Voltaire, Candide, chapitre 18 - Candide et Cacambo montent en carrosse...

Bonjour,

J'ai un commentaire à faire pour lundi 07/11 sur un texte de Candide, je n'arrive pas à dégager une problématique précise et des axes sur ce texte, car je trouve qu'il est assez court et assez pauvre en citation, je sais que ça tourne autour de l'utopie, je l'ai recopié afin que quelqu'un puisse m'aider juste pour trouver une problématique et des axes et pourquoi pas quelques sous-parties mais juste ça me suffirait.
Candide et Cacambo montent en carrosse ; les six moutons volaient, et en moins de quatre heures on arriva au
palais du roi, situé à un bout de la capitale. Le portail était de deux cent vingt pieds de haut et de cent de large
; il est impossible d'exprimer quelle en était la matière. On voit assez quelle supériorité prodigieuse elle
devait avoir sur ces cailloux et sur ce sable que nous nommons or et pierreries.
Vingt belles filles de la garde reçurent Candide et Cacambo à la descente du carrosse, les conduisirent aux
bains, les vêtirent de robes d'un tissu de duvet de colibri ; après quoi les grands officiers et les grandes
officières de la couronne les menèrent à l'appartement de Sa Majesté, au milieu de deux files chacune de
mille musiciens, selon l'usage ordinaire. Quand ils approchèrent de la salle du trône, Cacambo demanda à un
grand officier comment il fallait s'y prendre pour saluer Sa Majesté ; si on se jetait à genoux ou ventre à terre
; si on mettait les mains sur la tête ou sur le derrière ; si on léchait la poussière de la salle ; en un mot, quelle
était la cérémonie. « L'usage, dit le grand officier, est d'embrasser le roi et de le baiser des deux côtés. »
Candide et Cacambo sautèrent au cou de Sa Majesté, qui les reçut avec toute la grâce imaginable et qui les
pria poliment à souper.
En attendant, on leur fit voir la ville, les édifices publics élevés jusqu'aux nues, les marchés ornés de mille
colonnes, les fontaines d'eau pure, les fontaines d'eau rose, celles de liqueurs de canne de sucre, qui coulaient
continuellement dans de grandes places, pavées d'une espèce de pierreries qui répandaient une odeur
semblable à celle du gérofle et de la cannelle. Candide demanda à voir la cour de justice, le parlement ; on lui
dit qu'il n'y en avait point, et qu'on ne plaidait jamais. Il s'informa s'il y avait des prisons, et on lui dit que
non. Ce qui le surprit davantage, et qui lui fit le plus de plaisir, ce fut le palais des sciences, dans lequel il vit
une galerie de deux mille pas, toute pleine d'instruments de mathématique et de physique.
«1

Réponses

  • La problématique serait peut-être :

    Comment l'auteur parvient t-il à dénoncer l'optimisme métaphysique par les utopies de Candide en tant que philosophe des Lumières ?

    Candide est un récit de formation ou récit d'un voyage qui transformera son héros éponyme en philosophe . Voltaire critique l’optimisme métaphysique qui affirme en partie que notre monde est le meilleur des mondes possibles . Voltaire utilise beaucoup l'ironie dans son écriture , faut t-il le préciser dans la problématique ?

    Par contre , quelle est la doctrine de Voltaire ?

    Que l'homme doit prendre en main sa destinée et construire son bonheur ...

    Cet extrait décrit le pays de l'Eldorado et la démesure de cette ville , en présentant brièvement deux personnages l'un principal Candide et l'autre secondaire Cacambo . C'est une des péripéties du roman .
  • J'ai un commentaire à faire pour lundi 07/11
    Le devoir est sans doute rendu ...
  • Mais là cela m'intéresse aussi de faire ce commentaire pour me pratiquer :)
  • pour me pratiquer.
    Diantre !
  • Quel est le soucis ? :|
  • JehanJehan Modérateur
    Le souci (sans S, merci...) c'est que "se pratiquer" dans le sens ou tu l'emploies est un anglicisme québécois, un calque de l'anglais.
    On préfèrera utiliser s'entraîner, s'exercer, etc.
    http://bdl.oqlf.gouv.qc.ca/bdl/gabarit_bdl.asp?id=4065
  • Ou tout simplement : pour pratiquer.
  • Jehan a écrit:
    Le souci (sans S, merci...) c'est que "se pratiquer" dans le sens ou tu l'emploies est un anglicisme québécois, un calque de l'anglais.
    On préfèrera utiliser s'entraîner, s'exercer, etc.
    http://bdl.oqlf.gouv.qc.ca/bdl/gabarit_bdl.asp?id=4065

    Merci pour cette précision et pour "le soucis" , en effet , cela désigne aussi une fleur http://www.langue-fr.net/Souci-trois-genres-de-soucis-mais-un-seul-souci


    Sinon , que pensez-vous de ma problématique et de mon accroche ?
  • Je ne comprends pas ta problématique.
    Je crois que Delia dirait que ce n'en est pas une, concernant ce passage précis, et qu'elle aurait raison.
    Tu poses une question très générale et peu claire et qui ne s'applique pas uniquement à l'extrait à commenter.
  • J'espère que @Delia pourra m'en dire davantage . Voltaire critique l'optimisme à travers Candide , en utilisant le procédé de l'ironie dans cet extrait (cela pourrait être même du sarcasme ici ) .Candide passe par plusieurs utopies dans son voyage initiatique (aussi , c'est un aristocrate à la base , et l'onomastique nous renseigne beaucoup sur sa personnalité ) .

    Comment l'auteur parvient t-il à dénoncer l'optimisme à travers Candide par l'ironie ?
  • La réponse est dans la question :
    Q
    Comment l'auteur parvient t-il à dénoncer l'optimisme à travers Candide
    R
    par l'ironie ?

    C'est l'annonce du plan, ce n'est pas un questionnement dynamique !
  • Ok !Le procédé , c'est un peu trop ...

    Ma première problématique était :

    Comment l'auteur dénonce t-il l'optimisme métaphysique par les utopies de Candide en tant que philosophe des Lumières ?

    Au lieu de dire dénoncer , je peux dire décrire tout court .
  • JehanJehan Modérateur
    C'est une simple question, pas une vraie problématique.
    Une vraie problématique doit exprimer une contradiction.
  • Et de plus, j'ajouterai que cette question n'est pas simple !
    Elle est si lourde qu'on a du mal à la comprendre. Comment...par... en tant que...
    Je répète : La problématique doit s'appliquer à l'extrait à commenter, non à toute l'oeuvre.
  • Ok! Alors je propose :

    Doit t-on lire cet extrait comme une description utopique ou comme une critique des sociétés du 18 ème siècle ?
    Quels sont les traits du pays que constatent Candide et Cacambo ?
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.