Je voudrais lancer une discussion autour de l'opuscule de Kant : Qu'est-ce que les Lumières ?
Et ainsi développer un débat autour de deux questions majeures : Quels héritages nous ont-ils légués ? Et de nos jours, ces héritages sont-ils toujours appliqués ?
Mots clés :
«13

Réponses

  • marinamarina Membre
    Kant dit que c'est la sortie de l'homme de sa minorité dont il est lui-même responsable. Et jusqu'à présent, c'est la meilleure définition que j'aie trouvée!!
    L'héritage que nous ont légués ces philosophes: eh bien c'est déjà tous les textes qu'on a en première!!! et que je trouve magnifiques!!!
    Par ailleurs, il y a leur lutte contre toutes sortes d'infâmies du siècle, cette lutte a su à la fois être efficace en atteignant son public et à la fois subtile par la façon dont les messages étaient transmis.
    Cependant il ne faut pas faire de ces philosophes des personnages saints ou divins, car leur implication se montrait tout aussi "efficace" dans d'autres domaines peu moraux...
  • Ce qui est surtout conséquent en ce siècle lumineux si j'ose dire,c'est qu'il a éclairé la plupart des pays européens:C'est,en effet,un mouvement qui s'est déployé de 1715 à 1789.Ainsi sa longévité et son énergie sont les marques d'un siècle universel:En Allemagne on appelait cela L'AUFLARUNG,en italie iluminisimo, en Angleterre Enlightenment,et en Espagne, ilustracion.Il n'est nullement imprégné d'une quelconque idéologie,mais se caractérise surtout par l'émancipation de l'homme de la tutelle d'autrui."sapere aude" :AIE LE COURAGE DE TE SERVIR DE TON PROPRE ENTENDEMENT!.Cette définition laconique kantienne recouvre dans son intégralité le fondement même de l'energie des Lumières.

    Je te préconise la lecture de l'ouvrage Mahomet le prophète ou le Fanatisme(1741) de Voltaire.
  • Benjamin

    "Je te préconise"? ou plutôt : "Je préconise la lecture de ..." ou encore "Je te conseille la lecture de ...".

    Erreur d'inattention je présume.
  • Je vous remercie d'avoir remarqué cette inattention.
  • benjamin a écrit:
    Quels héritages nous ont-ils légués ? Et de nos jours, ces héritages sont-ils toujours appliqués ?
    Internet et l'Encyclopédie des lumières
    Le journalisme et les Articles

    Sinon je te recommande ce Syllabus très bien fait : http://www.cvm.qc.ca/encephi/Syllabus/Litterature/18e/lumieres.htm


    J'espère t'avoir rendu service :)
  • Les Lumières ont laissé des traces, qui sont encore visibles aujourd'hui! Ils sont à l'origine des droits de l'homme, ils ont inspiré la Déclaration universelle des droits de l'homme, publiée par Amnesty International, et, peu avant Napoléon et ses préoccupations archéologiques, ont donné à leurs successeurs le sens de l'histoire, et la science politique; grâce à Olympe de Gouges, ils ont lancé le combat féministe... et bien d'autres choses encore! Nous leur devons beaucoup; mais attention: si je pouvais résumer leur façon de faire, je dirais: faites ce qu'ils écrivent, mais pas ce qu'ils font!!! Que penser de Voltaire qui, bien que fustigeant l'esclavagisme notamment dans Candide, possédait des parts dans une société négrière?
  • faites ce qu'ils écrivent, mais pas ce qu'ils font !!!
    Je ne peux laisser filer une telle injure ! Certes Voltaire possédait des parts dans une société négrière, mais sans cette intelligence incomparable tu n'aurais jamais pu dévorer un Candide, un Zadig etc.

    Mais je conçois ton propos sans l'accepter peut-être est-ce dû à mon amour des Lumières ? Peu importe, mais dire "faites ce qu'ils écrivent, mais pas ce qu'ils font !" je trouve cela indécent. Sache que ce qu'ils ont fait c'est penser pour l'évolution d'une société basée sur les privilèges et l'iniquité ambulante. Si pour toi penser n'est pas un acte, j'affirme hautement que tu ne comprends rien à la fonction d'écrivain et d'engagement. Ils ont été emprisonnés (censure) pour avoir voulu éclairer les hommes !
    Ces hommes ont risqué leur vie pour "dire" au monde la vérité. N'est-ce pas un bel acte que d'éclairer l'humanité par la pensée !
    En écrivant ils ont permis d'ériger les fondements de notre société (liberté etc.), et si tu oses dire que ces êtres étaient l'ombre de leurs écrits, tu te méprends pleinement car sans Voltaire ou autres tu n'aurais jamais connu une telle société ! Ils ont inventé la liberté n'est-ce pas assez ? Quelle ingratitude !
  • Certes, ils ont fait bouger les choses, et d'ailleurs, c'est ce que j'ai dit! Mais on a tendance à les porter aux nues, alors que, avant tout, c'étaient des hommes! ils étaient très loin d'être parfaits! Je crois qu'il est nécessaire de séparer l'oeuvre de l'homme: leurs textes sont aujourd'hui canoniques, dignes d'éloges, mais je voulais simplement mettre en valeur certaines de leurs incohérences... Je sais ce que nous leur devons, en aucun cas je ne me montre ingrate! N'oublions pas non plus qu'en tant que bourgeois (pour la plupart), beaucoup d'entre eux étaient motivés non seulement par la quête de la vérité et de la liberté, mais aussi par le fait qu'ils briguaient les privilèges des nobles! Ou, à défaut, supprimer ceux-ci. Mais au final, leurs textes sont passionnants, relevant à la fois de la philosophie, de la politique, et de la littérature, et nous leur devons beaucoup. Je ne conteste pas cela! Admirer l'oeuvre, l'engagement, oui, mais en faire des dieux, non.
  • Benjamin
    Les philosophes des Lumières n'ont pas "inventé" la Liberté ! Celle-ci éclaire (ou tente d'éclairer ;-) le monde depuis l'Antiquité. Mais ils ont secoué le joug de la féodalité et des privilèges, dans la société française de leur époque.
    Ceci étant, on peut écrire des textes magnifiques sur la Liberté tout en étant un esclavagiste, la nature humaine est tellement contradictoire. Rousseau le pédagogue a mis ses enfants à l'Assistance publique Ce n'est pas vraiment à son honneur...
  • De toute façon, il y a toujours un écart inconciliable entre l'oeuvre et la personne qui l'écrit. Personnellement, j'aurais tendance à croire que ce qu'on écrit est en général plus intelligent que soi ! (enfin, je ne parle pas des messages laissés sur les forums !...)
    Ou du moins, qu'il n'est pas rare que des personnalités médiocres, voire mesquines, se cachent derrière des chef-d'oeuvres de grande beauté (qu'il s'agisse de littérature, de musique ou d'autres domaines...)

    Bref, comme le dit Andromaque, il faut bien séparer l'oeuvre de l'auteur, même (et peut-être d'autant plus) dans un cas très limite comme celui des Confessions.

    Partant de là, je ne vois pas comment les anecdotes mille fois répétées sur Voltaire et sur Rousseau ("Oui, il a eu des parts dans une compagnie négrière", "Oui, il a abandonné ses enfants") pourraient influer sur l'appréciation de leurs ouvrages. Ce serait un raisonnement bien grossier (et même une insulte à leur réflexion) que de vouloir relativiser leur pensée à l'aune de leurs actions.

    Qu'on soit bien clair : je ne dis pas que leur statut de Lumières leur confère une immunité automatique. Je dis simplement que, quelque soit le nombre d'erreurs qu'ils ont pu faire, eh bien, tout cela m'apparait comme très secondaire, et je prends le parti de m'en ficher. Mieux : je ne pense même pas qu'il soit besoin de les légitimer avant de pouvoir en parler.
    "Eh bien oui, ils ont fait tout cela ; et alors ?"

    Les "petits orphelins de Rousseau" m'agacent un peu car, dès qu'on aborde le sujet, ils sont l'arbre qui vient immanquablement cacher la forêt. C'est bien ; il faut l'apprendre aux enfants, et le rappeler de temps en temps ; mais une fois que tout le monde est au courant, peut-être est-il temps de passer au gros du dossier ?

    C'est que, lorsqu'on parle des Lumières et de leur héritage, il y a des milliers de pages et de sujets qui nous attendent, et qui me semblent autrement passionnants !!

    (PS : du reste, à ceux qui me retorqueraient qu'il s'agit simplement de "montrer qu'ils étaient des hommes comme les autres", je répondrais qu'à mon avis, personne n'en a jamais douté. Il n'y a bien que dans les écoles primaires ou les petites classes de collège que l'on "déifie" Voltaire inconditionnellement, que l'on moule Rousseau dans le marbre, etc... Quiconque se pencherait un minimum sur leurs oeuvres, et serait rebuté par la découverte des "orphelins" ou des "négriers", aurait d'abord bien des questions à se poser sur lui-même... et sur ce qu'il recherche dans la littérature en particulier !! )
  • Enfin une personne qui scrute l'objectivité et qui ne manifeste aucun pointillisme austère et vain à ce siècle si fabuleux !
  • Cependant les Lumières ne sont pas la seule époque fabuleuse de notre littérature. Le Moyen-Âge, par exemple, a créé notre langue. Et ce fut une des époques les plus créatrices de notre histoire !
  • Je n'ai pas voulu influer sur l'appréciation de Voltaire, Diderot ou Rousseau (que d'ailleurs je n'apprécie pas du tout, aucun des trois) J'ai simplement dit que les hommes (les écrivains comme les autres) sont pétris de contradictions.
  • J'avais peur que ma réponse (et les vôtres !) ne s'éloignent un peu du sujet, qui était : "Quel est l'héritage des Lumières ?"

    Mais je me dis que, finalement, elles s'y rattachent d'une façon un peu détournée, en cela que nous parlons du "côté caché", de cette partie de l'héritage des Lumières que la face "lumineuse", "universelle", a souvent tendance à trop occulter.

    Or, quelle heureuse surprise, de descendre les vieux bustes poussiéreux de l'étagère, de les regarder dans les yeux - et de se rendre compte que c'est un être humain qui vous parle ! L'héritage des Lumières, c'est bien sûr tous ces grands principes, tous ces bouleversements fondamentaux dont vous parliez, ces profondes avancées de l'intelligence, tous ces visages austères que l'on peut voir dans nos manuels scolaires.
    -Mais, honnêtement, ils ne vous faisaient pas un peu peur, tous ces froids noms qu'on vous faisait apprendre pour vos leçons ?

    [Pour en finir avec cela, j'ai d'ailleurs l'impression que les anecdotes dont nous parlions servent souvent à conjurer cette lumière un peu trop aveuglante ; à écarter d'un geste ces exemples qu'on nous présente comme trop parfaits, et qui semblent impossibles à soutenir. (Malheureusement, beaucoup de personnes, en sortant ces anecdotes "pour relativiser", semblent jeter le bébé avec l'eau du bain - ce qui ne semble pas être votre cas, heureusement) Je reprends : ]

    Or, les Lumières, ce sont aussi et avant tout des hommes. Des personnages bien charnus, savoureux, humains - pas du tout des tracés de lignes pures, comme on peut le croire en les lisant à l'école ! La truculence et le foisonnement de Diderot, la sensibilité fébrile de Rousseau, le ton même de Voltaire - voilà ce qu'on a trop tendance à "oublier" dans l'héritage des Lumières, qu'on le porte aux nues pour toutes ses grandes idées, ou qu'on veuille le dénigrer pour ses quelques "petites" actions...

    Leah, tu parles de contradictions - et je vais rebondir un peu facilement en disant : OUI !! Oui, bien sûr, ils étaient humains ! Ils ont douté, ils se sont contredits, ils se trompés, ils étaient maladroits, ils ont commis de belles bourdes, ils ont parfois vécu contre leurs principes - mais c'est à travers tout cela, justement, qu'ils ont trouvé matière à façonner leurs ouvrages !

    Qu'on aime ou qu'on n'aime pas, cela reste une autre affaire. Mais derrière l'héritage humaniste, je voulais simplement rappeler qu'il existe aussi un véritable héritage humain - un héritage d'expériences, vibrant, sensible - qui ne mérite ni d'être occulté par La Déclaration des Droits de L'Homme, ni de servir seulement à "tempérer" leurs idées !

    Rousseau m'a touché, Diderot m'a fait rire, Voltaire continue de m'intriguer... Leur héritage aurait-il été aussi fort s'il n'avait été trempé dans des personnalités aussi composées ? Je suis heureux de penser que non, et qu'il me reste bien des richesses de sensibilité à découvrir, loin sous les phrases un peu rigides de leurs traités !


    (Par ailleurs, il faudrait également qu'ils m'apprennent à me montrer plus concis !...)
  • Cependant les Lumières ne sont pas la seule époque fabuleuse de notre littérature. Le Moyen-Âge, par exemple, a créé notre langue. Et ce fut une des époques les plus créatrices de notre histoire !
    Une lutte entre "lumiéristes" et médiévistes...

    J'espère bien qu'en 1000 ans (ou même si on rétrécit aux dates de la littérature françaises : environ 500 ans) les hommes réussirent à "créer" plus de chose qu'en 84 ans... (1715-1799).

    Voltaire, Diderot ou Rousseau (que d'ailleurs je n'apprécie pas du tout, aucun des trois)
    C'est bien dommage pour vous, je crois... Pourtant leurs oeuvres sont riches et variées : théatre ( plus ou moins classique et novateur), poésie, Roman (humour, sentiment, dérision), nouvelles et contes, essai, et j'en passe...
  • C'est-à-dire que le Moyen Âge a été bien plus novateur que les époques suivantes (par exemple on n'a pas réussi à retrouver les secrets des maîtres verriers ou des liciers pour la fixation des couleurs)
    Je n'apprécie pas les trois auteurs cités ne veut pas dire que je ne mles ai pas lus. Mais je ne les relirai pas ; je place à cent coudées au-dessus les poètes de toutes époques, des philosophes comme Camus, des romancières comme Duras, tout le théâtre de Sartre ou de Pirandello... Rousseau est prodigieusement nombriliste ; Le neveu de Rameau ne m'a pas convaincue du génie de son auteur, les Contes de Voltaire ni sa poèsie non plus
  • Tout d'un coup vous devenez vingtiémiste...

    Tout ceci n'est qu'une question de sensibilité...
    C'est-à-dire que le Moyen Âge a été bien plus novateur que les époques suivantes (par exemple on n'a pas réussi à retrouver les secrets des maîtres verriers ou des liciers pour la fixation des couleurs)
    c'est événementiel ca... ! Plus novateur que les époques suivantes... c'est dur à soutenir dans les faits cela :
    -on a une évolution en droit (que la littérature enregistre), un peu mais on a pas encore redécouvert le droit romain
    -en terme de "science" et de technologie, je crois que nous somme sassez loin de Copernic, Gallilé et Descartes, je ne parle même pas de Newton
    -en philo, on est un peu emmailloté dans la scolastique...
    -d'un point de vue social, ca avance tout doucement : ville, bourgeoisie, indépendance...
    -et d'un point de vue des idées : on a grille de lecture du monde fondamentalement chrétienne qui est exaltante et riche, mais un peu scélorosante; on pourra tout de même saluer la théorisation du libre-arbitre !
    -enfin, en littérature : je ne crois pas que nous assistions à des retournements perpétuels d'écoles, de mouvements qui entretiennent l'histoire de la littérature française à partir des années 1530-1540 (l'avant "Pléaide"), la production littéraire est bien moins dense, même si elle est riche, des plus agréable et interessante.
    Je n'apprécie pas les trois auteurs cités ne veut pas dire que je ne mles ai pas lus.
    heureusement, sinon vous ne pourriez même pas ne pas les aimer !

    et puis liser autre chose de rousseau que "simplemet" les Confessions ! autre chose que le Neveau de Rameau (Diderot était un genie littéraire qu'on aime ou pas, le jugement de gout est obsolet!) !
  • Je me suis royalement ennuyée en lisant La nouvelle Héloïse !
    Quand à décréter qui est un génie, là où le monde entier me le dirait, pour moi un livre qui me fait bailler d'ennui n'est pas l'œuvre d'un génie, ne vous en déplaise !
  • Je comprends pas en quoi "redécouvrir" le droit romain c'est être novateur ?
    En littérature le MÂ a quand même différencié complètement le francien du latin;, ce n'est pas rien ! Et dire que la production était moins abondante : la littérature était alors essentiellement orale, donc combien d'œuvres ont disparu ? et combien de manuscrits perdus, détruits lors de pillages ou d'incendies ?
    Les connaissances scientifiques en médecine (ce qu'ils appelaient les physiciens) étaient autrement avancées qu'à la Renaissance et les soit-disant "sorcières" connaissaient les vertus médicinales des "simples" ; ce qui leur donnaient un pouvoir que l'église a combattu pour asseoir son autorité
    En architecture on a les pures inventions que sont les voûtes romanes ou gothiques. Et que dire de l'amour courtois ?
    Lisez par exemple Régine Pernoud, La femme au temps des cathédrales
  • Pour répondre complètement, je ne suis pas devenue tout d'un coup vingtièmiste que je ne suis médiéviste ou (non;-)-lumièriste. Il y a dans chaque époque de notre littérature des œuvres admirables. Si j'avais cité Chateaubriand Flaubert Maupassant Hernani Ruy Blas Michelet et tous les poètes du XIXème je suppose que vous m'auriez soupçonnée de virer dix-neuvièmiste Grands dieux que c'est irritant cette maine d'étiqueter les gens !
    Oserai-je vous dire que le génie de Hugo poète me laisse parfaitement insensible ? par contre, quel romancier ! quel auteur de théâtre !
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.