ce n'est pas le cas, et le travail à côté prend beaucoup de temps.
  • Mais non le latin et le grec ne disparaîtront pas... avez-vous pris connaissance de la réforme des CPGE littéraires pour la rentrée 2007? Tout hypokhâgneux doit nécessairement étudier une langue ancienne, en débutant ou en confirmé. Bon, je doute que cette mesure ait été faite pour sauver les langues anciennes (je crois qu'elle a été mise en place pour que l'hypokhâgne soit encore plus ouverte et pour que les élèves puissent librement intégrer une Khâgne moderne ou classique, sachant que pour cette dernière l'étude du latin est indispensable), mais elle assure leur survie pour un bon bout de temps.
  • alco a écrit:
    Bonjour

    Seulement, le latin était pour moi une otio qui ne comptait pas dans la moyenne semestrielle, et elle me prenait un temps phénoménal de travail à la maison, ce qui me faisait négliger d'autres matières à gros coeff. Et pourtant, je n'étais pas mauvaise en latin, c'est vous dire si les plus faibles ont abandonné rapidement. Entre les devoirs maison chaque semaine, les versions de 20 lignes d'un cours à l'autre, et les leçons de grammaire, on passe un temps fou à faire du latin pour n'avoir aucune note dans la moyenne quand on a pris le latin en supplément.

    J'ai commencé par aller aux cours en ayant pas préparé mes traductions, ni appris la grammaire, car je n'avais pas le temps entre les dissertations,les lectures, les cours d'histoire littéraire et les notions de linguistiques. Puis, n'ayant pas préparé les traducs, j'étais de plus en plus larguée en cours et j'ai fini par décroché, ce qui m'a permis de me consacrer plus profondément aux matières à gros coeffs, mais c'est avec un pincement au coeur, croyez moi.

    Chaque prof semble croire que nous n'avons que son cours dans notre emploi du temps, or ce n'est pas le cas, et le travail à côté prend beaucoup de temps.
    tu ne me rassures pas du tout XD
    je rentre la semaine prochaine en 1ère année de lettres classiques à la fac et t'as l'air de dire qu'il y a du boulot énorme et qu'on en verra pas le bout ! j'espère ne pas regretter ms ça fait peur !
  • Mais bien sûr, ce qui s'est passé dans mon cas ne concerne que mon groupe, autrement dit, il ne faut pas en faire une généralité!
  • I love latin, depuis la 5eme jusqua aujourd' hui en Terminale Littéraire, je n' ai jamais laché ma ptite langue morte !
  • Et bah c'est super ! ;)

    Et comme disait mon prof de Terminale : encouragez tous vos gosses à faire des langues anciennes plus tard !

    C'est un p'tit trésor que les autres n'ont pas et il faut en être très fier :)
  • Bonjour,
    Je suis en M1 de lettres classiques et je souhaite depuis toujours devenir professeur au collège ou au lycée. Mais aujourd'hui, je me pose beaucoup de questions quant à "l'utilité" de ces deux matières. On m'a très souvent reproché de coûter cher à la société et le fait que l'argent du contribuable serait mieux placé dans des filières "d'avenir" tel que l'économie ou l'informatique. Bien entendu qu'il semble difficile voire impossible de concilier rendement, profit et culture mais malgré tout, cela m'a incité à définir ce qui fonde l'apprentissage du latin et du grec et j'avoue qu'il m'est difficile de trouver d'autres réponses que: j'aime ça, j'ai la chance d'étudier ce que j'aime... Qu'est ce que l'enseignement du latin et du grec peut vraiment apporter aux élèves, pour les aider à se construire et à évoluer dans notre société actuelle? Je pense qu'un enseignement ne peut être bénéfique que dans la mesure où il trouve une application dans ce que nous vivons. Le latin et le grec sont sans doute nécessaires pour comprendre toute notre histoire culturelle mais n'est ce pas s'enfermer dans le passé et perdre prise avec ce que nous vivons actuellement,que de se consacrer exclusivement à l'étude des lettres anciennes? Une telle spécialisation nous coupent du reste de la littérature française (en particulier à partir de la L3) et établir
    un pont entre les deux devient très difficile; alors que je pense que c'est justement en établissant des liens entre la culture antique et la culture "moderne" au sens large que les langues anciennes retrouveront un second souffle...
    Je suis passionnée par ce que j'étudie mais j'ai du mal à lui donner un sens et à définir son avenir. Aussi je m'adresse à vous tous, n'hésitez pas à me donner votre avis: pourquoi étudiez vous le latin et le grec? si vous l'enseignez, comment le faites vous...Merci
  • Bonjour Sarazimut
    Plusieurs discussions traitent déjà de ce sujet dans cette même rubrique, elles vous aideront sûrement à trouver des réponses à vos questions!
    Bonne journée.
    Oregann.
  • Bonjour,

    je viens juste partager ma petite experience au sein de cette discussion, elle est en un sens porteuse d'espoir ...mais aussi d'interrogations.
    Tout d'abord, quelques elements pour me présenter : j'ai fait du latin pendant 9ans (de la cinquième à la licence), une veritable passion mais qui ne s'est pas toujours passée sans heurts (baisse de motivation, mauvaises notes ...) j'ai finalement obtenu ma licence lettre modernes avec des résultats en latin très encourageants, normal, c'étaient les derniers ... (18 au 1er semestre et 21/20 au 2eme ...merci le bonus)

    bref, pas de soucis, je soutiens de tout mon coeur le latin et suis totalement pour qu'on le maintienne à toute force.
    Enfin, là n'est pas l'important ...

    Il y a une semaine, j'ai été contacté par divers institutions de l'enseignement privé. A ma grande surprise, on m'a proposé un remplacement en latin en lycée. Bien entendu, j'ai accepté.
    1ere surprise : le lycée en question cherchait depuis 3 semaines, deseperement, un remplacant... ils ont donc tout fait pour m'arranger et que je vienne les rejoindre...
    2eme surprise : je remplace une de mes anciennes profs ... ca fait bizarre...
    3eme surprise : j'ai 9 heures de cours, 3 classes et ... de gros effectifs ! il s'agit pourtant d'un lycée dans une "petite" ville et je me retrouve avec deux classes superieures à 30 élèves et une plus ou moins égale à 20...
    n'est-ce pas merveilleux de voir autant de jeunes latinistes ?
    pour terminer, cerise sur le gateau : ils sont TOUS motivés par le latin ! pas de silence pesant quand je pose une question, pas d'élève qui "glandouille" au fond de la classe ...

    Alors, la seule chose que j'ajouterais c'est :

    tout n'est pas perdu !
  • Ouaou!
    Impressionnant... Voilà qui sort de l'ordinaire!!! :)
  • Bonjour pour poursuivre cette discussion sur la disparission des langues anciennes je me demandais si on pouvait commencer l'aprentissage du latin ou du grec en hypokagne?
    Pour diverses raison je n'ai jamais eu l'occasion de faire du latin au collège et j'ai préféré étudié une langue régionale au lycée (ou nous sommes uniquement 3 avec une heure par semaine et un professeur assez incompétent mais passons). Etant en filière scientifique j'envisage une prépa lettre et vu que je suis passionée par la grèce antique je pense que cela pourrait m'aidait mais j'ai peur d'être complétement perdue par rapport à ceux qui en font depuis la 5e.
    Quelqu'un aurait-il un conseil pour m'aider ?
  • Oui, tu peux commencer une langue ancienne. D'ailleurs, depuis la réforme, tous les élèves d'HK doivent faire une langue ancienne, en débutant ou confirmé. Tu peux même commencer le latin et le grec en HK.
  • Bonjour à tous! je suis en M1 de LC et moi aussi je veux faire prof dans le secondaire. Je confirme que tout espoir est permis ! La DDEC de mon département recherce désepérément des professeurs de Latin et de Grec et même de Français. Je connais des lycées qui sont non pas en mal d'élèves mais en mal de prof! Par contre nous devons nous battre pour défendre les langues anciennes dans les études supérieures car, je le vis au quotidien, les étudiants de LC se font très rares et après s'enchaînent un engrenage infernal...
    Notre futur proche est assuré, à nous d'assurer celui des prochains étudiants en langues anciennes!
  • Je pense donne der cours de latin particuliers, sauvons le latin :D

    Bon c' est plus lucratif mais j'aime ça, et j'aimerais transmettre ce fabuleux savoir à de jeunes padawans !
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.