Prépa littéraire Licence lettres modernes
Capes lettres modernes

Bonjour, je voudrais savoir comment ça se passe en hypokhâgne si on n'a jamais fait de latin ou de grec, j'aimerais aussi connaître les qualités qu'il faut absolument avoir pour réussir en hypokhâgne et même simplement pour y entrer. Merci
Mots clés :
«1

Réponses

  • Pour y entrer, deux choses : un dossier correct (si tu vises une prépa moyenne) ou excellent (si tu vises de grandes prépas), ainsi que de bonnes appréciations, qui soulignent notamment un travail constant (car la constance est demandée en prépa).

    Ensuite pour le latin, dès l'hypo, ceux qui n'en n'ont pas fait auparavant apprennent auprès d'un professeur, du simple vocabulaire jusqu'à la grammaire en passant par la conjugaison. Ça se fait progressivement, comme le grec. Ceux qui en ont déjà fait ont des horaires différents car ne pouvant pas être casés avec les débutants, mais continuent avec le même prof. Parfois, il peut y avoir des cours qui réunissent débutants et confirmés, mais là, le niveau d'exigence est situé entre les deux.
  • Merci :)
  • Embu a écrit:
    Pour y entrer, deux choses : un dossier correct (si tu vises une prépa moyenne) ou excellent (si tu vises de grandes prépas), ainsi que de bonnes appréciations, qui soulignent notamment un travail constant (car la constance est demandée en prépa).
    En théorie. En pratique...
  • Par dossier correct j'entends un bulletin avec 12-13-14 de moyenne et d'excellentes appréciations, si c'est ce à quoi tu te référais.
  • Oui je vois mais en fait SuperV a raison car c'est pas niveau notes que je m'interroge, j'ai vraiment aucun problème de ce côté là, ce que je veux savoir c'est surtout les qualités qui se rapportent plutôt à ma personnalité et à mes connaissances (et pas seulement scolaires). Par exemple j'ai des facilités mais j'ai pas toute la culture que ceux qui seront avec moi en prépa, des choses évidentes pour eux seront des découvertes pour moi, du coup j'ai peur que ça me freine. Puis j'ai pas l'impression d'avoir une sensibilité littéraire assez profonde, même si j'aime beaucoup lire.
  • Si tu trouves que ta culture n'est pas suffisante, c'est peut-être une bonne occasion d'acquérir des compléments dans des disciplines diverses.
    Il faudrait aussi savoir pourquoi tu souhaites aller en hypokhâgne. Qu'imagines-tu faire ensuite ?
  • Camilia23 a écrit:
    Oui je vois mais en fait SuperV a raison car c'est pas niveau notes que je m'interroge, j'ai vraiment aucun problème de ce côté là, ce que je veux savoir c'est surtout les qualités qui se rapportent plutôt à ma personnalité et à mes connaissances (et pas seulement scolaires). Par exemple j'ai des facilités mais j'ai pas toute la culture que ceux qui seront avec moi en prépa, des choses évidentes pour eux seront des découvertes pour moi, du coup j'ai peur que ça me freine. Puis j'ai pas l'impression d'avoir une sensibilité littéraire assez profonde, même si j'aime beaucoup lire.
    Une culture supplémentaire sera toujours appréciée par les professeurs, mais vous aurez toujours les mêmes choses à apprendre le long de l'année, avec de plus ou moins grandes recommandations pour tel ou tel livre.

    En général les commentaires qui attirent l'attention sur un bulletin, ce sont les qualités comme "fait preuve d'une grande soif de connaissances", "est curieux(se), s'intéresse à tout", "participe constamment en classe", etc.

    Et ne t'inquiète pas pour tes facilités. En règle générale, la majeure partie des gens qui vont en Hypokhâgne ont des facilités.
  • gabiana a écrit:
    Si tu trouves que ta culture n'est pas suffisante, c'est peut-être une bonne occasion d'acquérir des compléments dans des disciplines diverses.
    Il faudrait aussi savoir pourquoi tu souhaites aller en hypokhâgne. Qu'imagines-tu faire ensuite ?

    Je suis pas sûre de ce que je veux faire après, je veux y aller pour les nombreux débouchés, parce ce qu'on apprend en prépa ce qu'on apprend nulle part ailleurs et parce que c'est pas donné à tout le monde un dossier qui permet d'entrer en prépa, donc je veux saisir l'occasion.
  • Je crois qu'il ne faut pas trop extrapoler la culture qu'auront tes camarades de classe. C'est difficile à imaginer et on évalue souvent mal sa propre culture. Par ailleurs, la culture, c'est vaste : je connais des amis très savants en musique classique, mais moins en théâtre contemporain, ou en culture politique, ou etc. Tu verras sur place ! :)
  • Merci, dernières questions : qu'est-ce qui est si difficile en prépa ? Est-ce que c'est la trop grande quantité de cours à apprendre ? Si avec une simple lecture on peut mémoriser 20 pages est-ce que c'est un gros avantage ?
  • qu'est-ce qui est si difficile en prépa ?
    Les remarques des professeurs, la sensation d'être de la ***** parce qu'on ne vise pas l'ENS + le fait de se rendre compte qu'on est dans les derniers.
  • Voilà effectivement des choses qui doivent être difficiles à supporter.
  • Quand on a été habitué à toujours être parmi les meilleurs et qu'on n'avait jamais de note sous la moyenne, effectivement il faut accepter le changement. La difficulté réside plus dans la réflexion attendue que dans le travail de mémorisation.
  • La difficulté dépend aussi de tout un tas de facteurs extérieurs. Aucune classe ne se ressemble. Le public, comme les professeurs ne sont pas interchangeables.
  • Je crois que les difficultés varient aussi d'un étudiant à un autre : tel n'avait jamais pris le temps d'apprendre des citations par coeur et doit s'y contraindre ; tel n'avait jamais maîtrisé parfaitement la forme de la dissertation ou du commentaire, etc.

    Une bonne capacité à mémoriser des informations est nécessaire (surtout en histoire), mais pas suffisante, en cela je rejoins Ammy.
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.