Fiches méthode Bac de français 2021

1234579

Réponses

  • Personne ne m'a éclairé sur mon plan! Svp! Ce qui me fait peur c'est que j'ai l'impression que j'ai moins développé que d'autres et que ma dissert' est moins intéressante. Il faut dire que nous n'avons pas eu les mêmes oeuvres de référence...

    I> Thèse :
    - Volonté de faire un bilan (cf Albert Cohen dans "Le livre de ma mère")
    - // de laisser une trace (cf Chateaubriand dans Mémoires d'outre tombe)
    - Contrer la fuite du temps (cf Simone de Beauvoir dans "Mémoires d'une jeune fille rangée")

    II> Antithèse :
    - Apprécier la vie (cf Colette dans "Sido")
    - Comprendre l'homme qu'on est devenu (cf Grégoire Bouillier dans "Rapport sur moi")
    - Faire un bilan de la motié de la vie pour ressortir nos défauts, nos erreurs qu'on va pouvoir réparer dans la seconde moitié de notre vie(cf Leiris)

    III> Synthèse :
    - Elargissement => L'autobiographie et les mémoires peuvent se croiser.
  • FionaFiona Membre
    B. Bis a écrit:
    Fiona a écrit:
    Eh ben vous avez tous prit la dissertation. J'ai longuement hésité entre l'écriture d'invention et la dissert', tellement longtemps que lorsque j'ai commencé à faire mon plan de dissert', il me restait plus que 2heures.... du coup, j'ai abandonné et j'me suis lancée dans l'écriture d'invention en me mettant dans la peau d'un jeune irrité par le caractère trop intimiste de certaines formes d'éciture de soi Je regrette, je regrette, je regrette ! J'ai fait trois dissert' dans l'année et je n'ai jamais eut en dessous de 16 alors que je ne dépasse jamais 13 en écriture d'invention. A croire que le stress nous fait perdre toute notre logique !

    J'aimerais savoir quelles idées vous avez dévellopées dans l'écriture d'invention ?
    J'ai peur d'avoir zappé toute une partie du sujet. En effet, j'ai fais une critique de l'autobiogaphie en disant que c'était un act narcissique, un plaisir de pouvoir métriser l'image que l'on donne de soi. J'ai évoquer la fausse modestie et la fausse gloire ainsi que le fait de devoir écrire sa vie pour lui donner un sens. J'ai également parler de caractére stéréotypé de l'autobiographie, c'est à dire que l'on retrouve toujours les mêmes sujets et que les auteurs ont toujours une vision tragique de l'existance (la souffrance comme fatalité...). Quoi d'autre ? Euh oui, j'ai également évoqué la prétention des autobiographes car ils pensent que leur vie est si exceptionnelle que cela puisse interesser autrui. Biensûr j'ai parlé du caractère trop intimiste de l'autobiogaphique (le fait que tout ne se raconte pas comme par exemple le complexe d'Oeudip qui revient dans bcp d'autobiographie ou encore l'accouchement clandestin d'Annie Arnaud). J'ai fini ma lettre par une citation de Molière : "Le but pemier de la literrature est de plaire tout en instruisant" pour conclure en disant que l'autobiographie plait certainement beaucoup mais n'instruit aucunement. Voilà....

    Fallait-il donner une autre conception de l'autobiograhie (conception positive) ? s'il vous plait CATWALK, j'ai besoin d'être éclairée...
    Je crois que le sujet était bien clair: "défendre une autre conception de l'autobiographie". Je suis allée voir le corrigé de l'invention (3€ ) et il est marqué qu'il fallait développer une autre conception...
    Par contre, tu me fais peur, parce que je n'ai pas fait de critique de l'autobiographie en général, mais seulement du caractère trop intimiste. Fallait-il faire comme toi? :|
    Ben oui mais pour moi "l'autre conception" était celle que j'ai donné, c'est à dire une conception négative de l'autobiographie. Mais bon n'est pas peur, ne te compare pas à ce que j'ai fais, c'est nul...
  • Bonjour,
    Pour ma part j'ai pris le commentaire du texte d'Albert Cohen...

    I. Un texte original

    A/ Par sa structure…

    → Démarche originale : accumulation d’énumération en tout genre
    Mise en parallèle d’idées qui a priori n’ont aucun rapport : « Dindes de Noël ; fables de La Fontaine récitées idiotement debout sur la table »
    → Absence de structure stricte, définie
    Pêle-mêle de souvenirs, d’idées, de sensations, d’anecdote
    Emotions couchées sur papier comme elles viennent à l’auteur, les souvenirs ne sont pas domptés et apparaissent authentiques (Cf. Ecriture automatique des surréalistes qui désirent capter les sentiments originels)
    Ecriture sans artifice → phrases nominales dominantes

    B/ … Reflet de l’enfance

    → Déstructuration qui rappelle l’enfance sans règle, contrainte, compromis, obligations
    Enfance insouciante, candeur
    Le thème de l’enfance apparaît en filigrane à travers tous ces souvenirs disposés bout à bout
    → Cependant ordre chronologique pouvant être observé (coucher, lever, anniversaire, nouvel an, noël, vacances, rentrée…)
    Rappelle la vie qui défile, le fil des jours
    Evocation de choses simples, banales, ordinaires, des petits riens qui font toute une vie

    II. Un véritable hymne

    A/ A l’enfance

    → Evocation lyrique de la période de l’enfance, expression des sentiments
    « O mon enfance » → interjections lyriques
    Sacralisation de la période de l’enfance
    → Enfance décrite comme un univers idéal, merveilleux qu’un rien peut combler
    Hymne à la candeur, innocence, insouciance

    B/ A la mère

    → « Le Livre de ma Mère » → titre révèle le caractère obsessionnel et l’importance de la mère pour l’auteur
    A travers le souvenir de l’enfance surgit le souvenir de la mère
    → Livre écrit à la mort de la mère → véritable hommage
    « Sourires de Maman ; O tout ce que je n’aurai plus » La mort de sa mère lui fait prendre conscience du bilan de sa vie « la mort approche »


    III. Un voyage qui s’achève

    A/ Une réminiscence qui transporte

    → Regard mêlé de l’enfant et de l’adulte
    Instauration d’une anecdote dans l’énumération « que j’arrachais toujours trop tôt »
    Modalisateurs indiquant la pensée de l’auteur adulte « idiotement »
    → « Maman » → appellation enfantine, l’auteur redevient l’enfant qu’il était autrefois
    Pouvoir du souvenir qui transporte
    → L’auteur ne commente plus l’anecdote, il la vit

    B/ Une chute abrupte

    → Prise de conscience de l’auteur, Bilan de sa vie
    Nostalgie de l’enfance simple, insouciante → Contraste avec la difficulté du présent, de la réalité dérisoire, (soucis, compromission, contraintes… difficultés du monde adulte)
    Nostalgie d’un passé qui renoue immanquablement avec le présent, vie qui défile immanquablement « tout ce que je n’aurais plus » → approche/peur de la mort

    Qu'en pensez-vous ? Malheureusement je pense toujours que 4h ce n'est pas suffisant, surtout quand on aspire a faire trois parties... Enfin on verra bien !
  • J'ai aussi pris la dissert, parce que faut avouer que el commentaire était assez chaud, et el sujet d'invention, n'en parlons pas (bonjour aux Maso qui l'ont pris d'ailleurs!)

    Bref, pour la question, j'ai trouvé ca plutot simple, y'avait l'existence de la mere, les petit bonheur, la derneire phrase qui montrait la frustration, enfin c'etait une chutte. Y'avait aussi la possession d'une chose qui leur parait unique, et pour les moyens, j'ai trouvé l'énumération, les comparaisons, et aussi la manière poétique(ca j'en suis moins sur)

    Pour la dissert j'ai fait comme beaucoup d'entre vous:

    D'abord dans l'introduction, j'ai parler d'un registre très utilisé au 17eme siecle, comme aujourd'hui, puis j'ai donné la definition d'autobiographique, et j'ai dit que ca laissé libre choix à l'auteur pour le but.
    J'ai donné diferents buts de l'autobiographie.
    Ensuite la reformulation de la problématique, vous allez vous moquer de moi j'ai sorti un truc du style "est-elle un testament moral ou un moyen de revivre"...
    J'vous avoue que le "testament moral" c'est de mauvais gout

    Enfin mon plan a été simple:

    I- Une préparation à la mort?
    Avec les confessions, les memoires, et les bilans.
    Jai cité different auteur comme Rousseau Simone de Beauvoir, Marguerite Duras, Casanova, Vales Cohen... et d'autres

    II- Retrouver des saveurs du passé?
    Avec des idées comme Marcel pagnol et tout.
    Exliquant que c'est une facond e partager, de divertir et de perpétuer les souvenirs!

    II- Deux choses indissociables.

    J'ai alors expliqué que si on faisait l'un, on faisait forcément l'autre, et que donc ces deux but n'etait pas séparable (merci le mot francais XD)
    Donc voila.


    J'espere que c'etait le bon plan, mais a ce que ej vois, nous sommes nombreux à l'avoir pris...

    Bonne chance pour l'oral!
  • CocoCoco Membre
    Réponse à PsychobillyBitch


    J'ai mis les mêmes élements que toi dans un plan bien différent mais sinon c'est ca.

    Cependant, j'ai trop peur de ne pas m'être assez appuyé sur les figures de styles et les périodes oratoires etc donc pour moi je vais avoir 8/20 lol ! bref, alors


    I) Des souvenirs d'enfance


    a) Merveilleux et saveurs de la vie (énumération, compléments mélioratifs, mots mis à la place d'autres pour être plus beaux, sensations sensorielles, mots presque palpables, tropisme..., qui fait travailler l'imaginaire, qui est beau)

    b) Regard mêlé enfant - adulte (ours en peluche, gâteau sucré, mon ami l'écureuil, besoin de la mère, besoin d'affection, de soutien, souvenirs d'un écolier rangé)


    II) Une vision restrospective

    a) Des souvenirs idéalisés (souvenirs communs et banals transfigurés, les chromos, le mal aux genoux ...)

    b) D'un auteur amer à la recherche d'affection de sa mère (bonheur de l'innoncence, de la naiveté, de l'enfant qui ne reflechit pas, souvenirs perdus.n'arrive pas à vivre sans le passé, idéalise cette période pour faire contraste avec sa vie actuelle)

    c) Qui choisit l'écriture pour approcher la mort (besoin de se dire qu'il a été heureux, besoin de faire un bilan sur son enfance, ...)


    Doit on vivre éternellement dans le passé ?
    L'enfance lui sied guère, la mort lui ira t'elle mieux?
  • ptite-ann a écrit:
    Quand je vois tous ces plans, je me dis que le mien est un beau hors-sujet ...
    J'avais déja pris pas mal de temps pour répondre à la question de sythèse, donc j'ai lu en diagonale le sujet de dissert (après avoir lu le texte de Cohen je me suis dit que vu que je n'avais même pas de plan en tête donc ce n'était pas la peine d'aller plus loin, en plus l'autobiographie est de loin le sujet que je maitrise le moins). J'ai donc choisi la dissertation.
    Je n'avais pas bien répéré le fameux "ou" qui donne une bonne indication du plan à suivre. Résultat voici le plan que j'ai trouvé:


    Ca m'énerve vraiment de m'être fait avoir comme ca, tout au long de l'année j'avais eu entre 15 et 16 de moyenne en français. La première dissert que je loupe c'est celle du bac.

    Ce plan n'est il pas trop mal ? J'ai peur d'avoir fait 12 pages de tartinage.

    Intro : Depuis les Confessions de Saint Augustin puis du célèbre philosophe Jean- Jacques Rousseau, l'écriture autobiographique a connu un succès grandissant tant auprès des auteurs, confirmés ou non, que des lecteurs. Volontée de mieux comprendre l'oeuvre d'un auteur , faire tomber le masque grandiose de l'écrivain reconnupour voir l'Homme qui se cache derrière la prose ou les vers, ou simplement s'évader dans un provence ou ou le bleu du ciel fait écho à la couleur de la lavande comme dans les récits de Marcel Pagnol, telles sont quelques une des nombreuses raisons pouvant pousser les lecteurs à ouvrir les ouvrages du genre. Mais qu'en est-il des motivations des auteurs ? Pourquoi arrivés au crépuscule de l'existance souhaitent-ils faire partager leur vie à les lecteurs ? Ne serai-ce pas une manière de se préparer à la mort ou de conserver la saveur de la vie ?
    Nous tenterons de répondre à ce question en montrant dans un premier temps que l'autobiographie nous permet de partir à la recherche du temps perdu et nous permet de reculer grace à la magie de l'écriture la fin inéductable, puis nous verrons que l'autobiographie ne permet pas de réformer complétement les lois de la nature, enfin, nous étudirons les autres visées de certaines autobiographies.

    I/ Certes, l'autobiographie permet de vaincre en quelque sorte la mort et permet de retrouver la saveur de l'existance

    1. Peur de la mort et de la fuite du temps nous font nous soucier des traces que l'on va laisser dans le futur.
    Exemples : Rousseau tente de se justifier dans son autobiographie.
    Episode du peigne cassé qui montre son envie de rétablir la vérité, même si l'
    épisode est apparement anodin.
    2. L'écriture permet de revivre le passé, d'en retrouver les sensations.
    Exemple : Albert Cohen dans sa description des sensations de son enfance faisant appel
    aux 5 sens. Les ressentir à nouveau.

    3. Face à une vie mouvementée, l'auteur peut essayer de retrouver ses racines avant que la mort ne l'emporte. Enfance est le temps de la formation de la personnalité
    Exemples: Nathalie Sarraute dans Enfance tente de reconstituer le puzzle de sa vie partagée entre son père et sa mère, entre la France et la Russie.
    Simone de Beauvoir dont la vie a été en contradiction avec les principes de son éducation bougeoise (adhésion au communisme, féministe convaincue ...)

    4. Témoignage vivant sur une époque, laisser sa véritable opinion.
    De Gaulle dans ses Mémoires de Guerre
    Simone de Beauvoir dénonce l'hypocrisie de la société bougeoise de l'époque et son archaïsme.

    5. Autobiographie peut également être le récit d'une vocation littéraire. trouver le point de départ et justifier ce pourquoi on a écrit toute sa vie.
    Exemples: Colette : rêveries poétiques d'un enfant, permières inspirations poétiques face à la nature.
    Nathalie Sarraute lorsqu'elle montra ses cahiers à un ami de sa mère et la remarque froide et cassante de ce dernier. Récits de ses rédactions qu'elle voulait parfaite ou bien encore des permiers contes qu'elle écrivit.

    6. Créer un lien avec le lecteur qui résistera à la mort.
    Exemple : Rousseau persécuté, qui tenta de créer avec le lecteur un lien qu'il n'a pas eu avec des véritables personnes de chair.

    II/ Cependant de nombreuses difficultées apparaissent dans la conception d'une autobiographie.

    1. Ecart temporel entre en le présent de la narration et celui de l'écriture est souvent très important.
    a) Source d'oubli
    Exemple: Nathalie Sarraute: Récit discontinu.
    b) Lucidité sur soi est limitée et la mémoire sélective peut modifier la perception d'un événement.
    Exemple: Nathalie Sarraute que son double accusait quelques fois d'employer des petits morceaux de préfabriqué.
    Rousseau minimise l'impact qu'a eu sur lui la fuite de son père puis de son frère. Tente de les justifier. Peut expliquer son comportement futur comme les petits vols ...

    3. Préserver l'anonymat de personnes citées dans les oeuvres souhaitant gardé leur anonymat. Elles n'ont pas vraiment de rapport avec le projet autobiographique.
    Exemple : Annie Ernaux écrit seulment leur initiales.

    4. Difficulté de mettre des mots sur des sentiments précis, trouver le mot exact.
    Exemple : Nathalie Sarraute essaie de trouver un mot pour décrire le sentiment de plénitude et de bonheur qui l'envahit, pour finallement arriver au mot joie. Peur d'exagérer ou de minimiser l'émotion ressentie.

    Conclusion et transition: Ainsi certains auteurs par peur de se mentir à eux-même en donnant une impression éronnée poursuivent d'autres buts.

    III/ Pleiades d'autres buts et fonctions

    1. Valeur d'exemple ou de contre exemple.
    Exemple: Annie Ernaux dans L'événement et L'occupation. Ecriture avec un scalpel : précis et tranchant. Condition des femmes qui avortaient clandestinement avant la Loi Veil, et une critique des excès de la jalousie; comment un fantôme d'une femme inconnue, peut occuper complétement son esprit.
    Primo Levi: Témoignage boulversant des camps de concentrations.

    2. Fonction psychologique: comprendre les orgines de sa personnalité.
    Exemple: Rousseau avec l'épisode de la féssée de Melle Lambiercier, et son plaisir masochiste, pour comprendre pourquoi il séparera l'amour de tête de l'amour charnel.

    4. Catharsis, exorciser ses souffrances passées.
    Exemple : Charles Juliet qui reconstitue les lambeaux de sa vie. Retraverse toutes ses épreuves pour pouvoir mieux oublier ses souffrances.

    5. Faire passer des idées philosophiques, politiques.
    Exemple: Rousseau nous fait partager ses idées concernant l'éducation. Dans le peigne cassé, il montre que pour faire avouer avouer un adolescent paniqué il ne faut pas le menacer ni créer une atmosphère de tension, grave. Installer un climat de confiance.
    Contre les chatiments corporels: épisode de la féssée.
    Très sincérement, je trouve ton plan très bon, mon introduction ressemble comme deux goutte d'eau à la mienne, et je ne pense aps du tout que tu ais fait un HS!

    C'est très detaillé, je pense que le seul élément qui manque, c'est le fait que ces deux choses se font forcément, enfin qu'elle ne peuvent pas etre séparé...Si tu te prépare à la mort, tu retrouve certaine saveur, comme pour Albert Cohen...

    Je ne sais pas si tu vois ce que je veux dire...?
  • Forever-L a écrit:
    Mr Catwalk,

    je serai en 1ère L l'année prochaine.

    Est-il vrai que commentaire et dissertation sont mieux notés ?
    Serez-vous correcteur cette année ?

    Merci, la curiosité, oui... :)
    Non, je ne suis pas de correction cette année car je suis à nouveau en collège... Etrangement, je ne suis pas convoqué pour les corrections du DNB... Mais je pense avoir des tuyaux sur les corrections du Bac par des collègues donc je vous dirai.

    Pour répondre à ton autre question, commentaire, dissert'... C'est un sacré débat... Disons que les écrits d'invention sont souvent très majoritaires et souvent rédigés sans grande originalité donc on est assez sensibles aux copies prenant le risque du commentaire ou de la dissert' qui sont des exercices bien plus "littéraires"...

    Séb
  • Juniette a écrit:
    camellia a écrit:
    j'ai une petite question pour ceux qui ont fait le commentaire sur Albert Cohen... fallait-il parler de "prose poétique" ou pas ?
    C'était tout à fait possible et même souhaitable je pense.
    Heu j'ai pas parlé de ça car je ne sais même pas ce que c'est ...ma prof n'a jamais parlé de prose poétique sauf pour les poèmes en prose mais je vois pas trop le rapport entre le texte de Cohen et Aube de Rimbaud que j'ai étudié et qui était un poème en prose...
    Je suppose que prose poétique n'égale pas poème en prose...

    J'espère que c'était pas si important !
  • Bonjour,
    Pour ma part j'ai pris le commentaire du texte d'Albert Cohen...

    I. Un texte original

    A/ Par sa structure…

    → Démarche originale : accumulation d’énumération en tout genre
    Mise en parallèle d’idées qui a priori n’ont aucun rapport : « Dindes de Noël ; fables de La Fontaine récitées idiotement debout sur la table »
    → Absence de structure stricte, définie
    Pêle-mêle de souvenirs, d’idées, de sensations, d’anecdote
    Emotions couchées sur papier comme elles viennent à l’auteur, les souvenirs ne sont pas domptés et apparaissent authentiques (Cf. Ecriture automatique des surréalistes qui désirent capter les sentiments originels)
    Ecriture sans artifice → phrases nominales dominantes

    B/ … Reflet de l’enfance

    → Déstructuration qui rappelle l’enfance sans règle, contrainte, compromis, obligations
    Enfance insouciante, candeur
    Le thème de l’enfance apparaît en filigrane à travers tous ces souvenirs disposés bout à bout
    → Cependant ordre chronologique pouvant être observé (coucher, lever, anniversaire, nouvel an, noël, vacances, rentrée…)
    Rappelle la vie qui défile, le fil des jours
    Evocation de choses simples, banales, ordinaires, des petits riens qui font toute une vie

    II. Un véritable hymne

    A/ A l’enfance

    → Evocation lyrique de la période de l’enfance, expression des sentiments
    « O mon enfance » → interjections lyriques
    Sacralisation de la période de l’enfance
    → Enfance décrite comme un univers idéal, merveilleux qu’un rien peut combler
    Hymne à la candeur, innocence, insouciance

    B/ A la mère

    → « Le Livre de ma Mère » → titre révèle le caractère obsessionnel et l’importance de la mère pour l’auteur
    A travers le souvenir de l’enfance surgit le souvenir de la mère
    → Livre écrit à la mort de la mère → véritable hommage
    « Sourires de Maman ; O tout ce que je n’aurai plus » La mort de sa mère lui fait prendre conscience du bilan de sa vie « la mort approche »


    III. Un voyage qui s’achève

    A/ Une réminiscence qui transporte

    → Regard mêlé de l’enfant et de l’adulte
    Instauration d’une anecdote dans l’énumération « que j’arrachais toujours trop tôt »
    Modalisateurs indiquant la pensée de l’auteur adulte « idiotement »
    → « Maman » → appellation enfantine, l’auteur redevient l’enfant qu’il était autrefois
    Pouvoir du souvenir qui transporte
    → L’auteur ne commente plus l’anecdote, il la vit

    B/ Une chute abrupte

    → Prise de conscience de l’auteur, Bilan de sa vie
    Nostalgie de l’enfance simple, insouciante → Contraste avec la difficulté du présent, de la réalité dérisoire, (soucis, compromission, contraintes… difficultés du monde adulte)
    Nostalgie d’un passé qui renoue immanquablement avec le présent, vie qui défile immanquablement « tout ce que je n’aurais plus » → approche/peur de la mort

    Qu'en pensez-vous ? Malheureusement je pense toujours que 4h ce n'est pas suffisant, surtout quand on aspire a faire trois parties... Enfin on verra bien !
    Pas mal du tout ! différent de mon plan de commentaire mais je pense que j'aurai pu le prendre si j'en avais eu l'idée lol ;)
    A mon avis tu auras une bonne note :)
  • Comme dernière partie ou comme ouverture, je crois que c'est bien de dire :

    L'autobiographie, ne serait-ce pas l'achèvement d'une vie inachevée ?
  • NoobStyler a écrit:
    Comme dernière partie ou comme ouverture, je crois que c'est bien de dire :

    L'autobiographie, ne serait-ce pas l'achèvement d'une vie inachevée ?
    Pas mal, encore mieux que mon "testament moral" XD
  • Très sincérement, je trouve ton plan très bon, mon introduction ressemble comme deux goutte d'eau à la mienne, et je ne pense aps du tout que tu ais fait un HS!

    C'est très detaillé, je pense que le seul élément qui manque, c'est le fait que ces deux choses se font forcément, enfin qu'elle ne peuvent pas etre séparé...Si tu te prépare à la mort, tu retrouve certaine saveur, comme pour Albert Cohen...

    Je ne sais pas si tu vois ce que je veux dire...?
    Oui j'aurai du mieux montrer le lien entre les deux idées. Bon il faut dir que j'ai très peu utilisé le texte d'Albert Cohen
  • Ton commentaire a l'air d'être génial PsychobillyBitch ! Surtout ne t'en fais pas!
    Moi aussi je trouve que 4H quand même, c'est bien trop court pour faire un commentaire ! On a pas le temps d'approfondir vraiment... ça me frustre!! lol

    (pour Tiphanie) Non, la prose poétique ce n'est pas du poème en prose... en fait...en gros, ça veut dire que l'auteur écrit de manière poétique donc même si c'est de la prose, on retrouve du rythme, des jeux sur les sonorités, et le lyrisme du texte... Tu vois ce que je veux dire ?
    Du coup, j'ai l'impression d'avoir manquer zapper un élèment dans mon commentaire!
  • Bonsoir tout le monde.
    Je suis tres anxieuse depuis le début des épreuves et je stresse énormément pour mes notes...
    Je suis arrivée à l'épreuve de français confiante parce que c'est ma matière forte mais totalement dépitée par mon épreuve d'SVT de la veille.

    J'ai choisis le commentaire et je ne sais pas vraiment quoi penser de mon plan...

    I - Une démarche intime et spontannée.

    A : Introspection. (indices, caractère mélioratifs et adverbes de temps "idiotement"...

    B : Ecriture automatique, originale : spontanéité, énumérations, accumulations... L'auteur écrit ses souvenirs simultanément. Mais cela cause des disproportions. Incohérence discour direct/indirect.

    C : Evocation du stéréotype de l'enfance : répétition des mots passé et enfance.... Enfance : Construction de la personalité...

    D : L'authenticité de l'oeuvre : réelle sensibilité. Texte émouvant. Nombreuses référence a ses habitudes, culture traditionelle, noms, lieux qui enrichissent le texte : témoignage.

    II - Une enfance idyllique.

    A : Eloge de l'enfance : Vocabulaire appréciatif avec la "minimisation" des éléments : "petit", "chambrette"... qui donne un caractère "mignon" et sacré. Description non objectives puisqu'oxymore : "vertueuses chromos".

    B : Perceptions sensorielles : donnent de la vie au récit, ouie, toucher, gout ... sensations et émotions... + Jeu des sonorités qui suggère des sens : travail des mots implicite : allitérations, assonances... prose poêtique.

    C : Une mère chérie : Apparitions de "clichés" : La mère qui cuisine des gâteaux ... + Admiration.

    D : Un quotidien chaleureux. Champ lexical des grands événements, noel, le nouvel an, anniversaire. Résumé de son enfance par des images clés.

    III - Un passé révolu.

    A : Une nostalgie lyrique. Apostrophes qui marque le lyrisme du texte.
    Comme une parenthèse : récit encadré par deux "ô passé" ...

    B : Regrets. parallélismes "fumées enfouie, saisons..." + métonymie.

    C : Ecrire pour se souvenir. Albert cohen s'échappe du monde pour se souvenir, retrouver les saveurs de la vie...

    D : Une démarche guidée par la mort : Analyse complète de la dernière phrase, termes antithétique + métaphore.


    Voila ! En tout cas vos plans ont l'air vraiment complet et réussis, et je suis rassurée de retrouver certains points comme le coté prose poétique du texte et la présence des 5 sens ...
  • déja mis mon commentaire dans ton autre sujet. C'est clair moi ça me déprime des plans complet comme ça....Maintenant avec du recul je vois de nouvelle chose. Enfin c'est fait !
  • EmmiEmmi Membre
    Salu, moi même j'ai passé mon bac de français mardi et voilà j'ai pris la dissertation je me sentais un peu seule là=p


    Mon plan était le suivant: I/ L'écriture autobiographique contribue à garder la saveur de la vie
    1: Raconter permet de se replonger dans des souvenirs donc garder le plaisir de la vie
    2: Raconter pour faire revivre des choses perdues, des êtres ou des sensations.

    II/ L'écriture autobiographique pour se rapprocher de la mort.
    1) Un témoignage de vie dans lequel l'auteur prend conscience d'une mort proche.
    2) En écrivant, l'autobiographié se rapproche un peu plus de la mort, plus il écrit de souvenirs = plus il a vécu

    III/ Comment l'écriture autobiographique contribue aux deux.
    2) En faisant un témoignage, l'auteur laisse une trace de son passage sur terre= conscient que les moments qu'il revit ne sont que provisoire pour quelques instants, sa mort approche.
    1) Ce témoignage de vie permet de se remémorer des souvenirs mais en même temps une prise de conscience sur le temps qui passe.



    Conclusion: Un retour en arrière étant impossible, l'auteur est obligé de se tourner vers le futur où la seule issue est la mort. Ecrire contribue d'une certaine manière aux deux se remémorer = bonheur et bonheur= approche de la mort.
    Voilà ! mais vous m'inquiétez O_O j'ai du faire quatre pages ! je sais pas à votre avis ce n'est pas assez ?Je me suis dit que si j'écrivais encore j'allais blablater et me répéter puisque déjà les partie se ressemblent! j'ai aussi parler brièvement du plaisir d'écrire. J'ai élargis à plusieurs oeuvre; Enfance, N Sarraute (pour les sensations..) Le voile noir de A. Duperey (pour se remémorer des personnes disparues (épisode du gateau) heu les oeuvres du corpus, Cohen... et voilà =)
    Bon bah j'espère que ça ira c'ets vrai que je suis rester "dans" le sujet sans trop aller autour, par peur de faire un HS j'ai parler philo dans ma copie:p sur le bonheur, la mort etc.. et voilà donc je stresse un peu ;) j'espère que ça ira ! (c'est le plan approximatif j'ai pas du mettre exactement ça !)Merci d'avance=)
  • EmmiEmmi Membre
    Salu=) j'ai lu les plans de dissert et moi même je suis en première L donc voilà j'aimerais bien vous soumettre mon plan de dissert si vous avez le courage de le lire=p Donc j'ai mis:

    I/ L'écriture autobiographique contribue à garder la saveur de la vie
    1: Raconter permet de se replonger dans des souvenirs donc garder le plaisir de la vie
    2: Raconter pour faire revivre des choses perdues, des êtres ou des sensations.

    II/ L'écriture autobiographique pour se rapprocher de la mort.
    1) Un témoignage de vie dans lequel l'auteur prend conscience d'une mort proche.
    2) En écrivant, l'autobiographié se rapproche un peu plus de la mort, plus il écrit de souvenirs = plus il a vécu

    III/ Comment l'écriture autobiographique contribue aux deux.
    2) En faisant un témoignage, l'auteur laisse une trace de son passage sur terre= conscient que les moments qu'il revit ne sont que provisoire pour quelques instants, sa mort approche.
    1) Ce témoignage de vie permet de se remémorer des souvenirs mais en même temps une prise de conscience sur le temps qui passe.



    Conclusion: Un retour en arrière étant impossible, l'auteur est obligé de se tourner vers le futur où la seule issue est la mort. Ecrire contribue d'une certaine manière aux deux se remémorer = bonheur et bonheur= approche de la mort.
    Voilà ! mais vous m'inquiétez O_O j'ai du faire quatre pages ! je sais pas à votre avis ce n'est pas assez ?Je me suis dit que si j'écrivais encore j'allais blablater et me répéter puisque déjà les partie se ressemblent! j'ai aussi parler brièvement du plaisir d'écrire. J'ai élargis à plusieurs oeuvre; Enfance, N Sarraute (pour les sensations..) Le voile noir de A. Duperey (pour se remémorer des personnes disparues (épisode du gateau) heu les oeuvres du corpus, Cohen... et voilà =)
    Bon bah j'espère que ça ira c'ets vrai que je suis rester "dans" le sujet sans trop aller autour, par peur de faire un HS j'ai parler philo dans ma copie:p sur le bonheur, la mort etc.. et voilà donc je stresse un peu ;) j'espère que ça ira !
  • chazychazy Membre
    J'ai aussi pris la dissert'.
    J'pense que ce sujet prêtait de toutes façons à la philosophie vu qu'on parle de vie et de mort.

    problèmatique axée sur le besoin du souvenir

    Donc première partie, Préparer a la mort:
    -Se réconforter grâce au souvenir qui fait revivre les sensations (la madeleine de Proust)
    -Faire des révélations sur sa vie (Marguerite Duras avec l'Amant)

    Deuxième partie, garder les saveurs de la vie
    -recherche de ce qui a fait la personnalité, analyse rétrospective l'histoire du peigne de Rousseau)
    -immortalisation par l'écrit (Romain Gary, "Demain des l'aube" en quelque sorte dédié a sa mère)

    Synthèse: L'écriture comme moyen de se dépasser et de survivre
    -la volonté de témoigner (Primo Levi - Si c'est un homme)

    Au final, se préparer à la mort et garder les saveurs de la vie sont deux besoins intimement liés par la volonté du souvenir.
  • Moi j'ai fais: I. Certes, l'autobiographie est une manière de se préparer a la mort
    II. Mias L'écriture est également une manière de conserver la saveur de la vie.
    Le devoir ressemblait à ça:
    - La préparation de la mort, j'ai centré sur la fuite du temps ex Queneau "les beaux jours s'en vont": les poemes sont d'inspiration autobiographique et les mauvais souvenirs, la nostalgie, les regrets, etc
    - Conserver la saveur de la vie: theme du carpediem "profite de la jeunesse" bon souvenir ex L'amant : scene de complicité inhabituelle entre la mere et sa fille + elle se sent aimé par le chinois, par son écriture, elle s'appuie sur des mots pour revivre son amour de jeunesse etc

    Vous croyer que ça ira ?

    Mais bon, ça ne changera rien de toute façon maintenant il faut se concenter a l'oral surtout pour moi qui est raté l'enseignement scientifique !!!!
  • A mon avis, il ne faut pas oubier le lecteur (il ne faut jamais oublier le lecteur). Quel est sa place dans le projet autobiographique? Souvent l'auteur n'écrit pas que pour lui même mais pour se justifier ou pour partager ce qui implique un tier.
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.