Fiches méthode Bac de français 2020

Bonjour à tous,

(Pas sûr que le sujet soit bien placé, bien sûr n'hésitez pas à le déplacer, je suis arrivé il n'y a pas longtemps...)
J'avais envie de créer un sujet pour rassembler les élèves qui passent le concours général de français cette année. Je suis en première L dans un lycée bordelais et je passe aussi l'épreuve. On pourrait échanger quelques conseils avant le jour J (anciens du concours bienvenus) et puis rediscuter du sujet quand nous l'aurons traité. Je sais que je suis un peu en avance et que l'épreuve n'est que lundi, mais comme ça ce sera fait.

N'hésitez pas à vous manifester et bonne chance à tous ceux qui passeront le concours général, en français ou dans une autre discipline.
«1

Réponses

  • Salut, je vais egalement passer le concours lundi en composition française. Comment tu t'es préparée toi ?
  • Moi aussi, je le passe demain ! x)

    J'espère vraiment que le sujet ne concernera pas la poésie car je n'ai pas énormément de connaissances dans ce domaine, même si j'ai tenté de les pallier... Pour me préparer, j'ai donc lu des oeuvres que je n'aurais pas forcément lu sans le Concours Général, et après j'ai essayé de les relier à un mouvement, à une idée principale, à des notions... par exemple : Les Contemplations de Hugo, lyrisme, alexandrins, vie de l'auteur, traumatisme face à la mort de sa fille... Ainsi, j'espère pouvoir utiliser ces références nouvellement acquises.
    Par ailleurs, j'ai lu les sujets des années précédentes et les rapports du jury, j'espère que cela sera suffisant.
    J'avoue être un peu stressée, principalement parce que je ne me sens pas au point côté méthodologie de la dissertation ( notre prof a décidé de commencer à l'aborder jeudi... un peu à la dernière minute, quoi ). Je ne sais pas trop comment bien rédiger, comment introduire mes exemples... Si vous avez des conseils de ce côté-là, je suis totalement preneuse ! :)

    Et vous, vous avez fait quoi pour vous préparer ?

    PS : si ça vous intéresse de savoir, je suis en 1ere S dans un lycée nancéien ;)
  • EllisEllis Membre
    Bonjour Ellayah et Star-Seeker,

    Félicitations à vous deux, déjà, parce que si vos profs vous ont choisis, c'est que vous êtes certainement d'excellents élèves! Mais je pense que demain nous allons vite sentir la différence entre notre niveau de lycéen et celui exigé par le concours général...
    Quant à ma préparation, je suis loin d'être un exemple à suivre. J'avais "prévu" de lire certains des livres parmi la liste que m'avait donnée mon prof, et de faire moi-même deux ou trois sujets en condition d'examen. Au final, je n'ai fait que relire des oeuvres que je connaissais déjà, Godot, Bérénice, L'étranger, l'Utopie... "Better to know one book intimately, than a hundred superficially", comme dirait l'autre.

    Ne t'inquiète pas Star-Seeker, je pense que ce n'est pas la peine d'avoir lu des milliers d'ouvrages théoriques, même si ça ne peut être que valorisant. Il faut tabler sur quelque chose de personnel, on est sur un niveau bien au dessus du bac, et ce qui intéresserait les jurés, ce serait une réflexion personnelle et pertinente sur les oeuvres, pas du bachotage. (Reste à savoir si j'y arriverai, m'enfin).

    Concernant le sujet, ça m'étonnerait que ce soit la poésie, deux années de suite, ce serait bien étrange, surtout qu'elle est aussi tombée en 2013. Le jury a bien fait comprendre dans le rapport de l'an dernier que le sujet était très difficile, ils ne vont peut-être pas nous envoyer au casse-pipe deux années de suite. Je pencherais plutôt pour le théâtre.
    2006 ==> Poésie
    2007 ==> Théâtre
    2016 ==> Poésie
    2017 ==> ... :rolleyes:

    Sur ce pronostic hasardeux, je vous laisse. Je vous souhaite tout le meilleur pour demain, on se recontactera pour échanger nos impressions!
  • Star-Seeker On se verra demain alors car je suis aussi de Nancy, tu es convoquée à Poinca aussi ?
    Pour ma préparation j'ai aussi lu une petite liste de livres que ma professeure m'avais conseillé et je me suis aussi renseignée sur les mouvements littéraires dans des anthologies.
    En ce qui concerne les anciens sujets, j'aimais bien celui de l'année dernière avec la citation de Baudelaire, j'aurai eu des choses à dire mais on ne peut pas savoir ce qui nous attend demain..
    Bonne chance à vous deux et on se retrouve apres pour en reparler
  • Bonjour! Je m'appelle Marie et je passe aussi le concours général de composition française demain.
  • @Ellayah

    Oui, moi aussi je suis convoquée à Poinca, tu es de quel lycée ? moi je suis de Sigis, et on va débarquer à 8 ! La prof de français a inscrit 3 personnes de L, 2 de ES et 3 de S dont moi x)
    Par contre, la prof nous a inscrit en nombre mais ne nous a rien dit... donc on s'est débrouillés tous seuls...
    Enfin voilà, bonne chance à tout le monde !
  • Je suis en L à Chopin et on sera deux. Nous notre prof nous a clairement fait comprendre qu'on avait très peu de chance d'etre primés mais que ce serait un entrainement intéressant. Apparament les lycées privés de Paris s'y préparent toute l'année donc c'est sur que par rapport à eux, on fait pas vraiment le poids mais j'avais quand meme envie d'essayer.
    A demain alors :)
  • Salut ! Je m'appelle Marie et je suis en 1ere s à Annecy :) . J'ai passé l'épreuve de composition française cet aprèm. Vous en avez pensé quoi ? ;)
  • EllisEllis Membre
    Hello :)
    Ce sont vraiment des sans-coeurs qui font les sujets du concours. Robbe-Grillet, en plus. Déjà qu'il n'y avait pas grand monde qui l'aimait, maintenant il risque de n'y avoir plus personne.
    Passé l'envie de partir en courant, je me suis dit que déjà, le sujet était plus facile que l'année dernière. Anecdote, dans le lycée où j'ai passé l'épreuve, ils nous ont mis la pression d'emblée en nous disant qu'il n'y avait qu'une vingtaine de copies en plus pour toute la salle - 50 personnes, quand même -, qu'il fallait donc "écrire petit pour économiser". Je me voyais mal rendre la table en plus, alors j'en ai volé trois sur le bureau au lieu d'une seule. C'est ce que j'ai fait de plus glorieux aujourd'hui. C'est dire.
    J'ai bien eu quelques idées mais je n'ai sûrement pas su les amener de la bonne façon. Je risque donc de passer pour un illuminé, mais sans lumière.

    (Mon plan, ça vous rassurera. Et pour les courageux, je peux vous filer le plan détaillé:
    I° Quelles sont les limites de l'Engagement?
    II° L'Art pour l'Art, un concept inutile
    III° Combiner efficacement Art et Engagement)
  • Mon plan reprend les mêmes idées que toi mais sûrement très maladroitement XD j'ai fait comme j'ai pu pour le débrouiller j'ai fait quelque chose de très classique méthodologiquement...
  • Effectivement, le sujet n'était vraiment pas facile à comprendre, mais il y a eu pire !
    Ton plan m'a l'air bien, d'autres candidats de mon secteur ont également parlé de l'Art pour l'Art, je ne sais pas si c'était obligatoire pour ce sujet..

    Difficile de cerner ce que notre bon vieux Alain R-G voulait dire par "signifier quelque chose", personnellement, ça a été ma première difficulté.

    De mon point de vue, le sujet signifiait que les nouveaux moyens de communications, apparus dans la seconde moitié du XXème siècle ( soit la radio, la télévision ), sont de plus en plus privilégiés et donc choisis lorsque l'on souhaite écrire et transmettre un message engagé. Robbe-Grillet voulait dire que la littérature perd sa fonction et sa place de choix dans l'engagement face à ces nouveaux moyens technologiques, ce qui fait que la littérature recule (..au 2nd plan, derrière la télé et la radio ) jusqu'à totalement disparaître.
    Et vous ? :)
  • ElPaolo Ton plan a l'air génial, j'aurai aimé avoir les memes idées que toi, bravo
    Ellis J'ai quasiment le meme plan que toi, quels exemples as tu cité ?
  • Bonjour,

    Je l'ai passé aussi. Nous étions 2 dans la salle, donc pas de problème de copie. :) Pour ma part, c'est plus la définition de littérature qui devenait difficile si on ôtait l'idée d'engagement de l'auteur. Car définir la littérature uniquement par le style me paraissait risqué. J'ai inclus dans littérature : poème, roman, théâtre, essai.... Dans l'intro j'ai insisté sur "souci" et la notion "d'art"
    Pour le plan, je crois que je me suis compliqué :

    I) Un effacement de l'auteur : la littérature comme fin et non comme moyen
    (ici, je parle de l'Art pour l'Art, le Parnasse, mais aussi Sarraute (nouveau roman et théâtre : "Pour un oui ou pour un non", micro-événement, le sens des mots, et la littérature dite "d'idée". Mais aussi Stendhal, le "roman miroir", et j'explique que le souci de signifier sous-tend l'idée d'un auteur qui s'efforce de signifier au-delà du raisonnable. Je questionne sur la quête de sens (objet d'étude) à laquelle peut se substituer la quête de beauté.

    II) L'engagement : un auteur peut-il légitimement prétendre ne vouloir rien signifier dans son oeuvre

    Zola, Hugo, littérature engagée. Signifier => signe, écriture, le signe à la base de la littérature.
    Mais aussi, les signes du langage, son épaisseur, (verticalité du langage, Proust et ses indices, les "anneaux nécessaires du style"). Sur le théâtre : Roland Barthes : la théâtralité c'est le théâtre moins le texte.
    "signifier quelque chose d'extérieur à l'art" => comment à la fois respecter la définition de Robbe-Grillet tout en s'engageant?

    III) En sublimant le "quelque chose" en art, grâce à la littérature, car ainsi, le "quelque chose" n'est plus extérieur à l'art.

    Baudelaire, "tu m'as donné ta boue....", "Bien écrire le médiocre" Flaubert, mais aussi Voltaire Candide, la critique qui devient oeuvre d'art, les mots d'auteurs dans le théâtre de Beaumarchais. Différence entre écrivain malhonnête, qui utilise sciemment la littérature pour ses idées, et l'auteur qui désir signifier (son amour, sa souffrance) et le fait via l'écriture (cf. Char, "le poème est l'amour réalisé du désir demeuré désir").
    Finalement, la littérature doit transformer pour englober, elle est un travail de réunion et non d'exclusion.

    Voilà, c'est un peu en désordre, :) , et je pense que mes partie ne sont pas les plus évidentes.
  • Personnellement, j'ai eu le droit à une bonne grosse montée de stress ( arriver en retard ça fait perdre ses moyens... enfin je suis arrivée avant midi quand même mais je m'étais perdue... d'ailleurs Elhaya ( je crois que ton pseudo s'écrit comme ça x) )tu étais où dans la salle ?
    Sinon, j'ai trouvé le sujet plus simple que ce que je redoutais... mais comme souvent j'ai échoué à trouver autre chose qu'une problématique fumeuse ( je crains le hors sujet ) et un plan bancal...
    Problématique : Dans quelle mesure la littérature est-elle la somme d'une recherche artistique et philosophique ?
    Plan :
    I - La recherche esthétique est primordiale -> recherche du beau= style ; le style met en valeur l'idée : indissociable
    1) C'est le style qui captive le lecteur et l'invite à continuer
    2) Style = recherche juste de la beauté, pas d'excès qui nuisent
    3) si réussi, magnifie la création, donne envie de s'intéresser à la thèse...
    II - Mais "l 'engagement " correspond aussi à une forme de beauté
    1) rêver d'un monde meilleur - apparaît dans toute la littérature
    2) meilleur donc plus beau - l'engagement se fait esthétisme
    3) C'est une alliance des deux types de recherches qui rend la littérature utile
    III- La littérature est belle car c'est l'écriture de soi, de l'humanité
    1) se chercher soi-même - beauté de la quête de sens et de beauté
    2) interroger sa conception du monde : toute oeuvre est engagée
    3) se distinguer des autres : originalité nécessaire

    Voici grosso modo mon plan, mais si ça vous intéresse je peux détailler !
  • Vous avez tous des plans incroyables, je me sens nulle à coté aha
    Star seeker Tu m'etonnes que tu as stressé avec l'accueil de la prof aha.. J'etais dans le fond, avant dernier rang, près du radiateur, une blonde avec un haut un peu rose et toi ? :)
  • Bonjour,

    L'un d'entre vous pourrait-il avoir l'idée de reproduire le sujet ici, svp ?
  • Le sujet était : "dès qu'apparaît le souci de signifier quelque chose (quelque chose d'extérieur à l'art), la littérature commence à reculer, à disparaître"
    Alain Robbe-Grillet.
  • Coucou !

    J'ai aussi passé le Concours Général (si vous voulez je posterai peut-être mon plan) hier :)

    Est-ce que vous avez parlé du fait que la citation provenait d'un livre publié aux Editions de Minuit, maison d'édition à l'origine clandestine pendant l'Occupation et qui publiait donc des oeuvres d'artistes résistants (je crois) ?

    J'ai évoqué ça dans ma conclusion, c'est peut-être à côté de la plaque j'en sais rien ^^
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.