Prépa littéraire Licence lettres modernes
Capes lettres modernes

145791020

Réponses

  • Je ne sais pas dans quelle fac tu es mais une introduction que ce soit en L1 ou en L3 doit être nourrie et est primordiale. D'ailleurs lorsqu'on nous demande un plan détaillé l'introduction et la conclusion sont nécessairement rédigées. J'ai l'impression que tu cherches tous les moyens pour te dire que ta licence de philosophie est infiniment plus complexe qu'une licence de Lettres, ce qui n'est pas le cas. Les lettres demandent un apprentissage rigoureux, une dissertation n'est pas une envolée lyrique où l'étudiant énonce les principes idéaux du Beau ou je ne sais quoi. Comme en Histoire et en Philosophie notre démarche est avant tout scientifique, on s'attache à des concepts, à des outils liés à notre discipline. Je te conseille de lire les Figures de Genette ou des essais de Barthes et tu verras que la littérature peut prendre une tournure réflexive très importante qui n'a rien à envier aux théories philosophiques.
  • PaigePaige Membre
    Hum.. pour donner un exemple de philosophie / lettres modernes. J'ai étudié Proust autant en français qu'en philosophie cette année ( en hypokhâgne - je ne suis donc pas en double licence). Mais... a chaque fois... les démarches; les conclusions; les analyses sont totalement différentes bien que ça soit le même auteur et le même passage pratiquement! ( A chaque fois la Madeleine évidemment :p ). Oui on trouve des points communs, mais bon... Ce n'est pas du tout les mêmes attentes. J'ai étudié Proust sur mes leçons sur le roman et en philosophie c'était sur le langage des sens.

    Et une introduction de 10 lignes, sachant qu'il faut recopier intégralement la citation donnée... je ne vois pas comment c'est possible sauf si tu écris vraiment très petit. :/ . C'est la même longueur que ça soit en philo / français / histoire; plus courte par contre en géographie c'est vrai.
  • Je suis d'accord avec toi Paige. Etudier le passage de la madeleine, le processus de la mémoire involontaire c'est une manière utile pour aborder un champs ontologique pour la Philosophie mais en Littérature ce qui va compter c'est le style proustien. Si on commence à faire des liens avec Bergson dans une dissertation littéraire on risque d'être hors-sujet assez vite.
  • PaigePaige Membre
    Et d'un point de vu personnellement, - mais après je pense que c'est très différent d'une personne sur l'autre - je trouve la philosophie plus facile qu'en français. En philosophie, on attend pas de choses précises: on attend pas la citation ultime de Barthes / Valery / Mallarmé qui permet de comprendre la citation de Eunesco qu'on a sous le nez. Philosophie c'est plus général, on élabore son champ d'étude, sa vision avec ses connaissances. En français, c'est plus un travail de détective je trouve : on a des indices et on doit reconstituer un puzzle en avançant avec minutie. [ A l'aide du célèbre Toursel dans notre cas... je ne sais pas si certains connaissent? Une véritable Bible au sens de notre professeur :p ]

    Après c'est très personnel... en philosophie j'arrive à décrocher entre 11 et 14 alors qu'en français ma meilleure note de l'année est 8. :/ ( je parles pour les dissertations, les notations de kholles étant plus facile je trouve )

    Après c'est peut-être un dé-clique que je n'ai pas eu avec français je pense... mais je trouve ça plus complexe tout de même.
  • Tout à fait Paige, le problème avec la Philosophie c'est qu'on a tendance à avoir des discours un peu trop " universel". On va parler du romantisme dans les grandes lignes sans s'appuyer sur des exemples précis mais seulement sur l'Esthétique d'Hegel. Connaître un mouvement littéraire c'est s'appuyer sur des exemples particuliers et non des considérations générales souvent évasives.
  • S.S. Membre
    Commentaire-inutile-dont-j'ai-le-secret on
    Je ne sais pas dans quelle fac tu es mais une introduction que ce soit en L1 ou en L3 doit être nourrie et est primordiale. D'ailleurs lorsqu'on nous demande un plan détaillé l'introduction et la conclusion sont nécessairement rédigées. J'ai l'impression que tu cherches tous les moyens pour te dire que ta licence de philosophie est infiniment plus complexe qu'une licence de Lettres, ce qui n'est pas le cas.
    Chez nous, un professeur, ayant échoué à l'Agreg de philo, passa l'Agreg des Modernes parce que c'est plus facile, et enseigne aujourd'hui la littérature en prépa... :D

    Sinon, mêmes tranches de note que Paige de mon côté mais profond désaccord. La philosophie demande une extrême minutie et une maîtrise conceptuelle et d'oeuvres assez subtile. C'est en fait toujours très concret, en un sens (rien de plus concret que la philosophie, lire Hegel). Quant au français, la dissertation est difficile en ce sens qu'elle demande une certaine élévation par rapport à son parcours de lecteur, et une réflexion précise sur les enjeux de l'écriture. Ce qui explique, a fortiori, qu'elle ne se ferme jamais et doit toujours avancer vers le souci de la non-définition. Peu nombreux les professeurs qui demandent la citation de Barthes, Mallarmé, etc. Pour dire, je lis peu de critiques, et quand je les lis, je n'en apprends que rarement des passages...
  • Je ne pense pas que ton prof soit une généralité malheureusement. Après il est vrai que l'agrégation de Philosophie est plus difficile en raison du nombre de postes ( 43 en 2011) mais je trouve ça absurde de rabaisser une discipline par rapport à l'autre car elles demandent chacune des qualités différentes. Etant donné qu'il est bon de prendre des exemples de notre vie personnelle j'en citerai un: j'ai un ami docteur en Philosophie, professeur à l'Université qui a fait quelques travaux sur Flaubert et pourtant jamais je ne lui demanderai de m'enseigner la littérature médiévale ou encore le Nouveau Roman, malgré sa culture et son intelligence il en serait incapable. L'agrégation est un concours qui demande de solides connaissances, on ne saute pas d'une discipline à une autre comme ça avec autant de facilités, surtout qu'un agrégatif de philo n'étudie ni l'ancien français ni le Français moderne
    En espérant que mon commentaire n'aura pas été si inutile.
  • S.S. Membre
    (C'était dit sur un ton léger, et rien de condescendant de la part de l'étudiant en lettres que je suis ;) )
  • :lol: mais c'est sur CE site (Etudes littéraires) que c'est marqué ça dans la méthodologie (10-15 lignes), je l'ai pas inventé et j'étais le premier surpris alors je vois pas pourquoi vous me faites une leçon de morale et me prêtez des propos que je n'ai pas tenus. :mad:

    Edit : en fait c'est la methodologie de la dissertation de français de lycée.

    J'aimerais éventuellement faire un mémoire sur le nouveau roman justement, c'est un courant littéraire qui m'interesse beaucoup ainsi que le surréalisme.
  • Le vent de la colère semble avoir tourné dans cette discussion alors que nous voulons seulement répondre au sujet de la manière la plus juste qui soit ( je me suis un peu emporté je l'admets ). Si mes propos ont pu te blesser Spartacus je m'en excuse, j'imagine tout à fait ce que tu dois vivre. Maintenant il est difficile de donner des éléments de comparaison entre les études philosophiques et celles de lettres. Ayant des matières aussi diverses et variées ces domaines offrent des champs de réflexion différents. Je ne pense pas que tu auras de difficultés à t'habituer aux cours de Littérature française ou comparée mais demande toi seulement si tu es prêt à suivre des cours de linguistique, d'ancien français...
  • PaigePaige Membre
    Avant de songer à un mémoire... ( Tu parlais bien de doctorat de philosophie ;) ) il serait déjà bien de songer à ta licence : savoir si elle va te correspondre.

    Nous essayons de t'expliquer que c'est pas aussi facile que tu le pense. Que la philosophie - qui est pourtant ta passion - est pas aussi facile. Il faut que tu pèse bien le pour et le contre : faire des lettres modernes : mais pourquoi? Faire des études pour faire des études... ce n'est pas une bonne technique. En sachant au départ que ta passion c'est la philosophie et non la littérature.

    Comme le dit justement Profitendieu, il y a des matières techniques qui peuvent être plus ou moins désagréables.
  • Non j'ai trois passions la littérature-la philosophie et le cinéma.

    Elles sont égales à mes yeux et je dirais même que la littérature et le cinéma sont venus concrêtement avant même si ce sont des passions qui amènent naturellement à se poser des questions philosophiques.
  • AmmyAmmy Membre
    Spartacus, j'ai l'impression, en toute franchise, que les lettres te conviendront moins (c'est juste une sensation après avoir lu cette discussion) et que la philo te manquerait. Dans tous les cas, n'aborde pas la possibilité d'études de lettres en te demandant si tu pourras y placer des références philosophiques, parce que tu risques de te faire des idées et d'être déçu ensuite : une référence philosophique dans un devoir littéraire doit rester exceptionnelle, et d'après moi, sauf exception selon le sujet, elle n'apportera pas grand chose par rapport à ce qu'attend ton correcteur. Et si tu te laisses emporter par ton goût pour la philo et que tu y fais allusion plusieurs fois dans le devoir, là tu vas carrément agacer le correcteur...
    Pour l'intro en 10 à 15 lignes, c'est peut-être vrai pour un lycéen de seconde débutant dans ce domanine, mais ça ne suffit pas en L3 pour situer les enjeux du devoir.
  • PoloPolo Membre
    D'accord avec Ammy. Les références philosophiques doivent rester marginales sauf si le texte en joue clairement (j'avais eu à commenter une fois un passage du Cleveland de Prévost et les allusions philosophiques -la caverne de Platon, les philosophies antiques du bonheur, le sensualisme etc.- abondaient.. mais avec beaucoup d'ironie, qu'il s'agissait de repérer : parce que, Spartacus, la littérature n'est pas qu'une simple application de grandes idées !).
    Et je suis d'accord avec Paige. On ne fait plus (aujourd'hui) des études pour faire des études -à moins d'avoir les moyens financiers et une grande aisance pour les mener à terme. Demande-toi à quoi te mènerait une licence de littérature, et n'envisage pas tout de suite le doctorat comme fin ultime.
  • En fait j'aimerais bien être critique littéraire ou de cinéma justement.

    En fait le problème en philosophie c'est qu'il y a de la logique et de l'épistemologie et que quand j'étais en L1, j'ai foiré ces deux UE, j'ai essayé de les rattraper cette année mais impossible, c'est tout juste si j'ai réussi à obtenir à nouveau les notes que j'avais déjà eu au préalable et pas en dessous.
    Soit dit en passant, le système de la fac est mal fait : on devrait pouvoir rattraper les matières où on a obtenu la moyenne la première fois mais dans lesquelles on peut gagner des points.
    Du coup, je me retrouve coincé avec deux semestres de L1 non validés et un semestre de L2 validé, et même si j'obtiens mon semestre 4, je ne pourrais pas aller en L3 comme je n'ai pas ma L1.

    Du coup recommencer une licence à zero me paraît être définitivement la meilleure solution vu que je suis dans une impasse.
    De toute façon je peux rien faire d'autre que lettres, c'est ce qui me branche le plus si je dois recommencer une licence.

    Par contre comme j'ai déjà redoublé en L1, il va peut être falloir que je fasse une lettre de motivation, non?

    En tout cas ça me stresse comme pas permis cette histoire de ré-orientation, j'y pense tout le temps en ce moment et les gens voient ça comme une fuite déraisonnée, mais ils ont du oublier que j'ai pas le choix : j'arrive pas à avoir la PREMIERE année et quand on a pas sa première année, ça bloque tout.
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.