Latin : ordre des cas dans la déclinaison

Bonjour,
Dans le fil précédent, Anne345 propose un lien vers le dictionnaire latin Olivetti.
Ce dernier affiche les déclinaisons dans un ordre des cas des plus originaux :
Nom - Gén - Dat - Acc - Voc - Abl

Dans de vieilles éditions, j'avais remarqué que l'accusatif était en dernière position dans la déclinaison. Mais je n'avais jamais vu l'ordre proposé par Olivetti. L'ordre choisi s'explique-t-il ?

Réponses

  • Non, je ne vois aucune raison à cet ordre, si ce n'est pour le génitif en seconde position.

    Mais je viens de consulter votre dictionnaire : il donne les sens "bruts" de mots en copiant sur le Gaffiot, et sans aucun exemple : on ne peut pratiquement rien faire de cela.

    Et la consultation de la déclinaison de vis est édifiante...
    SINGULIER PLURIEL
    Nominatif vis vires, vis
    Génitif roboris, vis virĭum
    Datif robori, vi virĭbus
    Accusatif vim vires, vis
    Vocatif vis vires
    Ablatif vi virĭbus
  • Cette déclinaison est curieuse en effet. J'ai cherché d'où sortait "roboris", mais je n'ai pas trouvé.
    Par contre le dictionnaire grec apporte des locutions :
    http://www.grecoantico.com/dizionario-greco-antico.php?lemma=TE100
  • Nous avions déjà eu l'occasion de critiquer le dictionnaire Olivetti ! :)

    L'ordre des cas n'est pas étrange. C'est celui de ma vieille grammaire Edon, du Wikipédia Lateinische Grammatik, de Elementae linguae et grammaticae latinae et sans doute d'autres.
  • Si, roboris vient de robur (cf Robur le Conquérant), mais c'est un synonyme qui ne convient pas à tous les sens de vis ! Et on n'a jamais vu de grammairiens sérieux proposer de tels expédients.
    Pour ce qui est des grammaires : tout ou à peu près tout se trouve dans les usuels tels que Cart-Grimal, Petitmangin, Byzos (pour la syntaxe). Quant au Gaffiot, il est certes incomplet, mais malgré tout irremplaçable.
    Il existe aussi d'excellents ouvrages en allemand.
  • Si, roboris vient de robur
    Je me suis mal exprimée. Je ne comprenais pas pourquoi l'auteur glissait cette déclinaison dans celle de "vis".

    Quant à l'ordre des cas, si plusieurs grammairiens l'ont adopté, c'est sans doute qu'il y a une raison. Je comprends que le génitif puisse suivre le nominatif puisqu'il indique le radical composant les autres cas. Mais aller caser le vocatif si loin, alors qu'il est souvent proche ou identique au nominatif... Et l'accusatif se trouve bien, à mon avis, en tête de la déclinaison, facilitant la mémorisation des déclinaisons des neutres.
  • Tout à fait d'accord. L'ordre des cas est de toute façon un concept "moderne" : les latins n'auraient pas sans doute pas su réciter leurs déclinaisons ! Même dans les langues modernes comme le russe, l'ordre des cas n'est pas fixé, pas plus que le nom de l'un d'entre eux.
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.