Grammaire française Participe passé

Je voudrais savoir si l'on peut utiliser le passé simple dans un récit qui est au plus-que-parfait, c'est à dire qui relate des faits antérieurs au temps (passé) de la narration.

par exemple:

"... J'étais arrivé chez Mme Joliat. La veille, j'avais pris le train pour me rendre à Paris, et j'avais médité longuement sur les curieux clichés de l'observatoire, lorsqu'à l'arrêt de Chambord, j'aperçus Henri sur le quai. Il s'engouffra dans le train, disparut parmi la foule des voyageurs; je m'élançai à sa poursuite..."

afin de faire une sorte de "rupture" qui met en relief, disons, la "rencontre d'Henri", ou s'il faut écrire obligatoirement "...j'avais aperçu Henri sur le quai. Il s'était engouffré dans le train, avait disparu parmi la foule des voyageurs; je m'étais élancé à sa poursuite..."

Peut-on employer le passé simple? Et quelles sont les règles précises de son utilisation dans ce cas? Je pense qu'il doit y avoir une circonstance temporelle bien précisée qui permet son emploi (comme ici "lorsqu'à l'arrêt de Chambord" puis on emploie le passé simple). Est-ce que c'est ça?

Merci d'avance

Bon, il n'y a personne pour me répondre? Les derniers lettrés sont morts? C'est fini la langue française?

Maintenant, c'est le language SMS...

Réponses

  • Nana33Nana33 Membre
    Bonjour

    L'extrait est correct grammaticalement, mais les propositions au passé simple sont postérieures aux propositions au plus-que-parfait, dans la chaîne temporelle.
    Le passé simple ne peut pas être utilisé à la place du plus-que-parfait pour exprimer l'antériorité dans le passé. Si tu passes au passé simple, les faits décrits seront donc postérieurs (la phrase sera correcte grammaticalement, mais au niveau sémantique, au niveau du sens, ça sera complètement différent).

    Ici, tu peux très bien utiliser le passé simple ou le plus-que-parfait pour le verbe "apercevoir". Mais le sens et la chronologie des faits seront différents.
  • HuguesHugues Membre
    Merci Nana33 pour ta réponse très claire.

    Je comprends plus-que-parfaitement maintenant.
  • paulangpaulang Membre
    Cette phrase me fait un effet bizarre. Je verrais mieux je méditais longuement lorsque j’aperçus...
    En effet, j'avais médité indique un fait passé et achevé si je comprends encore quelque chose, dès lors je ne vois pas très bien le rapport avec lorsque qui selon moi fait ressortir une concomitance. Ce que confirme le Larousse en ligne
  • Je suis d’accord avec toi pour dire que l’utilisation du PS permet un effet de rupture et une mise en relief de la rencontre.
    Là où le PQP met tous les événements sur le même plan = ils sont tous saisis après-coup = à la fin de leur déroulement, le PS permet de saisir les événements à leur début, c’est-à-dire au moment où ils se produisent, ce qui permet de les mettre au premier plan et de donner une impression d’intensité et de rapidité.

    Concernant le temps à utiliser pour méditer, je rejoins paulang et :
    • soit l’action est terminée lorsque le narrateur aperçoit Henri

    > je venais de longuement méditer, lorsqu'…
    • soit elle est toujours en cours
    > je méditais depuis un long moment, lorsqu'…
  • HuguesHugues Membre
    Merci pour vos réponses, Paulang et Katioucha.

    Je pense que vous avez raison pour la conjugaison du verbe méditer; et il me semble - enfin dans mon esprit - que le sens est le mieux rendu, je veux dire le plus finement, le plus exactement, par "....et je venais de longuement méditer, …"
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.