1234568»

Réponses

  • Merci beaucoup.
    C'est vrai que je ne pensais pas que le ειναι pouvait se transformer en tel ...
  • sat840sat840 Membre

    Je peux vous proposer celui que j'ai développé. Il est adapté aux écrans tactiles. Si vous n'avez pas d'écran taltile, vous pouvez l'utiliser, mais il sera moins pratique que celui de Lexilogos. Il ne demande aucune installation. Pour obtenir les caractères au final, il faut cliquer sur "récupérer le texte":

    https://www.auteurs-auvergne-bourbonnais.fr/grec_revision/ttgf1.php

  • morose_morose_ Membre

    Bonjour !

    Il y a cette phrase de ma version qui m'embête :

    πῶσ δ'αὐτοὺς χρὴ λῆξαι τῆς λύπης ;

    Mon souci s'agit de αὐτοὺς et de τῆς λύπης. Je sais que αὐτοὺς s'agit d'un pronom personnel non réfléchi à l'accusatif pluriel mais je n'arrive pas à le traduire. Puis, en ce qui concerne τῆς λύπης, je ne comprends pas pourquoi il est au génitif ; je penserais qu'il serait à l'accusatif, juste après le verbe impersonnel et son infinitif.

    Je ne suis pas sûre, donc c'est pour cela que je vous demande de l'aide : est-ce que τῆς λύπης est le génitif d'δ'αὐτοὺς ? J'ai traduit cette phrase telle: "comment faut-il les faire cesser de leur peine?" mais bon, ce n'est pas très - du tout - français.

    Merci beaucoup, et d'avance, de votre aide !

  • LaoshiLaoshi Membre
    10 févr. modifié

    Si tu cherches dans le dictionnaire, tu trouveras que la construction du verbe λῆξαι (λήγω) avec le génitif est possible.

    De plus, tu remarques un accusatif et un infinitif après χρη...

  • Oh, merci beaucoup pour ces explications ! Je suis allée refaire un tour dans le dictionnaire. Si j'ai bien compris, et fait attention, on traduira donc: "comment faut-il que leur peine cesse?" J'avoue avoir toujours du mal avec λήγω + génitif.

    Merci beaucoup

  • Bonjour à toutes et à tous.

    Si vous le permettez, j'aimerais vous soumettre deux points de grammaire que je ne connais pas bien.

    Les phrases sont tirées d'Hérodote, I, 86:

    " τῷ δὲ Κροίσῳ ἑστεῶτι ἐπὶ τῆς πυρῆς ἐσελθεῖν, καίπερ ἐν κακῷ ἐόντι τοσούτῳ, τὸ τοῦ Σόλωνος ὥς οἱ εἴη σὺν θεῷ εἰρημένον, τὸ μηδένα εἶναι τῶν ζωόντων ὄλβιον".

    Je ne comprends pas bien la place du pronom pluriel οἱ articulé avec le verbe être à l'optatif singulier et la formule ὥς+participe ( comme si cela avait été prononcé en présence du dieu); Est-ce un ionisme?


    Un peu avant on a une expression de but au génitif: βουλόμενος εἰδέναι εἴ τίς μιν δαιμόνων ῥύσεται τοῦ μὴ ζῶντα κατακαυθῆναι. Je connais le génitif pour exprimer la comparaison mais pas le but; C'est sans doute un oubli de ma part, je ne me souviens pas l'avoir vu dans une grammaire. J'ai aussi regardé la construction du verbe ῥύσεται mais on ne fait pas mention du génitif.


    Je vous souhaite un bon Week-end!

  • Theriakos96Theriakos96 Membre
    22 mai modifié

    Salut,

    Concernant le premier exemple, je crois que le ὡς introduit une exclamative sur "le mot de Solon" et ne va donc pas avec le participe mais avec εἴη εἰρημένον (forme périphrastique d'optatif parfait passif) et οἱ est le datif de ἑ pronom de 3ème personne non réfléchi à comprendre donc "[il lui vint à l'esprit] comment le bon mot de Solon lui fut dit avec les dieux, que rien n'est heureux pour ceux qui vivent".

    Concernant la deuxième question, tu as mal vérifié la construction du verbe (je te conseille de regarder sub uoce ἐρύω4 dans le LSJ qui donne cet exemple en particulier tiré d'Hérodote) ; en tout cas la construction se laisse comprendre ainsi : "désirant savoir si quelqu'un parmi les dieux l'éloignera du fait d'être brûlé vivant". L'infinitif substantivé au génitif complète donc le verbe.

    Tu pardonneras les laides traductions littérales! :)

    Bon week-end !

  • Ha bien! Merci beaucoup pour votre aide!

    Je n'avais pas vu 'optatif parfait passif! C'est bien plus clair et logique en effet.

    Même chose pour le pronom réfléchi indirect, je n'y avais pas pensé du fait de l'absence du circonflexe sur le datif.

    C'est toujours plus simple quand on vous met l'explication sous les yeux!

  • Theriakos96Theriakos96 Membre
    22 mai modifié

    Je t'en prie (vous?) ! N'hésite pas à poser d'autres questions ; il s'agit quand même de questions de grec assez 'pointues' j'imagine donc qu'elles ne viennent pas d'un débutant ! C'est intéressant donc de s'y mettre!

  • Je vous remercie!

  • 6 juin modifié

    Bonjour,

    "ἐν νόῳ ἔχων […] εἴτε καὶ πυθόμενος τὸν Κροῖσον εἶναι θεοσεβέα τοῦδε εἵνεκεν ἀνεβίβασε ἐπὶ τὴν πυρήν, βουλόμενος εἰδέναι εἴ τίς μιν δαιμόνων ῥύσεται τοῦ μὴ ζῶντα κατακαυθῆναι."

    Hérodote 1.86.2

    je viens de retrouver la règle de grammaire qui traite de la syntaxe de la proposition infinitive dans laquelle l'infinitif rend la valeur aspectuelle après l'article neutre singulier: On retrouve bien la valeur exprimant le but notamment dans les tours ἐπὶ/εἰς/πρὸς τό+prop.inf.,  ἕνεκα τοῡ+prop.inf. et surtout chez Thucydide le génitif seul  τοῡ+prop.inf. "dans le but de". La négation est toujours μή.( J'ai retrouvé cette règle dans R. VIARD chez Armand Colin, mais je pense qu'on la retrouve dans toutes les grammaires classiques). Par contre il me semble que le verbe est bien ῥύομαι et non pas ἐρύω. Le Bailly ne semble articuler le verbe ῥύομαι qu'avec un accusatif.

  • Theriakos96Theriakos96 Membre
    6 juin modifié

    Je n'ai jamais dit que cela n'avait pas le sens de but, l'infinitif substantivé, mais ce n'est pas le cas ici. Je ne sais ce qu'en dit Bailly (faut-il rappeler qu'il ne s'agit pas d'un très bon dictionnaire?), mais LSJ (Liddle-Scott-Jones) sub uoce ἔρυω4 (dont le présent est bien ῥύομαι) indique ceci : c. gen., ῥ. τινὰ τοῦ μὴ κατακαυθῆναι Hdt.1.86 c'est donc de la construction du verbe qu'il s'agit et non pas d'un but au génitif (tour rare, soit dit en passant). Mais oui, vous avez raison d'indiquer que le but peut être exprimé par l'infinitif substantivé (εἰς, πρός et ἐπί notamment). Par contre ce sont bien des infinitifs substantivés, pas des propositions infinitives (bien sûr leur sujet est à l'accusatif tout de même). J'aimerais quelques références de la finalité au génitif chez Thucydide, si vous en avez : c'est toujours intéressant de découvrir des nouveaux passages de cet auteur.

    Comment comprendre le but ici : "pour savoir si quelque divinité le tirera pour ne pas être brûlé vivant" ? On sent bien que ῥύσεται ne peut être construit seulement avec l'accusatif, ici.

  • Pardon, mais je n’arrive pas à comprendre votre explication.

  • Theriakos96Theriakos96 Membre
    6 juin modifié

    Je ne comprends pas ce que vous ne comprenez pas! La construction de ἐρύω (dont ῥύομαι est une forme utilisée par Hérodote) est ῥύεσθαί τινά τινος : éloigner quelqu'un de quelque chose et donc le verbe est construit avec accusatif et génitif, comme le LSJ sub uoce ἐρύω4 :  c. gen., ῥ. τινὰ τοῦ μὴ κατακαυθῆναι Hdt.1.86.

  • 6 juin modifié

    Ma foi, quand l’esprit est épais, on jette parfois le manche après la cognée! Mais le coin est enfoncé dorénavant. Merci pour votre patience.

  • Ce fut un plaisir! J'espère avoir été clair et utile! Bon courage pour la suite de vos lectures helléniques !

Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.