Grammaire française Participe passé

Bonjour,

En lisant le poème Tristesse de Musset, je me suis demandé s'il fallait faire la liaison entre "bas"et "ont" pour le vers : Ici-bas ont tout ignoré. Merci d'avance.

Réponses

  • lamaneurlamaneur Modérateur
    Je ne crois pas.
    Je me permets de donner le contexte :
    J'ai perdu ma force et ma vie,
    Et mes amis et ma gaieté;
    J'ai perdu jusqu'à la fierté
    Qui faisait croire à mon génie.


    Quand j'ai connu la Vérité,
    J'ai cru que c'était une amie ;
    Quand je l'ai comprise et sentie,
    J'en étais déjà dégoûté.


    Et pourtant elle est éternelle,
    Et ceux qui se sont passés d'elle
    Ici-bas ont tout ignoré.


    Dieu parle, il faut qu'on lui réponde.
    Le seul bien qui me reste au monde
    Est d'avoir quelquefois pleuré
    .
  • LaoshiLaoshi Membre
    Vraiment pas jolie la liaison. J'éviterais.
  • lamaneurlamaneur Modérateur
    Indépendamment du côté joli ou non de la liaison, je crois que celle-ci n'a pas lieu d'être, structurellement.
    Beaucoup de liaisons admissibles mais rares dans le discours courant peuvent nous sembler pas très jolies parce que nous n'y sommes pas habitués.
  • Les liaisons ne sont éventuellement possibles qu’à l’intérieur d’un groupe rythmique. Elles sont interdites entre deux groupes rythmiques.
    J'aurais tendance à dire que ici-bas et ont tout ignoré constituent deux groupes rythmiques distincts, il ne peut donc y avoir de liaison entre le s de bas et le o de ont.

    Pour une définition simple du groupe rythmique
    http://helpiks.org/4-99102.html
  • Merci pour vos réponses, c'est bien ce qui me semblait.
    J'ai un pote qui me soutient mordicus qu'il faut faire la liaison même si elle n'est pas obligatoire car sinon ça fait un hiatus. Quand je lui ai dit que la liaison n'était pas jolie et que ça ne rendait pas service au vers, il m'a répondu que j'avais mauvais goût ^^
  • louiss58 a écrit:
    il m'a répondu que j'avais mauvais goût ^^

    Ah ah, ça pour de l’argument, c’est de l’argument :D

    Ces quelques exemples - dans des genres pour le moins différentes - glanés sur le Net ne constituent bien évidemment pas des preuves décisives, néanmoins, dans aucun la liaison n'est faite.

    https://www.youtube.com/watch?v=qdpIjBT5sV0

    https://www.youtube.com/watch?v=Qtt6-MHSMy0

    https://www.youtube.com/watch?v=BbyqQX1xezU

    https://www.youtube.com/watch?v=qdhtoswi5CE
  • lamaneurlamaneur Modérateur
    louiss58 a écrit:
    J'ai un pote qui me soutient mordicus qu'il faut faire la liaison même si elle n'est pas obligatoire car sinon ça fait un hiatus.
    L'argument n'est pas négligeable, quand nous parlons de Musset. Il semble que Musset soit connu pour UN hiatus fameux, qu'on a généralement trouvé "adorable" mais dont Musset s'accusait (J'ai fait un hiatus indigne de pardon) :
    [...]Comme toute la vie
    Est dans tes moindres mots ! Ah ! folle que tu es,
    Comme je t'aimerais demain, si tu vivais !

    Il est donc possible qu'il faille faire, dans le style soutenu de la poésie, la liaison, même si celle-ci est tout sauf naturelle.
  • LaoshiLaoshi Membre
    pas joli.
  • JehanJehan Modérateur
    Donc, pour éviter tous les hiatus de mauvais goût dans ce poème, il faudrait aussi prononcer :
    Et mes_amis_et ma gaîté
    Et pourtant_elle est_éternelle

    Je suis sceptique...
  • C'est tellement bizarre de dire "amis_et", et "pourtant_elle" que je croyais que c'était interdit ! ^^
  • Jehan a écrit:
    Donc, pour éviter tous les hiatus de mauvais goût dans ce poème, il faudrait aussi prononcer :
    Et mes_amis_et ma gaîté
    Et pourtant_elle est_éternelle

    Je suis sceptique...

    Vous avez bien raison. Moi? je trouve le rapprochement "tués" et "vivais" assez plaisant.
  • louiss58 a écrit:
    J'ai un pote qui me soutient mordicus qu'il faut faire la liaison même si elle n'est pas obligatoire car sinon ça fait un hiatus.

    Ça, c’était un « vrai » argument :) ; voici des éléments pour un contre-argument :
    - hiatus entre 2 mots admis lorsque : […]
    le premier mot se termine par une consonne même non prononcée (je vis ? et mon époux est vivant). La liaison est impossible, donc le contact phonique des deux voyelles est effectif, mais la présence orthographique de la consonne fait barrage à l’hiatus.

    http://fabyanaa.chez.com/Versification_Isabelle.doc

    La même chose, ici :

    https://books.google.fr/books?id=HIL7wTtpDkYC&pg=PA18&lpg=PA18&dq=pr%C3%A9sence+consonne+non+prononc%C3%A9+hiatus&source=bl&ots=oFgT8qsWfV&sig=n78-9Mcl9LRYxT3WP6bwAtlTLMo&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwiEuMnivrzLAhUBWhoKHUYCDBIQ6AEILzAE#v=onepage&q=pr%C3%A9sence%20consonne%20non%20prononc%C3%A9%20hiatus&f=false
  • lamaneurlamaneur Modérateur
    Jehan a écrit:
    Donc, pour éviter tous les hiatus de mauvais goût dans ce poème, il faudrait aussi prononcer :
    Et mes_amis_et ma gaîté
    Et pourtant_elle est_éternelle

    Je suis sceptique...
    Je crois que Katioucha a mis le doigt sur la raison qui fait qu'il n'y a pas d'hiatus graphique, facilité dont sembleraient s'être contentés les poètes : il y a une consonne écrite non prononcée, respectivement "s" et "t", qui empêche graphiquement l'hiatus. Même chose dans :
    Ici-bas ont tout ignoré.
    Ouf, nous ne serons donc pas obligés de faire ces horribles liaisons ! Et louiss58 pourra garder la tête haute vis-à-vis de son ami plein de morgue !

    J'ajoute que la liaison paraît d'autant moins requise qu'elle irait à l'encontre de la toute petite pause qu'on peut faire dans tous ces endroits à la récitation.

    J'en étais là de mes réflexions et prêt à envoyer ce billet quand, à la relecture, la premier paragraphe m'apparaît absurde : il voudrait dire qu'on peut ne jamais faire les liaisons puisqu'il n'y a pas de hiatus graphique ! On pourrait prononcer "les amis" comme "lè-a-mi" ! En fait, on tourne en rond, et ce qu'il faut savoir, c'est si nous sommes dans un cas de liaison obligatoire (comme dans "les amis") ou non.
    Voici, dans La Prononciation française de Maurice Grammont, comment il note la prononciation récitée de Jésus va chez Lazare, de Hugo :
    438231Capture.png
    Eh oui, on lit bien : aux anges z est pareil, sans puits z et sans z hôtellerie.

    Je ne doute donc pas qu'il prononcerait bien les liaisons dans
    Et mes_amis z et ma gaîté
    Et pourtant t elle est_éternelle
    .

    et je ne serais pas surpris d'entendre aussi, dans ce style soutenu à l'ancienne :
    Ici-bas z ont tout ignoré.

    Il faudrait demander à des acteurs de la Comédie-Française, à qui l'on a enseigné la prononciation classique, comment ils diraient.

    Ce qui paraît sûr, c'est que ces prononciations avec toutes les liaisons, si tant est qu'elles soient valides, paraissent aujourd'hui désuètes. Mais elles sont peut-être nécessaire pour la poésie ancienne, si l'on veut respecter l'usage classique.
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.