Grammaire française Participe passé

15681011146

Réponses

  • Bonjour Lili1000,
    La phrase que tu proposes est une traduction, une traduction de plus coupée de son contexte.
    Je t'invite donc à lire la version originale (Giving an Account of Oneself), que je viens moi-même de parcourir un peu rapidement, car je n'ai pas trop de temps. Peut-être t'éclairera-t-elle sur le sens que tu recherches.

    http://www.arts.rpi.edu/~ruiz/AdvancedIntegratedArts/ReadingsAIA/Butler%20An%20Account%20of%20Oneself.pdf
  • Bonsoir tout le monde. SVP expliquez-moi cette phrase :

    Il est bien disposé envers moi.

    Est-ce que: précipiter les choses et brusquer les choses, c'est le même sens ?

    Merci d'avance.
  • JehanJehan Modérateur
    Bonsoir.

    Il est bien disposé envers moi. = Il a de bonnes intentions envers moi , il me veut du bien, il n'est pas en colère contre moi.

    Oui, brusquer les choses et précipiter les choses, cela a pratiquement le même sens.
    On fait les choses trop vite...
  • Bonjour! J'ai rencontré un texte comme ça:

    Par la présente, j’ai le regret de devoir vous informer que par suite d’un ralentissement imprévisible dans mes rentrées des fonds, il ne me sera pas possible de payer votre facture No XW 457860 du 5 septembre 2009, devant faire l’objet d’une traite de 5900 euros fin septembre 2009.

    Comment expliquer " devant faire l’objet d’une traite de 5900 euros fin septembre 2009"?

    Merci d'avance!
  • Le client, celui qui écrit la lettre, prévient sont créancier (le fournisseur) qu'il ne pourra honorer une traite émise en principe avec la facture et acceptée par lui. la date de mise en paiement est fixée sept 2009.
    L'expression devant faire l'objet ... est en effet curieuse qui laisse entendre la non existence de la traite au moment ou il écrit. C'est vraisemblablement une mauvaise formulation.
    Si on admet toutefois que cette traite a seulement été évoquée entre les parties et non établie au jour de la lettre, alors il faut penser que le client cherche à obtenir un délai de paiement qui lui soit plus favorable. En clair : C'est un salopard. ;)
    Attendre d'autres réponses.
  • lamaneurlamaneur Modérateur
    La phrase est adaptée de lettres-modèles, comme celle qu'on voit par exemple ici :
    http://www.sos-lettre.fr/modele-lettre-type-Commerce%20-%20Demande%20de%20report%20d%27%C3%A9ch%C3%A9ance.html
    On voit dans la lettre complète que le client cherche à renégocier la date de paiement.
    On n'a pas la date de la lettre, mais on doit supposer qu'elle est écrite peu avant l'échéance de la traite, c'est-à-dire vers le 25 septembre 2009.

    Le mot "traite" ou, mieux, lettre de change est un mot du jargon commercial, assez ambigu. C'est un effet de commerce par lequel une personne (le tireur) ordonne à son débiteur (le tiré) de verser à une date indiquée, une somme déterminée, à lui-même ou à une autre personne désignée (le bénéficiaire).
    En pratique, le mot "traite" est aussi employé pour signifier le montant versé à la date convenue.
    C'est ce sens qui est utilisé dans la lettre examinée.
    La lettre de change a bien sûr été déjà établie, et probablement acceptée par le client. Mais il s'aperçoit qu'il ne pourra pas honorer le paiement à la date donnée, faute d'argent. Il ne pourra pas payer la traite comme prévu. Il demande donc à aménager le paiement.

    La phrase "[...]votre facture No XW 457860 du 5 septembre 2009, devant faire l’objet d’une traite de 5900 euros fin septembre 2009."
    équivaut à :
    "[...]votre facture No XW 457860 du 5 septembre 2009, devant faire l’objet d’un paiement de 5900 euros fin septembre 2009."
    ou encore à :
    "[...]votre facture No XW 457860 du 5 septembre 2009, qui devait faire l’objet d’un paiement de 5900 euros fin septembre 2009."
    Autrement dit : "devant faire l'objet de" = "qui devait faire l'objet de", signifie qu'il était prévu à l'origine (début septembre) que la facture soit payée à la fin septembre. La facture devait être payée fin septembre.
  • paulang a écrit:
    Si on admet toutefois que cette traite a seulement été évoquée entre les parties et non établie au jour de la lettre, alors il faut penser que le client cherche à obtenir un délai de paiement qui lui soit plus favorable. En clair : C'est un salopard. ;)
    Attendre d'autres réponses.
    Vous pensez vraiment que tous les entrepreneurs qui n'honorent pas leurs engagements le font de gaité de cœur ?
    Dans quel monde vivez-vous ?
  • Tout le monde, non. Mais dans le cas de figure ou je me plaçais, à savoir une lettre après réception de la facture, comme si la situation financière périlleuse était nouvelle pour lui, l'appréciation n'est sûrement pas dénuée de fondement.
    Moi, je ne passe commande que si j'ai les fonds en caisse. Pas vous ?

    Cela dit, sauf si vous m'interpelez du paradis, je pense vivre dans le même monde que vous : un monde pas joli joli !
  • lamaneurlamaneur Modérateur
    paulang a écrit:
    Moi, je ne passe commande que si j'ai les fonds en caisse.
    Précisément parce que vous êtes un particulier. Mais dans le milieu des entreprises, il est très courant de passer commande sans avoir l'argent, en comptant -- raisonnablement -- sur les rentrées. C'est tout à fait normal dans la vie des affaires. C'est d'ailleurs l'intérêt de la lettre de change par rapport au chèque : pour le second, il doit être provisionné au moment de l'établissement du chèque, pour la première, ce n'est nullement obligatoire.
    Il ne s'agit pas d'entamer le refrain : moi, de mon temps, quand on n'avait pas d'argent, on ne s'achetait pas de télévision. Ce genre de dépense "peut" être considéré comme inutile pour un particulier.
    Mais il en va autrement dans les entreprises qui doivent assurer une certaine continuité de leur activité, malgré leurs éventuelles difficultés de trésorerie. Elles doivent continuer de commander des équipements, des fournitures, pour travailler.
    Prenons l'exemple d'un restaurateur qui débute ; il est presque nécessairement déficitaire. Croyez-vous pour autant qu'il doive s'abstenir de commander de la nourriture pour assurer les repas des futurs clients qu'il espère ?
  • JehanJehan Modérateur
    Pour ironique qu'il semble être vu l'émoticône qui l'accompagne, je ne trouve pas le terme de "salopard" très mesuré... Même si effectivement nous ne vivons pas dans le monde des Bisounours.
  • Merci beaucoup pour vos réponses et surtout à lamaneur qui m'a fait comprendre le texte:)
  • Lamaneur, je suis d'accord avec vous sauf un point. C'est à la banque que le client doit s'adresser pour obtenir un découvert supplémentaire et non au fournisseur dont la traite constitue déjà un crédit accepté sur presque 1 mois dans le cas qui nous occupe.
    En tout cas, si j'étais le fournisseur je ne prolongerais pas la traite d'un client qui m'annonce que sa situation financière s'est dégradée brutalement du jour au lendemain à réception de la facture.
    Nul doute que l'indélicat savait quand il a accepté la traite le 5 sept qu'il ne pourrait l'honorer fin septembre. ;)

    Je rappelle que nombre d'entreprises crèvent précisément du défaut de paiement de clients que les banques ne veulent plus accompagner.

    Anecdote : Je connais un ex vendeur de fruits et légumes. Il préfère faire le clodo fontaine des innocents à Paris plutôt que de travailler pour honorer ses dettes. D'accord, c'est un cas extrême de malhonnêteté. :)
  • Bonjour.
    J'ai une question.
    Veuillez lire ce texte :
    Si moi j'ai le plus beau compliment à faire à un chanteur, c'est ça: il a sa signature. Tu l'entends chanter, t'as pas besoin de connaître la chanson, c'est Daniel Lavoie.

    Je ne comprends pas le sens de la phrase soulignée.
    Quel est sa le plus beau compliment à un chanteur ?
    Est-ce "il a sa signature" ?
    Si oui, comment l'expression "avoir sa signature" peut-elle être un compliment ?
    Qu'est-ce qui m'échappe ?
    Aidez-moi, s'il vous plait.

    Merci, d'avance.
  • Oui le compliment est bien signature.
    Signature a ici le sens de marque personnelle permettant de reconnaitre l'auteur de quelque chose.
  • JehanJehan Modérateur
    Bonjour.

    Il a sa signature : il a un style tellement personnel et inimitable que rien qu'en l'entendant, on est sûr que c'est lui... Aussi sûr que si l'on voyait sa signature sous son texte.

    Sens figuré de signature dans le Tlf :
    − Au fig. Ensemble de traits caractéristiques et reconnaissables permettant d'attribuer quelque chose à quelque chose ou à quelqu'un. Le baron embrassa tout d'un coup d'oeil, vit la signature de la médiocrité dans chaque chose, depuis le poêle en fonte jusqu'aux ustensiles de ménage (Balzac).Une pareille machination porte la signature d'Hitler. Il est de l'essence même de ce diabolique génie d'utiliser pour sa guerre la dégradation des autres (De Gaulle).
  • lamaneurlamaneur Modérateur
    Il a sa signature signifie ici il a un style immédiatement reconnaissable, on sait immédiatement en l'entendant que c'est (du) Daniel Lavoie.
    C'est considéré comme une qualité, et donc c'est un compliment pour l'auteur du passage.
    Note que le passage est exprimé dans un français peu académique.
  • J'ai bien compris.
    Merci, Anne, Jehan et lamaneur.
    Je suis heureux que vous êtes toujours ici. :)
  • JehanJehan Modérateur
    Ou plutôt Je suis heureux que vous soyez toujours ici, au subjonctif... ;) Puisque la principale indique qu'il s'agit d'un sentiment, d'une appréciation personnelle.

    Notons que cet emploi figuré de l'action de signer n'est pas forcément un compliment, notamment dans l'expression C'est signé ! qui signifie "Cela porte bien la marque de la personne en question". On pourra par exemple l'employer à propos d'un méfait ou d'une bêtise pour signifier que l'identité du coupable ne fait pas de doute.
  • jeanet a écrit:
    Bonjour,

    Vous prie d'excuser mon niveau en Français ( suis espagnol) vivant en France depuis 5 ans environ

    Suis nouveau sur le forum je ne sais pas s'il est possible de poser une question "d'ordre d'interprétation "?
    En effet cela concerne une phrase et j'aimerais savoir comment vous l'entendez par rapport à une certaine obligation:
    Je tente de la poser : Voici la phrase ci-après:

    "Toutefois, je vous rappelle que tout inculpé peut faire usage du droit de communication
    concernant les pièces détenues dans son dossier".

    ma question est surtout de savoir si cette réponse, peut etre assimilée à une invitation de la part de l'auteur de cette lettre à diriger l'inculpé vers le service qui détenait les pièces de son dossier?

    Merci de votre réponse

    Bonjour,

    Une information préliminaire : le mot "inculpé" n'existe plus dans le langage juridique français ; depuis 1993, on parle de "mis en examen".


    Toujours en procédure pénale française, il est rappelé à cet avocat qu'il a la faculté de consulter le dossier de son client ; il ne s'agit donc pas d'une invitation à accéder à ce dossier.
  • JehanJehan Modérateur
    Sept ans et demi après sa question, Janet sera sûrement ravi de l'apprendre... ;)
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.