Fiches méthode Bac de français 2021

Bonjour, je dois faire une dissertation, mais je suis bloquée car je ne trouve pas d'exemples...
Il faut que je trouve des poème qui montrent les différentes façons de se sortir d'une épreuves.
C'est-à-dire des poèmes qui montrent que le poète s'en fort plus fort, et des poèmes où le poète
montre qu'il s'en sort affaibli.
J'espère que vous m'avez comprise ! :D
Est-ce que vous auriez des idées à me proposer ? merci beaucoup ! :)
Mots clés :

Réponses

  • Richard II Quarante

    Ma patrie est comme une barque
    Qu’abandonnèrent ses haleurs
    Et je ressemble à ce monarque
    Plus malheureux que le malheur
    Qui restait roi de ses douleurs

    Vivre n’est plus qu’un stratagème
    Le vent sait mal sécher les pleurs
    Il faut haïr tout ce que j’aime
    Ce que je n’ai plus donnez-leur
    Je reste roi de mes douleurs

    Le coeur peut s’arrêter de battre
    Le sang peut couler sans chaleur
    Deux et deux ne fassent plus quatre
    Au Pigeon-Vole des voleurs
    Je reste roi de mes douleurs

    Que le soleil meure ou renaisse
    Le ciel a perdu ses couleurs
    Tendre Paris de ma jeunesse
    Adieu printemps du Quai-aux-Fleurs
    Je reste roi de mes douleurs

    Fuyez les bois et les fontaines
    Taisez-vous oiseaux querelleurs
    Vos chants sont mis en quarantaine
    C’est le règne de l’oiseleur
    Je reste roi de mes douleurs

    Il est un temps pour la souffrance
    Quand Jeanne vint à Vaucouleurs
    Ah coupez en morceaux la France
    Le jour avait cette pâleur
    Je reste roi de mes douleurs

    Aragon

    Le temps de vivre de Boris Vian
    Joachim DU BELLAY (1522-1560)


    Baif, qui, comme moi, prouves l'adversité

    Baif, qui, comme moi, prouves l'adversité,
    Il n'est pas toujours bon de combattre l'orage,
    Il faut caler la voile, et de peur du naufrage
    Céder à la fureur de Neptune irrité.

    Mais il ne faut aussi par crainte et vilité
    S'abandonner en proie : il faut prendre courage,
    Il faut feindre souvent l'espoir par le visage,
    Et faut faire vertu de la nécessité.

    Donques sans nous ronger le coeur d'un trop grand soin,
    Mais de notre vertu nous aidant au besoin,
    Combattons le malheur. Quant à moi, je proteste

    Que je veux désormais fortune dépiter,
    Et que si elle entreprend le me faire quitter,
    Je le tiendrai, Baïf, et fût-ce de ma reste.
  • Merci beaucoup beaucoup d'avoir pris le temps de me répondre !
    les poèmes sont vraiment supers et parfaits.
    Bonne journée :)
  • Tant mieux s'ils te conviennent. Bon travail ... :)
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.