Bonjour !

Je recherche désespéremment la source de cette citation, attribuée à Sartre :
Non. Je ne manque nulle part, je ne laisse pas de vide. Les métros sont bondés, les restaurants comblés, les têtes à craquer de petits soucis. J'ai glissé hors du monde et il est resté plein. Comme un œuf. Il faut croire que je n'étais pas indispensable. J'aurais voulu être indispensable. A quelque chose ou à quelqu'un. A propos, je t'aimais. Je te le dis à présent parce que ça n'a plus d'importance.

En cherchant sur internet, des sites indiquent que la citation provient de l'ouvrage Les Mots. Or, quand on fait une recherche dans le pdf de cet écrit, nulle trace de la citation !

Je m'en remets à vous,
Merci,
Foaly

Réponses

  • lamaneurlamaneur Modérateur
    C'est une réplique d'Henri dans :
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Morts_sans_s%C3%A9pulture
  • Henri, doucement.
    Lucie ! Est-ce que nous parlions beaucoup de nos morts ? Nous n'avions pas le temps de les enterrer, même dans nos coeurs. (Un temps.) Non, je ne manque nulle part, je ne laisse pas de vide. Les métros sont bondés, les restaurants combles, les têtes bourrées à craquer de petits soucis. J'ai glissé hors du monde et il est resté plein. Comme un oeuf. Il faut croire que je n'étais pas indispensable. (Un temps.) J'aurais voulu être indispensable. A quelque chose ou à quelqu'un. (Un temps.) A propos, Lucie, je t'aimais. Je te le dis à présent parce que ça n'a plus d'importance.

    Lucie
    Non. Ca n'a plus d'importance.
  • FoalyFoaly Membre
    Oh merci, vous êtes géniaux !
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.