C'est d'un vrai lion que les gens parlent

Bonjour. Je suis un nouvel inscrit.

J'ai lu dans Le lion, de Joseph Kessel, la phrase suivante : "C'est d'un vrai lion que les gens parlent". J'aurais plutôt écrit "C'est d'un vrai lion dont les gens parlent". Mais il y a ce "d'" qui introduit une complication. Qu'en pensez-vous ?

Réponses

  • J'en pense que joseph Kessel a bien écrit.
  • lamaneurlamaneur Modérateur
    On peut hésiter entre "C'est d'un vrai lion que les gens parlent" et "C'est un vrai lion dont les gens parlent", mais "C'est d'un vrai lion dont les gens parlent" est considéré aujourd'hui comme pléonastique, même si cela pouvait se dire jadis (et si cela continue probablement à se dire dans la langue populaire).
  • JehanJehan Modérateur
    Bonsoir.

    Les gens parlent d'un vrai lion.
    Mise en relief du COI par C'est....que.
    C'est d'un vrai lion que les gens parlent.
    Le dont est donc inutile ici.

    Effectivement, l'emploi d'un dont pléonastique se rencontrait classiquement
    et se rencontre encore :
    C’est de lui dont il s’agit (Gautier, Mlle de Maupin).
    C’est toujours des yeux de Nicolas dont je me souviens (Duras, Vie tranquille)
    Lamaneur, je pense que la langue orale populaire a en général ici plutôt tendance à privilégier le que, sauf par souci d'hypercorrection.
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.