Fiches méthode Bac de français 2021

Bonjour,


Durant mon année de M1 SHS il y a trois ans de cela, j'avais souhaité effectuer un mémoire de recherche. Pour ce faire, en début d'année, je m'étais rapproché d'un directeur susceptible de superviser mon travail. Je lui avait envoyé au préalable un mail pour lui présenter mes intentions de travail. Il m'avait répondu de manière antipathique comme quoi, en M1, il fallait faire un stage suivi d'un mémoire en rapport. J'ai trouvé cette réponse un peu surprenante car sur la maquette du master en question, il était bien indiqué qu'on pouvait choisir entre deux voies: celle professionnelle et celle recherche. Je me suis donc exécuté et je me suis attacher à cherche un stage. Cette recherche s'étant révélé infructueuse, je n'est pas eu d'autres solutions que d'entamer un mémoire de recherche si je voulais rendre qqch. C'est donc fin Avril début Mai que j'ai entamé ce fameux de travail. A ce stade de l'année, il m'était quasiment impossible de rendre un travail scientifique léché et abouti pour la session de Juin. Pourtant, mon directeur de recherche y comptait bien...
Finalement, c'est début Septembre que j'ai rendu mon travail. J'ai dû sacrifier mes vacances d'été pour rédiger le mémoire. Ce fût un supplice sans nom. A certains moment, j'avais du mal à me mettre au travail et mon directeur a dû m'aider. Avec ce manque d'enthousiasme, j'ai finalement récolté que 11/20. Fort, heureusement cette note n'a pas entaché mon admission en M2 puisque j'ai été admis dans celui de mon choix. Néanmoins, il est toujours frustrant d'être évaluer sur un travail qui a été fait à la va vite alors qu'en conditions normales d'études il s'effectue en un an.

Rassurez-moi, un mémoire de recherche s'effectue bien en un an (ou à peu près) normalement, non ?


Vous remerciant d'avance pour vos réponses.
«13

Réponses

  • LaoshiLaoshi Membre
    Normalement c'est une année scolaire. Mais en pratique, on fait comme on peut. Tout comme toi, en mon temps, menant plusieurs activités de front, je n'ai pu le rendre pour juin, mais seulement en septembre, m'empoisonnant ainsi les vacances. Cela normalement n'affecte pas la note. J'avais eu mention très bien.
  • KolarovKolarov Membre
    "Cela normalement n'affecte pas la note." Merci de me prendre pour une bille ! Et puis vous parlez pour vous, tout le monde n'aura pas comme vous mention TB à son mémoire...

    Je ne suis pas trop d'accord avec vos propos. J'ai pu voir sur le net au travers de quelques témoignages d'étudiants que certains d'entre eux avaient parfois eu du mal à le rendre en un an...

    Vous n'aviez pas pu le rendre pour Juin mais vous ne l'aviez pas attaqué fin Avril comme moi aussi ?

    Loin de moi l'idée de chercher des excuses face à mon piètre travail mais il me semble que plus on a de temps, meilleures sont les chances de rendre un bon travail, non ! D'ailleurs, même certains de nos profs étaient surpris de nous voir arriver si tard dans l'année !
  • tropictropic Membre
    Je ne comprends pas vraiment le sens de la question. Vous semblez pourtant savoir exactement ce que vous aimeriez lire comme réponse. Evidemment, on a davantage de temps pour approfondir un travail fait en trois ans qu'un travail fait en trente minutes... et donc ?
    Dans la pratique, nombreux sont les étudiants de M1 qui rédigent leur mémoire dans les conditions que vous décrivez (ce fut mon cas aussi) et ma réponse rejoint celle de Gabiana.
    Peut-être l'orthographe a-t-elle aussi été pénalisante ?
  • LaoshiLaoshi Membre
    Vous n'aviez pas pu le rendre pour Juin mais vous ne l'aviez pas attaqué fin Avril comme moi aussi ?
    Franchement, je ne me souviens plus quand je l'ai attaqué, comme tu dis. C'était il y a longtemps, et je ne me souviens pas non plus avoir eu de note, mais seulement une mention.
    En fait, en y repensant, c'était à bac + 4, après la licence, je préparais un concours très difficile à côté, et en plus j'étais obligée de passer l'oral du CAPES à la fin de l'année. Une année d'enfer. Un été d'enfer aussi, quoique mon sujet de mémoire fût passionnant.
    J'ai eu le tort de te répondre. Les choses ont beaucoup changé depuis le temps de ma jeunesse.
    Je ne rends jamais compte que je suis vieille. ;)
    Bien sûr, plus on peaufine un travail, plus il a de chance d'être bon.
    Encore qu'un de mes éminents professeurs disait un jour à une camarade se plaignant d'avoir eu une note négative pour un thème sur lequel elle avait passé beaucoup de temps : Mais Mademoiselle, le temps ne fait rien à l'affaire...
    C'était très méchant.
  • Kolarov a écrit:
    Et puis vous parlez pour vous, tout le monde n'aura pas comme vous mention TB à son mémoire...
    Tu veux qu'elle parle de qui, de quoi, en se basant sur quels cas ? C'est son cas qu'elle connaît le mieux.
    Elle parle à toi en se basant sur son expérience. Es-tu en contact avec beaucoup de gens qui ont eu cet examen-là en septembre ? Contacte-les, si tu veux des avis plus variés ou plus en rapport avec ta situation.
    Tu préfèrerais qu'elle parle de mon cas alors que je n'ai jamais eu de mention, que je n'en aurai jamais, que je n'ai jamais passé d'exam en septembre, que ça ne m'arrivera jamais, que je n'ai jamais passé l'exam dont tu parles et que je ne le ferai jamais.

    C'est déjà bien qu'elle soit là et veuille bien te répondre.
  • gabiana a écrit:
    Vous n'aviez pas pu le rendre pour Juin mais vous ne l'aviez pas attaqué fin
    Encore qu'un de mes éminents professeurs disait un jour à une camarade se plaignant d'avoir eu une note négative pour un thème sur lequel elle avait passé beaucoup de temps : Mais Mademoiselle, le temps ne fait rien à l'affaire...
    C'était très méchant.

    Non, c'est réaliste : je ne cesse de le répéter à mes élèves, mais bien sûr, tout dépend de la forme.
  • KolarovKolarov Membre
    tropic a écrit:
    Je ne comprends pas vraiment le sens de la question. Vous semblez pourtant savoir exactement ce que vous aimeriez lire comme réponse. Evidemment, on a davantage de temps pour approfondir un travail fait en trois ans qu'un travail fait en trente minutes... et donc ?
    Dans la pratique, nombreux sont les étudiants de M1 qui rédigent leur mémoire dans les conditions que vous décrivez (ce fut mon cas aussi) et ma réponse rejoint celle de Gabiana.
    Peut-être l'orthographe a-t-elle aussi été pénalisante ?

    Pas trop d'accord ! dans ma première université les enseignants étaient très strictes sur la manière d’encadrer le mémoire.
    Ils incitaient leurs étudiants à attaquer en début d'année et d'avoir une problématique aboutie pour Janvier.

    Et puis je tiens à préciser que fin Avril c'est le mémoire que j'ai attaqué (recherche de problématique, angle d'attaque...) et pas la rédaction !

    d'accord pour l'orthographe, mais si seulement j'avais eu l'enthousiasme de les corriger !
    tropic a écrit:
    Encore qu'un de mes éminents professeurs disait un jour à une camarade se plaignant d'avoir eu une note négative pour un thème sur lequel elle avait passé beaucoup de temps : Mais Mademoiselle, le temps ne fait rien à l'affaire...
    C'était très méchant.

    Vous ne pouvez pas comparer le travail de cette personne avec le mien dans la mesure où justement je n'y ai pas passé beaucoup de temps !
    tropic a écrit:
    Es-tu en contact avec beaucoup de gens qui ont eu cet examen-là en septembre ? Contacte-les, si tu veux des avis plus variés ou plus en rapport avec ta situation.

    Deux autres étudiants qui, comme moi, n'avaient pas trouvé de stages avaient carrément abandonné. Ils avaient eu peur de ne pas rendre leur travail dans les temps !
    tropic a écrit:
    Non, c'est réaliste : je ne cesse de le répéter à mes élèves, mais bien sûr, tout dépend de la forme.

    Non, elle a raison, c'est clairement dur comme propos.
  • tropictropic Membre
    Bonjour Kolarov,
    Après l'orthographe vient le problème des citations... Si tu citais tes sources dans ton mémoire comme tu l'as fait dans ce fil de discussion, je comprends qu'il ait pu y avoir des problèmes ! Merci de ne pas m'attribuer tous les propos qui ont été énoncés par d'autres personnes que moi.
    Pour être sincère, je ne comprends pas le sens de ta question. Tu sembles attendre une réponse très précise de notre part, et toute réponse qui te donne tort te rebute. Dans ce cas, je ne peux malheureusement pas t'être d'une grande aide...
  • tropic a écrit:
    Merci de ne pas m'attribuer tous les propos qui ont été énoncés par d'autres personnes que moi.
    Par exemple par moi.
    Si tu cites des gens sans y faire gaffe, tu ne seras guère aidée.
    Koralov a écrit:
    d'accord pour l'orthographe, mais si seulement j'avais eu l'enthousiasme de les corriger !
    Si tu n'as pas l'enthousiasme nécessaire pour proprer ton travail, cherches-en un autre. Un autre travail.
  • Koralov, il ne s'agit pas d'enthousiasme lorsqu'on corrige ses fautes. C'est un travail nécessaire, le B.A BA.
  • Pourquoi en vient-on toujours à parler des fautes ? C'est humiliant pour le demandeur, ça bloque la discussion ou ça l'égare, bref, ça n'avance à rien. Quelqu'un qui fait des fautes (moi à l'okasion) se laisse suffisamment juger sans qu'on en rajoute, vous ne trouvez pas ?
    Bon, un mémoire en 4 mois et demi, c'est court. Mais c'est faisable. Tout est faisable.
    Le temps ne fait rien à l'affaire (je n'ose pas ajouter la suite, n'est-ce pas ?).
  • KolarovKolarov Membre
    tropic a écrit:
    Bonjour Kolarov,
    Après l'orthographe vient le problème des citations... Si tu citais tes sources dans ton mémoire comme tu l'as fait dans ce fil de discussion, je comprends qu'il ait pu y avoir des problèmes ! Merci de ne pas m'attribuer tous les propos qui ont été énoncés par d'autres personnes que moi.
    Pour être sincère, je ne comprends pas le sens de ta question. Tu sembles attendre une réponse très précise de notre part, et toute réponse qui te donne tort te rebute. Dans ce cas, je ne peux malheureusement pas t'être d'une grande aide...

    Pour les citations, je n'ai pas fait exprès désolé ! Vous pourriez être un peu plus sympa.

    Non mais j'attendais une sorte de compréhension de votre part, surtout que je m'étais manifesté très tôt dans l'année pour faire ce travail mais le directeur du master n'a pas voulu céder à ma volonté. Ce que je trouve injuste.
  • Eeeeh bien mon pauvre Kolarov si tu venais chercher des oreilles compatissantes et un peu de réconfort, tu as manifestement frappé à la mauvaise porte ! :(
    Je comprends bien que cette histoire te laisse un sentiment d’injustice et de la frustration voire de l’amertume à avoir rendu un mémoire bâclé et ainsi obtenu une note moyenne qui ne reflète sans doute pas bien tes capacités. Cependant, à part te faire du mal et t’attirer le genre de réactions ci-dessus, ressasser la chose ne changera rien à l’affaire. Oui, oui, je sais que c’est plus facile à dire qu’à faire, mais l’essentiel n’est-il pas que tu aies obtenu ton passage en M2 ? Bravo et basta ! Allez, courage, courage.
  • LaoshiLaoshi Membre
    Mais oui, bien sûr ! Ce qui est fait est fait et il faut passer à autre chose.
    Des échecs, j'en ai connu aussi, et dans ton cas d'ailleurs, on ne peut pas parler d'échec, puisque tu passes dans le niveau supérieur !
    Tu aurais pu avoir une meilleure note si tu avais eu plus de temps, mais bon, c'est du passé.
    Bon courage pour la suite !
  • tropictropic Membre
    Ce qui est fait est fait et il faut passer à autre chose.
    Des échecs, j'en ai connu aussi, et dans ton cas d'ailleurs, on ne peut pas parler d'échec, puisque tu passes dans le niveau supérieur !
    Tu aurais pu avoir une meilleure note si tu avais eu plus de temps, mais bon, c'est du passé.
    Bon courage pour la suite !

    Je ne crois pas non plus avoir dit le contraire.
    Kolarov venait nous faire part de sa déception et nous demander si le fait d'avoir rédigé son mémoire en si peu de temps l'avait pénalisé. La réponse est évidemment oui. Ou plutôt : oui, mais... Dans cette situation, certains obtiennent 2/20, d'autres 18/20, d'autres encore abandonnent. Kolarov a le mérite d'avoir mené son projet à bien et obtenu une note tout à fait honorable.
    Que répondre d'autre ? Fallait-il forcément en arriver à "oh mon pauvre, le monde entier était contre toi, ton directeur est un méchant-méchant, la vie est injuste, toi seul as raison" ? Peut-être, mais nous ne connaissons pas assez le contexte pour en juger. Et au fond, qu'est-ce que cela changerait à cette situation qui, en fin de compte, n'ai vraiment rien de désastreux ?
    Je ne peux me faire une idée qu'à partir de ce que je vois concrètement. L'orthographe du premier message m'a alertée, je l'ai donc signalée, non pour "humilier" Kolarov (décidément, Jacques...), tout le monde fait des fautes et moi la première ; mais pour essayer de trouver une explication supplémentaire à sa note qui lui laisse visiblement un sentiment d'injustice. Et là, désolée, mais la réponse obtenue (il n'avait pas "l'enthousiasme" pour corriger ses fautes) me fait tiquer ! Idem pour ce que j'ai appelé la "citation des sources". Bien sûr que ça peut aussi arriver à tout le monde, mais peut-être le manque de rigueur a-t-il joué également un rôle dans son résultat. Je dis bien "peut-être". Les autres paramètres, je ne les connais pas.
    Bref, ce mémoire est terminé, le résultat n'a rien de catastrophique, et tout cela n'est pas une fin en soi... Je sais bien que sur le moment, on considère son travail comme l'oeuvre ultime d'une vie, parce qu'on s'y est beaucoup investi. Il faut se dire que ce n'est qu'un exercice dans un processus de formation (et donc aussi, pour progresser, accepter de se demander honnêtement ce qu'on aurait pu mieux faire), laisser reposer tout cela et passer à la suite. Bon courage !
  • Mais on n'est plus "sur le moment", cela date d'il y a trois ans. Pourquoi poser la question maintenant ?
  • tropictropic Membre
    En effet, Anne345...
  • paulangpaulang Membre
    Hors cette question, notre ami n'en a posé qu'une seule depuis son inscription courant 2015 "Comment améliorer mon expression écrite". Surement pas en se vexant des remarques légitimes faites sur ses fautes.
    Si on ne peut attendre d'un site de français ce minimum (rappel ou/et correction des fautes), alors à quoi sert-il ?
  • Si l'on fait d'entrée une fixation sur l'orthographe, c'est du coup que ce site ne servira à rien.
  • LaoshiLaoshi Membre
    Pourquoi en vient-on toujours à parler des fautes ? C'est humiliant pour le demandeur, ça bloque la discussion ou ça l'égare, bref, ça n'avance à rien.
    Mais bon sang, pourquoi penser qu'à chaque fois que l'on signale une ou des fautes, on veut humilier le demandeur.
    En le corrigeant, on lui rend plutôt service. En tout, sincèrement, c'est ce que je crois.
    Ce n'était pas moi qui étais visée par cette remarque, je n'ai pas abordé le sujet sur ce fil, mais je suis d'accord avec Paulang et Tropic.
    Bien sûr que nous faisons tous des fautes, et en tapotant sur le clavier, j'ai remarqué que j'en faisais bien plus qu'en écrivant à la main. Si je les vois, j'édite, et je corrige, si je ne les vois pas, elles restent vilainement, ce qui compte tenu de mon métier, n'est pas tellement à mon honneur.
    Bien sûr que l'orthographe française comporte des difficultés et nul ne peut se targuer d'être incollable. (sauf Jehan peut-être)
    Mais, Jacques, là, franchement je ne te comprends pas. Tu es comme moi professeur de lettres. Sauf à enseigner exclusivement les langues anciennes, ce qui ferait de toi un heureux privilégié, tu dois bien enseigner à tes élèves un peu de français de toute façon.
    Tu ne corriges pas leurs fautes ?
    Le verbe, dis-tu souvent, au commencement était le verbe.
    Alors *dè *mo, *dai *mos, peu importe pour *mètre ou *maitre des mots sur les maux ?

    J'en profite ici pour insister une nouvelle fois.
    Si je corrige, quelquefois, lorsque j'en ai le temps, des fautes, je ne veux humilier personne.
    Simplement, et surtout lorsque l'on fait des études de littérature française, il est important de prendre conscience de ses faiblesses et d'essayer d'y remédier.
    Sinon, il vaut mieux se tourner vers des disciplines où il ne faut pas autant écrire.
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.