Fiches méthode Bac de français 2020

Bonjour, j'espère écrire dans la bonne rubrique...

J'ai une dissertation à faire au sujet des poètes maudits. Revendiquent-ils ou souffrent-ils de leur différence ?

Je n'ai pour l'instant qu'une ébauche de plan :
I) Les poètes maudits revendiquent leur différence
1. Ils recherchent une certaine liberté
2. Ils cherchent un changement
3. Ils provoquent

II) Les poètes maudits souffrent de leur différence
1) Ils sont incompris des autres
2) Vivre est pour eux une fatalité
...

Je ne sais vraiment pas... Faut il faire une partir dans laquelle on nuance les deux ? J'ai peur d'entrer dans la contradiction...

Merci d'avance de votre aide !
Mots clés :
«1

Réponses

  • Expression que l'on doit à Verlaine.

    Voici comment Verlaine préface Les Poètes maudits. 1883
    .
    "C’est Poètes absolus qu’il fallait dire pour rester dans le calme, mais outre que le calme n’est guère de mise en ces temps-ci, notre titre a cela pour lui qu’il répond juste à notre haine et, nous en sommes sûr, à celle des survivants d’entre les Tout-Puissants en question, pour le vulgaire des lecteurs d’élite — une rude phalange qui nous la rend bien.
    Absolus par l’imagination, absolus dans l’expression, absolus comme les Reys-Netos des meilleurs siècles.
    Mais maudits ! Jugez-en."

    Avant un essai de structure, peut-être conviendrait-il de définir "cette malédiction" et ses effets.
    http://artsrtlettres.ning.com/profiles/blogs/les-poetes-maudits-les-absolus
  • Bonjour,
    Faut il faire une partir dans laquelle on nuance les deux ? J'ai peur d'entrer dans la contradiction...

    Ce sera la 3e partie / dépassement.
    En revanche, tu devrais plus nuancer le titre de tes 2 premières parties (notamment la deuxième).
    I. Certes les poètes maudits souffrent de leur différence
    II. Cependant, ....

    Tu vois c'est légèrement différent de :
    I. Les poètes souffrent
    II. Les poètes revendiquent

    Tu peux faire une 3e partie sur le fait qu'ils trouvent consolation dans le monde de la Langue. Juste une idée.

    Cordialement
  • Effectivement, cela me semble meilleur comme ça ! Merci beaucoup pour le coup de pouce ;)
  • Bonjour chers amis,
    Je dois rendre une dissertation dans quelques jours dont le sujet est : Les poètes maudits souffrent-ils de leur différence ou la revendiquent-ils
    J'ai déjà écrit une introduction et un plan:
    I- La différence des poètes maudits, résultat de leur souffrance:
    1- Ces poètes souffrent de leur rejet en de hors de la société
    2-Leur vision différente est une source de souffrance

    II-Une revendication de cette différence par les poètes maudits:
    1- Une recherche de changement
    2- Une recherche de liberté.
    Et j'ai besoin d'aide pour pouvoir améliorer ce plan et aussi pour trouver des exemples d'écrivains ou d'oeuvres littéraires afin de pouvoir développer ma dissertation.
    Merci et au revoir
  • Le problème est que les poètes ne se sont pas toujours exprimés sur le sujet, et que leurs poèmes ne sont pas leur vie.
  • Ah, et donc?
  • Eh bien ce sujet est très délicat, et il risque de nous conduire vers des voies anti-poétiques. Il tient de la sociologie, de la psychologie autant (et plus) que de la littérature.
    Et d'abord, qu'est-ce qu'un poète maudit, qui allons-nous faire entrer dans cette catégorie ? Verlaine à coup sûr, puisqu'il a écrit sur le sujet, mais jusqu'où faire aller la frontière ?
    Un raisonnement trivial et personnel : si les poètes ne revendiquaient pas leur malédiction, ils n'écriraient pas. L'homme peut souffrir, le poète est toujours au-delà de cette souffrance par son acte poétique même.
  • Je vois, donc je pourrais utiliser cette idée " si les poètes ne revendiquaient pas leur malédiction, ils n'écriraient pas " avec laquelle je suis parfaitement d'accord, pour développer l'axe de la revendication ?
  • Euh oui, mais c'est une idée trop personnelle. Prends d'autres avis.
  • D'accord je vais attendre pour d'autres commentaires
  • DeliaDelia Membre
    Un avis autorisé, celui de Musset, Nuit de mai :
    Ô poëte ! un baiser, c’est moi qui te le donne.
    L’herbe que je voulais arracher de ce lieu,
    C’est ton oisiveté ; ta douleur est à Dieu.
    Quel que soit le souci que ta jeunesse endure,
    Laisse-la s’élargir, cette sainte blessure
    Que les noirs séraphins t’ont faite au fond du cœur ;
    Rien ne nous rend si grands qu’une grande douleur.
    Mais, pour en être atteint, ne crois pas, ô poëte !
    Que ta voix ici-bas doive rester muette.
    Les plus désespérés sont les chants les plus beaux,
    Et j’en sais d’immortels qui sont de purs sanglots.

    Ou bien Baudelaire en personne. Dans l'esquisse de son épilogue, il écrit :
    Ô vous, soyez témoins que j’ai fait mon devoir
    Comme un parfait chimiste et comme une âme sainte.

    Car j’ai de chaque chose extrait la quintessence,

    Tu m’as donné ta boue et j’en ai fait de l’or.


    Le poète maudit transmute sa souffrance en œuvre d'art, c'est un lieu commun des poètes eux-mêmes.
  • Ton plan n'est pas mal, il semble bien distinguer l'homme et le poète, mais il est très sommaire. Interroge-toi sur le terme "maudit" employé par Verlaine ; il est riche de sens.
    Demande-toi aussi qui sont les poètes maudits : sans doute faut-il te limiter à ceux traditionnellement cités : Baudelaire, Verlaine et Rimbaud, mais ce thème est abordé par d'autres, par Mallarmé, par exemple, dans Le tombeau d'Edgard Poe (par contre, tout n'est pas facile à comprendre dans ce poème).
  • Merci Delia pour Baudelaire et Musset.
    Jacques:
    Du coup je pourrais ajouter carrèment un nouvel axe dans mon plan pour le terme maudit comme:

    I- La malédiction dans la littérature
    1- Utilisation du terme maudit
    2- Les poètes maudits

    II- La différence des poètes maudits, résultat de leur souffrance:
    1- Ces poètes souffrent de leur rejet en de hors de la société
    2-Leur vision différente est une source de souffrance

    III-Une revendication de cette différence par les poètes maudits:
    1- Une recherche de changement
    2- Une recherche de liberté.

    Non?
  • I- La malédiction dans la littérature
    1- Utilisation du terme maudit
    Verlaine en est à l'origine, mais le "mythe" a des racines plus profondes, chez les Romantiques (Vigny)
    2- Les poètes maudits
    On peut donner une longue liste, mais il faut de limiter aux dits "Symbolistes" (attention parce qu là encore, la notion de Symbolisme peut être comprise strictement, ce n'est pas le cas ici, ou en extension.

    II- La différence des poètes maudits, résultat de leur souffrance:
    1- Ces poètes souffrent de leur rejet en de hors de la société
    Oui, cf l'Albatros de Baudelaire (dérision, ridicule).
    2-Leur vision différente est une source de souffrance
    Oui, dans le sens où ils tirent le diable pas la queue (qu'on songe à Verlaine). Il y a là un mal plus profond, socio-psychologique : le tiraillement entre deux extrêmes : l'aspiration vers un idéal, et la tendance "saturnienne" qui attache à la terre, à la fange, à l'alcool et aux paradis artificiels. cf aussi Rimbaud, l'échec de la Voyance, la terre à étreindre "Paysan" ! et finalement le silence et la vie réelle préférée.

    III-Une revendication de cette différence par les poètes maudits:
    1- Une recherche de changement
    Ce tiraillement peut être l'objet du poème (spleen et idéal) ; la folie ou la dépression sublimées dans l'acte poétique (pas toujours). L'absence de concession faite à la tribu. Cette altitude altière est très romantique.
    2- Une recherche de liberté.
    La beauté, même du mal (boue/or) comme compensation et dépassement. La poésie suppose toujours un dépassement, une transcendance en toute liberté (sauf influences esthétiques : Baudelaire et le Parnasse) à la différence de la philosophie ; l'au-delà effleuré par les mots (Verlaine et l'indicible approché par l'image et la musique). Mais la solitude, une solitude essentielle semble-t-il. Pourquoi écrire, à qui écrire ? Publication = revendication, forcément. L'homme peut être vaincu, pas la poésie. Drame de la stérilité chez Verlaine. Rimbaud était plus solide, plus "intelligent" : "Ça ne m'intéresse plus".

    Un dernier mot : tout poète - fût-il le plus malheureux - jubile quand il a su atteindre les étoiles.

    [...] une étoile filante choit dans la bouteille nocturne du poète. Il met vivement le bouchon et dès lors il guette l'étoile enclose dans le verre, il guette les constellations qui naissent sur les parois, [...]

    R. Desnos
  • Et bien merci beaucoup Mr.Jacques,
    Je vais faire de mon mieux pour rédiger une belle dissertation, vous m'avez assez aidé
    Merci a tout le monde : D
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.