Raconter la scène du bal de Madame Bovary en adoptant le point de vue de Charles Bovary

Bonsoir à tous voilà,je suis en 1ère L et je voulais savoir si vous pouvez-m'aider a faire mon DM de Français
Il s'agit d'un récit d'imagination il faut racontez la scène du bal à la Vaubyessard en adoptant le point de vue de Charles Bovary
Les contraintes sont un récit au passé, à la 3ème personne, le point de vue interne de Charles avec ses émotions/perception/sensations/pensées/, l'utilisation du registre réaliste la cohérence par rapport au texte initiale mon extrait part de ''A trois heures et se finit a contre Charles qui dormait''.
En attente d'une réponse
Merci de m'aider car je n'ai vraiment pas d'idées,merci et bonne soirée

Réponses

  • À trois heures du matin, le cotillon commença. Emma ne savait pas valser. Tout le monde valsait, Mlle d’Andervilliers elle-même et la marquise ; il n’y avait plus que les hôtes du château, une douzaine de personnes à peu près.

    Cependant, un des valseurs, qu’on appelait familièrement vicomte, et dont le gilet très ouvert semblait moulé sur la poitrine, vint une seconde fois encore inviter Mme Bovary, l’assurant qu’il la guiderait et qu’elle s’en tirerait bien.

    Ils commencèrent lentement, puis allèrent plus vite. Ils tournaient : tout tournait autour d’eux, les lampes, les meubles, les lambris, et le parquet, comme un disque sur un pivot. En passant auprès des portes, la robe d’Emma, par le bas, s’ériflait au pantalon ; leurs jambes entraient l’une dans l’autre ; il baissait ses regards vers elle, elle levait les siens vers lui ; une torpeur la prenait, elle s’arrêta. Ils repartirent ; et, d’un mouvement plus rapide, le vicomte, l’entraînant, disparut avec elle jusqu’au bout de la galerie, où, haletante, elle faillit tomber, et, un instant, s’appuya la tête sur sa poitrine. Et puis, tournant toujours, mais plus doucement, il la reconduisit à sa place ; elle se renversa contre la muraille et mit la main devant ses yeux.

    Quand elle les rouvrit, au milieu du salon, une dame assise sur un tabouret avait devant elle trois valseurs agenouillés. Elle choisit le vicomte, et le violon recommença.

    On les regardait. Ils passaient et revenaient, elle immobile du corps et le menton baissé, et lui toujours dans sa même pose, la taille cambrée, le coude arrondi, la bouche en avant. Elle savait valser, celle-là ! Ils continuèrent longtemps et fatiguèrent tous les autres.

    On causa quelques minutes encore et, après les adieux ou plutôt le bonjour, les hôtes du château s’allèrent coucher.

    Charles se traînait à la rampe, les genoux lui rentraient dans le corps. Il avait passé cinq heures de suite, tout debout devant les tables, à regarder jouer au whist sans y rien comprendre. Aussi poussa-t-il un grand soupir de satisfaction lorsqu’il eut retiré ses bottes.

    Emma mit un châle sur ses épaules, ouvrit la fenêtre et s’accouda.

    La nuit était noire. Quelques gouttes de pluie tombaient. Elle aspira le vent humide qui lui rafraîchissait les paupières. La musique du bal bourdonnait encore à ses oreilles, et elle faisait des efforts pour se tenir éveillée, afin de prolonger l’illusion de cette vie luxueuse qu’il lui faudrait tout à l’heure abandonner.

    Le petit jour parut. Elle regarda les fenêtres du château, longuement, tâchant de deviner quelles étaient les chambres de tous ceux qu’elle avait remarqués la veille. Elle aurait voulu savoir leurs existences, y pénétrer, s’y confondre.

    Mais elle grelottait de froid. Elle se déshabilla et se blottit entre les draps, contre Charles qui dormait.

    Charles n'était pas vraiment à son aise mais il ne quittait pas des yeux Emma. Il la trouvait ...
  • d'accord merci pour ce début je reviens vers vous si je suis en galère encore merci et bonne soirée
  • salut, je suis en galère sur le même sujet que toi Stumpy et j'aimerai savoir si tu peux m'aider ? G déjà quelques idées mais est-il possible que tu m'envois ton devoir pour que je m'en inspire et que je sache comment rédiger.
    Merci
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.