Fiches méthode Bac de français 2021

Bonjour, je voudrais savoir si quelqu'un pouvait m'aider à analyser ce (petit) passage svpl car je n'arrive pas vraiment à formuler mes idées, merci
Perdu parmi deux millions de fous héroïques et déchaînés et armés jusqu'aux cheveux? Avec casques, sans casques, sans chevaux, sur motos, hurlants,en autos, sifflant, tirailleurs, comploteurs, volant,à genoux, creusant, se défilant, caracolant dans les sentiers, pétaradant, enfermés sur la terre comme dans un cabanon, pour y tout détruire, Allemagne, France et continents, tout ce qui respire, détruire, plus enragés que les chiens, adorant leur rage (ce que les chiens ne font pas), cent, mille fois plus enragés que mille chiens et tellement plus vicieux!


Ce que j'ai réussi à analyser pour l'instant:

1/ Les soldats sont critiqués:
On a une antithèse "fous héroïques" -> Guerre = sauver la nation hors dans cette guerre leur seul but est de tout détruire
"plus enragés que milles chiens et tellement plus vicieux" -> Hyperbole comportement des soldats pire que des chiens ayant la rage et les soldats sont vicieux -> le vice = le mal ce sont des mauvaises personnes


après ce que je n'ai pas réussi à analyser en fait c'est l'accumulation si vous pouviez m'aider? Merci

Réponses

  • De nombreuses figures de style sont mises ici au service de la satire et du sarcasme. Force de l'écriture.
  • 123DZ123DZ Membre
    Le sarcasme et la satire? Je ne vois pas trop en quoi cet extrait en est le témoignage :S ?
  • Cherche le sens de ces deux termes.
  • 123DZ123DZ Membre
    J'ai recherché précisément la définition:

    Ce passage dénoncerait grâce à la moquerie et à la dérision les soldats et leur comportement ?
    Merci (:
  • Cela ne te paraît pas évident ?
  • 123DZ123DZ Membre
    et bien je ne vois pas trop où est la moquerie en fait :S
  • La folie par la perte de l'identité humaine : voir les moyens de transports, les bruits, les mouvements divers (souvent rapides, emportés, mais vers quoi ?). C'est une autre façon d'exprimer l'absurde.
  • 123DZ123DZ Membre
    ah dans l'accumulation les soldats font plus de bruits que d'actions héroïques et donc de cette façon Bardamu déconstruit la dimension "épique" de la guerre (Comme dans la chanson de Roland par exemple) ?


    Par contre je n'ai pas compris pourquoi vous dites la perte de l'identité humaine :S ?
  • Par contre je n'ai pas compris pourquoi vous dites la perte de l'identité humaine :S ?
    Regarde les mots utilisés pour désigner les hommes.
  • JehanJehan Modérateur
    Difficile d'affirmer son identité individuelle et humaine quand on est noyé dans une telle meute désordonnée, confuse et enragée. Le premier mot de l'extrait est tout de même "perdu" ! Il y a de quoi...
  • 123DZ123DZ Membre
    On a : " tirailleurs, comploteurs" et on les compare à quelque chose de pire que des chiens enragés ? On ne les nomme plus les soldats ou les hommes , et aussi on a pas de nombre précis désignant les hommes mais des nombres ici "deux millions" alors que dans d'autres passages nous avons "Un, deux, plusieurs millions peut être?" pour désigner "les soldats d'en face"

    L'identité de l'homme n'est plus, on n'a pas de nom des soldats, ils sont désignés soit pas des nombres ou soit par des adjectifs qui les compare à des montres ex: l'antithèse "fous héroïques" La notion de héros est ici remise en question car en normalement un héros est quelqu'un de courageux, qui se bat pour sa famille etc mais là, la notion de héros est associée à l'adjectif "fou"

    Cependant je ne vois toujours pas où est la moquerie, le sarcasme dans ce passage
  • Ce n'est pas la moquerie dans le sens où le sourire du lecteur n'est pas suscité. Disons l'absurdité de la condition humaine. C'est l'idée de folie, de déshumanisation, de rage qui domine.
  • 123DZ123DZ Membre
    Ah d'accord, quand vous dites c'est l'idée de l'absurdité de la condition humaine c'est un peu comme dans L'Étranger d'Albert Camus?
  • Il faut se méfier des parallèles hâtifs. Mais dans les deux cas, on peut éprouver le sentiment de l'absurde pour peu qu'on porte un regard extérieur sur le manège des hommes.
  • 123DZ123DZ Membre
    Ah d'accord merci, en fait le lien entre ces deux œuvres c'est que Camus et Céline porte le même regard sur la condition humaine qui est absurde ou du moins les actions commises par les hommes.

    Pour problématiser le texte de Céline (l'extrait que j'ai posté n'est pas complet) pourrions nous avoir:
    Comment Céline critique-t-il la condition humaine? (et donc parler de l'absurde) ?

    Merci (:
  • Plutôt que Camus, c'est le Sartre de la Nausée qu'il vaut mieux évoquer : le narrateur célinien "vomit" le monde, dont l'abjection culmine dans les pulsions de sauvagerie et de mort qui animent la guerre.
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.