Grammaire française Participe passé

Si je ne me trompe pas, le Grévisse conseil d'accorder les mots liés à "aucun" au pluriel, puisque on considérera que s'il n'y avait pas le "aucun" le nom conserné serait représenté plusieurs fois.

Exemple : aucuns articles vendus

Quelqu'un pourrait-il affirmer ou confirmer mes dires ? Merci.
«1

Réponses

  • Je ne suis pas une "pro", mais j'aurai personnellement tout mis au singulier... :P
  • Bonjour Antaeus,

    Sythiliah a raison.

    On ne pourrait pas dire : « aucun(s) article(s) n'ont été vendu(s) »
    (puisque la quantité d'article(s) est nulle).
    Vous pourriez consulter ce lien.

    Muriel
  • Aucuns préfèrent le Petit Robert tandis que certains louent les qualités de Larousse.

    Est-ce correct?
    Si oui, y a-t-il une différence de sens nuancée entre "aucuns" et "certains"?

    Si on disait: certains préfèrent le Petit Robert mais aucun ne loue les qualités de Larousse, je suppose que personne mentionnée dans la phrase aimait Larousse. Ai-je raison dans cet exemple de penser que "aucun" veut dire "aucun d'entre eux"?
  • aucun veut dire "nul" ,il prend la marque du singulier.dans le cas ou il y a un nom qui n 'existe qu' au pluriel ,alors aucun prend un "s".
    ex:aucuns frais( frais n'existant qu'au pluriel) . aucun parti.
    d'aucuns est une expression qui prend la marque du pluriel.
  • Merci, fredebo.

    La question reste: en remplaçant "aucuns" avec "d'aucuns" dans mes exemples, y a-t-il une différence de sens entre "d'aucuns" et "certains"?
  • aucun signifie nul,certains exprime une quantité et d'aucuns signifie quelques-uns.
    Donc on pourrait remplacer d'aucuns par certains et inverse car les deux expriment une quantité.
  • Mais comme quantifiable, "d'aucuns" me semble plus grand que "certains".
    Je crois que je pourrais nommer les gens du group "certains" mais pas forcément du group "d'aucuns".
    Suis-je la bonne piste?
  • bonjour,
    c'est quand on écrit beaucoups ( avec s ) et quand on écrit beaucoup (sans s)
    et la meme chose pour aucun?et merci
  • Bonjour Mira et bienvenue,

    Je vous conseille de ne pas tenir compte de la réponse ci-dessus : elle pourrait vous induire en erreur...

    Le mot beaucoup, quels que soient ses emplois, est toujours invariable.

    Le mot aucun, quels que soient ses emplois, ne varie généralement qu'au singulier : la marque du masculin ou du féminin doit s'appliquer, mais pas celle du pluriel,
    sauf
    - pour les mots qui n'ont pas de singulier : frais, funérailles, etc. (une liste assez complète dans ce message d'Edy).
    - dans cet emploi :
    La langue littéraire utilise la locution d'aucuns qui signifie « quelques personnes, certains » et qui se met toujours au pluriel.
    - D'aucuns jugeront la démarche inutile.
    http://grammaire.reverso.net/4_2_01_aucun.shtml
    - et dans quelques emplois littéraires signalés dans cette discussion.

    Donc:
    - il y a beaucoup de fruits ;
    - il y a beaucoup de monde, de vent ;
    - il n'y a aucun bruit ;
    - il n'y a aucune faute ;
    - y a-t-il du bruit ? Non, il n'y en a aucun ;
    - aucune de ces fautes n'est importante ;
    - aucun de ces arbres n'a encore de fruits ;
    - il y a beaucoup de frais ;
    - il n'y a aucuns frais, aucunes funérailles ;
    - y a-t-il des frais ? non, il n'y en a aucuns ;
    - y a-t-il des funérailles ? non, il n'y en a aucunes ;
    - etc.

    Voir :
    - cette page du site : Les indéfinis
    - cette discussion : Aucun souci ou aucun soucis ?

    La réponse n'est sûrement pas complète, mais devrait suffire pour les cas courants.

    Muriel
  • Bonjour, doit-on dire "je n'ai aucun cerne" ou bien "je n'ai aucuns cernes" ?
    Cerne étant un mot (quasiment ?) toujours utilisé au pluriel mais le mot étant au singulier dans les dictionnaires le doute m'est venu.

    Merci d'avance.
  • Aucun est toujours au singulier, sauf avec un nom qui ne s'emploie qu'au pluriel.
  • Ok merci :)
  • Aucun est toujours au singulier, sauf avec un nom qui ne s'emploie qu'au pluriel.
    ... et comme cerne s'emploie aussi au singulier, "aucun cerne" est correct. ;)
  • pollopollo Membre
    Bonjour,

    Un cas me chiffonne, celui de "nouvelles". Si l'on s'en tient à l'expression figée "recevoir des nouvelles de quelqu'un", où nouvelles ne me semble exister qu'au pluriel, ne faudrait-il pas écrire "n'avoir aucunes nouvelles de Machin" ? Je suis perplexe.
  • Nouvelle existe bien au singulier, avec un sens différent de l'utilisation au pluriel : https://www.cnrtl.fr/definition/nouvelle
    Donc : je n'ai aucune nouvelle de Machin.
  • lamaneurlamaneur Modérateur
    Si l'on emploie le mot dans le sens de Pollo, c'est bien le pluriel qui convient, comme le dit l'Académie dans sa dernière édition, à la rubrique "nouvelle" :
    ☆3. Au pluriel. Renseignements sur l'état d'une personne ou d'une chose dont on n'était pas informé depuis quelque temps. Demander à une personne des nouvelles de sa santé. Prendre, recevoir des nouvelles d'un proche. Envoyer quelqu'un aux nouvelles, envoyer quelqu'un prendre des informations et, spécialement, en termes militaires, envoyer quelqu'un s'instruire de la position des ennemis. Être sans nouvelles d'une expédition.
    L'on écrira donc n'avoir aucunes nouvelles dans la lignée d'être sans nouvelles.
    En effet, comme le rappelle Hanse, cité par le TLFi :
    Toutefois on mettra aucun au pluriel devant des noms qui ne s'emploient qu'au pluriel ou qui changent de sens au pluriel (Hanse 1949)
  • On aimerait bien avoir des nouvelles de Machin. Beaucoup de nouvelles, oh, ce serait l'idéal.
    Mais on n'en a même pas une. On n'en a aucune.
    On n'a aucune nouvelle de Machin. :(
    Aucun devant un subst. au plur. prend lui aussi la marque du plur. Cet emploi est correct mais un peu insolite. Toutefois on mettra aucun au pluriel devant des noms qui ne s'emploient qu'au pluriel ou qui changent de sens au pluriel`` (Hanse 1949). Cet emploi légitime, selon Littré, est cependant assez peu répandu
  • lamaneurlamaneur Modérateur
    gabiana a écrit:
    Cet emploi légitime, selon Littré, est cependant assez peu répandu
    Ce n'est pas tout à fait ce que je lis dans Littré :
    Quelques personnes doutent si aucun, aucune, avec la négation, peuvent être employés au pluriel. Il est plus ordinaire de mettre le singulier ; mais comme rien n'empêche de nier la pluralité aussi bien qu'on nie l'unité, rien non plus ne peut faire condamner les phrases où aucun est au pluriel. On voit par les exemples que les meilleurs auteurs, en prose comme en vers, se sont servis d'aucun au pluriel. Cet emploi est donc pleinement légitime.
    Il dit que le singulier est plus ordinaire mais que le pluriel est pleinement légitime. Et attention, on ne parle même pas là des mots qui ont un sens différent au singulier et au pluriel, ou un emploi privilégié au pluriel, mais des mots "normaux", comme dans les exemples suivants qu'il donne et qui montrent que ce n'est pas si "peu répandu" que ça :
    Au plur.
    LA BRUY., 5: C'est une petite ville qui n'est divisée en aucuns partis
    DESC., Méth. II, 1: N'ayant aucuns soins ni passions qui me troublassent
    LA FONT., Fab. VII, 2: J'ai vu beaucoup d'hymens, aucuns d'eux ne me tentent
    MONTESQ., Lett. pers. 8: Je ne me mêlai plus d'aucunes affaires
    J. B. ROUSS., Od. I, liv. III: Tel que le vieux pasteur des troupeaux de Neptune, Protée à qui le ciel père de la fortune Ne cache aucuns secrets
    VOLT., S. de Louis XIV, 5: Le parlement défendit en même temps qu'on prît aucuns deniers dans les recettes publiques pour les soudoyer
    VOLT., S. de Louis XV, 21: La république n'avait ni aucunes troupes régulières aguerries, ni aucun officier expérimenté
    PASC., Pens. part. II, art. 4: Aucuns tourments n'ont pu empêcher les martyrs de la confesser [la religion]
    MASS., Confér. Commun.: Ne se permettre aucunes démarches que celles qui peuvent compatir avec l'usage de ce sacrement adorable
    CORN., Hor. I, 1: Je ne me satisfais d'aucunes conjectures
    CORN., Sertor. IV, 3: Et quand nous n'en craindrons aucuns ordres sinistres
    CORN., Pomp. V, 3: Aucuns ordres ni soins n'ont pu le secourir
    RAC., Phèd. I, 1: Aucuns monstres par moi domptés jusqu'aujourd'hui Ne m'ont acquis le droit de faillir comme lui
    BERN. DE ST-P., Paul et Virg.: Ils sont à leur tour usés sur tous les plaisirs, par cela même qu'ils ne leur coûtent aucunes peines
    ANQUET., Ligue, III, 330: Il défendit qu'ils fussent jamais recherchés pour aucunes intelligences....
    VOLT., Microm. chap. 2: Je n'ose faire aucuns projets
    MONTESQ., Rom. 74: Rome n'imposant aucunes lois générales
    MONTESQ., Esp. XXVI, 25: Des gens qui n'ont aucuns besoins, puisque le prince y pourvoit
    LAMART., Harm. I, 9: Jamais sans doute aucunes larmes N'obscurciront pour eux [mes frères les hommes] le ciel
    BOSSUET, Var. 7: Il ne garda aucunes mesures
    VOLT., Moeurs, 145: Cet homme [Améric Vespuce] ne méritait certainement aucuns honneurs
    Il va de soi que la bénédiction de Littré, déjà acquise pour le pluriel des mots ordinaires, est sans réserve pour les mots qui, comme nouvelles, ont un emploi particulier préférentiel au pluriel.
    Néanmoins, il est amusant de constater que le pluriel, fréquent au XVIIe et XVIIIe siècles, a subi par la suite des revers sous la pression de grammairiens qui pensaient pouvoir incarcérer la langue dans une fausse logique mathématique. Même l'Académie a été prise de doute. Dans la 4e édition du dictionnaire, elle écrit à la rubrique "rembarquement" :
    REMBARQUEMENT. s.m. Action de rembarquer. On n'a aucunes nouvelles de lui depuis son rembarquement. Le rembarquement des marchandises.
    et passe au singulier à partir de la 5e édition :
    REMBARQUEMENT. s. m. Action de rembarquer. On n'a aucune nouvelle de lui depuis son rembarquement. Le rembarquement des marchandises.
    L'une et l'autre forme restent possibles et il n'y a pas à craindre d'enfreindre la grammaire en écrivant "aucunes nouvelles", comme l'ont d'ailleurs fait avant nous Baudelaire, Flaubert ou Simenon, et comme continuent de le faire bien des gens !
  • L'une et l'autre forme restent possibles
    Soit.
    Je choisis donc dans ce cas précis le singulier. ;)
  • lamaneurlamaneur Modérateur
    On a le choix, et ce choix est d’autant plus appréciable qu’il peut être raisonné. Le sujet a suscité pas mal de discussions, depuis longtemps.
    Ainsi, dans mon Petit Dictionnaire raisonné des difficultés et exceptions de la langue française, de Soulice et Sardou, Hachette, 1914, seconde édition, je lis :
    Il est donc incontestable que aucun admet l'idée et par conséquent le signe de pluralité. Le singulier est plus exclusif que le pluriel, c'est pourquoi il est plus souvent employé que ce dernier nombre; mais aucun se met très bien au pluriel, lorsque c'est une idée de pluralité que l'on doit exprimer, ou bien lorsqu'on veut que le sens ne soit pas complètement exclusif. C'est ainsi que Racine a dit : aucuns monstres par moi domptés jusqu'aujourd'hui, ne m'ont acquis le droit de faillir comme lui. Comme le fait observer Lemare, rien n'empêchait Racine de dire au singulier : aucun monstre par moi dompté jusqu’aujourd'hui, ne m'a donné le droit de faillir comme lui; mais c'est quelques monstres, c'est plusieurs monstres qu'a domptés Thésée, et qui lui ont donné le droit que n'a pas Hippolyte
    Avec un substantif, qui ne s’emploie pas au singulier, ou dont la signification n’est pas la même au singulier qu’au pluriel, aucun prend nécessairement un s. Aucunes funérailles. Il a obtenu ce qu’il demandait, sans aucuns frais. (Acad.). Il n’a fait aucunes dispositions, aucuns préparatifs (Ibid.)
    Cette seconde édition de 1914 reprend en fait la première édition de 1843, où les deux auteurs redisaient en partie ce que Antoine-Léandre Sardou*** exprimait déjà tout seul six ans plus tôt dans ses Leçons de grammaire française et exercices de style (1837) disponibles sur la Toile.
    On y lit par exemple ceci :
    Tous nos meilleurs écrivains ont écrit au pluriel aucuns, aucunes. Racine a dit : aucuns monstres; Bossuet : aucunes bornes; Montesquieu: aucunes affaires, aucunes lois; Vertot : aucunes mesures; J.-J. Rousseau: aucuns droits politiques, aucuns principes généraux; Buffon: aucunes choses mortes; Bernardin de Saint-Pierre : aucunes réflexions; Voltaire : aucuns médecins, aucunes visites; J.-B. Rousseau : aucuns secrets, etc. Ces exemples et mille autres n'ont pas empêché les grammairiens de décider que l'adjectif aucun exclut toute idée de pluralité, parce que, disent-ils, aucun signifie pas un.
    Mais il n'est pas vrai que aucun signifie pas un. […]
    Dans la phrase de Voltaire : La république n'avait ni aucunes troupes régulières aguerries, ni aucuns officiers expérimentés, l'adjectif aucuns est au pluriel parce que Voltaire ne veut point dire que la république n'avait pas un seul officier expérimenté, ce qui serait trop exclusif, mais qu'elle n'avait pas quelques officiers.
    Toute cette discussion fait écho à d’autres discussions qui ont précédé, par exemple celle qu’on peut lire ici :
    https://books.google.fr/books?id=JaUPAAAAQAAJ&pg=PA362&lpg=PA362&dq=%22aucuns+pr%C3%A9paratifs%22&source=bl&ots=WVzd09lEw7&sig=LV6vHQTNVWur75ArAOUDB8cED_I&hl=fr&sa=X&ei=BvdDU_CSKNKy7AaUjoHIBw&ved=0CDkQ6AEwAQ#v=onepage&q=%22aucuns%20pr%C3%A9paratifs%22&f=false
    Il est intéressant de noter que l’Académie avait admis qu’on pût écrire aucuns préparatifs. Pourtant, dans toutes ses éditions du Dictionnaire, de la 4e à la 8e et avant-dernière, elle donne l’exemple On n'a fait encore aucun préparatif tout en ne craignant pas d’écrire Ce mot s'emploie presque toujours au pluriel, ce qui est une belle preuve d’inconsistance. Du coup, elle a supprimé cet exemple de la 9e et dernière édition !
    ***Antoine-Léandre Sardou était le père de Victorien Sardou, le célèbre auteur dramatique, notamment de Madame Sans Gêne et de Tosca, plus connue dans la version opératique de Puccini.
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.