Prépa littéraire Licence lettres modernes
Capes lettres modernes

Bonsoir à tous,

Actuellement en terminale ES, je me pose de plus en plus de questions concernant ma future orientation. Depuis un bon moment, je me dis que la classe préparatoire B/L, bien que possédant un niveau en mathématiques élevé en sortant d'une terminale ES, m'intéresserait vraiment étant donné qu'elle me permettrait de continuer à étudier à la fois les SES et l'histoire, 2 matières que j'affectionne particulièrement. J'hésite d'ailleurs grandement entre celles-ci concernant mon avenir professionnel étant donné que je souhaiterais devenir professeur d'histoire géographie ou de SES. La prépa B/L me permettrait ainsi de pouvoir mûrir ce choix sans pour autant me fermer de portes.
Cependant, en me penchant de plus près sur le volume horaire occupé par chacune des matières, je vois qu'il n'y a que 4 heures d'histoire ce qui me semble relativement peu si l'on envisage une poursuite d'étude dans ce domaine. De plus, seule l'histoire contemporaine est abordée en B/L. Ma question est donc: est-il approprié de faire une classe préparatoire B/L si l'on souhaite devenir professeur d'histoire géographie? Je sais qu'il est possible de prendre la spécialité histoire en khâgne A/L et surtout que toutes les périodes, au contraire de la B/L, y sont abordées. Cependant, si je me dirige vers une A/L, j'aurais certes des connaissances historiques couvrants de plus vastes périodes mais je ne pourrais plus me diriger vers les SES si jamais je venais à changer d'avis.

Merci déjà d'avoir pris le temps de me lire et si quelqu'un passant sur ce forum à une réponse à apporter à ma question je lui en serais vraiment reconnaissante.
Mots clés :

Réponses

  • Plutôt une double Licence Économie - Histoire comme à Paris 1 pour conserver les deux débouchés.
  • En A/L, toutes les périodes ne sont pas abordées. J'ignore si le contenu est plus riche qu'en B/L, mais, ce qui est certain, c'est qu'il est lacunaire.
  • Merci beaucoup pour vos réponses, c'est justement le contenu historique lacunaire qui m'effraie quelque peu. Si je comprends bien, faire une B/L ne semble pas une si bonne idée pour travailler dans le domaine de l'histoire alors? Mais pourtant, n'est-il pas possible d'obtenir des équivalences en histoire à la fac par la suite? Merci aussi de m'avoir appris l'existence de cette double licence histoire/ économie, je vais aller regarder de plus près son contenu. J'avais déjà pensé aux doubles licences mais il est vrai que j'ai tendance à privilégier la prépa qui, d'après mes professeurs, est la formation à privilégier tant par la richesse de son enseignement que par les méthodes qu'elle transmet si l'on souhaite passer les concours de l'enseignement.
  • Pardon, j'aurais dû élaborer un peu : je crois que la prépa A/L et sans doute aussi B/L sont des formations tout à fait solides pour faire de l'histoire. Certes, les programmes sont lacunaires, mais vous apprenez une méthode de dissertation utile par la suite, et une méthode de travail qui permet de rattraper le retard pris en quelques années.

    Je ne connais pas assez la B/L pour vous dire à quel point le contenu historique est riche. Mais la A/L, même si elle est lacunaire (en gros, vous n'étudierez pas ou peu ce qu'il se passe après les débuts de l'empire romain et la renaissance italienne, et le programme se concentrera essentiellement sur le XIXème et XXème siècles), n'est pas un mauvais plan pour l'histoire. Au contraire, beaucoup (l'immense majorité ?) des chercheurs historiens en France viennent de la prépa.
  • Merci beaucoup pour votre réponse et pour toutes ces précisions! Cela me rassure vraiment de voir que je ne me suis pas trompée dès le début. En plus, si je venais à me diriger vers l'histoire, il est vrai que j'aimerais beaucoup avoir une activité de recherche en parallèle alors si la majorité des chercheurs est passée avant par une prépa, c'est vraiment super.
  • Attention ! En B/L seulement la période contemporaine au programme !
    Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles
    Filière : littéraire
    Voie : A/L

    (...)
    Au terme des deux années d’études en classes préparatoires de lettres première année et seconde année, les étudiants qui se destinent à des études d’histoire doivent avoir traité des questions concernant les quatre périodes historiques.
    http://cache.media.education.gouv.fr/file/special_3_ESR/47/7/programme-AL_252477.pdf
    Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles
    Filière : littéraire
    Voie : B/L
    (...)
    Histoire
    Objectifs
    - Acquisition d’une solide culture historique et des méthodes de dissertation et d’oral.
    Programme - La France, de 1870 au début des années 1990 ;
    - Le monde de 1918 au début des années 1990 : relations internationales, grandes évolutions économiques, sociales, politiques et culturelles.
    http://cache.media.education.gouv.fr/file/special_3_ESR/46/0/programme-BL_252460.pdf
  • A ce moment là, je devrais donc plutôt me diriger vers une prépa A/L? Le souci étant que j'apprécie vraiment les SES et que je n'ai pas envie d'arrêter de les étudier. La double licence histoire/ économie semble alors un bon compromis mais est-ce qu'aller directement à la fac permet de réussir aussi bien les concours de l'enseignement, et plus particulièrement celui de l'agrégation, que si l'on était passé par une prépa?
    Et merci encore de prendre le temps de me répondre parce que je ne sais plus trop où j'en suis en ce moment concernant mon orientation.
  • Pour avoir fait prépa et être maintenant à la fac (en LM, mais peu importe) je peux te parler de mon expérience...

    J'ai aussi fait ES, je me suis retrouvée dans une prépa qu'on qualifierait de bonne si ce n'est très bonne... C'était très enrichissant niveau méthodes de travail mais qu'on se le dise le programme de l'ENS est tellement lourd que l'on n'étudie pas toutes les périodes en histoire... seulement celle au concours et ce qui s'en rapproche... En hypo, hors programme concours j'ai étudié l'Angleterre du XVIIIè, Jeanne d'Arc et l'URSS du XXè. C'est tout (et c'est déjà pas mal). Il y a bien une épreuve de sciences humaines où nous avons étudié Bourdieu, mais de là à dire qu'on a étudié l'économie... non!

    Je ne regrette pas la prépa, mais j'aime tout autant la fac. Pourquoi ne pas essayer de faire un an, acquérir la méthode et voir à la fin? Beaucoup de facs prestigieuses prennent des élèves après un an d'hypo.

    Sinon va à la fac directement, choisis-en une bonne (regarde les stats de l'agreg, il me semble que Lyon et Paris où il y a les deux ENS finissent dans le top) à savoir qu'à Lyon les cours de l'ENS et de la fac sont jumelés, donc on ne peut pas dire que ceux de la fac réussissent moins bien.

    La prépa = cadre stimulant.
    La fac = tu te donnes ton propre cadre + tu as du temps pour faire tes propres recherches (l'agreg, c'est aussi de la recherche au fond!)

    Les études, on en fait ce qu'on veut en faire.... :)
  • (l'agreg, c'est aussi de la recherche au fond!)

    Je ne suis pas en désaccord sur tout le reste, mais ça... Non, franchement, l'agrégation, ça n'est pas du tout de la recherche, ni au fond, ni en surface, ni sur les côtés...

    Juste une parenthèse, désolé ! :)
  • Autant pour moi j'aurais du préciser : la plupart des personnes se présentant à l'agreg où je suis sont issus d'un Master Recherche et ont pour beaucoup fait de la recherche, c'est en tout cas ce que je relève en voyant mes collègues parrains marraines de prépa à ce jour. :)
  • Okeahe-> merci beaucoup de m'avoir raconté ton expérience! Il est vrai que je peux toujours faire un an de prépa pour y acquérir la méthode puis poursuivre à la fac. Mais dans ce cas, pourrais-je avoir une double-équivalences à la fin de l'année? J'ai entendu dire que c'était assez compliqué et possible presque uniquement pour les khâgneux sous-admissibles à l'ENS. Sinon, je me suis renseignée sur les double-licences et celles pour lesquelles je souhaiterais postuler se trouvent à Paris I et à Paris IV qui ont de très bons résultats à l'agrégation visiblement. (Mais il serait intéressant de voir le pourcentage de lauréats passé par une prépa avant de rejoindre la fac)
  • @ Chalouchaloupe : La question de la double-équivalence est beaucoup plus trouble que ça : elle dépend soit de la sous-admissibilité (qui donne en droit une double-équivalence, mais pas toujours en fait parce que les facs peuvent refuser ou bien demander un rattrapage dans certaines matières), soit du conseil de classe (qui peut attribuer une double-équivalence, mais pareil que la sous-admissibilité), soit de la fac, si tu en fais la demande. Bref, difficile de s'y retrouver.

    @Okeahe : Oui, en philosophie l'immense majorité des agrégatifs et agrégés sortent d'un master recherche, ce qui ne veut pas dire que l'agrégation elle-même fasse partie de la recherche (ni dans sa préparation, ni dans sa finalité). En revanche, a contrario, dans certaines disciplines, en France, presque tous les chercheurs sont agrégés (c'est le cas en philosophie, par exemple).
  • Je ne suis pas sûre que tu puisses trouver des statistiques sur le nombre de lauréats de l'agreg ayant rejoint la fac après une hypo. Mais je pense qu'ils sont un bon nombre vu l'écrémage qui existe encore dans certaines prépas. Ma classe a réduit de moitié entre l'hypo et la khâgne, alors que beaucoup d'élèves méritaient de rester et étaient excellents en fin d'hypo, bref, plusieurs ont fini à Sciences po Lyon, Bordeaux ou en double cursus, ou à la Sorbonne (j'étais dans une prépa lyonnaise).

    Pour les équivalences je rejoins Artz, c'est la loterie!
    J'ai deux collègues qui ont obtenu en fin d'hypo la double équivalence histoire/géo, nous autres nous sommes contentés d'une simple équivalence. C'est au bon vouloir de ton directeur de promo et de tes profs... Ils peuvent te la donner puis la fac te la refuser. Ou alors ne pas vouloir et par miracle la fac veut bien de toi en double cursus ! Tu ne peux pas parier là-dessus d'entrée.

    As-tu pensé à la bi-licence? Ca me semble plus envisageable dans le sens où ce n'est pas deux licences complètes mais un aménagement.

    Tiens voilà les bi-licences que j'ai pu trouver :

    http://vof.paris-sorbonne.fr/fr/index/bi-licence-XD/sciences-humaines-et-sociales-SHS/bi-cursus-histoire-sciences-sociales-program-lhis1-218.html

    A ne pas confondre avec la double licence (deux programmes complets) ici :

    https://www.univ-paris1.fr/ws/ws.php?_cmd=getFormation&_oid=UP1-PROG45019&_redirect=voir_presentation_diplome&_lang=fr-FR


    Un autre plan pour toi : une prépa éco. Alors comme ça ça ne fait pas rêver certes, mais certaines écoles de commerce (Grenoble EM ou Andencia par exemple) proposent de faire l'école de commerce + une licence. Un copain est sorti cette année titulaire d'une licence d'histoire et étudiant au GEM.
    Une copine de prépa A/L avec moi ayant fait les deux ans est à Audencia et a le droit à une pause d'un an pour terminer sa licence de géo à la fac.
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.