Fiches méthode Bac de français 2020

14567810»

Réponses

  • Bonjour, j'ai lu cette préface, je me demandais si ce texte était destiné à quelqu'un ?
  • Aux critiques et aux lecteurs.
  • bonjour je suis en seconde et j'aurais besoin d'aide sur la préface de pierre et jean (1888)
    ma prof de français ma demander de répondre a certaines questions sur lesquelles je ne sais pas répondre:
    question 1: identifiez la thèse réfutée. quelles forme de réalisme Maupassant conteste-t-il ? pour quelles raisons ?
    question 2: dégagez la progression argumentative du texte en vous appuyant sur des connecteurs logiques et les marques de ponctuation. énoncez l'idée générale exprimée dans chaque partie du texte.
    question 3: reformulez la thèse défendue par l'auteur. en quoi le travail du romancier consiste-t-il selon Maupassant ?

    pour la question 1 j'ai une idée mais je ne sais pas si celle-ci est juste. voici ma réponse
    "le réaliste, s'il est un artiste, cherchera, non pas à nous montrer la photographie banale de la vie, mais à nous en donner la vision plus complète, plus saisissante, plus probante que la réalité même. le romancier réaliste doit respecter cette règle " rien que la vérité et toute la vérité". le but de l'écrivain réaliste est de "nous forcer à penser, à comprendre le sens profond caché des événements" et l'artiste doit être libre de comprendre, d'observer, de concevoir ce qui lui plaira"

    voici le texte sur lequel je doit travailler.
    Le réaliste, s'il est un artiste, cherchera, non pas à nous montrer la photographie banale de la vie, mais à nous en donner la vision plus complète, plus saisissante, plus probante que la réalité même.
    Raconter tout serait impossible, car il faudrait alors un volume au moins par journée, pour énumérer les multitudes d'incidents insignifiants qui emplissent notre existence.
    Un choix s'impose donc, ce qui est une première atteinte à la théorie de toute la vérité.
    La vie, en outre, est composée des choses les plus différentes, les plus imprévues, les plus contraires, les plus disparates; elle est brutale, sans suite, sans chaîne, pleine de catastrophes inexplicables, illogiques et contradictoires qui doivent être classées au chapitre faits divers.
    Voilà pourquoi l'artiste, ayant choisi son thème, ne prendra dans cette vie encombrée de hasards et de futilités que les détails caractéristiques utiles à son sujet, et il rejettera tout le reste, tout l’à côté.
    Un exemple entre mille:
    Le nombre des gens qui meurent chaque jour par accident est considérable sur la terre. Mais pouvons nous faire tomber une tuile sur la tête d'un personnage principal, ou le jeter sous les roues d'une voiture, au milieu d'un récit, sous prétexte qu'il faut faire la part de l'accident?
    La vie encore laisse tout au même plan, précipite les faits ou les traîne indéfiniment. L'art, au contraire, consiste à user de précautions et de préparations, à ménager des transitions savantes et dissimulées, à mettre en pleine lumière, par la seule adresse de la composition, les événements essentiels et à donner à tous les autres le degré de relief qui leur convient, suivant leur importance, pour produire la sensation profonde de la vérité spéciale qu'on veut montrer.
    Faire vrai consiste donc à donner l'illusion complète du vrai, suivant la logique ordinaire des faits, et non à les transcrire servilement dans le pêle-mêle mêle de leur succession.
    J'en conclus que les Réalistes de talent devraient s'appeler plutôt des Illusionnistes.
    Quel enfantillage, d'ailleurs, de croire à la réalité puisque nous portons chacun la nôtre dans notre pensée et dans nos organes. Nos yeux, nos oreilles, notre odorat, notre goût différents créent autant de vérités qu'il y a d'hommes sur la terre. Et nos esprits qui reçoivent les instructions de ces organes, diversement impressionnés, comprennent, analysent et jugent comme si chacun de nous appartenait à une autre race.
    Chacun de nous se fait donc simplement une illusion du monde, illusion poétique, sentimentale, joyeuse, mélancolique, sale ou lugubre suivant sa nature. Et l'écrivain n'a d'autre mission que de reproduire fidèlement cette illusion avec tous les procédés d'art qu'il a appris et dont il peut disposer.
    Illusion du beau qui est une convention humaine! Illusion du laid qui est une opinion changeante!
    Illusion du vrai jamais immuable! Illusion de l'ignoble qui attire tant d'êtres! Les grands artistes sont ceux qui imposent à l'humanité leur illusion particulière.

    merci d'avance de votre réponse. ;)
  • Bonjour j'ai un sujet de dissertation a faire avec cette meme preface mais cette fois ci , le sujet est a plan dialectique . on demande d'apprécier l'affirmation de Guy de Maupassant
    Grâce aux messages précédents j'ai réussi a comprendre le sujet mais je suis bloqué au niveau des arguments et exemples
  • JehanJehan Modérateur
    BRJr a écrit:
    Bonjour j'ai un sujet de dissertation a faire avec cette meme preface mais cette fois ci , le sujet est a plan dialectique . on demande d'apprécier l'affirmation de Guy de Maupassant
    Grâce aux messages précédents j'ai réussi a comprendre le sujet mais je suis bloqué au niveau des arguments et exemples

    Bonjour.

    Quelle affirmation précise de Maupassant te demande-t-on d'apprécier ?
  • <<le réaliste s'il est artiste cherchera non pas a nous montrer la photocopie banale de la vie mais a nous en donner la vision plus probante, plus complète, plus saisissante que la réalité même >>
  • "Je ne crois pas plus au naturalisme qu'au romantisme", écrivait-il en 1877. "Ces mots à mon sens ne signifient rien et ne servent qu'à des querelles de tempéraments opposés".

    De la réalité à l'illusion.

    I. Ce que Maupassant réfute
    une copie servile de la seule réalité
    (Relire toute la Préface)

    II. Le projet de Maupassant
    La réalité transformée
    Le vraisemblable
    L'illusion de la réalité
    "Faire vrai consiste donc à donner l’illusion complète du vrai, suivant la logique ordinaire des faits, et non à les transcrire servilement dans le pêle-mêle de leur succession. J’en conclus donc que les réalistes de talent devraient s’appeler plutôt des illusionnistes."
    “Une oeuvre d'art n'est supérieure que si elle est, en même temps, un symbole et l'expression exacte d'une réalité.”
  • JehanJehan Modérateur
    Le réaliste, s'il est un artiste, cherchera, non pas à nous montrer la photocopie banale de la vie, mais à nous en donner la vision plus complète, plus saisissante, plus probante que la réalité même.
    Pas la photocopie... La photographie ! ;)
  • C'est une manière d'actualiser la citation ... :)
  • Merci pour vos reponses
  • Bonjour nous étudions en classe la préface de Pierre et Jean de Maupassant et nous devons répondre à la question suivante :
    Sur quelle figure de style est construite la préface ?
    Or au bout de 1h je n'arrive toujours pas à répondre à cette question.
    Peut-être pourriez vous m'aider ?
  • Jean-LucJean-Luc Modérateur
    Bonjour,

    La question est-elle bien posée ?
    En effet on peut relever plusieurs figures de style diverses dont certaines reviennent plus souvent que d'autres.
    Dans ce texte argumentatif, Maupassant se sert de l'analogie qui se traduit en termes de figures de style par les comparaisons et la métaphore filée.
  • Super merci !!! :D ;)
  • Bonjour, je suis en première S et actuellement entrain de préparer mes lectures analytiques pour mon oral de Français. Ma prof de français a mis sur ma liste un extrait de la préface de Pierre et Jean, roman de Maupassant, et nous a donné un plan mais pas d'analyse. J'ai quand même réussi à trouver des éléments de réponse pour deux parties du plan mais très peu pour celle-là : Les limites de la théorie réaliste de Maupassant. J'aurais donc besoin d'aide pour remplir cette partie.
    Voici l'extrait que j'ai étudié :
    " Le romancier, au contraire, qui prétend nous donner une image exacte de la vie, doit éviter avec soin tout enchaînement d’événements qui paraîtrait exceptionnel. Son but n’est point de nous raconter une histoire, de nous amuser ou de nous attendrir, mais de nous forcer à penser, à comprendre le sens profond et caché des événements. À force d’avoir vu et médité il regarde l’univers, les choses, les faits et les hommes d’une certaine façon qui lui est propre et qui résulte de l’ensemble de ses observations réfléchies. C’est cette vision personnelle du monde qu’il cherche à nous communiquer en la reproduisant dans un livre. Pour nous émouvoir, comme il l’a été lui-même par le spectacle de la vie, il doit la reproduire devant nos yeux avec une scrupuleuse ressemblance. Il devra donc composer son œuvre d’une manière si adroite, si dissimulée, et d’apparence si simple, qu’il soit impossible d’en apercevoir et d’en indiquer le plan, de découvrir ses intentions.
    Au lieu de machiner une aventure et de la dérouler de façon à la rendre intéressante jusqu’au dénouement, il prendra son ou ses personnages à une certaine période de leur existence et les conduira, par des transitions naturelles, jusqu’à la période suivante. Il montrera de cette façon, tantôt comment les esprits se modifient sous l’influence des circonstances environnantes, tantôt comment se développent les sentiments et les passions, comment on s’aime, comment on se hait, comment on se combat dans tous les milieux sociaux, comment luttent les intérêts bourgeois, les intérêts d’argent, les intérêts de famille, les intérêts politiques.
    L’habileté de son plan ne consistera donc point dans l’émotion ou dans le charme, dans un début attachant ou dans une catastrophe émouvante, mais dans le groupement adroit des petits faits constants d’où se dégagera le sens définitif de l’œuvre. S’il fait tenir dans trois cents pages dix ans d’une vie pour montrer quelle a été,
    au milieu de tous les êtres qui l’ont entourée, sa signification particulière et bien caractéristique, il devra savoir éliminer, parmi les menus événements innombrables et quotidiens tous ceux qui lui sont inutiles, et mettre en lumière, d’une façon spéciale, tous ceux qui seraient demeurés inaperçus pour des observateurs peu clairvoyants et qui donnent au livre sa portée, sa valeur d’ensemble.
    (...)
    Mais en se plaçant au point de vue même de ces artistes réalistes, on doit discuter et contester leur théorie qui semble pouvoir être résumée par ces mots : « Rien que la vérité et toute la vérité. »
    Leur intention étant de dégager la philosophie de certains faits constants et courants, ils devront souvent corriger les événements au profit de la vraisemblance et au détriment de la vérité, car
    Le vrai peut quelquefois n’être pas vraisemblable.
    Le réaliste, s’il est un artiste, cherchera, non pas à nous montrer la photographie banale de la vie, mais à nous en donner la vision plus complète, plus saisissante, plus probante que la réalité même.
    Raconter tout serait impossible, car il faudrait alors un volume au moins par journée, pour énumérer les multitudes d’incidents insignifiants qui emplissent notre existence.
    Un choix s’impose donc, – ce qui est une première atteinte à la théorie de toute la vérité.
    (...)
    Faire vrai consiste donc à donner l’illusion complète du vrai, suivant la logique ordinaire des faits, et non à les transcrire servilement dans le pêle-mêle de leur succession.
    J’en conclus que les Réalistes de talent devraient s’appeler plutôt des Illusionnistes.
    Quel enfantillage, d’ailleurs, de croire à la réalité puisque nous portons chacun la nôtre dans notre pensée et dans nos organes. Nos yeux, nos oreilles, notre odorat, notre goût différents créent autant de vérités qu’il y a d’hommes sur la terre.
    Et nos esprits qui reçoivent les instructions de ces organes, diversement impressionnés, comprennent, analysent et jugent comme si chacun de nous appartenait à une autre race.
    Chacun de nous se fait donc simplement une illusion du monde, illusion poétique, sentimentale, joyeuse, mélancolique, sale ou lugubre suivant sa nature. Et l’écrivain n’a d’autre mission que de reproduire fidèlement cette illusion avec tous les procédés d’art qu’il a appris et dont il peut disposer." "Le Roman", préface de Pierre et Jean, Maupassant.

    Merci d'avance pour votre aide !
  • A l'oral, il faudra répondre à la question de l'examinateur et toute la préparation devrait s'organiser autour de la question soulevée.

    Mais en se plaçant au point de vue même de ces artistes réalistes, on doit discuter et contester leur théorie qui semble pouvoir être résumée par ces mots : « Rien que la vérité et toute la vérité. »
    Leur intention étant de dégager la philosophie de certains faits constants et courants, ils devront souvent corriger les événements au profit de la vraisemblance et au détriment de la vérité, car
    Le vrai peut quelquefois n’être pas vraisemblable.
    Le réaliste, s’il est un artiste, cherchera, non pas à nous montrer la photographie banale de la vie, mais à nous en donner la vision plus complète, plus saisissante, plus probante que la réalité même.
    Raconter tout serait impossible, car il faudrait alors un volume au moins par journée, pour énumérer les multitudes d’incidents insignifiants qui emplissent notre existence.
    Un choix s’impose donc, – ce qui est une première atteinte à la théorie de toute la vérité.
    (...)
    Faire vrai consiste donc à donner l’illusion complète du vrai, suivant la logique ordinaire des faits, et non à les transcrire servilement dans le pêle-mêle de leur succession.
    J’en conclus que les Réalistes de talent devraient s’appeler plutôt des Illusionnistes.
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.