On va apporter la petite polémique qui fait rage parmi les professionels de l'antiquité — et même les amateurs.
Récemment, EDF a financé un programme de reconstruction en 3D d'une colonne de Delphes (Grèce). C'a été présenté au public, et ç'a bien plû. Une partie assez conséquente pense, maintenant, que l'on doit reconstituer le plus fidèlement possible les tempes et autres antiquités detruites ou fortement endommagées, pour qu'elles soient le plus proche de ce qu'elles étaient quand elles étaient employées autrement qur pour la tourisme.
Par exemple, reconstruire entièrement l'Acropole, et peindre les temples. Ou encore, reconstruire le pan du Colisée qui s'est effondré.

Ce n'est pas une simple restauration.

Alors, faut-il reconstruire les bâtiments antiques pour avoir plus d'émotions en les visitant, au risque de se tromper, ou bien faut-il laisser les pierres ainsi, comme le Temps l'a voulu ?
«1

Réponses

  • Tout dépend du monument (avec ça on est bien avancé, je sais) :P. Il me semble que le Colisée tel qu'il est aujourd'hui fait partie du patrimoine mondial et que son image est imprimée dans l'imaginaire collectif. En revanche, des monuments peut-être moins connus universellement pourraient être restaurés. Quant aux erreurs de restauration, je pense que les techniques utilisées doivent permettre de modifier les changements si les avancées de la recherche démontraient une erreur. C'est ce qui se passe en peinture : toute restauration doit pouvoir être "défaite" puis "refaite".
  • Les arènes d'Arles ont été restaurées récemment. C'est assez choquant ; j'ai donc demandé à ma sœur qui habite Arles, comment ça s'était fait. La restauration est la plus fidèle possible à l'original, mais par rapport à la partie non restaurée et noircie par le temps et la pollution, ça fait vraiment trop "neuf"
  • La rénovation et la restauration des monuments et du patrimoine en général a été mon sujet de TPE, alors maintenant j'en connais un rayon... :P
    Je pense que les monuments doivent être rénovés mais pas restaurés (la différence est subtile...)
    En effet, on peut les mettre en valeur par des vitres, des jeux de lumières etc, les préserver de l'usure du temps future, mais les restaurer reviendrait à les restituer dans leur état originel, et donc entraînerait de grandes et lourdes modifications pour ces vestiges du temps et ces reliques de l'Histoire...
    Après, tout dépend bien sûr du monument, mais pour moi qui vis à 40km d'Arles, je vois souvent les arènes, et j'avoue être choquée par les travaux qui y ont été faits...
    Ceci dit, du temps a été consacré à cette restauration, et on ne peut pas blâmer ceux qui en sont les responsables; au contraire, je dirais même que c'est tout à leur honneur...
  • Tout comme vous, je suis pour la conservation en l'état des "pierres". Après, si on a envie de voir à quoi pouvaient ressembler ces monuments du temps des grecs ou des romains, ils existent de très bons outils : l'informatique et l'imagerie 3D. Je sais que certains chercheurs sont en train de modéliser totalement certains monuments (à Bordeaux notamment, des statues je crois), et avec l'avancée de la technologie, on pourra vraiment s'y croire. Après, si quelques passionnés veulent reconstruire à l'identique certains monuments, mais sans endommager ni toucher aux authentiques, en constructions temporaires pour une expo ou autres, pourquoi pas ?
  • Quoi? Surtout pas de restauration barbare !
    Je n'ai pas vraiment envie de me promener dans un temple en ayant l'impression d'être à Disneyland ! Les peindre, ça fera inévitablement toc ; laissons ça aux 3D, à des maquettes, ou à ds édifices construits de toutes pièces.
  • La restauration (ou rénovation) n'est jamais barbare. Et pour les monuments comme les arènes de Nîmes ou Arles, construites en calcaire coquillier, elle est indispensable car ces pierres avec le temps et la pollution, s'effritent
  • Ok, si les professionneles sont assez professionnels pour faire qqch de discret. Mais de là à vouloir les peindre...
  • C'est pourtant ainsi qu'elles étaient dans les temples grecs ! quoi de choquant à les reproduire identiques à l'original ?
  • Je vais passer pour un conservateur,mais quand je vais visiter des vieilles pierres, ce que je recherche(comme beaucoup de personnes sans doute), ce n'est certainement pas de ressusciter ce qui a disparu, mais d'être nez-à nez avec des pierres d'époque. Si elles sont incomplètes, tant pis, c'est justement ce qui leur donne du charme : le travail de reconstruction de l'imagination au fait des travaux archéologiques, ça c'est jubilatoire. Des reconstitutions en image de synthèse ou intégralement contemporaines me ravissent aussi. Ce que je crains, c'est le mélange des genres, et quand dans un monument prétendûment antique, 10% seulement sont des vieilles pierres...
    Mais je reconnais que c'est un problème, et qu'il faut bien les entretenir. D'aillleurs, beaucoup de monuments antiques ne doivent pas comporter 10 % de pierres d'origine, après les grandes rénovations du XIXè siècle, non?

    J'ai parlé un peu vite (et bêtement) pour la rénovation, mais je m'interroge toujours sur l'utilité de les peindre : en blanchissant, les pierres ont acquis d'elles-mêmes un nouveau statut esthétique, une pureté que la peinture alourdirait, non?
  • On ne rénovait pas les monuments antiques au XIXème ! par exemple à Arles, tout le monde s'en fichait, et les gens allaient tout naturellement prendre ces vieilles pierres pour bâtir leurs maisons
    Viollet-le-Duc, si c'est à lui que tu penses, a restauré des églises et des bâtiments médiévaux. Le sud de la France n'interessait personne...
  • Oups, ok !

    Mais c'est quoi, le pourcentage de "vrai de vrai" à Arles alors ?
  • Alors ça je n'en sais rien du tout :)
  • Viollet-le-Duc a fait un travail de restauration et de rénovation énorme et magnifique, certains momuments lui doivent totalement leur résistance à travers le temps...
    Aujourd'hui, avec l'ampleur des nouvelles technologies, on arrive à des résultats surprenants en matière de travail sur le patrimoine...
    Cependant, je suis personnellement plus favorable à la rénovation qu'à la restauration...
  • Viollet-le-duc (ou est-c'était Mérimée) a fait démolir la plupart des través de la nef d'une superbe église romane à Domfront (Orne) pour faire passer une route départementale.....

    Les peintures murales dans les églises n'avaient souvent pas grand'chose à voir avec les originales. Le XIXème s. se faisait le plaisir de fantasmer sur l'époque médièvale comme façon d'oublier ses propres douleurs.

    J'applaudis les restaurations des églises romanes (et leurs peintures murales) en Auvergne (Isssoire, Brioude, Saint-Nectaire....) mais je ne saurais dire si ces restaurations avaient été 'executées' sous la responsabilité des experts du XIXème s;!
  • Il s'agit de Notre-Dame-sous l'eau (improprement renommée Notre-Dame-sur-l'eau)
    La correspondance de Mérimée avec le ministre Thiers dément sa responsabilité dans cette affaire, il était opposé à cette destruction
    les édifices du Xie siècle ayant comme celui-ci une date certaine sont extrêmement rares et par conséquent leur importance archéologique est fort grande. .../... Je crois qu’il convient de conserver l’église de Notre-Dame-sous-l’eau
    Quant à Viollet-le-Duc, il n'y est pour rien !

    "En 1836, quatre travées de la nef ainsi que les bas-côtés sont démolis en dépit de l'intervention de Prosper Mérimée par les ingénieurs des Ponts et Chaussées qui refusent de modifier le tracé de leur route."
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.