Grammaire française Participe passé

Bonjour le forum,
Hier, gros débat avec ma compagne qui n'est pas de langue maternelle française : je croise les doigts et espère que mon honneur sera sauf...

Doit-on dire :
"Il m'a répondu qu'il viendrait dimanche",
sachant que dimanche n'est pas encore passé. Dans ce cas, il y a strict respect de la concordance de temps.
Ou alors
"Il m'a répondu qu'il viendra dimanche",
en prenant en considération que dans la subordonné on n'exprime pas le futur dans le passé, mais le futur dans le présent.

Merci pour vos avis !

Réponses

  • Blop,
    s'il vient vraiment dimanche c'est "Il m'a répondu qu'il viendra".
    "Il m'a répondu qu'il viendrait" ce serait un passé mais dans ce cas on dirait plutôt "il m'avait répondu qu'il viendrait" je suppose
  • Selon moi (donc à confirmer), les 2 sont possibles:

    - Il m'a répondu qu'il viendrait dimanche
    i) Dimanche est passé et le conditionnel est utilisé en tant que futur dans le passé (N'est ce pas Gabiana? ;))
    ii) Dimanche n'est pas passé, mais le narrateur exprime un doute quant à l'occurrence de l'action: Il m'a répondu qu'il viendrait dimanche sous-entend ici "mais je n'en suis pas totalement convaincu"

    - Il m'a répondu qu'il viendra dimanche:
    i) Dimanche n'est pas passé, et l'auteur ne fait que rapporter ce qu'il lui a été dit, sans prendre position, ou est convaincu que ce qu'il lui a été dit est vrai.
    ii) Je ne crois pas que l'on puisse utiliser cette expression lorsque l'action est passée
  • Pour l'instant, concernant la concordance de temps, mon honneur est sauf, à moins d'un avis contraire.
    En revanche, à me relire, je vois un truc énorme : subordonnée sans E. La honte... Mais je pense que c'est mon clavier qui a mal répondu (on prétendra l'alibi suffisant)
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.