Dans quelle mesure une œuvre romanesque peut-elle délivrer une vision du monde ?

Bonjour/Bonsoir,

J'ai une dissertation à faire pendant les vacances. Voilà le sujet : Dans quelle mesure une oeuvre romanesque peut-elle délivrer une vision du monde ?
J'ai beaucoup de mal à cerner les attentes à cette question.
J'ai beaucoup d'idées mais je n'arrive pas à construire de plan.

Dans une partie, j'aimerais dire qu'un roman peut nous présenter une vision du monde.
Celle des personnages par exemple.
Qu'il peut dénoncer une société, ...

J'aurais peut être aussi parler des limites de la question, avec certains romans comme la SF ou le fantastique qui n'ont pas cela pour objectif, ou encore des romans qui ne s'interrogent pas sur le monde mais sur la pensée par exemple.

Mais je ne sais pas si ça rentre dans le sujet...

Par ailleurs, j'aimerais être sure de ne pas passer à côté de quelque chose de clef, d'où mon inquiétude sur la façon de traiter le sujet.

Pourriez-vous m'éclairer ?

Bonne journée ! et bonnes fêtes de fin d'année !
«1

Réponses

  • De quels textes disposes-tu ?

    Le romancier crée des mondes, des êtres de papier. Le romancier nous donne à voir, à nous interroger par le biais de la fiction.
    Une sorte de "mentir-vrai".
    Bien sûr le roman peut témoigner du monde, de la société, de la façon dont on vivait ici ou là, à telle époque, avec ses préoccupations, ses critères de pensée, de comportement
    Balzac
    Zola
    Maupassant
    Vallès .../....

    Bien sûr le roman témoigne de la grandeur et de la faiblesse de l'homme et le romancier crée des personnages, des types que nous allons admirer ou détester, à qui nous aimerions ressembler ou que nous n'aimerions pas côtoyer. Il invite alors à un retour réflexif sur soi, à une observation, une analyse psychologique.

    Vision tronquée, réaliste, utopique, qu'importe pour le romancier démiurge qui donne à voir sans prétendre "délivrer" la seule vision du monde mais plutôt des visions, des illusions, des créations.
  • Dans quelle mesure une oeuvre romanesque peut-elle délivrer une vision du monde ?

    Toute œuvre romanesque délivre (ou trahit...) la vision de son auteur et il ne peut en être autrement ! Au lecteur de la dégager.
  • Merci pour vos deux réponses !

    Oui, je suis d'accord avec ce que vous m'exposez et je le comprends.

    Mais du coup, je ne vois pas deux parties à ma dissertation.
    J'arrive juste à voir : le romancier nous délivre bien une vision du monde
  • Essayer de comprendre ce que l'auteur du sujet entend par vision du monde :
    Vision tronquée, réaliste, utopique, qu'importe pour le romancier démiurge qui donne à voir sans prétendre "délivrer" la seule vision du monde mais plutôt des visions, des illusions, des créations.
  • Jean-LucJean-Luc Modérateur
    Bonjour,

    Si Delia a raison d'affirmer que tout roman est porteur d'une vision du monde, où réside alors le sujet ?
    Deux pistes possibles :
    - la formulation implicite "originale" : toute vision du monde dans le roman ne présente pas forcément le même intérêt, certaines sont balbutiantes ou conventionnelles...
    - le "dans quelle mesure" initial : le roman est d'abord un récit, une action qui ne vise pas par essence à nous présenter des considérations sur notre environnement ou notre existence. De ce fait la vision du monde peut apparaître indirectement dans la place réservée aux descriptions, aux dialogues, aux analyses psychologiques, aux réflexions extra-diégétiques... L'auteur peut aussi avoir la volonté d'illustrer une vision du monde, le récit devenant le pur instrument d'un projet didactique ou esthétique... Regarde quel monde sépare le roman d'aventure du roman d'apprentissage par exemple.
  • Merci Jean Luc, votre message m'éclaire un peu plus.

    Je me demande en fait pourquoi une oeuvre de fiction voudrait donner à voir le monde ?

    Je me pose également la question : vous me dites que toutes les oeuvres romanesques présentent une vision du monde ; mais même la science-fiction ?

    ---

    Je pencherai pour la première des deux alternatives, qui m'inspire plus.
  • La science-fiction est le conte philosophique moderne.
  • La science-fiction est le conte philosophique moderne.

    Et dans ce sens, il permet de s'interroger sur des notions universelles
  • Sans doute toutes les oeuvres romanesques offrent-elles une certaine vision du monde, que ce soit Le meilleur des mondes d'Aldous Huxley ou Ravage de Barjavel.
    Certaines sommes telles que la Comédie humaine de Balzac, ou l'histoire des Rougon- Macquart de Zola, affichent clairement cette intention.
  • Ah oui, en fait ce serait la distinction entre ils nous montrent tous une vision du monde, inexorablement, mais certains ont vraiment la volonté de nous montrer telle vision pour nous faire réfléchir dessus

    --

    Aurez-vous d'autres exemples à part la SF qui donnent une vision du monde indirectement ?

    --

    Ps : Moi qui ne connais pas vraiment le mot didactique, cela voudrait dire qu'ils seraient plus avec ceux qui montrent une vision du monde inexorablement ou ceux qui veulent justement nous amener à réfléchir sur le monde ?
  • Je me suis peut-être mal exprimée, en semblant établir une hiérarchie entre les romans. Ce n'est peut-être pas là qu'il faut établir le débat.
    Toute oeuvre romanesque délivre une vision du monde à partir du moment où elle donne à voir, à réfléchir...,
    Après, le dans quelle mesure....
    Désolée de ne pouvoir t'être d'un plus grand secours.
  • Pourtant, c'était possible de le prendre comme ça je pense :

    I/ Les romans presentent une vision du monde dans la mesure ou ils creent une monde impregne de valeurs, ...
    II/ D'autres affichent carrément la volonté de donner une vision sur NOTRE société

    Moi aussi j'ai du mal avec le dans quelle mesure ...

    OU ALORS :

    I/ le roman peut interroger les modes de connaissance et de croyance d'une époque
    II/ il peut aussi etre porteur d'une réflexion philosophique sur des valeurs universelles
    III/ il peut être une réflexion au sens esthétique (en nous invitant à plus de poésie, de légèreté, ou autre)
  • Jean-LucJean-Luc Modérateur
    Didactique fait référence à une volonté d'enseigner, de démontrer, de partager. Nous sommes là dans l'argumentation indirecte.
    Quelle est l'intention de l'auteur lorsqu'il écrit son récit : divertir ou faire réfléchir, agir...
    Les deux pistes que j'indiquais ne sont pas exclusives.
    La vision du monde peut être involontaire ou volontaire, seconde ou principale.
    Mais il faut examiner en même temps par quels moyens l'auteur la développe.
    Je prends un exemple bien connu Candide de Voltaire.
    Au départ apparemment un roman d'aventures, une fiction sentimentale, des registres pathétique, tragique... mais la volonté de faire réfléchir au problème du mal devient vite évidente au point de phagocyter le récit. Retournements de situation, dialogues, ironie,registre satirique, jugements extra-diégétiques conditionnent le lecteur. Les aventures du héros deviennent un prototype de roman d'apprentissage. La caricature, le trait forcé, les invraisemblances empêchent seulement le lecteur de s'identifier totalement au personnage. C'est une vision originale, délibérée produite par des moyens adaptés au projet esthétique de Voltaire.
  • En fait, j'aimerais faire un plan comme ça :

    I/ Les romans engagés qui donnent une vision politique (dans le sens "vie de la cité") du monde
    II/ Les romans qui présentent des personnages en quête de sens expérimentant la vie différemment
    III/ Les romans dont l'objectif premier n'est pas de délivrer une vision du monde (les romans d'aventures, ...)

    Pouvez-vous me dire ce que vous en pensez et m'orienter si besoin ?
    Merci d'avance
  • Un plan n'est qu'un squelette et tant que l'on n'a pas rassemblé les éléments à ordonner il est difficile de juger de sa pertinence.
    Cela dit, il me semble que votre III est un point de départ :
    III/ Les romans dont l'objectif premier n'est pas de délivrer une vision du monde (les romans d'aventures, ...)

    tous les romans n'ont pas pour objectif premier de délivrer une vision du monde, mais tous les romans en délivrent une. Voyez Madame Bovary : Flaubert peint un univers où la bêtise règne en maitresse, aucun personnage n'est indemne. Par une mise en abyme, Flaubert fait de son héroïne éponyme une dévoreuse de livres, de romans sentimentaux. L'objectif premier de ces romans est la pure distraction mais ils délivrent du monde une vision romanesque et sentimentale qu'Emma prend au pied de la lettre.
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.