Prépa littéraire Licence lettres modernes
Capes lettres modernes

2»

Réponses

  • jihemjihem Membre
    La Fac de Nanterre, je ne connais pas sa réputation. Si elle est bonne et bien vue, c'est déjà cela de pris.

    Normalement, votre fils va recevoir des réponses de principe concernant les prépas. Sachez qu'il a le droit de demander plusieurs prépas et, notamment, plusieurs sections y compris dans la même prépa :

    par exemple, hypokâgne AL à Henri IV/LLG/Fenelon (1 dossier), hypokhâgne BL à Henri IV/LLG/Lakanal (1 dossier), Hypokhâgne HEC à Henri IV/LLG/Lakanal (1 dossier). + quelques autres prépa cat 2 (Condorcet etc. ...). Il y a une revue qui classe ces prépas en fonction de leurs résultats.

    Augmentez le nombre de candidatures en prépa et demandez les parisiennes (1 à 2) : surtout, pas d'auto-censure.

    Sachez que s'il valide son hypokhâgne, il peut aller directement en deuxième année de droit (il devra repasser 2 matières) : bref, il ne perdra aucune année.

    Personnellement, j'ai perdu une année dans ma réorientation mais in fine, comme j'ai des diplômes en Lettres et en droit, je ne considère pas avoir perdu quelque chose.

    Les admissions parallèles, sont ouvertes aussi à ceux, qui ont fait une hypokhâgne et une khâgne au moment de leur maîtrise : faire le choix de la prépa, ne signifie pas renoncer à une admission parallèle.

    Il faut surtout demander à votre fils ce qu'il veut faire plus tard comme métier (s'il en a une idée) : s'il ne sait pas, une prépa, n'est pas une mauvaise chose car cela laisse un peu plus de temps pour choisir.

    En tous cas, je dis bravo pour un tel investissement en tant que parent.

    Les dossiers Prépa et Université ne sont pas en concurrence : perso j'avais mis la double licence "droit-philo" ASSAS en choix 1 et j'avais été acceptée à Henri IV en hypokhâgne, j'ai pris la seconde option et j'ai sollicité une équivalence avec Paris IV Sorbonne (c'était là que je rêvais de faire mes études, mais, mes parents n'étaient pas d'accord pour une fac de Lettres à Paris, ils disaient qu'il valait mieux alors rester à la maison et s'inscrire à côté de la maison.... nous vivions à l'étranger mais dans un pays francophone). Bref, j'ai fait ma prépa puis, suis allée en licence à la Sorbonne où j'ai passé deux années de rêve.
  • Bateaupirate a écrit:
    En fait, il a fait une liste sur laquelle il y a plusieurs BL, ECE et ENS D2. Il y a également des licences, bi licences et doubles licences.
    Maintenant il faut ordonner cette liste, c'est à dire faire un tri avec tout cela et mettre ses préférences en premier. Et c'est APB qui fera le reste.
    Il a donc mis en premier choix la double licence Droit Eco de la Sorbonne. Mais elle est extrêmement sélective, plus de 7700 candidats pour seulement 50 places. Puis il a mis des prépa BL.
    Il est déjà accepté à la bi licence de Nanterre, mais il est très hésitant et se demande si une prépa ne serait pas meilleure.
    Je suis étonnée qu'il n'ait pas demandé la licence Humanités, droit, économie/gestion de Nanterre :)
    Pour la D2, ses chances sont minces, elle est surtout destinée aux bac S.
    La B/L ne se justifie que s'il veut retarder sa spécialisation. Qu'il compare les emplois du temps. Le temps passé en histoire ou en philo en B/L n'est pas consacré aux maths ou à l'économie comme en ECE. Pour intégrer une école de commerce la voie naturelle est la prépa ECE. Les taux d'intégration devraient plus vous tranquilliser.
    Dans les deux cas, le retour à la fac est possible, après 2 mois, un semestre, un an, deux ou trois. Les filières sélectives sont tout à fait envisageables, les magistères après deux ans, les masters après 3 ans.
  • Merci Anne,

    Nous venons de comparer les résultats des prépas commerciales, effectivement, elles sont largement supérieures à celle des BL.

    En fait, il avait choisi les prépas BL car elles sont peut-être plus réputées, et puis elles lui auraient permis de continuer le latin ou le grec, malgré que ce soit vers des études à dominante économique qu'il voudrait se tourner. Mais il y a un moment où il faut faire un choix.

    Il a donc suivit ton conseil à la lettre et a rectifié sa liste pour mettre les trois prépa ECE Janson, Carnot et Montaigne juste après la double licence Droit éco de la Sorbonne (vu la sélectivité de cette double licence, il serait étonnant qu’il soit admis…)

    Ensuite il a mis les trois prépa BL parisiennes, H4, Janson et Lakanal.

    Et il a terminé sa liste avec la bi licence droit économie de Nanterre. Il a très confiance en cette bi licence car elle figure en troisième position dans le classement SMBG.
    http://www.meilleures-licences.com/licence-droit-economie-gestion.html

    Il se demande même s'il ne serait pas judicieux de mettre cette double licence juste après les prépa ECE.

    En fait, il y avait mis 12 CPGE et 12 licences, mais comme il a été accepté à cette bi licence de Nanterre, le reste de son classement ne sert plus à rien.

    La licence humanité de Nanterre figurait également dans sa sélection, mais après les classes préparatoires. Il a également été accepté, mais il avait préféré mettre la bi licence droit éco avant.

    Il y a aussi la bi licence Droit-gestion de la Sorbonne, qui figure en deuxième place sur le classement SMBG. Il se pose aussi des questions à propos de cette double licence qui l'intéresserait s'il y avait un peu plus d'économie. Mais comme c'est également très sélectif, il n'aurait guère de chance non plus d'y aller.

    Il s'est également inscrit à Dauphine qui est hors APB.

    Merci Anne,

    Jihem, merci pour toutes tes explications.
    Je suis vraiment épaté par ton parcours.
    Tu disais que les université permettaient un cursus à la carte lorsque l’on en a compris les ficelles. C’est rassurant.
  • Il n'y aura plus qu'à attendre ! :)
  • jihemjihem Membre
    Donne nous des nouvelles.

    Je ne doute pas que tout sera bien.

    La BL c'est aussi très bien, ma soeur l'a faite (celle de Lakanal) et elle a très bien réussi dans la vie (mais elle a continué avec Science Po et a eu un concours ensuite). A présent, selon détachement, elle gagne un très bon salaire entre 5000 euros (quand elle est à Paris) et 8000 euros/mois (à l'étranger) le tout à 36 ans.

    Donc si votre fils est pris dans une très bonne prépa BL, il faut la considérer aussi.

    Bref, il vaut mieux avoir le choix, mais parfois c'est dur de choisir ....
  • Bonjour,

    Je suis actuellement dans la même situation que votre fils l'était l'année dernière.
    Pouvez-vous m'informer de son choix final ?

    Merci d'avance.
  • Bonjour,
    En fait, en numéro 1 de son choix APB, il avait mis le cursus de CmiEfiCas, qui est un master en ingénierie économique de 5 ans à l'université Panthéon Assas.
    http://cmi-efiquas.u-paris2.fr/cmi---generalites.html
    Sincèrement, si tu es dans le choix APB, et que tu aimes l'économie et les maths, je te conseille vraiment de t'y intéresser.
    C'est un cursus en alternance à partir de la quatrième année, qui débouche sur un diplôme d'ingénieur économiste.
    Il y a un test et un entretien à passer pour la sélection.
    Et il a été pris dans ce cursus.
    Il y avait apparemment 25 places.
    S'il réussit à aller jusqu'au bout, après 5 ans, il obtiendra :
    - Une licence d’économie, parcours Analyse Economique,
    - Le diplôme du Collège d’Economie de Assas,
    - Le grade de Master en Ingénierie Economique,
    - Le label CMI, équivalent au Master of Engineering,
    - Et pour finir, au lieu d'avoir un bac + 5, il aura un bac + 6 (en seulement 5 ans...)
    Et à la suite de ce cursus, il y aurait 100% d'embauche assurée, avec des salaires très confortables.
    Plus de la moitié des étudiants signeraient un CDI avant même d'avoir terminé le cursus...
    Mais sincèrement, depuis qu'il est dans ce cursus, il n'arrête pas. Il bosse du matin au soir !
    Pour un parcours classique de licence et master, il faut avoir la moyenne de 10.
    Dans ce cursus, il faut au minimum 12 pour passer dans la classe supérieure, sinon tu redescends en licence classique !
    Mais apparemment, le jeu en vaut vraiment la chandelle.
    C'est dans le choix APB.
    Intéresses-toi-y...
    Bonne chance,
  • lhlh Membre
    bonjour bateaupirate,

    est ce que vous vous souvenez des modalités de l'épreuve d'admission? votre fils a t il fait S ou ES? quel etait le classement de son lycée ?

    je pense mettre le CMI EFiQuaS en 1e choix sur apb, mais je suis un peu inquiete au sujet de cette fameuse epreuve. Je n'ai pas trouvé grand chose sur internet.

    merci d'avance
  • Il était au lycée français de Pondicherry, en Inde du sud. Ce lycée ne figure pas dans le classement des lycées.
    Il était en ES, spécialité Math.
    Pour l'épreuve, les modalités seront indiquées par la suite.
    Il s'agit d'une sorte de test pour lequel vous devrez vous rendre à Paris.
    Mais je pense que le dossier est primordial, bien avant le test, ce qui semble d'ailleurs assez logique.
    Oui, il faut absolument mettre cette formation en premier choix. Elle est vraiment complète et débouche pour tous les étudiants ayant réussi à aller au bout des cinq années sur un emploi de cadre supérieur, avec le salaire en conséquence.
    Il y a apparemment 100% d'embauche, une grosse majorité des étudiants auront d'ailleurs signé un CDI avec l'employeur pour lequel ils seront apprenti économiste, avant même la fin du cursus.
    Attention, ce n'est pas une licence, c'est directement le master qui est visé. Il faut absolument aller jusqu'au bout des cinq ans...
    Mais si vous aimez l'économie, même s'il vous faudra travailler peut-être autant que pour une classe de prépa, ce ne sera que du bonheur...
    Et puis c'est aussi une formation en alternance à partir de la quatrième année, un salaire tombera tous les mois...
    Mais bon, encore une fois, c'est une formation réservée aux gens motivés...
    Il ne faut surtout pas y aller si l'économie n'est pas votre tasse de thé !
    Bonne chance,
  • lhlh Membre
    merci beaucoup pour vos renseignements!

    passez une bonne journée
  • KochKoch Membre
    Le CMI EFiQuaS est en effet une belle formation, dont je ne souhaiterais pas remettre en cause l'intérêt, le sérieux et la qualité, mais attention tout de même à la confusion (voulue) avec le titre "ingénieur économiste". Certes, on obtient un "master d'ingénierie" au bout des 5 ans. Mais on ne devient pas pour autant "ingénieur"... titre aujourd'hui distribué par la CTI (qui ne labellise pas cette formation)! On peut le regretter, mais c'est ainsi.
    Très clairement, les responsables de la formations veulent jouer sur l'ambiguïté et cherchent à valoriser leur formation. Le projet est ambitieux mais, hormis l'encadrement (d'après leur site), le CMI n'a pas l'air plus pointu que d'autres masters en économie. Il faut rappeler qu'Assas n'est pas l'université la plus réputée dans le domaine. Et j'ai de gros doutes sur le "100% d'embauche", mais avec l'apprentissage, why not...
    En tout cas, belle alternative aux CPGE, à l'image de l'Ecole d'économie de Toulouse.
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.