Prépa littéraire Licence lettres modernes
Capes lettres modernes

1292293294296298

Réponses

  • Suzanne est de bon conseil. :) Je serais peut-être un peu moins pessimiste sur les langues anciennes, il y a chaque année de bons grands débutants qui intègrent, y compris en lettres classiques (je n'avais pas fait de grec avant personnellement), et parfois en ayant commencé les deux langues anciennes en CPGE (ce qui est par contre franchement ardu). C'était à une époque où les langues anciennes étaient davantage enseignées dans le secondaire, et ça ne doit donc pas poser de problèmes actuellement non plus.

    Pour la dernière question, je compléterais le 2) en disant qu'il y a sans doute un fossé assez important entre l'hypokhâgne et la khâgne (c'est du moins ainsi que je l'avais ressenti il y a une douzaine d'années, après une très bonne année d'hypokhâgne) : le rythme s'accélère (concours oblige) et les redoublants (particulièrement dans les meilleurs lycées) arrivent souvent avec une petite longueur d'avance, en début d'année au moins.

    Il arrivait d'ailleurs régulièrement que des élèves ayant quitté Henri IV (j'imagine qu'il en va de même pour d'autres grands lycées) pour une autre khâgne (pour des raisons de niveau ou de spécialité non enseignée à HIV) eussent de bons résultats aux concours ensuite voire intégrassent une ENS. Le fait d'avoir de mauvais résultats en langues anciennes peut vous fermer l'accès à une khâgne Ulm, mais ne vous oblige donc pas à vous réorienter.
  • Je me permets de faire part de mon expérience vis-à-vis du latin. Peut-être que ça pourra apporter d'autres éléments à 29tr.
    J'ai fait du latin en 5eme et 4eme, puis j'ai arrêté pour faire du grec, de la 3eme à la terminale.
    Je suis arrivée en hypokhâgne (dans un bon lycée de province) avec l'envie de reprendre le latin sans pour autant arrêter le grec (et j'ai donc très vite décidé, vu mon intérêt pour les langues anciennes, de m'orienter en spé lettres classiques pour ma khâgne ^^). J'ai donc été placée dans le cours des débutants en latin. Comme le cours était surchargé par rapport à celui des continuants et que la prof savait que je faisais du grec et que j'avais donc des bases grammaticales, on m'a déplacée en latin continuant au bout d'une semaine.
    Le prof des continuants m'a rassurée (je m'inquiétais un peu sur ma capacité à suivre) en me disant que de toute façon il reprenait les bases et qu'il était tout à fait possible de s'en sortir.

    Finalement, j'ai énormément travaillé, j'ai appris sur le tas puis découvert des points de grammaire par moi-même, j'ai appris toutes les conjugaisons en une semaine parce qu'avant je ne savais pas comment les verbes se conjuguaient, et ne pouvais donc pas les repérer dans les textes (ce qui rend tout plus difficile). J'ai fait des versions supplémentaires pendant les vacances, du petit latin supplémentaire également. Bref, j'ai beaucoup travaillé le latin.
    Finalement, j'ai été 2eme du groupe de latin continuant, aux 2 semestres.

    Tout ça pour dire que, même si nos situations sont très différentes, je crois que la seule chose qui marche en langues anciennes, c'est le travail et la rigueur. Si tu es prête à t'investir à fond dans le latin pour acquérir un niveau suffisant, cela peut très bien se passer.
    Après, il faut aussi faire les portes ouvertes des lycées que tu envisages, et poser des questions aux professeurs. J'ai eu une réunion de pré-rentrée en khâgne fin juin (je vais donc en khâgne Ulm) et la prof de latin que nous aurons, au vu des différences de niveau entre ex-continuants et ex-débutants, fait beaucoup de différenciation et adapte les cours et les devoirs donnés en fonction du niveau des élèves, avec pour objectif d'harmoniser un peu pour le concours.
    Tu verras aussi, en arrivant en hypokhâgne, si le latin t'attire réellement. Au lycée, les langues anciennes ne m'attiraient pas plus que ça, et j'ai commencé l'hypokhâgne avec les 2 par pure curiosité. Mais je suis tombée complètement amoureuse ^^ et d'autres élèves qui aimaient bien ça ont commencé à détester. Bref, tu verras aussi si tu envisages vraiment d'y consacrer tant de temps que ça. Mon conseil serait donc, concernant le choix de ta prépa, de privilégier celles où les 2 khâgnes (Ulm et Lyon) sont proposées.
  • Bon je ne suis pas encore en prépa mais j'espère que cela peut t'aider.

    Concernant ton dossier scolaire, je trouve qu'il est déjà bon. Juste pour te dire que j'ai été acceptée à Fénelon prépa A/L à Paris l'année prochaine alors que mon dossier était légèrement moins bon. Je m'explique. J'ai fait une 1ES et ma moyenne tournait autour de 15 avec 17-18 en langue, 13 en français, 14-15 en SES et 10 en maths avec d'excellentes appreciations. J'ai eu 17 en TPE, 16 à l'oral et 8 à l'écrit (oui ouchhh j'ai vu cette note je pensais ne pas pouvoir être acceptée à Fénelon, prépa A/L quand même :/ ). Puis je suis passée en TL et j'ai commencé à avoir 17 de moyenne général, toujours avec d'excellentes appreciations. Donc je pense que tu as toutes tes chances. Après, je ne sais pas si c'est la même chose pour prépa B/L et pour tous les lycées mais essaye quand meme, on sait jamais. Maintenant, je pense qu'il faut que tu montres une augmentation dans certaines matières (c'est peut être pour cela que j'ai été prise d'ailleurs). Pas toutes hein juste 1 ou 2 et tu conserves/augmentes ta moyenne de 1ere. Cela pourrait jouer encore plus en ta faveur. Quand j'ai vu ton dossier et tes aspirations, je me suis dis c'est pas possible, tu devrait essayer les grandes prépa au moins envoyer ton dossier pour voir les résultats ! Encore une fois, je peux dire n'importe quoi car prépa A/L et B/L sont différentes mais si l'on regarde que tes notes et appreciations, cela devrait passer.
  • Merci beaucoup ! :) C'est super généreux d'avoir pris le temps d'éplucher mon message en détaillant une réponse pour chacune de mes remarques ! Merci à ceux qui ont continué à apporter des précisions et leur témoignage ! Ce forum est une vraie pépite, tant pour la réactivité de nos interlocuteurs que pour la qualité des réponses !

    En résumé, pour la prépa Ulm, le niveau des latinistes est un peu trop élevé : à éviter, donc, ou à prévoir une porte de secours vers Lyon où le latin compte moins et dont le niveau est plus aisément rattrapable. Néanmoins avec un travail de grande rigueur, il est possible de rattraper le niveau. Donc, je pense viser un établissement proposant les deux concours (Lyon + Ulm) et prendre en hypokhâgne option latin afin d'en avoir 4h hebdomadaires sans compter la culture de l'antiquité à raison d'1h. Ensuite, je verrai selon mes goûts et selon les conseils des profs quelle khâgne faire.

    Et sinon, le niveau des continuants en grec étant plus faible que celui des latinistes continuants, ne serait-il pas judicieux, si jamais je vais dans une prépa Ulm, de substituer le grec au latin ? Cela ne me sera-t-il pas préjudiciable en lettres modernes ? Ou pour des lettres modernes, il est vraiment souhaitable de choisir le latin plutôt que le grec ?

    Vos propos sont rassurants ! À force d'entendre à gauche à droite que les prépas prestigieuses sont des machines à broyer, on finit par y croire stupidement ! Alors que selon le portrait que vous me dressez, le côté humain est significativement présent, ce qui est finalement logique ; des broyeuses ne pourraient pas former en tel nombre des candidats réussissant les concours.

    D'accord, je vois que le rang dans la classe est important et que la réputation de son lycée d'origine compte un peu aussi. EAF signifie "épreuves anticipées de français" (wow, j'ai appris quelque chose à une ancienne khubeuse (je ne sais pas si le terme existe vraiment et s'il s'écrit ainsi) de LLG Mdrr :D ).

    Ça va, c'est rassurant de voir qu'en quittant un grand lycée, on peut très bien réussir aussi, c'est un signe que le changement d'établissement se fait sans être laissé au dépourvu.

    Oui Star-seeker, je compte aller aux portes ouvertes des prépas proches de chez moi. Même si celles-ci sont toutes petites, j'aurai quand même un premier aperçu ainsi qu'un échange avec des profs de prepa.

    Et bien bravo Math06 pour avoir été acceptée à Fénelon, apparemment c'est une super prépa ! Je sais qu'il faudrait que je progressasse en histoire-géo et en SVT... Néanmoins en histoire-géo, j'ai toujours eu de meilleurs résultats mais cette année je n'aimais pas ma prof : il n'est pas facile de s'intéresser à une matière quand la prof ne captive pas. Et quant aux SVT, c'est la matière que je n'apprécie pas. Mais je n'ai pas le choix de toute façon, il va falloir que je fasse quelques efforts pour ne pas que cela me joue des tours, que ce soit pour l'orientation ou pour le bac (matière coef 6).

    Par ailleurs, on m'a conseillé de doubler mes voeux (un avec internat, l'autre sans) pour multiplier mes chances d'être accepté. Cependant, une majorité d'internats ferment le week-end (ce que je trouve d'une absurdité digne d'une pièce de Ionesco mais bon, passons) ; à partir de quel temps de trajet conseilleriez-vous de ne pas rentrer chez soi le week-end ? Et sinon, pour les non-internes, conseillez-vous de choisir d'être interne-externé ? Cela me paraît un peu cher pour ce que c'est mais sûrement mon manque d'expérience me conduit vers une mauvaise route...

    J'insiste mais merci beaucoup pour vos messages, ils m'aident vraiment à voir plus clair à travers un système que je trouve assez compliqué, surtout au début quand on n'y est pas habitué !
  • les prépas prestigieuses sont des machines à broyer, on finit par y croire stupidement !

    J'ai dit plusieurs fois que les prépas étaient des machines à travailler où les élèves s'entraidaient.

    Pourquoi les prépas broieraient-elles les élèves ? Où serait l'intérêt ? Les écoles qui suivent ne sont pas des usines à fabriquer des saucisses.

    C'est idiot de croire des trucs pareils. C'est lassant d'entendre de pareilles âneries.
  • Bonjour,
    Entrant en Terminale S à la rentrée, je souhaite m'orienter vers des études littéraires en passant par une prépa. Seulement, je ne connais pas la méthode de sélection grâce aux notes. Plus précisément, je souhaite intégrer Henri 4. Hormis d’excellentes notes dans les matières littéraires (17 en histoire, 18 en langues, 19,5 au bac de français), ma moyenne du premier trimestre de 1ère en français était de 14,8. Sur l'année, elle est de 17. Je me demandais si c'était rédhibitoire ou s'ils sélectionnaient en fonction de la moyenne de l'année et non des trimestres.
    Merci d'avance pour vos réponses
  • Hippocampe, vous semblez vous plaindre d'une pensée que je n'ai jamais eue. Je vais récapituler pour éclaircir mon propos.

    1) J'ai fait part du fait que j'avais mythifié les prépas prestigieuses pour expliquer que je ne voulais pas les mettre dans mes vœux sur Parcoursup, un mythe ne s'atteignant pas.

    2) Pour m'encourager à tenter ma chance malgré tout, on m'a présenté les prépas prestigieuses à travers un point de vue ancré dans le réel afin de briser cette representation mythique que je m'était construite, en insistant sur la dimension humaine que l'on pouvait y trouver et qui est ignorée de tous les colporteurs de ragots.

    3) Par consequent, j'en suis venu à regretter le fait que les rumeurs critiquent le manque d'humanité des prépas prestigieuses car c'est une vision erronée de la réalité, mais tant répétée que "l'on finit par y croire". Remarquez l'emploi du pronom "on", signe que je ne parle pas de moi mais des personnes en général. Ce n'est donc pas moi qui croyais que les prépas prestigieuses étaient des broyeuses mais l'opinion publique. D'ailleurs, j'ai porté un regard plutôt dénonciateur envers les personnes qui croient cela comme le montre l'adverbe "stupidement" : il faut être en effet stupide pour croire que les grandes prépas sont des machines car, ainsi que vous l'avez remarqué dans vos questions rhétoriques, cela ne présenterait aucun intérêt pour personne.


    4) J'ai donc conclu en livrant ma pensée : "selon le portrait que vous me dressez, le côté humain est significativement présent, ce qui est finalement logique ; des broyeuses ne pourraient pas former en tel nombre des candidats réussissant les concours." Ma position finale est claire : il ne faut pas croire toutes les stupidités que l'on entend : il est nécessaire de réféchir par soi-même pour déceler ce qui est "logique".


    "C'est lassant d'entendre de pareilles âneries" : ce n'est pas à moi qu'il faut dire cela mais aux journaux qui diffusent majoritairement cette idée. D'ailleurs, on retrouve cette assimilation des grandes prépas à des broyeuses même à travers des chaînes davantage culturelles et sérieuses comme Arte, voire sur le service public ! J'ai quelques reportages en tête que je pourrais vous citer mais attention ; si vous les visioner, ils risquent de vous énerver.

    Pour finir, laissez-moi douter de l'utilité de votre message qui d'une part, vous fait perdre votre temps et qui d'autre part, ne m'avance en rien. En dépit de cela, j'espère au moins avoir clarifié ma pensée.



    Watsonobrien (Vive Orwell ;) ), je vais t'apporter mon point de vue d'élève également entrant en terminale S (je ne suis qu'un élève comme toi, je ne suis pas un professionnel de la question, je ne fais que répéter ce que j'ai entendu dire).
    Ton 14,8 n'est absolument pas rédhibitoire, rassure-toi !
    D'une part, 14,8 n'est en soi pas une si mauvaise moyenne.
    Ensuite, si votre moyenne annuelle est de 17 et que vous avez eu 19,5 au bac français, cela montre que vous avez progressé, ce qui est toujours très apprécié.
    Enfin, plus que tes moyennes, c'est l'écart entre ta moyenne et celle de ta classe ainsi que tes appréciations qui comptent. Avoir 14,8 avc une moyenne de classe à 15 n'est pas pareil qu'un 14,8 avec une moyenne de classe de 9. Le niveau de la classe et la réputation de l'établisselent importent aussi.
    Bonne chance pour réussir votre ambitieux projet ! :)
  • Merci pour ton avis mais ma prof note plutôt bien (12 de moyenne de classe) et je me demandais si les classe prépas regardaient les moyennes de l'année et non les notes au cas par cas. A ce que j'ai entendu, ils coefficientaient les notes et éliminaient directement ce qui n'avais pas une moyenne suffisante. Pourriez-vous le confirmer ? Je tiens quand même à préciser que j'étais 1er de la classe les deux trimestres suivants et premier sur l'année.
  • @ 29tr,

    OK, nous sommes d'accord. Mais j'enfonce le clou sur ce qu'il ne faut pas croire.
  • Bonjour, une question toute simple. L'absentéisme est-il rédhibitoire pour une admission en prépa littéraire? Je suppose déjà que c'est rédhibitoire pour les grandes prépas parisiennes aucun doute, mais pour les prépas moyennes? Ils regarderont mon dossier ou c'est non direct?
    Il y a une semaine à peine je ne savais même pas ce qu'était une prépa littéraire. :rolleyes: Je ne sais pas trop quoi faire pour post-bac, donc je me renseigne ici et là pour ne pas être pris de court dans quelques mois.
    Je donne quelques informations complémentaires: Je suis en 1er S. Quelques appréciations à propos de ma passivité en cours, aucun problèmes de comportement, aucun travail. Une vingtaine de demi-journées non justifiées. J'ai de bonnes notes dans les matières littéraires mais c'est assez inégal (du type top 5 au premier trimestre puis top 15 au second trimestre), un peu au petit bonheur la chance (exceptions: l'histoire-géographie et l'anglais où j'ai de bonnes notes toute l'année). Et au bac français j'ai eu 14 (écrit) et 16 (oral). Voilà je pense que je n'ai pas besoin d'étaler plus mon dossier puisque c'est surtout au niveau des absences que le problème se pose!
    Merci ;)
  • L'absentéisme est-il rédhibitoire pour une admission en prépa littéraire?
    Il serait présomptueux de notre part de te répondre sans nuances.
    Mais il est sûr que si ton dossier mentionne des absences répétées et injustifiées, aucun travail, des résultats au petit bonheur la chance, il ne donnera pas une impression favorable.
    On n'aime pas beaucoup les touristes en classe préparatoire.
    Si encore tes résultats étaient excellents... Mais apparemment ce n'est pas le cas.
    En tout cas, si tu veux entrer dans une classe préparatoire (petite, moyenne ou grande), et si tu es acceptée, fais une croix sur tes envies de sécher les cours. Dans ces classes, que tu as découvertes il y a une semaine, on atteint une présence assidue et un travail régulier, sinon autant se tourner vers autre chose...
    Tu as toute la classe de terminale pour te réformer. ;)
  • TheRedRoomTheRedRoom Modérateur
    Bonjour,
    Dans notre petite prépa, l'absentéisme est un des éléments rédhibitoires (avec les problèmes de comportement). Nous classerons mieux quelqu'un qui a 12 de moyenne et aucune absence que quelqu'un qui a 15 de moyenne et des absences répétées, en particulier si l'absentéisme apparaît dans les appréciations des professeurs ou qu'il fait diminuer le nombre d'évaluations. Dans ce cas, il nous arrive de ne pas classer du tout le candidat.

    Car dans une petite prépa comme la mienne, nous acceptons bien volontiers les élèves qui ont des lacunes, qui viennent de familles où les études supérieures ne sont pas la route tracée, qui ont ou ont eu des problèmes de santé, qui ont des difficultés méthodologiques, etc. tant qu'ils sont motivés pour apprendre.

    Mais l'expérience montre qu'il suffit d'un absentéiste dans la classe pour "plomber" l'ambiance de travail et faire naître des conflits (et ce d'autant plus qu'il/elle parvient à maintenir de relativement bonnes notes) entre élèves et entre l'élève et les professeurs. Par conséquent nous ne prenons plus le risque et en général nous ne prenons pas les candidats si les enseignants mentionnent l'absentéisme dans les appréciations. (et ce quelle que soit la matière... on ne t'en voudra pas d'avoir 5 en math pour une prépa littéraire, mais on te reprochera d'avoir séché les cours de math...)

    Donc comme le dit Laoshi, tu as toute ton année de terminale pour te montrer assidu, car si l'absentéisme se limite à l'année de première, les commission de sélections verront cela comme le fait que tu as gagné en maturité.
  • Tout d'abord merci pour vos réponses :)
    TheRedRoom a écrit:
    Mais l'expérience montre qu'il suffit d'un absentéiste dans la classe pour "plomber" l'ambiance de travail et faire naître des conflits (et ce d'autant plus qu'il/elle parvient à maintenir de relativement bonnes notes) entre élèves et entre l'élève et les professeurs.
    Ta remarque m'a fait sourire, j'ai l'impression d'avoir vécu ça cette année. :lol: Bien sûr dans un degré bien moindre et plus "bonne enfant". Mais plus je séchais les cours d'espagnol plus ma moyenne d'espagnol augmentait, à la fin de l'année je ne venais plus que pour les contrôles (sur l'année j'ai augmenté de 5 points environ). Du coup j'ai eu quelques remarques de la part des mes camarades, bien sûr, sur le ton de la rigolade mais quand même! Après, au moins, je prenais la peine d'apprendre les conjugaisons :rolleyes:

    Peut-on envoyer une lettre de motivation pour expliquer nos absences injustifiées? Franchement je pense que dans ma situation, ça vaut peut-être le coup après est-ce que administrativement c'est possible?
  • Bonjour à tous !
    Je suis nouvelle sur le forum. Je vais passer en terminale littéraire en septembre. J'ai découvert la prepa littéraire par mon professeur d'histoire de seconde qui a encouragé ce souhait de postuler dans une prepa. Actuellement, je sais que c'est ce que je rêve de faire. La question principale est de savoir où...
    Ce même professeur m'encourage à demander Lakanal. Cette prepa présente des avantages pratiques (je suis à quelques stations de RER + quelques minutes de bus) et un cadre d'étude motivant. De plus c'est une très bonne prepa. Mais voilà, une petite voix intérieure me pousse depuis quelque temps à dépasser ma crainte d'échouer, de ne pas être à la hauteur, et à demander Henri IV, temple des lettres et qui représente finalement un rêve. J'ai déjà contacté deux élèves dont la réponse a été surprenante tant je pensais que cette prepa était un enfer sur terre, sans vie sociale et où on ne faisait que travailler du matin jusqu'au soir (ce qui à mon avis n'est pas tout à fait faux ?) et qui ont plutôt livré un avis positif et m'encouragent à postuler. Je suis en quête d'autres avis. De plus, je me questionne par rapport au dossier. On qualifie le mien de très bon voire d'excellent. Excellentes appréciations même dans une matière où j'étais plus faible cette année (j'ai bien l'intention de progresser en anglais en terminale !), 18 en français et en littérature (1ère dans ces matières), 18 en histoire (1ère également) et les autres moyennes sont très bonnes également, avec des progrès soulignés. Mon interrogation demeure avec le bac français. J'ai eu 14 à l'écrit, réelle déception et incompréhension totale après relecture du brouillon avec un prof de français qui s'interroge sur cette note. Je vais aller demander la copie, mais bon, il va falloir que je me fasse à cette note. Par ailleurs j'ai eu 19 à l'oral, 20 en TPE et 15 en sciences. Pensez vous que ce 14 soit handicapant pour h4 ?
    Dernière question (désolée de la longueur !!) Concernant le temps de transport. Porte à porte, je suis à 45 min du lycée si le RER fonctionne bien. Est ce risqué de se lancer avec ce temps de transport ? Faut il privilégier l'internat ? Cela me fait très peur donc il faut que j'évolue sur ce point. Comment fonctionne l'internat ?
    Je vous remercie par avance pour vos réponses. Je précise que je viens d'un lycée de banlieue parisienne et je n'ai pas vraiment idée du classement (j'ai lu que c'était un élément de taille).
    Bonne soirée.
  • Demander l’internat pour trois quarts d'heure de transport ? Sérieusement ?
    Cela étant, ton excellent dossier t’autorise à demander Henri IV, et le 14 à l'écrit de français n’a pas grande importance.
    Et Lakanal, c’est très bien aussi.
  • Merci pour ta réponse. J'ai posé la question de l'internat car sur un autre forum on m'avait dit que c'était très risqué d'avoir 45 min de transport (sachant que je suis soumise aux aléas du RER). Mais je sais aussi qu'on peut optimiser son temps de transport en avançant ses lectures par exemple. Connais tu le cadre de vie à Henri IV ? On m'a dit que l'ambiance était plutôt bonne, beaucoup d'entraide et de solidarité. J'ai surtout peur de la pression qu'on peut nous mettre. Et au niveau de la quantité de travail par rapport à lakanal par exemple ? Je vais aller aux portes ouvertes bien entendu. Je prends tous les avis donc n'hésitez pas (-
  • TheRedRoomTheRedRoom Modérateur
    @lud43 : Mais je ne comprends pas... Tu as l'air de penser que Lakanal, c'est moins bien que Henri IV.
    Si Lakanal est plus facile d'accès, alors je n"hésiterais pas une seconde si j'étais toi. La difference de niveau est anecdotique et les deux lycées concourent dans la même catégorie, pour ainsi dire.
  • Je ne connais pas le lycée Henri IV.
    Je n’en sais que ce que tout le monde sait. Qu’il reçoit d’excellents élèves de toute la France dans sa prépa littéraire (ce qui ne veut pas dire qu’il n’y a pas d’excellents élèves ailleurs). Que le niveau est donc élevé et les résultats aux concours meilleurs.
  • Non absolument pas !! Au contraire puisque j'ai eu de très nombreuses informations (et de qualité !) Sur Lakanal ! Je veux simplement me renseigner sur Henri IV car c'est un nouvel objectif que je me donne, sans pour autant dénigrer Lakanal qui reste mon choix favori !
  • TheRedRoomTheRedRoom Modérateur
    @laoshi : pardon, je m'adressais directement à lud43 :)
    @lud43 : oui mais Tu as l'air de penser que H4 est un objectif plus élevé que Lakanal, ce que, très honnêtement, je ne pense pas. Postule aux deux, bien entendu, je ne pense pas du tout que ton 14 soit rédhibitoire (pas plus pour H4 sur pour Lakanal en tous cas). Pour l'internat, ça me semble difficile effectivement.
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.